Mettre Edo à la mode : le grand magasin Mitsukoshi et la commercialisation d’Edo aux ères Meiji et Taishô (1890-1920)

Conférence de Reiji IWABUCHI, Professeur à l’Université féminine du Gakushûin, professeur rattaché au Centre de recherches sur le Japon d’avril à août 2017, dans le cadre d’une séance exceptionnelle du séminaire « Techniques, objets et patrimoine culturel immatériel en Asie Orientale (XVIe-XXIe siècles) » (UMR 8173) le 27 avril 2017.

Depuis la formation de l’Etat-Nation moderne au Japon jusqu’à nos jours, la plupart des « traditions » du pays mises en avant concernent soit « la culture fondamentale » remontant aux origines de l’archipel et aux périodes anciennes, soit l’époque d’Edo et la civilisation urbaine de sa capitale shogounale. La période allant des années 1890 à la veille du grand tremblement de terre du Kantô de 1923 marqua le début de la « découverte » d’Edo, avec à la fois des aspects politiques et commerciaux. On a déjà souligné la relation entre l’intérêt pour Edo et l’Etat-Nation moderne, comme recréation d’une tradition propre du Japon, conçue à partir des années 20 de l’ère Meiji en réaction envers les politiques des puissances occidentales, et comme une entreprise de préservation de « l’essence nationale » ; mais les aspects commerciaux n’ont pas fait l’objet de la même attention. Cette communication se penchera donc sur la politique de promotion commerciale « d’Edo » par le grand magasin Mitsukoshi durant la fin de l’ère Meiji et l’ère Taishô, pour mettre en lumière ce processus de transformation en objet de consommation et son influence. Et nous réfléchirons aussi sur les représentations d’Edo qui suivirent.

(日本の近現代における)「江戸」の商品化-明治・大正期の三越百貨店による流行創出を中心にー

岩淵令治教授

学習院女子大学

国民国家成立以降、今日に到るまで「発見」される「伝統」の多くは、日本の場合、「基層文化」としての原始・古代と、都市 江戸を主な舞台とした「江戸」である。明治二〇年代から関東大震災前までの時期は、「江戸」が「発見」された嚆矢であり、政治的位相 と商品化の位相で進行した。前者は、欧化政策への反撥、国粋保存主義として明治二〇年代に表出してくるもので、「日本」固有の伝統の 創造という中で、「江戸」の国民国家への接合として、注目されてきた。しかし後者についてはいまだ検討が不十分である。そこで本報告 では、主に明治末より大正期において三越がすすめた「江戸」の商品化をとりあげ、「江戸」の商品化の過程と影響を明らかにする。ま た、その後の「江戸」の表象についても考えてみたい。

Jeudi 27 avril 2017 de 14h00 à 16h00
EHESS, Salle A 07_51 (7e étage), 54 boulevard Raspail 75006 Paris

Conférence en japonais, avec traduction simultanée en français

 

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

M. Federico MARCON, Professeur invité à l’EHESS en avril-mai 2017

M. Federico MARCON, Professeur à l’Université de Princeton, historien du Japon et spécialiste d’histoire des sciences, séjournera à Paris sur invitation de Guillaume Carré (CRJ-EHESS) et Aleksandra Kobiljski (IAO-CNRS-CRJ).

Son projet de recherche en cours porte sur l’histoire de la monnaie dans le Japon des Tokugawa, en réunissant les sources sur les débats intellectuels et les pratiques financières des acteurs du terrain tels que les changeurs de monnaie.

M. MARCON est l’auteur de « The Knowledge of Nature and the Nature of Knowledge in Early Modern Japan » (University of Chicago Press, 2015).

Durant son séjour, M. MARCON donnera les interventions suivantes :

Jeudi 20 avril 2017, 11h-13h 
Money Talks: Monetary Disputes in Early Eighteenth-Century Japan
Dans le cadre du séminaire collectif du Centre de recherches sur le Japon « Histoire du Japon moderne et contemporain : permanences et ruptures », animé par Guillaume Carré, Annick Horiuchi et Aleksandra Kobiljski

Lieu : salle 7, EHESS,105 boulevard Raspail, 75006 Paris

Vendredi 21 avril 2017, 10h45-12h45
“Between Truth and Accuracy: Nature Knowledge in Late Tokugawa Japan”

Dans le cadre du séminaire « Histoire et sociologie des croyances et des savoirs », animé par Matthias Hayek

Lieu : salle 481, Université Paris Diderot, Grands Moulins, bâtiment C, 5 rue Thomas Mann, 75013 Paris

Mercredi 10 mai 2017, 10h-12h 
“La science naturaliste japonaise a-t-elle disparu ?”

Dans le cadre des Débats du Centre Alexandre Koyré, discutants : Antonella Romano et Annick Horiuchi

Lieu : salle de séminaire, 5ème étage, Centre Alexandre Koyré, 27 rue Damesme, 75013 Paris

Jeudi 18 mai 2017, 11h-13h
“The Happy, Risky Life of Moneychangers in Early Modern Japan”

Dans le cadre du séminaire « Aux origines de la mondialisation : histoire économique comparée Asie Europe, 1500-2000 », animé par François Gipouloux

Lieu : salle A 751, 54 boulevard Raspail, 75006 Paris (à confirmer)

Résumés

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Money Talks: Monetary Disputes in Early Eighteenth-Century Japan

Federico MARCON, Professeur à l’Université de Princeton, professeur invité à l’EHESS en avril-mai 2017, donnera une conférence dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon le 20 avril 2017.

Federico MARCON est l’auteur de l’ouvrage The Knowledge of Nature and the Nature of Knowledge in Early Modern Japan (University Of Chicago Press, 2015).

At the turn of the eighteenth century, as the lavish splendor of the Genroku era waned into a decade of economic stagnation and social unrest, two scholars debated on the nature of money and its proper administration. The dispute revealed not only the extent of the monetary integration of Japanese society after a century of Tokugawa rule, but also the sophistication of samurai’s understanding of financial dynamics. The story of the clash of the two views of what money is, the bullionism of Arai Hakuseki and the contractualism of Ogiwara Shigehide and Ogyū Sorai, bespeaks a turning point in the economic politics of early modern Japan—a turning point of transnational relevance, as in contemporaneous England economic thinkers were debating analogous issues.

Jeudi 20 avril de 11h00 à 13h00
EHESS, Salle 7, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Ennobling the Savage Northeast: Popular Visions of Tōhoku, 1980-2011

Nathan HOPSON, Professeur à l’Université de Nagoya, invité à l’EHESS en mars 2017, donnera une conférence dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon le 16 mars 2017.

Northeast Japan (Tōhoku) became the subject of world attention six years ago, with the triple disaster of March 2011. However, Tōhoku’s history and significance to emic understandings of Japanese self and nationhood remain poorly understood. This lecture explores the region’s place in postwar Japanese thought, focusing on the period 1980-2011. After 1945, a group of mostly local intellectuals attempted to overcome this image and rehabilitate the Northeast as a source of new national values. In the 1980s, this early postwar Tōhoku recuperation movement became a critical source for antimodern, anti-Western, neoconservative valorization of native Japanese identity. Reconceived as a repository of unspoiled and authentic Japanese national roots and traditions, the Northeast was drafted into the culture wars to support the idea that Japanese culture enjoyed a special destiny as the panacea for modernity’s ills.

Jeudi 16 mars de 11h00 à 13h00
EHESS, Salle 7, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

M. Nathan Hopson, Professeur invité à l’EHESS en mars 2017

M. Nathan Hopson, Professeur à l’Université de Nagoya, séjournera à Paris au mois de mars 2017 sur invitation de Mary Picone (CRJ-EHESS).

M. Hopson est un historien du Japon moderne, Ph.D diplômé de l’Université de Pennsylvanie. Ses recherches portent sur l’histoire des régions (Tôhoku notamment), l’histoire intellectuelle du Japon, le nationalisme, mais aussi sur l’histoire des produits alimentaires, de la diététique et de la nutrition ainsi que sur l’histoire de l’éducation.

Durant son séjour, M. Hopson donnera les conférences suivantes :

« Tōhoku as Internal Colony (From Emishi to Fukushima) »

Dans le cadre du séminaire « Anthropologie du Japon : terrains et textes » animé par M. Picone

Lundi 27 février 2017 de 13 h à 15 h
EHESS (salle 1), 105 bd Raspail 75006 Paris

« People and Nations are Built on Food (School Meals as/and National Defense in Prewar Japan) »

Dans le cadre du séminaire « Médecine, entretien de la vie et produits aromatiques sous les Ming et les Qing » animé par F. Obringer

Jeudi 2 mars 2017 de 11h à 13h
EHESS (salle 681), 190-198 av de France, 75013 Paris

« Tōhoku as Folklore, Tōhoku as Nostalgia (From Yanagita Kunio to Akasaka Norio) »

Dans le cadre du séminaire « Anthropologie du Japon : terrains et textes » animé par M. Picone

Lundi 6 mars 2017 de 13 h à 15 h
EHESS (salle 1), 105 bd Raspail 75006 Paris

« Ennobling the Savage Northeast (Popular Visions of Tōhoku, 1980-2011) »

Dans le cadre du séminaire « Histoire du Japon moderne et contemporain : permanences et ruptures » organisé par le Centre de Recherches sur le Japon

Jeudi 16 mars 2017 11 h à 13 h
EHESS (salle 7), 105 boulevard Raspail, 75006 Paris

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Le marché japonais à l’épreuve de la spéculation : expérience et leçons de la « bulle spéculative » de la fin des années 1980

Cléa PATIN, Maître de conférences à l’Université Jean Moulin – Lyon 3, donnera une conférence dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon le 2 mars 2017.

Cléa PATIN est l’auteur de l’ouvrage La fabrique de l’art au Japon (CNRS Editions, 2016).

Le rôle très actif des Japonais sur le marché de l’art international dans la seconde moitié des années 1980 a fait couler beaucoup d’encre, tant dans la presse nationale et étrangère, que les magazines spécialisés. Aux États-Unis et en Europe surtout, les Japonais ont été accusés de s’approprier de manière indue les « trésors » des pays occidentaux. Certes, le marché de l’art, dominé par les acheteurs nippons, a fourni un exemple très pur des phénomènes d’enchaînement des records, dans un objectif de rendement à court terme. De nouveaux opérateurs issus des milieux d’affaires et de la finance, rassurés par la publicité des prix en ventes publiques, stimulés par la liquidité potentielle des biens d’art et grisés par leur pouvoir d’achat, ont alors commencé à acquérir des œuvres en masse à New York, Londres ou Paris, avec le soutien de leurs mar­chands. Parallèlement, d’autres acheteurs – surtout de grands entrepre­neurs – ont aussi caressé des idéaux qui transcendaient leur sens des affaires. Heureux et fiers de pouvoir enfin posséder des chefs-d’œuvre internationalement reconnus, ils ont cherché à ouvrir leurs collections, à faire venir au Japon des tableaux dont beaucoup n’avaient vu que des reproductions, à diffuser l’art au sein de la société. La bulle a-t-elle donc mis en place des forces profondes, le Japon souhaitant agir dans le concert des nations sur la scène artistique mondialisée ? Les Japonais de l’époque ont-ils véritablement assumé une ambition de dominer le mar­ché international ? Quelles ont été les conséquences de l’éclatement de la bulle sur le quotidien des galeries et les mentalités ?

Si à l’époque la presse occidentale était particulièrement critique et acerbe, il ressort aujourd’hui que c’est bel et bien le Japon, victime d’asymétries informationnelles très fortes avec les vendeurs occidentaux, qui est sorti grand perdant de cette période d’emballement. Aussi conjoncturelle soit-elle, la parenthèse de la bulle spéculative a imprimé dans l’inconscient collectif un profond traumatisme, qui n’a pas fini de han­ter les acteurs du marché de l’art. Nous verrons d’abord que les années 1987-1989, ont vu s’opérer un élargissement spectaculaire du marché. Grisés par leurs succès financiers, des spéculateurs ont dès lors perçu dans l’investissement artistique un moyen de diversifier leur acti­vité, de contourner les restrictions tardives imposées par les autorités sur les autres marchés, voire de mener quelques opérations peu licites à des fins de refinancement ou d’évasion fiscale. Malgré un léger décalage sur le marché de l’art, tous ont cependant été rattrapés par la récession au début des années 1990, qui a engendré faillites et scan­dales en chaîne, ainsi qu’un reflux massif des œuvres.

Jeudi 2 mars de 11h00 à 13h00
EHESS, Salle 7, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website