Publication récente : Un fonctionnaire lettré Miyoshi no Kiyoyuki (847-918) en son temps

Publication récente  : Un fonctionnaire lettré Miyoshi no Kiyoyuki (847-918) en son temps de Francine Hérail.

Les fonctionnaires diplômés de la prestigieuse voie des Lettres étaient dans le Japon de leur temps les meilleurs connaisseurs de la littérature chinoise, poésie, histoire, œuvres philosophiques, qu’ils étudiaient pendant plusieurs dizaines d’années avant d’accéder à un poste de responsabilité. Leurs études leur fournissaient un modèle de gouvernement fondé sur la morale (et non sur les châtiments), sur une application stricte des lois et règlements, judicieusement établis et révisés pour le bien du peuple, ainsi que sur une gestion des carrières tenant compte des mérites. Mais ils étaient aussi respectueux des précédents et des statuts sociaux. Or celui de membre du conseil des hauts dignitaires dépendait surtout de la naissance dans une famille ayant déjà fourni des hauts dignitaires et, pour les premiers du conseil, d’une alliance matrimoniale avec la maison impériale. Dès l’époque de Heian, les relations personnelles ont tendu à peser de plus en plus, permettant une gestion plus souple et un moindre respect des lois et règles. Les fonctionnaires lettrés se trouvaient donc dans une position difficile. Ils se jugeaient les plus aptes à proposer les meilleures règles permettant un gouvernement juste et stable, conforme aux meilleurs modèles de la Chine, mais leur capacité pour ralentir l’évolution du pays vers un éloignement progressif du modèle bureaucratique ne pouvait que rester faible.

C’est ce dilemme qu’illustre la vie et la carrière de Miyoshi no Kiyoyuki, 847-918. Malgré l’absence de précédent dans sa famille, il réussit à entrer au conseil des hauts dignitaires au grade d’auditeur, récompense d’un travail acharné et de la production de rapports portant sur la réforme de l’administration et, trait qui lui est propre, aussi sur la voie du Yin et du Yang, sans compter deux biographies. Mais la composition poétique en chinois, considérée comme l’activité reine des lettrés, était pour lui un point faible, ce qui nuisit à sa réputation en son temps.

Les fonctionnaires lettrés étaient nécessaires comme rédacteurs de la correspondance administrative écrite entièrement en caractères chinois. Mais dans les séances officielles de la cour, la lecture en était faite en japonais par transposition immédiate du chinois : réorganisation de la construction des phrases, ajout de désinences verbales et de prépositions et traduction de la plupart des noms, verbes et adjectifs. Cependant certains d’entre eux pouvaient déjà être prononcés à la chinoise avec une prononciation qui tendait à s’éloigner de celle de la Chine des Tang. Tous les fonctionnaires, même ceux qui n’avaient pas fait des études aussi longues et complètes que celles des lettrés, maîtrisaient la langue de l’administration courante aussi bien à l’écrit qu’à l’oral.

Éditions de Boccard
Collège de France, Institut des hautes études japonaises
Paris, 2016
204 p., 21 EUR
ISBN : 978-2-913217-36-2

Site de l’éditeur : http://www.deboccard.com/fr/category/15012-Produit-9782913217362.html

 


Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Publié par

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste