Appel à communication : Atelier Doctoral des Etudes Japonaises (ADEJ) 2017

La SFEJ a informé de la tenue du 5e Atelier Doctoral des Études Japonaises (ADEJ), le 8 décembre 2017 à Paris, dans les locaux de l’EHESS. Tous les doctorants préparant une thèse en français dans le domaine des études japonaises sont les bienvenus. La date limite d’envoi des propositions est fixée au 31 juillet 2017 (résumé court de 1000 signes, espaces compris).

Appel à communication

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d’études, documentaliste

More Posts - Website

Journée d’études : « Autour du Honchô gashi 本朝画史 : sources, place dans l’histoire des traités de peinture et postérité »

Journée d’études organisée par le groupe « Manuscrits à peintures »  du CEJ de l’Inalco.

Le Honchô gashi, « Histoire de la peinture de » (1691) composé par le peintre Kanô Einô (1631-1697), représente un jalon et un tournant de l’histoire de l’art au Japon avant l’ère contemporaine. Premier traité de peinture imprimé, il a bénéficié d’une large diffusion et constitue, à ce titre, une date dans l’histoire du livre ; il importe ainsi de le resituer parmi les ouvrages concurrents de la même époque en l’étudiant dans ses aspects matériels. Mais son importance provient également du rôle qu’il a joué au XIXe siècle, dans la formation du regard rétrospectif des Japonais sur leur propre peinture, du fait de son statut de source pour l’historiographie naissante. On savait qu’il avait été écrit avec le projet de définir les termes d’une histoire idéale de la peinture, centrée sur l’école Kanô – en quoi il constitue bien sûr une tentative d’autopromotion de la part de celle-ci. Mais si les recherches récentes insistent aussi, de nos jours, sur l’aspect circonstanciel de sa genèse, c’est-à-dire le dessein, chez son auteur, de revaloriser la position de son atelier au sein de l’univers des Kanô, elles mettent en lumière également la multiplicités des points de vue par lesquels on peut saisir cet ouvrage : en tant que reflet d’une nouvelle méthode historique, élaborée par les lettrés de l’époque d’Edo ; par sa façon de situer l’histoire de la peinture d’un pays dont les contours mentaux évoluent, en magnifiant la source chinoise mais en se définissant aussi par rapport à elle ; enfin, en tant que source majeure concernant l’histoire des techniques et de l’évaluation picturale, grâce à ses deux dernières parties et appendices portant sur les pigments et sur les sceaux.

Mardi 4 juillet 2017 9h30 – 17 h
Salle des Plaques – Inalco, Maison de la recherche
2, rue de Lille, Paris 7ème

Programme

1) Matinée : 9 h 30 – 12 h 45

9h30 accueil des participants

10h-10h30 : Estelle BAUER (Inalco / CEJ), « Présentation de la journée et du Honchô gashi dans son contexte pictural »

10h30-11h30 : Christophe MARQUET (Inalco / CEJ), « Support, usage et réception du Honchô gashi du XVIIe au XIXe siècle : des traités de peinture d’Edo à la formation de l’histoire de l’art »

11h30-11h45 : Pause

11h45-12h45 : Marie PARMENTIER (université de Toulouse-Jean Jaurès / CEJ), « Les listes de pigments dans les livres de peinture à l’époque d’Edo »

2) Après-midi : 14 h – 17 h

14h-15h : Alice BIANCHI (Université Paris-Diderot / CRCAO), « Le Honchô gashi et les sources chinoises »

15h-16h : Arthur MITTEAU (Inalco / CEJ), « L’esthétique d’Ernest Fenollosa à la lumière du Honchô gashi »

16h-16h15 : pause

16h15-17h : discussion générale

Contact : estelle.leggeribauer@inalco.fr
                 arthur.mitteau@inalco.fr

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d’études, documentaliste

More Posts - Website

Journée d’études : « Roland Barthes : Empire des signes, empire du haïku »

Journée d’études organisée par le CEJ (INALCO) le 8 juin.

Le haïku occupe une place centrale dans L’Empire des signes (1970) de Roland Barthes, par le nombre des pages et des fragments qui lui sont consacrés, mais aussi par le rôle-pivot qui lui est assigné dans l’économie du livre :
« Tout ce que je dis ici du haïku, je pourrais le dire aussi de tout ce qui advient lorsque l’on voyage dans ce pays que l’on appelle ici le Japon. »
Afin de mieux saisir ce haïku selon Roland Barthes, on a réuni ici barthésiens, comparatistes et japonologues, en espérant que se noue entre eux un dialogue fécond autour de la poétique du haïku, du transfert du genre en Occident, des conditions et du sens de son appropriation par l’auteur de Mythologies, S/Z ou des Fragments d’un discours amoureux.

Programme

9h40    Emmanuel Lozerand (Inalco) Introduction
10h      Muriel Detrie (Paris 3) « L’Empire des signes : un tournant
dans la réception du haïku en France ? »
10h45-11h pause
11h      Evelyne Lesigne-Audoly (Strasbourg) « Meaning is sensation” :
la voie du haïku selon R. H. Blyth »
11h45  Eric Garet-Gaudek « Le haïku, « non-parole, l’ultime bien » »
12h30 fin matinée
14h      Michel Vieillard-Baron (Inalco) « Un genre poétique en creux :
le waka dans L’Empire des signes »
14h30  Makiko Ueda-Andro (Inalco) « Le haïku ne décrit jamais »
15h15  Emmanuel Lozerand (Inalco) « D’où viennent les haïkus de Roland Barthes ? »
16h-16h15 pause
16h15  Terada Sumie (Inalco) « Le haïku comme « préparation d’un roman » à travers les cours au Collège de France »
17h      Tiphaine Samoyault (Paris 3) « Le haïku et le roman : des formes accueillantes »
17h45 pot de clôture

Jeudi 8 Juin 2017 – de 09h30 à 18h
Les Salons – Inalco, 2 rue de Lille 75007 Paris

Contact : elozeland@inalco.fr

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d’études, documentaliste

More Posts - Website