Université d’été franco-japonaise en traductologie, 29 août-2 septembre 2016 à Paris

La Société française de traductologie (SoFT) organise sa première université d’été franco-japonaise du 29 août au 2 septembre 2016 à Paris.

Formation intensive en histoire, théories et méthodologies de la traduction, cette université d’été s’adresse principalement aux étudiants et aux chercheurs en langue et littérature japonaise, aux traducteurs professionnels, ainsi qu’à toutes les personnes qui s’intéressent aux questions concernant la littérature et le langage.

Les cinq journées se dérouleront selon les cinq axes thématiques ci-dessous.
Les cours théoriques auront lieu le matin (4 cours de 45 minutes) ;
les après-midi seront consacrés à des ateliers pratiques (2 ateliers de 90 minutes).

①Histoire de la traduction
②Théories et méthodologies de la traduction
③Traduire les waka et les textes anciens
④Traduire une écriture, un style
⑤Traduire un genre littéraire

Les cours et les ateliers porteront sur la traduction française des œuvres de la littérature japonaise (du waka au manga en passant par le haiku), et sur la traduction japonaise des œuvres de la littérature française (Ronsard, Stendhal, Aragon, etc.)

Tout en fournissant aux participants l’occasion d’une étude approfondie et d’un apprentissage fructueux en matière de traduction et de traductologie, cette université d’été vise également à établir de nouveaux liens dans le domaine des relations franco-japonaises.

Intervenants (par ordre alphabétique)

Augustin BERQUE ( Directeur d’études, EHESS )
Julie BROCK ( Professeure, KIT )
Frédéric GIRARD ( Directeur d’études, EFEO )
Patrick HONNORE ( Traducteur de littérature )
ITÔ Gengo ( Maître de conférences, Université Dôshisha, Kyôto )
KANEKO Mitsuko ( Professeure émérite, Université Seishin joshi, Tôkyô )
Jean-René LADMIRAL ( Professeur émérite, Université Paris X – Nanterre )
Florence LAUTEL-RIBSTEIN ( Maître de conférences, Université d’Artois )
Emmanuel LOZERAND ( Professeur, INALCO )
Antonio MANIERI ( Chercheur, Université de Naples “L’Orientale” )
Maria Chiara Migliore ( Maître de conférences, Université de Salento )
NISHIZAWA Kazumitsu ( Maître de conférences, Ecole de commerce de Niigata )
OSHIMA Atsushi ( Expert en stratégie de projets, Fondation du Japon / Traducteur indépendant )
Miyako SLOCOMBE ( Traductrice / Interprète )
SUGIMOTO Keiko ( Professeure, Université Meiji-gakuin, Tôkyô )
SUMI Yôichi ( Professeur émérite, Université Keiô gijuku, Tôkyô )
SUZUKI Kazuhiko ( Doctorant, Université Paris X – Nanterre), assistant de la présente université d’été
TERADA Sumie ( Professeure, INALCO )
UEHARA Mayuko ( Professeure, Université de Kyôto )
Michel Vieillard-Baron ( Professeur, INALCO )
YOKOTA Yuya ( Doctorant, Université Paris VII – Denis Diderot), assistant de la présente université d’été
YOSHIKAWA Junko ( Maître de conférences, KIT )

Programme

Inscriptions et renseignements : soft.univ.paris10@gmail.com
Dates d’inscription : du lundi 4 avril au vendredi 15 juillet
Coût de l’inscription : 300 euros (5 jours)

29 août-2 septembre 2016
Salles 638-641 du Réseau Asie – Bâtiment LE FRANCE
190, avenue de France 75013 Paris

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d’études, documentaliste

More Posts - Website

Luís Fróis et le Japon : conférence et performance musicale

Européens et japonais

Conférence et Performance musicale autour du livre Européens et Japonais (Luís Fróis, traduit par Xavier de Castro, préface de Claude Lévi-Strauss, Éditions Chandeigne, 2009) à la Maison de la culture du Japon à Paris le 9 avril 2016.

À partir du livre Européens et Japonais, traité sur les contradictions & différences de mœurs, texte court et oulipien écrit au Japon en 1585 par père Luís Fróis, le compositeur Lorenzo Pagliei et le pianiste Andrea Corazziari proposent une création-performance musicale pour piano et électronique, inspirée par le regard binaire et compulsif que le texte de Luís Fróis donne de « l’autre » et de nous-mêmes. Le concert sera précédé d’une brève histoire de la présence des Européens au Japon aux XVIe et XVIIe siècles avec projection d’images et lecture du texte de Fróis par Michel Chandeigne.

Plus d’info…

À propos du livre Européens et Japonais

Ce texte du père Luís Fróis, propose une série d’instantanés ethnologiques qui décrivent avec brio et humour les principaux aspects de la vie quotidienne. C’est aussi un exercice littéraire d’une grande modernité – qui n’est pas sans évoquer George Perec – où se développe un discours imprévu sur nous et les autres, tout au long de notations assemblées en chapitres sur les hommes, les femmes, les chevaux, les enfants, la religion, les armes, les maladies, la musique, les navires, etc.

Samedi 9 avril 2016 à 18h
Maison de la culture du Japon à Paris, Petite salle (rez-de-chaussée)
Entrée libre sur réservation

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d’études, documentaliste

More Posts - Website

Surimono, meilleurs vœux du Japon : derniers jours d’une exposition temporaire au musée Guimet

© RMN-GP (musée Guimet, Paris) / Thierry Ollivier

Derniers jours de l’exposition temporaire « Surimono, meilleurs vœux du Japon » au musée Guimet. Jusqu’au 4 avril 2016. Un bon plan pour ce premier dimanche du mois !

Au cours du dernier tiers du 18e siècle, durant l’époque d’Edo (1603-1868), l’émergence du surimono renouvelle considérablement le genre de l’estampe japonaise. Cette nouvelle typologie, littéralement « chose imprimée », est le fruit d’une étroite collaboration entre poètes et artistes et réunit illustration et poème sur une même page. Produits en édition limitée, ils étaient destinés à un usage privé – offerts à l’occasion du Nouvel An ou lors de commémorations, de fêtes, d’anniversaires – et souvent commandités par des cercles de lettrés et de poètes parfois concurrents. Ces gravures, réalisées sur du papier de qualité supérieure (hosho), dont la prohibition en 1840 marque la fin de cette production, se distinguent à la fois par l’emploi de pigments métalliques tels que la poudre d’or, ainsi que par une technique d’impression spécifique, le gaufrage, permettant d’imprimer les illustrations en relief et en creux.

L’exposition « Surimono, meilleurs vœux du Japon » en présente une sélection exceptionnelle qui témoigne de la grande variété des sujets : animaux symboles de bon augure (carpe, tigre, tortue), acteurs, courtisanes, personnages historiques ou légendaires sont autant de thématiques privilégiées par les plus grands artistes de l’estampe, parmi lesquels figurent Katsushika Hokusai (1760-1849), Utagawa Kunisada (1786-1865), Yashima Gakutei (actif 1815-1852) ou encore Totoya Hokkei (1780-1850).

Cette savoureuse production se distingue notamment par les représentations d’objets inanimés, véritables « natures mortes » qui furent particulièrement développées par les élèves de Hokusai.

Exposition présentée dans la Rotonde du 2e étage

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d’études, documentaliste

More Posts - Website