Colloque international : Mapping Asia – Cartographic Encounters between East and West

Le colloque international « Mapping Asia – Cartographic Encounters between East and West » aura lieu les 15 et 16 septembre 2017 à l’Université de Leyde, dans le cadre du Leiden Asia Year 2017.

Patrick Beillevaire (Directeur de recherche émérite au CNRS) et Ekaterina Simonova- Gudzenko (Professeur à l’Université d’État de Moscou), membres du Centre Japon, participeront à ce colloque.

Patrick Beillevaire : « Introduction and application of the triangulation method in the kingdom of Ryūkyū in the first half of the 18th century »

Ekaterina Simonova- Gudzenko (Moscow State University) : « Gyoki-type maps as the model of visual representation of Japanese archipelago in East Asian and Western cartography »

Programme détaillé : http://blogs.library.leiden.edu/mappingasia/programme/

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Colloque de Cerisy : La mésologie, un autre paradigme pour l’anthropocène ? (Autour d’Augustin Berque)

 

 

 

Le Colloque de Cerisy « La mésologie, un autre paradigme pour l’anthropocène ? » aura lieu du 30 août au 6 septembre 2017 au Centre culturel international de Cerisy (CCIC), Cerisy-la-Salle.

Ce colloque sera dirigé par Marie Augendre, Jean-Pierre Llored et Yann Nussaume avec la participation d’Augustin Berque.

La présentation détaillée est disponible sur le site du CCIC : http://www.ccic-cerisy.asso.fr/mesologie17.html

L’anthropocène met en cause le paradigme qui a guidé la modernité. C’est l’occasion d’en définir un autre.

L’objet de ce colloque n’est pas de revenir sur l’anthropocène, mais de s’interroger sur le milieu où il prendrait racine; c’est de proposer, avec la mésologie, la définition d’un autre paradigme que celui de la modernité, en rupture radicale avec le dualisme mécaniciste. En effet, pour la mésologie, l’être humain n’est pas seul à être un sujet: tous les vivants le sont à des degrés divers. Tous habitent et élaborent les milieux qui leur sont spécifiques.

Considéré à travers ce prisme, l’environnement devient l’interrelation complexe des mondes propres à tous ces sujets, pour chacun desquels la réalité n’est jamais un donné universel, mais un milieu singulier. Loin d’être un simple objet prédéterminé, ce milieu ne cesse de se construire corrélativement à ces sujets eux-mêmes.

Ce colloque sondera les perspectives ouvertes par ce paradigme, de la philosophie des sciences à l’aménagement humain de la Terre. Il est ouvert à toutes celles et tous ceux qui pensent par le milieu, se montrent critiques envers les approches strictement écologiques de l’environnement ou simplement désireux de changer leur regard sur la complexité du monde contemporain.

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Appel à communication : International Symposium Mapping Asia – Cartographic Encounters between East and West

lay-134_ser-265_japanse-kaart-shima

Appel à communication pour le colloque international « Mapping Asia – Cartographic Encounters between East and West » qui aura lieu les 15 et 16 septembre 2017 à l’Université de Leyde, dans le cadre du Leiden Asia Year 2017.

Date limite d’envoi des propositions de communication : 15 février 2017

Leiden University Libraries and The Commission on the History of Cartography of the International Cartographic Association (ICA) kindly invites you to attend the International Symposium Mapping Asia – Cartographic Encounters between East and West on 15-16 September 2017.

The central theme of the conference is the mutual influence of Western and Asian cartographic traditions. The focus will be on where Western and Asian cartographic history meet. Geographically, the topics will be limited to South Asia, East Asia and Southeast Asia with special attention to India, China, Japan, Korea and Indonesia.

Topics and questions which will be discussed are:
• What defines Asia? The arbitrary borders between Europe and Asia on the map
• Asian cartographic traditions
• Asian toponomy and cartography
• Cartography and intercultural contact
• Missionary and colonial cartographies of Asia
• Asian cartography in the collections of Leiden University Libraries
• Philipp Franz von Siebold and the cartography of Japan
• and all papers of merit

During the symposium Leiden University Library will expose several exhibitions.
The Asian collections of the special collections are internationally famous.
The Bodel Nijenhuis Collection has large numbers of historical VOC maps.
The Indonesia collection has many maps of the 19th and 20th century and includes the collections from the Royal Tropical Institute (KIT) and the Royal Netherlands Institute of Southeast Asian and Caribbean Studies (KITLV).
The Siebold collection contains a lot of Japanese maps and the collection of the Sinology Institute holds several Chinese maps.

Site web du colloque : http://blogs.library.leiden.edu/mappingasia/

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Altérités perçues, altérités vécues – Visions des Aïnous au Japon (XVIIIème siècle)

Homme ainu. Source : David MacRitchie, The Aïnos (BULAC)

Noémi Godefroy (Inalco-CEJ, jeune chercheuse associée du Centre Japon) interviendra dans le colloque de la SEFJ le 17 décembre 2016.

Les descriptions antiques et médiévales des habitants de l’île d’Ezo (actuelle Hokkaido) sollicitaient de façon systématique les mêmes stéréotypes : leur forte pilosité, leur méconnaissance de l’agriculture ou de la langue japonaise, leur alimentation carnée. Quelques auteurs leur attribuèrent même des capacités surhumaines, ou des pouvoirs surnaturels. Ces représentations servaient surtout à les différencier des Japonais, et avaient en ce sens une valeur politique. De fait, ces descriptions ne se devaient donc pas d’être fidèles, et ne requéraient pas nécessairement de contact, ou de rencontre avec les populations qu’ils s’attachaient à décrire.

Sous les Tokugawa, l’institutionnalisation et l’intensification des interactions sous l’égide du domaine de Matsumae, le renforcement des dépendances croisées économiques nippo-aïnoues, ainsi que le potentiel géostratégique de l’île, entraînent un fort intérêt pour les Aïnous et leur territoire. De fait, à partir du XVIIIème siècle, on assiste à un véritable essor des écrits sur le septentrion, ainsi qu’à une diversification des auteurs (lettrés confucéens, gouvernants, envoyés shogunaux, spécialistes des études hollandaises, etc.), dont certains se sont rendus sur place.

La vision des Aïnous a-t-elle changé ? Que reste-t-il des topoï descriptifs des époques antérieures ? Assiste-t-on à l’émergence de nouveaux lieux communs ?

En analysant et en recoupant des extraits de textes du XVIIIème siècle, parmi lesquels la Description d’Ezo (Ezo-shi) d’Arai Hakuseki (1720), le Panorama illustré des Trois Royaumes (Sangoku tsūran zusetsu) de Hayashi Shihei (1783), et les Mesures Secrètes pour Gouverner (Keisei hisaku) de Honda Toshiaki (1798), nous tenterons de mettre en lumière les tensions entre deux types de représentations. D’un côté, une altérité perçue, s’exprimant par le biais de représentations figées, qui contribuent à maintenir la dichotomie « eux / nous ». De l’autre, une altérité vécue, issue d’une observation directe, où les descriptions sont replacées dans un contexte et un environnement précis. En filigrane, on pourra observer comment ces différentes visions de l’altérité sous-tendent les débats autour de l’assimilation ou de la dissimilation des Aïnous au tournant du XIXème siècle.

Du 15 au 17 décembre 2016
Université Jean Moulin – LYON 3

Sur le site du colloque de la SFEJ :
https://sfejcolloque2016.wordpress.com/2016/09/22/session-12-2-noemi-godefroy/

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Les échanges culturels entre la France et le Japon dans le domaine de l’enseignement du dessin – L’exemple de Félix Régamey

Kumiko HAYASHI, post-doctrante de Nichibunken, jeune chercheuse accueille par le Centre Japon jusqu’à fin mars 2017 dans le cadre du programme « JSPS Research Fellowships for Young Researchers », interviendra dans le colloque de la SFEJ le 17 décembre 2016.

Félix Régamey (1844-1907), avec Émile Guimet, est allé au Japon en 1876 pour la première fois. Il est connu comme l’illustrateur des Promenades japonaises, d’Émile Guimet (1878 et 1880). Il a été un acteur et un témoin privilégié de l’ouverture au monde du Japon dans le domaine artistique. Cependant il n’y a pas beaucoup de recherches sur sa seconde visite au Japon (1899). Il a laissé des mémoires de cette visite qui permettent de connaître ses opinions, surtout sur les beaux-arts japonais et ses relations avec les artistes japonais. Félix Régamey qui a alors visité le Japon comme inspecteur du dessin, a aussi rédigé, pour le ministère de l’Instruction publique et des Beaux-arts français, un rapport sur l’enseignement du dessin au Japon, Le dessin et son enseignement dans les écoles de Tokio. Dans ce rapport et dans divers documents trouvés au cours de nos recherches, ressortent les difficultés rencontrées par les japonais, malgré leur facilité à manier le pinceau, face aux techniques occidentales de peinture nouvellement introduites. Ces documents permettent de connaître la réalité de l’enseignement du dessin et de la peinture au Japon durant l’ère Meiji, époque au cours de laquelle les directives de l’enseignement n’étaient pas encore établies. Ils permettent aussi de constater que c’était la même situation en France, ce qui explique la volonté d’obtenir des renseignements à ce sujet sur le Japon, comme dans d’autres pays où la France a envoyé des inspecteurs du dessin pour trouver des informations sur les méthodes d’enseignement du dessin. À travers les mémoires que Félix Régamey a laissés, on essayera de déterminer le rôle et l’influence exercés par le Japon et la France, l’un à l’égard de l’autre.

Du 15 au 17 décembre 2016
Université Jean Moulin – LYON 3

Sur le site du colloque de la SFEJ :     https://sfejcolloque2016.wordpress.com/2016/09/22/session-19-1-hayashi-kumiko/

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

12e colloque de la SFEJ : « Autour de l’image : arts graphiques et culture visuelle au Japon »

affiche-image

Le 12ème colloque de la SFEJ : « Autour de l’image : arts graphiques et culture visuelle au Japon » organisé à l’Université Jean Moulin – LYON 3 aura lieu les jeudi 15, vendredi 16 et samedi 17 décembre 2016.

Guillaume Carré, Noémi Godfroy, membres du Centre Japon, et Kumiko Hayashi, JSPS research fellow au Centre Japon, participeront à ce colloque.

Cette année, le colloque de la SFEJ, rendez-vous incontournable de la japonologie francophone, est organisé pour la première fois à Lyon, ville connue pour sa gastronomie, mais aussi pour sa capacité à concilier avec dynamisme les arts et l’industrie. À la pointe des innovations techniques et culturelles, elle a notamment vu naître le cinéma sous l’impulsion des frères Lumière dans les années 1890. Ses liens avec le Japon sont nombreux et variés. Elle a, entre autres, développé depuis le xixe siècle une relation singulière avec la ville de Yokohama (avec laquelle elle est toujours jumelée), à travers le commerce de la soie, et abrité les rêves de l’homme d’affaires collectionneur hors-norme qu’était Émile Guimet. Aujourd’hui encore, elle accueille de nombreux ressortissants japonais et constitue un noyau dynamique pour les études japonaises. Enfin, le département d’études japonaises de l’Université Jean Moulin-Lyon III, établi depuis 1981, a permis au japonais de se hisser à la deuxième place après l’anglais au sein de la Faculté des langues. Lire la suite

Vous trouverez toutes les informations pratiques ainsi que le programme du colloque sur le site : https://sfejcolloque2016.wordpress.com

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website