Folklore remix : religion populaire et légendes urbaines réinterprétées dans les films et les séries japonaises contemporaines

Conférence de Mary PICONE, Maître de conférences à l’EHESS, dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon le 7 décembre 2017.

Les légendes pieuses du Moyen Âge (setsuwa 説話) comprennent de nombreux récits d’un genre qu’on pourrait appeler ‘rencontres avec l’étrange’- des courts récits présentés comme expériences vécues. Avec le temps ce genre évolue dans des formes littéraires élaborées ainsi que sous la forme de recueils d’anecdotes assez simples ou ‘proto folkloriques’, toutes ces formes connaissant un succés populaire grandissant. L’évocation de l’étrange’ (fushigi 不思議 et d’autres termes) ne se limite pas à la transcription de récits oraux et s’étend aussi aux représentations visuelles.
De nos jours ce genre réapparait sous des formes apparemment nouvelles telles que les légendes urbaines (toshi densetsu 都市伝説). Il est aussi à l’origine de séries télévisées continuées depuis les années 90 et du cinéma dit ‘J-hôra’. Il prolifère enfin sur internet sous la forme de milliers de ‘shinrei 心霊 vidéo’ tournées par des amateurs.
Nous présenterons des exemples concrets de transcriptions orales ainsi que leur dramatisation. Enfin nous analyserons dans une perspective ethnologique quelques caractéristiques de ces matériaux difficiles à cerner ainsi que leurs modes de recueil et de diffusion.

Jeudi 7 décembre 2017 de 11h à 13h
EHESS, Salle 11, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d’études, documentaliste

More Posts - Website

Séminaire interdisciplinaire du Centre Japon 2017-2018

Le Centre de recherches sur le Japon a le plaisir de vous présenter le programme de son séminaire interdisciplinaire pour l’année 2017-2018.
Au plaisir de vous accueillir nombreux.

Histoire du Japon moderne et contemporain :
Permanences et ruptures

Les 1er et 3e jeudis de chaque mois (sauf 21 décembre) de 11h à 13h
Salle 11, 105 boulevard Raspail

Guillaume Carré, maître de conférences à l’EHESS (CCJ-CRJ)
Annick Horiuchi, professeur d’université (Paris Diderot)
Aleksandra Kobiljski, chargée de recherche au CNRS (CCJ-CRJ)

Programme 2017-2018

16 novembre : Amy STANLEY (Université Northwestern) : « Tsuneno’s Tales: Narrating Domestic and Global History in Eurasia, 1600–1900 »

7 décembre : Mary PICONE (EHESS-CRJ) : « Folklore remix : religion populaire et légendes urbaines réinterprétées dans les films et les séries japonaises contemporaines »

18 janvier : Mélanie HOURS (Université Toulouse II Jean Jaurès) : « La redécouverte de la pauvreté au Japon »

1 février : César CASTELLVI (EHESS/Paris Diderot) : « Faire carrière dans la presse quotidienne japonaise, un regard sociologique »

15 février :   Aline HENNINGER (INALCO/CEJ ) : « La socialisation à l’amour et à la sexualité chez les écoliers japonais »

1 mars :   MORISHITA Tôru (Université de Yamaguchi) : « Travail et travailleurs dans les villes du Japon des Tokugawa »

15 mars :  MAKIHARA Shigeyuki (Université de Tôkyô) : « Marchands et commerce à l’époque d’Edo »

5 avril :    Caroline TAÏEB (EHESS) « La discrimination à l’encontre des burakumin dans le Japon contemporain »

3 mai :  Catherine PHIPPS (Université de Memphis) « Globe-Trotting and Nation-Building: A Sino-Japanese War Correspondent’s View, 1894-95 »

17 mai : Christopher HILL (Université de Michigan) « Endô Shûsaku reads Frantz Fanon: Deimperialization Meets Decolonization »

Contact :
aleksandra.kobiljski@ehess.fr
carre@ehess.fr

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d’études, documentaliste

More Posts - Website

Confucianism and Sinosphere as Non-Chinese: a Globalized History of Early Modern and Modern Confucianism

Kiri PARAMORE (Université de Leiden) donnera une conférence dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon le 1er décembre 2016.

Kiri PARAMORE est l’auteur de l’ouvrage Japanese Confucianism: A Cultural History (Cambridge University Press, 2016).

Comprised of two parts, one on early modern history, and one on modern history, this talk attempts to problematize the traditional association of both Confucianism and broader ideas of a Sinosphere with Chinese culture and identity.
The first part of the talk argues that by the early modern period (at least by 1650) Confucianism operated across East Asia, both in configurations of culture and identity, and through institutional frameworks like diplomacy, in ways where it was clearly differentiated as a universalist paradigm against ethnic and cultural conceptions related to states. This was the case in Vietnam, Japan, Korea, but also in China. This differentiation relied upon shared understandings for how universalist paradigms could interact with a diversity of ethnic, cultural and national identities in different states, and an inherent acceptance of that diversity. The second part of the talk argues that in the modern period (particularly after the 1880s), in a global political context much less open to diversity, ownership of a more narrowly defined Confucianism was rather fought out between the different nation states, with Japan in particular powerfully employing Confucianism as a key plank in its pan-Asian ideology of imperialism in East and Southeast Asia. This kind of nationalist employment was later replicated in ROC Taiwan, South Vietnam and other states. In both the early modern and modern examples discussed, Japanese states, thinkers, and examples provide a particularly clear insight into complex ways that ideas of Sinosphere and Confucianism were disengaged from simple concepts of China during both these periods.

Jeudi 1er décembre 2016 de 11h00 à 13h00
EHESS, Salle 7, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d’études, documentaliste

More Posts - Website