Séminaire interdisciplinaire du Centre Japon 2017-2018

Le Centre de recherches sur le Japon a le plaisir de vous présenter le programme de son séminaire interdisciplinaire pour l’année 2017-2018.
Au plaisir de vous accueillir nombreux.

Histoire du Japon moderne et contemporain :
Permanences et ruptures

Les 1er et 3e jeudis de chaque mois (sauf 21 décembre) de 11h à 13h
Salle 11, 105 boulevard Raspail

Guillaume Carré, maître de conférences à l’EHESS (CCJ-CRJ)
Annick Horiuchi, professeur d’université (Paris Diderot)
Aleksandra Kobiljski, chargée de recherche au CNRS (CCJ-CRJ)

Programme :

16 novembre : Amy STANLEY (Université Northwestern) : « Tsuneno’s Tales: Narrating Domestic and Global History in Eurasia, 1600–1900 »

7 décembre : Mary PICONE (EHESS-CRJ) : « Folklore remix : religion populaire et légendes urbaines réinterprétées dans les films et les séries japonaises contemporaines »

18 janvier : Mélanie HOURS (Université Toulouse II Jean Jaurès) : « La redécouverte de la pauvreté au Japon »

1 février : César CASTELLVI (EHESS/Paris Diderot) : « Faire carrière dans la presse quotidienne japonaise, un regard sociologique »

15 février : Aline HENNINGER (INALCO/CEJ) : « La socialisation à l’amour et à la sexualité chez les écoliers japonais »

1 mars : MORISHITA Tôru (Université de Yamaguchi) : « Travail et travailleurs dans les villes du Japon des Tokugawa »

15 mars : MAKIHARA Shigeyuki (Université de Tôkyô) : « Marchands et commerce à l’époque d’Edo »

5 avril : Caroline TAÏEB (EHESS) « La discrimination à l’encontre des burakumin dans le Japon contemporain »

3 mai : Christopher HILL (Université de Michigan) « Crossed Geographies : Endô Shûsaku and Frantz Fanon in Lyon in the 1950s »

17 mai : Catherine PHIPPS (Université de Memphis) « Waterfront Empire : Japan’s Special Trading Ports and Power, 1858–1899 »

Renseignements :
aleksandra.kobiljski@ehess.fr
carre@ehess.fr

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Confucianism and Sinosphere as Non-Chinese: a Globalized History of Early Modern and Modern Confucianism

Kiri PARAMORE (Université de Leiden) donnera une conférence dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon le 1er décembre 2016.

Kiri PARAMORE est l’auteur de l’ouvrage Japanese Confucianism: A Cultural History (Cambridge University Press, 2016).

Comprised of two parts, one on early modern history, and one on modern history, this talk attempts to problematize the traditional association of both Confucianism and broader ideas of a Sinosphere with Chinese culture and identity.
The first part of the talk argues that by the early modern period (at least by 1650) Confucianism operated across East Asia, both in configurations of culture and identity, and through institutional frameworks like diplomacy, in ways where it was clearly differentiated as a universalist paradigm against ethnic and cultural conceptions related to states. This was the case in Vietnam, Japan, Korea, but also in China. This differentiation relied upon shared understandings for how universalist paradigms could interact with a diversity of ethnic, cultural and national identities in different states, and an inherent acceptance of that diversity. The second part of the talk argues that in the modern period (particularly after the 1880s), in a global political context much less open to diversity, ownership of a more narrowly defined Confucianism was rather fought out between the different nation states, with Japan in particular powerfully employing Confucianism as a key plank in its pan-Asian ideology of imperialism in East and Southeast Asia. This kind of nationalist employment was later replicated in ROC Taiwan, South Vietnam and other states. In both the early modern and modern examples discussed, Japanese states, thinkers, and examples provide a particularly clear insight into complex ways that ideas of Sinosphere and Confucianism were disengaged from simple concepts of China during both these periods.

Jeudi 1er décembre 2016 de 11h00 à 13h00
EHESS, Salle 7, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Les interprètes de Nagasaki au XVIIIe siècle : statut et identité

annick-horiuchi

Conférence d’Annick Horiuchi, Professeure à l’Université Paris Diderot (CRCAO), donnera une conférence dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon le 17 novembre 2016.

L’intervention portera sur les interprètes de Nagasaki spécialisés dans le hollandais (Oranda tsûji) qui assuraient la communication entre le bakufu et les représentants de la Compagnie hollandaise des Indes orientales (VOC). On verra que l’identité sociale des interprètes avait un contour assez flou, et on se penchera sur la manière dont ils pouvaient échapper à leur condition première qui était celle de marchand et rejoindre la classe guerrière. On s’intéressera également à un autre aspect de leur identité, qu’on pourrait qualifier de « nationale ». On évoquera les exemples où les interprètes n’ont pas hésité à délaisser les intérêts du shôgun pour adopter une position favorable aux Hollandais ou aux étrangers et on s’interrogera sur leurs motivations. Enfin, en dernier lieu, on se penchera sur leur identité en tant qu’individu, les aspirations, les ambitions personnelles que certains d’entre eux ont pu nourrir du fait de leur connaissance de la langue hollandaise ou d’autres langues occidentales.

Jeudi 17 novembre 2016 de 11h00 à 13h00
EHESS, Salle 7, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Much Ado About ‘Nothing’: The Kyōto-School as ‘Media Philosophy‘

fabian schäfer

Conférence de Fabian Schäfer (Friedrich-Alexander-Universität Erlangen-Nürnberg) dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon le 3 novembre 2016.

It is a commonplace in the existing secondary literature on the so-called Kyōto School (京都学派) that this modern strand of Japanese philosophy could be described as a ‘philosophy of nothingness‘ (無の哲学). Depending on the respective ideological or disciplinary perspective, thinkers proposing the idea of ‘nothingness’ were either apotheosized by scholars of Japanese religions as the creators of an original Japanese mysticism, or criticized as proponents of a right-wing philosophy instrumentalizing the hypostasized term to serve the Japanese wartime regime in the 1930s and 40s by their exegetes. In fact, this schismatic view on the thought of the school has hindered more flexible and fruitful re-interpretations of the thought of the school to this day. Against this background, I will argue in my paper that the school – at least for a certain time in the 1930s, but possibly also beyond this period – should be considered not as a ‘philosophy of nothingness’ but as one of ‘mediation‘ (媒介). Following this line of thought, I will argue that not only Nishida Kitarō (西田幾多郎), Tanabe Hajime (田辺元), Tosaka Jun (戸坂潤) and Nakai Masakazu (中井正一), who tried to circumscribe or even replace the abstract notion of nothingness with concepts such as ‘mediation’ or ‘dialectics’ (弁証法) from within the school, but also thinkers usually considered to be on its margins, such as Watsuji Tetsurō and Kimura Bin, who focused on the term ‘in-betweenness‘ (間柄, 間), should be reconsidered as contributors of fragments to a particular kind of ‘media philosophy’ (Medienphilosophie) having evolved in Japan since the 1930s.

Jeudi 3 novembre 2016 de 11h00 à 13h00
EHESS, Salle 7, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Séminaire interdisciplinaire du Centre Japon 2016-17

calendrier-seminaire-2016_2017crj-modifie

Le Centre de recherches sur le Japon a le plaisir de vous présenter le programme de son séminaire interdisciplinaire pour l’année 2016-2017.
Je vous prie de noter que les horaires ont changé cette année.
Au plaisir de vous accueillir nombreux.

Histoire du Japon moderne et contemporain :
Permanences et ruptures

1er et 3e jeudis du mois (sauf exceptions) de 11 h à 13 h
Salle 7, 105 bd Raspail 75006 Paris

 

Organisateurs :

Guillaume Carré, maître de conférences à l’EHESS (CCJ-CRJ)
Annick Horiuchi, professeur à l’Université Paris-Diderot (CRCAO)
Aleksandra Kobiljski, chargée de recherche au CNRS (IAO-CRJ)

Programme :

3 novembre :   Fabian SCHÄFER  (Friedrich-Alexander-Universität Erlangen-Nürnberg) : « Much Ado About ‘Nothing’: The Kyōto-School as ‘Media Philosophy’ »

17 novembre : Annick HORIUCHI (Université Paris Diderot) : « Les interprètes de Nagasaki au XVIIIe siècle : statut et identité »

1 décembre :   Kiri PARAMORE (Université de Leiden) : « Using and Abusing the Sinosphere: Diplomacy, Statecraft and Individual in Early Modern East Asia.»

15 décembre : 12ème colloque de la SFEJ organisé à l’Université Jean Moulin – Lyon 3

19 janvier :      Robert TUCK (Université de Montana) « Idly Scribbling Rhymers: Poetry and Community in Nineteenth Century Japan »

2 février :       Yuliya OSADCHA FERREIRA (Université de Kiev) : « Literary process in Modern Japan: Tendencies, Keynotes and Accomplishments »

16 février :     Yola GLOAGUEN (Collège de France) : « Construire une maison moderne dans le Japon des années 1920 et 1930: divergence et harmonisation des savoirs faire et des techniques dans le processus de création architecturale »

2 mars :         Cléa PATIN  (Université Jean Moulin -Lyon 3) : « La fabrique de l’art dans le Japon moderne et contemporain »

16 mars :       Nathan HOPSON (Université de Nagoya) : « People and Nations are Built on Food: School Meals as National Defense in Prewar Japan  »

20 avril :        Federico MARCON (Université de Princeton) : « The Happy, Risky Life of Moneychangers in Early Modern Japan »

4 mai :           Aline HENNINGER (INALCO/CEJ) : « La socialisation à l’amour et à la sexualité chez les écoliers japonais »

18 mai :         NAKAJIMA Takahiro (Université de Tôkyô) : « Confucianism in Modern Japan »

Renseignements :

aleksandra.kobiljski@ehess.fr
carre@ehess.fr

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Séminaires du Centre Japon 2016-2017

Histoire du Japon moderne et contemporain : permanences et ruptures

1er et 3e jeudis du mois de 11 h à 13 h (salle 7, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 3 novembre 2016 au 15 juin 2017

Ce séminaire a pour objectif de présenter des recherches novatrices et des travaux récents en sciences humaines et sociales sur le Japon moderne et contemporain. Les conférences seront données par des membres du Centre de recherches sur le Japon et par des intervenants extérieurs. Les thèmes abordés iront de l’histoire à la sociologie en passant par l’économie, l’anthropologie, l’éducation, ou encore l’insertion du Japon dans diverses dimensions internationales. Le séminaire s’adresse à tous les étudiants de niveau master ou doctorat qui souhaitent approfondir leurs connaissances de la civilisation du Japon, et aux auditeurs libres, après accord des responsables. Les conférences se tiendront en français, en japonais avec traduction française, ou en anglais.

Mésologiques, V. La genèse des milieux humains : anthropisation, humanisation, hominisation

2e et 4e vendredis du mois de 18 h à 20 h (amphithéâtre François-Furet, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 25 novembre 2016 au 9 juin 2017

L’intitulé « anthropisation, humanisation, hominisation » fait allusion à la thèse mise en avant par André Leroi-Gourhan, dans Le Geste et la parole (1964), au sujet de l’émergence de notre espèce, Homo sapiens. Par « anthropisation », entendons la transformation physique de l’environnement terrestre sous l’effet des systèmes techniques de l’humanité ; par « humanisation », sa transformation sémantique sous l’effet de nos systèmes symboliques ; et par « hominisation », l’effet en retour de ces transformations sur celle de l’animal en humain.

Sans l’invoquer, cette thèse était l’illustration même du propos de la mésologie contemporaine, telle que l’ont fondée l’Umweltlehre d’Uexküll et le fûdoron de Watsuji ; à savoir le couplage dynamique de tout être vivant (Uexküll), humain en particulier (Watsuji), avec le milieusingulier (Umwelt, fûdo) qui lui est propre en tant que sujet, et qui ne doit donc pas être confondu avec l’environnement universel (Umgebung, kankyô) que, de son point de vue transcendantal (le « regard de nulle part »), considère la science moderne – en l’occurrence l’écologie, qui est une science de l’environnement et non, comme la mésologie, une science des milieux, autrement dit une éco-phénoménologie et une bioherméneutique. L’objet central de la mésologie n’est pas l’environnement, c’est le couplage dynamique de l’être et de son milieu propre – cela qu’Uexküll a nommé le « contre-assemblage » (Gegengefüge) de l’animal et de son milieu, et Watsuji la « médiance » (fûdosei), qu’il a définie comme « le moment structurel de l’existence humaine » (ningen sonzai no kôzô keiki).

C’est ce couplage dynamique, dans ses effets et ses effets en retour, qu’il s’agit ici de saisir. Si l’on peut considérer l’anthropocène comme un effet d’anthropisation, alors il faut donc s’interroger aussi sur les contre-effets de l’anthropocène sur l’être humain et ses systèmes techno-symboliques ; et réciproquement, dans la triple interaction susdite : anthropisation, humanisation, hominisation, tant d’un point de vue rétrospectif (l’évolution, l’histoire) qu’actuel et prospectif (l’état et l’avenir de nos sociétés sur la Terre).

Histoire des villes du Japon de l’époque d’Edo : origines et formations

Vendredi de 11 h à 13 h (salle 6, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 4 novembre 2016 au 10 février 2017

Le séminaire se penchera cette année sur la question de la genèse des villes de la période d’Edo, et des facteurs qui permirent au Japon de connaître, au tournant des XVIe et XVIIe siècles, sa première phase d’urbanisation massive. On s’intéressera plus particulièrement au rôle joué par les populations marchandes dans ce processus, et aux évolutions de leur condition et de leurs activités dans le nouvel ordre social qui se met en place sous les premiers shôgouns Tokugawa.

Bureaucraties et marchés : perspectives comparatives et transdisciplinaires

Mardi de 15 h à 17 h (salle 2, RdC, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris), du 17 janvier 2017 au 2 mai 2017

Ce séminaire se veut un lieu d’échange entre disciplines (économie, sociologie. Sciences politiques et histoire) sur les rapports entre bureaucraties et marchés. Il entend traiter le continuum de relations sociales entre les logiques de légitimité qui prévalent à l’enracinement des administrations, les logiques d’organisation collective des milieux économiques et les logiques administratives et juridiques qui encadrent le fonctionnement des marchés.

Il n’y a pas d’un côté des entreprises sur un marché et de l’autre une bureaucratie qui influencerait à distance le marché. L’économique n’est pas coupé de l’administratif ou du juridique. Pas de marché sans droit de la propriété, de la concurrence, des contrats, sans normes. Le marché ne peut fonctionner que comme fiction rationnelle et mathématique tant pour les entrepreneurs que pour les travailleurs que dans la mesure où les cadres juridiques régissant le marché fournissent un cadre minimal régissant les échanges. L’économie de marché a besoin des institutions étatiques pour assurer la reproduction des rapports de force favorables aux échanges marchands. Ce séminaire entend poser quelques jalons pour un dialogue interdisciplinaire sur ces questions qui sont souvent un point aveugle des théories économiques libérales et de la sociologie économique. Les séances alterneront la lecture croisée de textes produits en économie, en sociologie et en sciences politiques sur ces enjeux et des présentations de chercheurs invités.

Comprendre le changement institutionnel en Asie. Une perspective comparée avec les États-Unis et l’Europe

Mercredi de 13 h à 15 h (salle 638, bât. Le France, 190 av de France 75013 Paris), les 23 et 30 novembre, 7 et 14 décembre 2016, 11, 18 et 25 janvier, 1er février, 17, 24 et 31 mai et 7 juin 2017

Dans les discussions entre économistes, historiens, sociologues et spécialistes de sciences politiques sur la diversité des capitalismes et le changement institutionnel, les capitalismes asiatiques ont été mis de côté pendant de nombreuses années, au profit d’une focalisation sur les États-Unis et l’Europe. Les théories et les concepts d’économie politiques n’ont été appliqués à l’Asie que récemment et que pour certaines configurations institutionnelles et historiques. Cependant, le développement rapide des économies asiatiques et la diversité de leurs trajectoires doivent conduire à nous poser de nouvelles questions. Elles concernent par exemple l’impact paradoxal de la libéralisation qui ne conduit pas à une convergence vers les capitalismes anglo-saxons, dont les institutions constituent pourtant un modèle pour les promoteurs des réformes. Il s’agit également de comprendre l’émergence de nouvelles formes d’inégalités et les transformations des modèles de protection sociale. Dans un contexte de remise en cause du rôle de l’État dans l’économie, on se doit par ailleurs de comprendre la réémergence de nouvelles formes d’État développeur en Asie.

Dans ce contexte, ce séminaire promeut des perspectives conceptuelles intégrées pour essayer de comprendre les transformations des capitalismes en Asie et explorer les liens avec les changements aux niveaux globaux, nationaux et locaux d’un côté, et technologiques, sociaux et politiques de l’autre. L’objectif de ce séminaire est de présenter ces travaux en cours. Il comportera quatre parties :

  • Introduction générale à l’économie politique de la diversité des capitalismes et du changement institutionnel ;
  • Libéralisation institutionnelle et diversité croissante des entreprises ;
  • Dynamique des inégalités et transformations des systèmes de protection sociale en Asie ;
  • Vers un renouveau de l’État développeur en Asie ?

Ce séminaire, qui s’appuie sur un programme de recherches en cours avec des collègues des universités de Freie Universität Berlin, University of British Columbia, d’Oxford et de Waseda (GDRI du CNRS, financement Marie Curie), accueillera également les interventions de Steven Vogel (Berkeley University) et Xiaoke Zhang (Manchester Business School).

Globalization and labor market outcomes in Japan and Korea : de-industrialization, job security, and wage inequalities

Jeudi de 14 h à 17 h (ENS, Campus Jourdan, salle A4, 48 bd Jourdan 75014 Paris), les 20 et 27 octobre, 3 et 10 novembre, 1er, 8 et 15 décembre 2016 et 12 janvier 2017

Deindustrialization is a major issue for all industrialized countries, in Europe and in America. This is also the case for Japan and Korea, two countries that have experienced an economic development based on the growth of manufacturing industries and that are particularly concerned by the rise of China in the international division of labor.

The aim of this seminar is to provide various tools of analysis (economic history, international economics, labor economics, industrial economics, innovation economics…) to study industrial dynamics in Japan and Korea, with a focus on public policies.

This year, at the occasion of the publication of a special issue of the Review of International Economics (151 (3)) that we have edited, three sessions will be dedicated to the international side of deindustrialization, in an attempt to connect the evolution of inequalities to industrial dynamics.

Anthropologie du Japon : terrains et textes

  • Mary Piconemaîtresse de conférences à l’EHESS ( CCJ-CRC )

Lundi de 13 h à 15 h (salle 1, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 14 novembre 2016 au 13 février 2017

L’anthropologie ou l’ethnologie du Japon a depuis peu presque disparu de l’enseignement centré sur l’archipel nippon à Paris. Cependant des nouvelles théories continuent à être formulées par les ethnologues japonais et des récits sur « l’identité japonaise » sont encore et toujours véhiculés par les média. Ces formulations prennent souvent la forme de questions telles que : comment porter remède à la crise du Bouddhisme qui vide les temples, ou au dépeuplement qui détruit la société paysanne et multiplie les solitudes urbaines ? Ou encore pourquoi le Tôhoku (la région qui comprend Fukushima) est-elle depuis longtemps une « colonie intérieure » ? Quelles sont les réponses des groupes concernés ?

Nous examinerons plusieurs crises actuelles de ce type à l’aide de matériaux ethnographiques et, dans la seconde partie du séminaire, nous commencerons une analyse de l’anthropologie du corps et de la maladie.

Atelier : Aspects de la traduction en anglais de textes ethnographiques-exemples classiques et contemporains

  • Mary Piconemaîtresse de conférences à l’EHESS ( CCJ-CRJ )

1er et 3e lundis du mois de 15 h à 17 h (salle 10, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 7 novembre 2016 au 6 février 2017

Cet atelier propose d’examiner plusieurs aspects théoriques et pratiques de la traduction en anglais de textes ethnographiques écrits dans d’autres langues – notamment mais pas exclusivement le français. Dernièrement on assiste en outre de plus en plus fréquemment à l’auto-traduction, c’est-à-dire à la rédaction d’un texte directement en anglais par des anthropologues non anglophones à l’origine. Nous examinerons d’abord quelques exemples « classiques » tels que des traductions anglaises de Lévi-Strauss ou à l’envers des versions françaises de Clifford Geertz. Ensuite selon les intérêts des participants nous considérerons des problèmes actuels avec quelques exemples fondés également sur des exercices pratiques. Atelier pour étudiants en M2 ou doctorants.

Cinéma et anthropologie visuelle : les lieux hantés dans les films fantastiques japonais

  • Mary Piconemaîtresse de conférences à l’EHESS ( CCJ-CRJ )

2e et 4e mardis du mois de 13 h à 17 h (salle 4, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 8 novembre 2016 au 14 février 2017

Ce séminaire propose un complément d’analyse de la culture japonaise à l’aide de films pour la plupart peu connus ou inédits en France. Ils contiennent tous des éléments fantastiques et rendent visibles des aspects de l’imaginaire et de la religiosité populaire du Japon. Les réalisateurs de ces œuvres (de 1970 à nos jours) réinterprètent leur époque s’inspirent entre autres de légendes urbaines ou réinventent les fantômes pré-modernes  en se tournant vers le théâtre Kabuki. Des bâtiments banals en béton, des coulisses de théâtre ou des hameaux isolés se révèlent dans ces films comme des lieux hantés, se situant souvent au delà des limites usuelles du temps ou de l’espace tridimensionnel. Dans cette géographie alternative le surgissement du surnaturel  déjoue les frontières entre tradition et modernité.

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website