Folklore remix : religion populaire et légendes urbaines réinterprétées dans les films et les séries japonaises contemporaines

Conférence de Mary PICONE, Maître de conférences à l’EHESS, dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon le 7 décembre 2017.

Les légendes pieuses du Moyen Âge (setsuwa 説話) comprennent de nombreux récits d’un genre qu’on pourrait appeler ‘rencontres avec l’étrange’- des courts récits présentés comme expériences vécues. Avec le temps ce genre évolue dans des formes littéraires élaborées ainsi que sous la forme de recueils d’anecdotes assez simples ou ‘proto folkloriques’, toutes ces formes connaissant un succés populaire grandissant. L’évocation de l’étrange’ (fushigi 不思議 et d’autres termes) ne se limite pas à la transcription de récits oraux et s’étend aussi aux représentations visuelles.
De nos jours ce genre réapparait sous des formes apparemment nouvelles telles que les légendes urbaines (toshi densetsu 都市伝説). Il est aussi à l’origine de séries télévisées continuées depuis les années 90 et du cinéma dit ‘J-hôra’. Il prolifère enfin sur internet sous la forme de milliers de ‘shinrei 心霊 vidéo’ tournées par des amateurs.
Nous présenterons des exemples concrets de transcriptions orales ainsi que leur dramatisation. Enfin nous analyserons dans une perspective ethnologique quelques caractéristiques de ces matériaux difficiles à cerner ainsi que leurs modes de recueil et de diffusion.

Jeudi 7 décembre 2017 de 11h à 13h
EHESS, Salle 11, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d’études, documentaliste

More Posts - Website

Exposition / conférences : À l’aube du japonisme : premiers contacts entre la France et le Japon au XIXe siècle

Comptoir hollandais de Deshima à Nagasaki
© MUSÉE NATIONAL DE LA MARINE/P.DANTEC

Exposition organisée par la Maison de la culture du Japon à Paris du 22 novembre au 20 janvier 2018.

Pour son 20 e anniversaire, la MCJP évoque les premiers rapports du Japon avec la France au XIXe siècle à l’aube du japonisme à travers de nombreuses pièces: maquettes de maisons, objets en laque, nacre ou céramique, livres, peintures, estampes et photographies. Cette exposition présente aussi les ambassades japonaises sous le Second Empire et l’époque où les artistes français découvrent avec admiration le chatoiement des kimonos, les vives couleurs des estampes des années 1840-1865 et le naturalisme des livres illustrés de Hokusai et ses contemporains. Lire la suite..

Autour de l’exposition, auront lieu deux conférences :

  • Mercredi 22 novembre à 18h30
    « Le Japon à Sèvres, à l’aube du japonisme »
    Conférence de Stéphanie Brouillet (Conservatrice du Patrimoine, Inspectrice des collections, Mobilier national)
  • Samedi 6 janvier 2018 à 15h
    « À l’aube du japonisme. Peintures de Hokusai, premiers livres illustrés et estampes dans les collections publiques françaises »
    Conférence de Geneviève Lacambre, Véronique Béranger (Chargée des collections japonaises, Département des Manuscrits, Bibliothèque nationale de France), Christophe Marquet (Directeur d’études, EFEO)

Pour en savoir plus…

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d’études, documentaliste

More Posts - Website

Le saké contrefait à l’époque d’Edo

Reiji IWABUCHI, Professeur à l’Université féminine du Gakushûin, professeur rattaché au Centre de recherches sur le Japon d’avril à août 2017, donnera une conférence intitulée « 江戸の「贋酒」 » (Le saké contrefait à l’époque d’Edo) à l’Université Paris Diderot le 12 juin 2017.

Cette conférence sera donnée en japonais sans traduction.

商品のブランド化と偽物の出現は、世界共通の超時代的な現象であるが、時代や地域を限定することで、偽商品を通して当該社会の一端を描き出すことが可能ではなかろうか。とくに、商標権確立以前の前近代にあっては、公権力の保護はなかったため、民間社会の中で対策が講じられたと考えられる。
日本の江戸時代における偽商品については、すでに出版物の重板をめぐる仲間の統制や、薬の商標の模倣・盗用に対する「商標・商号権」保護の獲得過程が明らかにされている。本講演では、商標と生産者や内容が異なる「贋酒」をとりあげ、生産地と消費地の双方の状況をみながら、その生産と流通の実態を検討する。さらに、近代化の中で明治17(1884)年に制定・施行された商標登録制度(商標条例)との相克についてもふれてみたい。

L’apparition des marques et de contrefaçons est un phénomène universel qui dépasse les frontières et les époques. Mais en se limitant à une aire géographique et à une époque particulière, ne pourrait-on pas apporter un éclairage sur une société donnée à travers ses contrefaçons ? Tout particulièrement, à une époque où le droit des marques n’existait pas, l’absence de protection de la part des pouvoirs publics a pu conduire les acteurs de l’économie à adopter des mesures d’auto-régulation.
En ce qui concerne les articles contrefaits dans le Japon de l’époque d’Edo, l’auto-régulation des droits de réimpression d’ouvrages au sein des corporations de libraires est bien attestée, ainsi que des processus visant à la protection des marques ou des dénominations d’articles face à des manoeuvres d’usurpation ou d’imitation de marques de médicaments. On s’intéressera dans cette conférence à des cas de « saké contrefait » où un décalage est attesté entre la marque, le producteur d’une part, et le contenu d’autre part. En examinant les terrains de la production et de la consommation, on réfléchira sur la situation réelle de la production et de la distribution. On évoquera également la manière dont s’est déroulée la transition vers la modernité de Meiji, avec l’instauration et l’application du système d’enregistrement des marques en 1884.

Lundi 12 juin 2017, 16h-18h
Salle 481C – Université Paris Diderot
5 rue Thomas Mann, 75013 Paris

Affiche

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d’études, documentaliste

More Posts - Website