Journée d’études : « Autour du Honchô gashi 本朝画史 : sources, place dans l’histoire des traités de peinture et postérité »

Journée d’études organisée par le groupe « Manuscrits à peintures »  du CEJ de l’Inalco.

Le Honchô gashi, « Histoire de la peinture de » (1691) composé par le peintre Kanô Einô (1631-1697), représente un jalon et un tournant de l’histoire de l’art au Japon avant l’ère contemporaine. Premier traité de peinture imprimé, il a bénéficié d’une large diffusion et constitue, à ce titre, une date dans l’histoire du livre ; il importe ainsi de le resituer parmi les ouvrages concurrents de la même époque en l’étudiant dans ses aspects matériels. Mais son importance provient également du rôle qu’il a joué au XIXe siècle, dans la formation du regard rétrospectif des Japonais sur leur propre peinture, du fait de son statut de source pour l’historiographie naissante. On savait qu’il avait été écrit avec le projet de définir les termes d’une histoire idéale de la peinture, centrée sur l’école Kanô – en quoi il constitue bien sûr une tentative d’autopromotion de la part de celle-ci. Mais si les recherches récentes insistent aussi, de nos jours, sur l’aspect circonstanciel de sa genèse, c’est-à-dire le dessein, chez son auteur, de revaloriser la position de son atelier au sein de l’univers des Kanô, elles mettent en lumière également la multiplicités des points de vue par lesquels on peut saisir cet ouvrage : en tant que reflet d’une nouvelle méthode historique, élaborée par les lettrés de l’époque d’Edo ; par sa façon de situer l’histoire de la peinture d’un pays dont les contours mentaux évoluent, en magnifiant la source chinoise mais en se définissant aussi par rapport à elle ; enfin, en tant que source majeure concernant l’histoire des techniques et de l’évaluation picturale, grâce à ses deux dernières parties et appendices portant sur les pigments et sur les sceaux.

Mardi 4 juillet 2017 9h30 – 17 h
Salle des Plaques – Inalco, Maison de la recherche
2, rue de Lille, Paris 7ème

Programme

1) Matinée : 9 h 30 – 12 h 45

9h30 accueil des participants

10h-10h30 : Estelle BAUER (Inalco / CEJ), « Présentation de la journée et du Honchô gashi dans son contexte pictural »

10h30-11h30 : Christophe MARQUET (Inalco / CEJ), « Support, usage et réception du Honchô gashi du XVIIe au XIXe siècle : des traités de peinture d’Edo à la formation de l’histoire de l’art »

11h30-11h45 : Pause

11h45-12h45 : Marie PARMENTIER (université de Toulouse-Jean Jaurès / CEJ), « Les listes de pigments dans les livres de peinture à l’époque d’Edo »

2) Après-midi : 14 h – 17 h

14h-15h : Alice BIANCHI (Université Paris-Diderot / CRCAO), « Le Honchô gashi et les sources chinoises »

15h-16h : Arthur MITTEAU (Inalco / CEJ), « L’esthétique d’Ernest Fenollosa à la lumière du Honchô gashi »

16h-16h15 : pause

16h15-17h : discussion générale

Contact : estelle.leggeribauer@inalco.fr
                 arthur.mitteau@inalco.fr

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Journée d’étude « Collections et commerce de l’art à l’ère Meiji (1868-1912) : diversité des publics, diversité des acteurs »

Journée d’étude organisée par le Centre de recherches sur le Japon (EHESS-UMR 8173)  avec la collaboration du Musée Guimet le 10 mars 2017.

Pendant l’ère Meiji, la perception des arts du Japon, anciens et contemporains, en Occident, tend à changer de décennie en décennie. C’est le fruit d’une connaissance croissante de l’histoire de l’art japonais, d’abord au Japon même, puis, parfois avec décalage, dans les sociétés occidentales ; tandis que le commerce international d’objets d’art ancien et contemporain, lui, reste important, mais change également au cours de la période. Or, ces processus historiques de connaissance croissante du « Japon artistique », pour reprendre un titre célèbre de Siegfried Bing, se déroulent en Occident de façon différenciée selon les événements et les contextes : expositions universelles, filières commerciales, acquisitions privées devenant collections publiques… Quels sont les facteurs historiques derrière ces phénomènes locaux, ces collections et ces filières d’objets ? En quoi leur genèse différenciée reflète-t-elle des réalités diverses du monde de l’art au Japon ?
Étudier de tels processus d’échange et de constitution de collections d’objets est important pour saisir l’évolution des échelles de valeurs artistiques, donc l’image même de la culture du Japon, non seulement en Occident, mais au Japon même. En effet, cette évolution reflète l’image changeante, au Japon et parmi les Japonais du début du vingtième siècle, de la culture nationale elle-même. C’est pourquoi l’accent est particulièrement mis sur les facteurs historiques du côté japonais.
La journée d’étude vise à contribuer aux travaux sur cette question, par le biais d’exposés portant sur des cas ponctuels, mais significatifs.

Vendredi 10 mars 2017 de 9h30 à 17h

Hôtel d’Heidelbach, Salon Pelliot, 19 avenue d’Iéna 75116 Paris

Réservation : arthur.mitteau@inalco.fr

Programme (pdf)

9h30 : Accueil des participants
10h : Présentation de la journée : Arthur Mitteau (INALCO-CEJ, EHESS-CRJ)

Collection, conservation et exposition des arts japonais en Occident sous Meiji : facteurs historiques et échelles de valeur

Modération : Christophe Marquet (INALCO-CEJ)

10h15 : Hayashi Kumiko (JSPS, EHESS-CRJ)

L’ancienne collection du Louvre, l’autre source du fonds japonais de Guimet. Création et évolutions (1893-1912).

11h : Arthur Mitteau (INALCO-CEJ, EHESS-CRJ)

Goûts classiques, goûts méconnus : logique et surprises de la constitution de la collection de peinture japonaise Fenollosa-Weld du Musée des Beaux-Arts Boston.

11h45 : Coralie Legroux (Université Paris IV-Sorbonne, restauratrice du patrimoine habilitée auprès des musées de France)

Exposer, encadrer et restaurer une peinture hors-cadre : les contraintes et les aspects matériels de l’exposition d’un kakemono en France au temps du japonisme.

12h30 : Déjeuner

Évolution du commerce de l’art, évolution du regard au Japon, de Bakumatsu à Meiji

Modération : Midori Hirose (Université Paris Diderot-CRCAO)

14h30 : Nishii Akane (EHESS-CRJ)

Quel «Japon artistique» exporter ? Les hommes et les débats au Japon autour du commerce au départ de Yokohama, des industriels régionaux à la Société de l’Étang du Dragon.

15h15 : Léa Saint-Raymond (Université Paris X-Nanterre-HAR)

Le Japon à l’épreuve des enchères : étude statistique des ventes aux enchères publiques, 1860- 1900.

16h-17h : Discussion finale

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

12e colloque de la SFEJ : « Autour de l’image : arts graphiques et culture visuelle au Japon »

affiche-image

Le 12ème colloque de la SFEJ : « Autour de l’image : arts graphiques et culture visuelle au Japon » organisé à l’Université Jean Moulin – LYON 3 aura lieu les jeudi 15, vendredi 16 et samedi 17 décembre 2016.

Guillaume Carré, Noémi Godfroy, membres du Centre Japon, et Kumiko Hayashi, JSPS research fellow au Centre Japon, participeront à ce colloque.

Cette année, le colloque de la SFEJ, rendez-vous incontournable de la japonologie francophone, est organisé pour la première fois à Lyon, ville connue pour sa gastronomie, mais aussi pour sa capacité à concilier avec dynamisme les arts et l’industrie. À la pointe des innovations techniques et culturelles, elle a notamment vu naître le cinéma sous l’impulsion des frères Lumière dans les années 1890. Ses liens avec le Japon sont nombreux et variés. Elle a, entre autres, développé depuis le xixe siècle une relation singulière avec la ville de Yokohama (avec laquelle elle est toujours jumelée), à travers le commerce de la soie, et abrité les rêves de l’homme d’affaires collectionneur hors-norme qu’était Émile Guimet. Aujourd’hui encore, elle accueille de nombreux ressortissants japonais et constitue un noyau dynamique pour les études japonaises. Enfin, le département d’études japonaises de l’Université Jean Moulin-Lyon III, établi depuis 1981, a permis au japonais de se hisser à la deuxième place après l’anglais au sein de la Faculté des langues. Lire la suite

Vous trouverez toutes les informations pratiques ainsi que le programme du colloque sur le site : https://sfejcolloque2016.wordpress.com

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website