Les vassaux de la ville de Hagi

MORISHITA Tôru 森下徹, Professeur à l’Université de Yamaguchi, chercheur invité par l’Université Paris Sorbonne, donnera une conférence dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon le 1er mars 2018.

M. Morishita est un spécialiste de l’histoire sociale du Japon des Tokugawa et l’un des auteurs du dossier « Mibun ». Penser les statuts sociaux du Japon prémoderne d’un numéro récent de la revue Histoire, Economie & Société.

Les cités castrales (jôkamachi), qui constituaient l’armature urbaine du Japon de l’époque d’Edo, furent conçues pour rassembler les vassaux au pied du château de leur seigneur. Une grande partie de la superficie de la ville de Hagi, dont le site avait été d’ailleurs choisi pour des motifs militaires, était donc occupée par des demeures de guerriers, même si dès l’origine, tous ne purent pas être dotés de terrain par leur seigneur. La cité de Hagi reflétait donc dans son espace même, l’organisation vassalique de la maison seigneuriale des Môri et ses évolutions. Nous montrerons que tout en reprenant la structure générale des cités castrales, cette ville recelait aussi quelques particularités, comme la possibilité pour les guerriers de vendre leurs terrains, et que l’analyse des modes d’habitat nous en apprend aussi beaucoup sur les changements qui affectèrent la condition guerrière.

Jeudi 1er mars de 11h à 13h
EHESS, Salle 11, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

Durand son séjour à Paris, M. MORISHITA donnera une série de conférences à l’Université Paris IV Sorbonne et participera à la journée d’étude « Pouvoirs et groupes sociaux durant l’époque prémoderne » qui aura lieu à l’Université Lille 3, le 8 mars 2018 :

Vendredi 23 février de 14 à 16h « Maisons et statuts sociaux dans le Japon des Tokugawa », dans le cadre du « séminaire d’histoire de la famille et de démographie » à l’Université Paris IV Sorbonne, salle Pardailhé-Galabrun (G 647)

L’époque d’Edo (17-19e siècles) a vu s’imposer au Japon le système familial de la « maison » ou « maisonnée » (ie), un type local de famille-souche combinant héritage d’un nom, d’un patrimoine et d’un métier. Les « maisons » étaient les unités d’existence de base constituant les communautés villageoises ou urbaines, qui formaient elles-mêmes le cadre fondamental définissant les statuts de paysan (hyakushô), ou de bourgeois (chônin) dans la société des Tokugawa. Les maisons guerrières de leur côté étaient intégrées dans une organisation vassalique servant un grand seigneur féodal (daimyô), dont le plus puissant n’était autre que le shôgun Tokugawa lui-même. A travers l’exemple du fief de Hagi, nous examinerons comment les gouvernements de cette principauté de l’ouest du Japon ont tenté de mieux saisir la situation des maisonnées présentes sur leur territoire pour les besoins de leur administration, et pour répondre à certains problèmes sociaux.

Mardi 6 mars de 11h à 13h « Justice pénale et société dans le Japon des années 1830-1840 », dans le cadre du séminaire de Reynald Abad à l’Université Paris IV Sorbonne, salle Pardailhé-Galabrun (G 647)

La justice pénale de l’époque des Tokugawa a longtemps été décrite comme un système jurisprudentiel répressif concentrant le pouvoir judiciaire et l’application des peines entre les mains de la puissance des grands féodaux, et surtout préoccupé d’obtenir des aveux par tous les moyens, torture comprise. Mais il était aussi tempéré par de fréquentes grâces seigneuriales. A partir de l’exemple des réformes conduites par le fief de Hagi dans les années 1840, pour introduire une tarification des peines jugée plus juste et basée sur la bastonnade, favoriser la réhabilitation des criminels, ou remédier aux abus de forces de l’ordre à la réputation épouvantable, cette communication tentera de cerner les principales caractéristiques du système pénal à l’époque d’Edo, la perception qu’avaient les dirigeants guerriers de ses insuffisances, les solutions qu’ils tentèrent d’y apporter, mais aussi les limites qui s’imposaient à leurs velléités d’améliorer le fonctionnement de leur justice.

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d’études, documentaliste

More Posts - Website

La socialisation à l’amour et à la sexualité chez les écoliers japonais

Aline Henninger, Post-doctorante au Centre d’études japonaises de l’INALCO,  donnera une conférence dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon le 15 février 2018.

Malgré les travaux récents de différents sociologues japonais ou les études nationales de l’Association japonaises pour la recherche sur l’éducation sexuelle (JASE) les enquêtes qualitatives sur la socialisation à la sexualité des jeunes enfants et préadolescents demeurent rares. Les protocoles d’enquêtes utilisés lors de mon travail de doctorat portant sur la socialisation de genre à l’école élémentaire au Japon apportent plusieurs données actualisées sur ce sujet précis. Lors d’un travail de terrain de 5 mois dans quatre écoles (d’octobre 2013 à juin 2014), j’ai préféré considérer l’observation participante comme réellement participante, comme la pratiquent et la conseillent notamment les anthropologues anglo-saxons spécialistes de l’enfance. De ce fait, lors des entretiens et lors du terrain, les écoliers ont évoqués euxmêmes les moments où ils sont confrontés pour la première fois à l’amour et à la sexualité.
L’objectif de cette présentation est de comprendre comment les représentations genrées, androcentrées et hétéronormées se produisent, et par quels processus les enfants les intériorisent. Autrement dit, comment les écoliers japonais se représentent et vivent la sexualité (comprise au sens large, de l’affectivité à l’amour, et de l’éducation sexuelle à la sexualité génitale) ? Pourquoi la sexualité constitue un enjeu pour les écoliers japonais ? Comment le marquage précoce des normes consacre l’hétérosexualité comme un régime de genre obligatoire ? Quel est le rôle des groupes de pairs lors de la socialisation à l’amour et à la sexualité ?
Je montrerai dans quelle mesure le rôle des pairs et des médias sont déterminants pour cette socialisation. D’une part, toute tentative de transgression des normes touchant à la sexualité est fortement critiquée par les enfants, qui s’érigent comme les gardiens de l’ordre moral. Cette participation active des enfants dans l’imposition de l’unique hétérosexualité est d’autant plus remarquable que ces derniers déconstruisent sans cesse et rejettent également les normes de genre dans les autres domaines de la socialisation de genre. D’autre part, les représentations de la sexualité sont tributaires de celles de l’homosexualité, notamment masculine. Les images et les représentations caricaturales des personnes queer à la télévision influencent énormément les représentations de l’homosexualité chez les écoliers, qui en viennent à associer une apparence féminine à une virilité défaillante, alors synonyme d’homosexualité masculine, repoussoir ultime des représentations d’une (hétéro)sexualité « normale ».

Jeudi 15 février 2018 de 11h à 13h
EHESS, Salle 11, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d’études, documentaliste

More Posts - Website

Faire carrière dans la presse quotidienne japonaise, un regard sociologique

Conférence de César CASTELLVI, Doctorant en sociologie à l’EHESS, ATER à l’Université Paris Diderot, dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon le 1er février 2018.

Au regard des bouleversements que connait l’industrie de la presse en France ou aux États-Unis, la situation des entreprises de presse japonaises peut paraitre enviable. La presse quotidienne a jusqu’à présent été quasiment épargnée par les faillites de journaux et les licenciements massifs de reporters. Pour l’instant, la structuration de cette activité professionnelle autour d’une logique d’entreprise forte a réussi à protéger ses principaux acteurs d’une crise dont les nuages se font pourtant de plus en plus menaçants.
Un regard plus fin sur le cheminement des carrières des reporters et sur les pratiques au travail révèle pourtant que le modèle du reporter salarié a changé depuis ces vingt dernières années. Ces changements trouvent leur origine dans les deux mouvements que sont le déclin du lectorat et les transformations qu’a connu le marché du travail japonais depuis le milieu des années 1990.
Les conséquences de ces deux mouvements sur le recrutement, la formation et la mobilité professionnelle, ainsi que sur certaines pratiques éditoriales, sont aux cœurs de notre travail de thèse dont nous présenterons les principaux résultats.
A partir de matériaux provenant d’observations et d’entretiens menés lors d’une enquête de terrain au Japon entre 2013 et 2016, cette communication se déroulera en trois temps : On commencera par décrire la logique organisationnelle qui structure le journalisme de presse. Ensuite, on mettra en avant la manière dont cette logique a évolué en se focalisant sur deux objets : la généralisation de la visibilité par l’intermédiaire de la signature des journalistes et le déclin du prestige d’un segment professionnel particulier, les fait-diversiers chargés de couvrir les affaires criminelles.

Jeudi 1er février 2018 de 11h à 13h
EHESS, Salle 11, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d’études, documentaliste

More Posts - Website