L’organisation socioreligieuse de la catholicité japonaise en période de répression : Confréries, réseaux et clandestinité (XVIIe siècle)

Conférence de Martin NOGUEIRA RAMOS (CRCAO) dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon.

Durant mes recherches de doctorat, j’ai montré qu’au milieu du XIXe siècle, soit plus de deux cents ans après la promulgation de l’édit d’interdiction (1614) et le passage à la clandestinité de la catholicité japonaise, il existait des réseaux crypto-chrétiens dans la moitié nord de l’île de Kyūshū ; le plus important s’étendait sur un rayon de 100 kilomètres. Les réseaux avaient plusieurs fonctions : économique (organiser les migrations interrégionales), sociale (permettre aux chrétiens cachés de se marier au sein de la communauté) et religieuse (assurer la pérennité des pratiques et rites légués par les ancêtres). Tout laisse à croire qu’ils ont été mis en place — ou encouragés — par les missionnaires, en collaboration avec les élites locales (guerriers, chefs de village, ex-moines bouddhistes convertis au catholicisme, etc.) au XVIe et au XVIIe siècle.
Dans cette présentation, je montrerai comment ces réseaux gagnent en importance après 1614 et jouent, en l’absence d’un clergé nombreux, un rôle central dans le maintien du catholicisme dans les campagnes. Les documents utilisés concerneront principalement la péninsule de Shimabara (act. département de Nagasaki), une région propice à l’étude croisée de la documentation occidentale et japonaise.

Jeudi 21 janvier 2016 de 13h à 15h
Salle 7, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d’études, documentaliste

More Posts - Website

Paravents nanban : l’arrivée des Européens au Japon

Conférence d’Alexandra Curvelo, professeur à l’Universidade Nova de Lisbonne, et François Lachaud, directeur d’études à l’École française d’Extrême-Orient, sur l’art nanban et l’arrivée des européens au Japon. Cette conférence aura lieu le 19 janvier 2016 à la Maison de la culture du Japon à Paris à l’occasion de la parution du livre : Chefs-d’œuvre des paravents nanban. Portugal-Japon XVIe-XVIIe siècles (Alexandra Curvelo, Editions Chandeigne, 2015).

À partir de 1543 – date de l’arrivée des premiers Européens en terre nipponne – les Japonais entrèrent en contact régulier avec les Nanban-jin et ce jusqu’à la fermeture du pays à partir des années 1640. Ces « Barbares du sud », des commerçants et des missionnaires en provenance majoritairement du Portugal, influencèrent l’art japonais, donnant naissance à un courant artistique qui perdurera jusqu’au 17e siècle. Les peintures ornant les paravents nanban révèlent un croisement et un choc de civilisations. Écrasantes par leur beauté, elles mettent en images les prémices de l’occidentalisation de l’Asie.

Mardi 19 janvier 2016 à 18h30
Petite salle, Maison de la culture du Japon à Paris
Conférence co-organisée par la MCJP et les Editions Chandeigne
Réservation requise

 

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d’études, documentaliste

More Posts - Website

Nouvelle édition d’un livre de Sébastien Lechevalier en traduction japonaise

L’ouvrage de Sébastien Lechevalier La grande transformation du capitalisme japonais (1980-2010) (Presses de Sciences Po, 2011) a été publié en traduction japonaise, édition révisée et augmentée, sous le titre de「日本資本主義の大転換」chez Iwanami shoten en novembre 2015. La version anglaise avait été également publiée chez Routledge (Nissan Institute Series) en 2014.

かつて「ジャパン・アズ・ナンバーワン」と称賛され,世界各国の注目を集めた日本経済の凋落はなぜ生じたのか.1980年代以降の日本経済の歩みを新たな枠組みで分析.「改革の遅れが原因」とする通俗的な見方を排して,一連の改革の失敗や問題点を指摘しながら,日本経済が現在どのような道を歩んでいるのかを明らかにする.フランス人研究者による新しい日本経済論!

日本資本主義の大転換
セバスチャン ルシュヴァリエ
新川敏光 監訳
岩波書店, 2015

Site de l’éditeur

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d’études, documentaliste

More Posts - Website