Colloque international : Mapping Asia – Cartographic Encounters between East and West

Le colloque international « Mapping Asia – Cartographic Encounters between East and West » aura lieu les 15 et 16 septembre 2017 à l’Université de Leyde, dans le cadre du Leiden Asia Year 2017.

Patrick Beillevaire (Directeur de recherche émérite au CNRS) et Ekaterina Simonova- Gudzenko (Professeur à l’Université d’État de Moscou), membres du Centre Japon, participeront à ce colloque.

Patrick Beillevaire : « Introduction and application of the triangulation method in the kingdom of Ryūkyū in the first half of the 18th century »

Ekaterina Simonova- Gudzenko (Moscow State University) : « Gyoki-type maps as the model of visual representation of Japanese archipelago in East Asian and Western cartography »

Programme détaillé : http://blogs.library.leiden.edu/mappingasia/programme/

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

International Workshop: Cartography in Transition in Modern & Contemporary East Asia (18th-21st centuries)

cartography_workshop_november_2

Le Centre de recherches sur le Japon a le plaisir de vous annoncer la tenue de la deuxième de deux journées d’étude sur la cartographie en Asie orientale le 2 novembre 2016. La première journée s’est tenue en mars 2016.

Mercredi 2 novembre 2016 de 10h à 18h
EHESS, salle 640, 6e étage, 190, avenue de France, 75013 Paris

Contact : noemi.godefroy@ehess.fr

Organisers

Noémi Godefroy (CEJ/CRJ) & Vera Dorofeeva-Lichtmann (CRJ/IKGF, Erlangen)

Chair

Fabian Schäfer (Friedrich-Alexander-Universität Erlangen-Nürnberg)

Speakers

10h15-11h15

Patrick Beillevaire (Centre de Recherches sur le Japon – UMR 8173 CHINE-CORÉE-JAPON): Cassini in Ryūkyū: Introduction and application of the triangulation method for the mapping of Okinawa Island, 1737-1750

11h30-12h30

Elke Papelitzky (University of Salzburg): Changes in the representation of the Philippines in Chinese and Japanese maps of the 18th and 19th century

14h-15h

Noémi Godefroy (Centre d’Études Japonaises – INALCO/ Centre de Recherches sur le Japon – UMR 8173 CHINE-CORÉE-JAPON): From Ezo to Hokkaidō – “Connected geographies” & the Japanese mapping of the Ainu lands (18th-19th centuries)

15h-16h

Radu Leca (International Institute for Asian Studies, Leiden): Maps and Maritime Expansion in Nineteenth-Century Japan

16h30-17h30

Sophie Buhnik (Centre de recherche sur les réseaux, l’industrie et l’aménagement (CRIA)/ UMR Géographie-cités): Mapping a “society of rising inequalities” and its territories – Towards a renewed critical geography of Japan?

Arugmentation

The publication earlier this year of the seminal work Cartographic Japan, which saw the participation of many eminent historians, materializes an ongoing trend towards a greater recognition of cartography as a “window on particular moments of (…) history” (Wigen 2016 : 2). In fact, cartography and map-making are inextricably linked to the geopolitical, cultural, economic and social context of a given place, at a given time.

During the first Centre CHINE-CORÉE-JAPON (CCJ) workshop in March 2016, the deciphering of pre-modern and early modern East Asian maps brought to light their representation of the organization of space in terms of cosmographical concepts rather than its topographic reality. In this sense, these maps materialized a seemingly inward-bound, domestic, and erudite reading of the world, which required specific tools and knowledge to understand them.

From the end of the 18th century, in the advent of an increasingly global society, East Asian cartography reflects a more outward-bound approach, as maps had to be read, drawn up, and understood by an increasing variety of people, from individual explorers to competing powers. Thus, maps now sought to represent topographical elements, borders, networks, maritime space, sovereignty, resources, and demographics.

The aim of this workshop is to analyse, in a longue durée perspective, the evolutions in East Asia cartography in terms of cartographic contents, methods, means, and ends.

Program – abstracts (pdf)

Poster (pdf)

 

 

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Symposium international : Genèse des études japonaises en Europe – autour du fonds Léon de Rosny –

colloque

Symposium international organisé par le CECILLE (Centre d’Etudes en Civilisations, Langues et Lettres Etrangères) qui se tiendra les 23 et 24 novembre 2015 à l’Université Lille, Sciences Humaines et Sociales, Maison de la recherche.

Léon de Rosny (1837-1914), premier titulaire d’une chaire en langue et civilisation japonaises en France, est  au cœur du processus de la modernité intellectuelle du XIXème siècle, comme l’un des grands fondateurs des études japonaises en Europe.  Ce grand spécialiste des civilisations orientales et pré-colombiennes, a légué toute sa collection d’ouvrages en japonais et en chinois à la ville de Lille, sa ville natale. Or, d’après son testament, ces ouvrages ne peuvent être ni prêtés, ni sortis de la bibliothèque. Il incombe donc à la section des études japonaises de l’université de Lille de promouvoir cette précieuse collection d’ouvrages, pour certains très rares au Japon comme en France. Ce symposium marquera la première étape d’une recherche que nous espérons pérenne. Il sera l’occasion de présenter les résultats des travaux effectués dans le cadre des Partenariats Hubert Curien, le programme franco-belge Tournesol, qui a débuté en 2014.

Programme

Lundi 23 novembre

13h45 : Ouverture du symposium

Mot de bienvenue :

Richard Davis (Vice-président Relations internationales, Universitéde Lille, Sciences Humaines et Sociales)

Catherine Denys (Vice-présidente Recherche, Université de Lille Sciences Humaines et Sociales)

14h00 : Présentation du symposium : Noriko Berlinguez-Kôno

Présidente de séance : Noriko Berlinguez-Kôno (Université de Lille)

14h15 : Naoko Nishizawa (Université Keiô, Tokyo) :
« Léon de Rosny et Fukuzawa Yukichi : au travers des lettres de Fukuzawa dans l’Album de Rosny » (en japonais)

15h00 : Willy vande Walle (Université de Leuven – KU Leuven) :
« Léon de Rosny as a Japanologist: Scope and Limits of his Scholarship »

15h 45 : pause

Présidente de séance : Brigitte Lefèvre (Université de Lille)

16h00 : Patrick Beillevaire (EHESS/CNRS) :
« Correspondants et collaborateurs de Léon de Rosny »

16h45 : Noriko Berlinguez-Kôno (Université de Lille) :
« Léon de Rosny, ses livres dans le fonds lillois »

Mardi 24 novembre

9h15 : accueil

Président de séance : Patrick Beillevaire (EHESS/CNRS)

9h 30 : Guillaume Carré (EHESS) :
« Au service secret de Sa Majesté Shogounale : sur quelques lettres de Léon de Rosny retrouvées à Tôkyô »

10h15 : Philippe Rothstein (Université Paul Valéry – Montpellier 3) :
« Léon de Rosny, un lien entre philologie linguistique et traduction, ou le très périlleux passage du mythe du Golem en japonais »

11h : pause

11h15 : Yôko Iwashita (Université de Lille) :
« Traduction par Léon de Rosny d’un ouvrage sur la sériciculture »

12h00 : pause déjeuner

13h45 : accueil

Président de séance : Aurélien Allard (Université de Lille)

14h00 : Rie Takeuchi-Clément (Université de Lille) :
« La grammaire de Léon de Rosny »

14h45 : Brigitte Lefèvre (Université de Lille) :
« Le Couvent du dragon vert et les Comédies japonaises du XIXème siècle français »

15h30 : pause

Président de séance : Toshio Takemoto (Université de Lille)

15h45 : Bénédicte Fabre-Muller (Association Léon de Rosny) :
« Sur les pas de Léon de Rosny, un « réseau » de l’Orient à l’Amérique»

16h30 : Débat / questions

17h15 : Clôture du symposium par Noriko Berlinguez-Kôno

Contacts :
Noriko Berlinguez-Kono : noriko.berlinguez-kono@univ-lille3.fr
Brigitte Lefevre : brigitte.lefevre@univ-lille3.fr

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Léon de Rosny et le Japon qui s’ouvre

Conférence de Patrick Beillevaire dans le cadre du cycle de conférences et de rencontres « À la table du traducteur » annoncée dans le billet précédant. Vous trouverez le résumé ci-dessous.

L’étude de la langue et de la culture japonaises a été l’axe principal de la carrière d’enseignant et de l’œuvre éditoriale, au demeurant fort composite, de Léon de Rosny, au moins jusqu’aux années 1870. La publication de son Introduction à l’étude de la langue japonaise en 1856, à la veille de l’ouverture du Japon à la présence étrangère, puis la tenue d’un cours de japonais à l’École des langues orientales à partir de 1863, transformé en chaire en 1868, font de lui un des pionniers des études japonaises en Occident. Il ne s’est pourtant jamais rendu au Japon, et ce n’est pas sans difficultés et tâtonnements, comme lui-même l’explique, qu’il parvint à trouver le matériau bibliographique sur lequel se fondait et se légitimait la nouvelle discipline dont il entreprenait, presque seul, un premier balisage. Cette intervention examinera le positionnement intellectuel de Léon de Rosny, éminent héritier d’un orientalisme livresque, au regard du bouleversement politique et social que connaît le Japon dans la seconde moitié du XIXe siècle. Elle analysera, en particulier, le réseau de correspondants qui le reliait à son objet d’étude et qui conférait prestige et autorité aux sociétés et revues savantes qu’il animait.

Le mardi 2 décembre 2014 de 18h30 à 20h30
Auditorium du Pôle des langues et civilisations
65, rue des Grands Moulins
75013 PARIS

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Léon de Rosny, passeur de cultures

Léon de Rosny dans son atelier, vers 1900, photographie de la famille de Léon de Rosny.

Patrick Beillevaire (CNRS-CRJ) donnera une conférence dans le cadre du cycle de conférences et de rencontres « À la table du traducteur », organisé par la BULAC et en partenariat avec la Maison de la culture du Japon à Paris. Cette session sera consacrée à Léon de Rosny avec également la participation de François Macé (NALCO) et Philippe Rothstein (université de Montpellier III).

Léon de Rosny (1837-1914), orientaliste, ethnologue, journaliste, fut le premier enseignant de langue et de civilisation japonaises à l’École spéciale des langues orientales (1863). Conférencier au Collège de France, président de la société d’Ethnographie, il a organisé à Paris en 1873 le premier Congrès international des orientalistes et fondé la Société des Études japonaises, chinoises, tartares et indochinoises. En 1886, il devient directeur adjoint de la conférence sur les religions de l’Extrême-Orient à la cinquième section des sciences religieuses à l’École pratique des hautes études récemment créée. Homme aux centres d’intérêts et domaine de recherche multiples (linguistique, ethnologie, religions, etc.), il se consacra non seulement à l’étude de la Chine, du Japon et des autres pays d’Asie orientale mais aussi à l’Amérique centrale.

Dans l’œuvre de Léon de Rosny, la traduction du japonais et du chinois classique occupe une place de choix. Il est notamment l’auteur de la première traduction de textes littéraires japonais en France. Les traductions d’ouvrages japonais qu’il a publiées couvre un champ aussi large que celui de ses recherches : un conte chinois L’épouse d’outre-tombe (1864, 1875), la sériciculture (1868), une anthologie de la poésie classique japonaise (1871), l’oeuvre du moine bouddhiste Kûkai (1876), le Nihon shoki, seconde plus ancienne chronique du Japon (1887), Le livre de la piété filiale de Confucius (1893), etc. Depuis 1860, Léon de Rosny s’est efforcé d’incarner l’exemple du nécessaire effort de médiation entre la réalité historico-philologique de la langue des peuples, de ce qu’il appelait les « nations », les « nationalités » et ce que, comme les spiritualistes de son époque, il nommait « l’âme humaine ».

Le mardi 2 décembre 2014 de 18h30 à 20h30
Auditorium du Pôle des langues et civilisations
65, rue des Grands Moulins
75013 PARIS

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Le Japon et le fait colonial II : Les débats du temps post-colonial, des années 1950 à nos jours

Vient de paraître le n°19 de la revue Cipango sous la direction de Arnaud Nanta et Laurent Nespoulous. Ce numéro constitue la seconde partie de « Le Japon et le fait colonial » et contient également des notes de lecture de Patrick Beillevaire et de Guillaume Carré.

Il y a maintenant cent ans, en 1910, le royaume de Corée était annexé par le Japon. 2010 était donc destinée à être une année importante dans le traitement de la colonisation japonaise en Corée. C’est en réponse à ce contexte que Cipango Cahiers d’études japonaises a lancé, au printemps 2009, un appel à contributions qui opérait un ciblage sur le « fait colonial ». Pourquoi le fait colonial et non pas seulement la Corée ? Parce qu’il paraissait alors tout à fait clair que la Corée allait logiquement faire l’objet d’une attention prononcée, laissant peut-être oublier le temps plus long – et sous-terrain – de la logique coloniale. En effet, avant l’annexion de la Corée vint celle de Taiwan, mais également une présence japonaise qui se développe en Mandchourie, à partir de 1904, sans compter que l’archipel entretenait déjà un rapport de domination avec la péninsule depuis 1876. Par ailleurs, si l’empire colonial japonais devait s’écrouler en même temps que la défaite de 1945 – la décolonisation s’est superposée avec la défaite militaire –, l’actualité du temps présent nous rappelait que le passé colonial empoisonnait encore, si ce n’est plus que jamais, les relations entre États modernes.    Les propositions retenues sont fidèles à notre volonté première de restituer un échantillon, en rien exhaustif, de la variété du « fait colonial ». Ainsi le lecteur trouvera-t-il réunies des contributions sur les sociétés coloniales elles-mêmes, sur les questions relatives à la mémoire coloniale, sur l’histoire culturelle et économique, ou encore sur l’histoire diplomatique et militaire. Deux numéros de la revue offrent deux cadres distincts permettant d’organiser la « matière » qui nous a été confiée : le premier volume, numéro 18, traite la période coloniale, en se concentrant sur les décennies 1880-1920, tandis que le second volume, numéro 19 qui vient de paraître, se penche sur le temps postcolonial, de 1950 à nos jours.

Cipango n° 19 : Le Japon et le fait colonial II
Année 2012, 278 p.
Date de publication : 2013
ISBN 978-2-85831-210-8
16.00 EUR

Couverture de Cipango n°19

 

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website