M. Federico MARCON, Professeur invité à l’EHESS en avril-mai 2017

M. Federico MARCON, Professeur à l’Université de Princeton, historien du Japon et spécialiste d’histoire des sciences, séjournera à Paris sur invitation de Guillaume Carré (CRJ-EHESS) et Aleksandra Kobiljski (IAO-CNRS-CRJ).

Son projet de recherche en cours porte sur l’histoire de la monnaie dans le Japon des Tokugawa, en réunissant les sources sur les débats intellectuels et les pratiques financières des acteurs du terrain tels que les changeurs de monnaie.

M. MARCON est l’auteur de « The Knowledge of Nature and the Nature of Knowledge in Early Modern Japan » (University of Chicago Press, 2015).

Durant son séjour, M. MARCON donnera les interventions suivantes :

Jeudi 20 avril 2017, 11h-13h 
Money Talks: Monetary Disputes in Early Eighteenth-Century Japan
Dans le cadre du séminaire collectif du Centre de recherches sur le Japon « Histoire du Japon moderne et contemporain : permanences et ruptures », animé par Guillaume Carré, Annick Horiuchi et Aleksandra Kobiljski

Lieu : salle 7, EHESS,105 boulevard Raspail, 75006 Paris

Vendredi 21 avril 2017, 10h45-12h45
“Between Truth and Accuracy: Nature Knowledge in Late Tokugawa Japan”

Dans le cadre du séminaire « Histoire et sociologie des croyances et des savoirs », animé par Matthias Hayek

Lieu : salle 481, Université Paris Diderot, Grands Moulins, bâtiment C, 5 rue Thomas Mann, 75013 Paris

Mercredi 10 mai 2017, 10h-12h 
“La science naturaliste japonaise a-t-elle disparu ?”

Dans le cadre des Débats du Centre Alexandre Koyré, discutants : Antonella Romano et Annick Horiuchi

Lieu : salle de séminaire, 5ème étage, Centre Alexandre Koyré, 27 rue Damesme, 75013 Paris

Jeudi 18 mai 2017, 11h-13h
“The Happy, Risky Life of Moneychangers in Early Modern Japan”

Dans le cadre du séminaire « Aux origines de la mondialisation : histoire économique comparée Asie Europe, 1500-2000 », animé par François Gipouloux

Lieu : salle A 751, 54 boulevard Raspail, 75006 Paris (à confirmer)

Résumés

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Nouvelle publication : « Histoire des techniques : mondes, sociétés, cultures (XVIe-XVIIIe siècle) »

carnino_histoire-techniques.indd

Vient de paraître :  Histoire des techniques : mondes, sociétés, cultures (XVIe-XVIIIe siècle), sous la direction de Guillaume Carnino, Liliane Hilaire-Pérez, Aleksandra Kobiljski.

Cet ouvrage propose une histoire comparée des techniques, à l’échelle du monde. L’attention à la pensée du geste, aux rythmes différenciés et à l’infinie variété des cultures techniques constitue actuellement un trait commun aux études menées à travers le monde. Le résultat est une compréhension fine de ces formes matérielles, élaborées dans des univers traversés de multiples alliances et de rapports de forces inédits.

Cet ouvrage est co-dirigé par Aleksandra Kobiljski, chargée de recherches au CNRS, membre associée du Centre Japon.

Arthur Mitteau, jeune chercheur associé du Centre Japon, a collaboré à l’iconographie de la couverture, qui provient du rouleau  Sado kôzan kyûshiki kôgyô-zu (Description des opérations métallurgiques dans l’ancienne façon de la mine de Sado), peint en 1885-1895 par Oka Tôen. Il représente le processus de concassage du minerai d’argent avec des meules et un système hydraulique. Cette rouleau est une copie de l’original peint entre 1732 et 1736 par Yamô Kakuen, de l’école de peinture Kanô, pour le compte du magistrat Sado, qui a utilisé ce rouleau pour lancer la réforme de la gestion des mines.

nclio-couv-choix-3

Le rouleau est intégralement numérisé et disponible sur le site web de l’Ecole des Mines de Paris :
https://patrimoine.mines paristech.fr/document/Rouleau_Mines_Sado

 Résumé

L’histoire des techniques entre 1500 et 1800 est présentée tout d’abord de façon géographique, par grandes zones géographiques (Europe, Afrique, Moyen-Orient, Asie, Amériques, Océanie, etc.), puis de façon thématique, afin d’insister sur les principales orientations de la recherche actuelle : sont ainsi détaillés les liens entre les techniques et le pouvoir politique, l’agriculture, la religion, le genre, le corps, l’environnement, etc. L’objectif est de fournir un état de l’art tout en précisant les directions empruntées par la recherche en histoire moderne des techniques dans une perspective ouverte à l’échelle du monde, résolument comparatiste et soucieuse de regards croisés, y compris à l’échelle diachronique.

4e de couverture

Cette histoire comparée des techniques, à l’échelle du monde, privilégie la période moderne pour penser les techniques hors des fresques européano- centrées du progrès tout en posant la question des trajectoires. À rebours d’une histoire des techniques longtemps réduite à un catalogue d’inventeurs géniaux ou de visions tronquées d’un passé prétendument fait d’ignorance et de routine, les recherches récentes, présentées ici géographiquement et thématiquement, montrent que la production matérielle a emprunté des voies dynamiques et complexes, et que les savoirs des praticiens, loin d’être aveugles, étaient nécessairement réfléchis.

Cet ouvrage fait le point sur ces recherches qui, dans de multiples régions, permettent de penser un monde technique pluriel, irréductible à toute téléologie et dont l’histoire est à poursuivre.

Guillaume Carnino est maître de conférences en histoire des sciences et techniques à l’Université de technologie de Compiègne.

Liliane Hilaire-Pérez est professeur d’histoire moderne à l’université Paris 7 et directrice d’études à l’EHESS.

Aleksandra Kobiljski est chargée de recherche en histoire des mondes modernes et contemporains au CNRS.

PUF
Collection Nouvelle Clio
2016. 608 p.
ISBN: 978-2-13-078656-6

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Séminaire interdisciplinaire du Centre Japon 2016-17

calendrier-seminaire-2016_2017crj-modifie

Le Centre de recherches sur le Japon a le plaisir de vous présenter le programme de son séminaire interdisciplinaire pour l’année 2016-2017.
Je vous prie de noter que les horaires ont changé cette année.
Au plaisir de vous accueillir nombreux.

Histoire du Japon moderne et contemporain :
Permanences et ruptures

1er et 3e jeudis du mois (sauf exceptions) de 11 h à 13 h
Salle 7, 105 bd Raspail 75006 Paris

 

Organisateurs :

Guillaume Carré, maître de conférences à l’EHESS (CCJ-CRJ)
Annick Horiuchi, professeur à l’Université Paris-Diderot (CRCAO)
Aleksandra Kobiljski, chargée de recherche au CNRS (IAO-CRJ)

Programme :

3 novembre :   Fabian SCHÄFER  (Friedrich-Alexander-Universität Erlangen-Nürnberg) : « Much Ado About ‘Nothing’: The Kyōto-School as ‘Media Philosophy’ »

17 novembre : Annick HORIUCHI (Université Paris Diderot) : « Les interprètes de Nagasaki au XVIIIe siècle : statut et identité »

1 décembre :   Kiri PARAMORE (Université de Leiden) : « Using and Abusing the Sinosphere: Diplomacy, Statecraft and Individual in Early Modern East Asia.»

15 décembre : 12ème colloque de la SFEJ organisé à l’Université Jean Moulin – Lyon 3

19 janvier :      Robert TUCK (Université de Montana) « Idly Scribbling Rhymers: Poetry and Community in Nineteenth Century Japan »

2 février :       Yuliya OSADCHA FERREIRA (Université de Kiev) : « Literary process in Modern Japan: Tendencies, Keynotes and Accomplishments »

16 février :     Yola GLOAGUEN (Collège de France) : « Construire une maison moderne dans le Japon des années 1920 et 1930: divergence et harmonisation des savoirs faire et des techniques dans le processus de création architecturale »

2 mars :         Cléa PATIN  (Université Jean Moulin -Lyon 3) : « La fabrique de l’art dans le Japon moderne et contemporain »

16 mars :       Nathan HOPSON (Université de Nagoya) : « People and Nations are Built on Food: School Meals as National Defense in Prewar Japan  »

20 avril :        Federico MARCON (Université de Princeton) : « The Happy, Risky Life of Moneychangers in Early Modern Japan »

4 mai :           Aline HENNINGER (INALCO/CEJ) : « La socialisation à l’amour et à la sexualité chez les écoliers japonais »

18 mai :         NAKAJIMA Takahiro (Université de Tôkyô) : « Confucianism in Modern Japan »

Renseignements :

aleksandra.kobiljski@ehess.fr
carre@ehess.fr

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

« On science and faith in the life of a Meiji engineer » : nouvelle publication de Alessandra Kobiljski

ScienceTechnologyMedecineModernJapan-200x300

Nouvelle publication de Aleksandra Kobiljski : « On science and faith in the life of a Meiji engineer » in David G. Wittner (Ed.), Philip C Brown (Ed.), Science, Technology, and Medicine in the Modern Japanese Empire, Routledge, 2016, pp. 17-32.

Lire l’article sur Google livres

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Workshop: « Industry and the City in Europe and Japan Tokyo, Paris, London, Kyoto and Osaka 1770-1930 »

City-and-Industry-Poster_Portrait_v8

This workshop seeks to explore the interface of industry with the urban fabric in a comparative perspective.The goal is to bring together emerging research on Japanese urban industrial cities with research results on their counterparts in France and England.

Specifically, the workshop will focus on mapping of the industrial activity onto the urban fabric of Tokyo, Paris, London, Osaka. Our investigation will revolve around the following questions: How does industrial activity invest a city? How does industry map onto an existing urban fabric? If and how does it map onto existing artisanal spaces? How intensification of industrial activity recasts old and forges new spatial configurations in an urban setting?

In Japan, the urban fabric of early modern Edo was strongly determined by the social status stratification with clear reflection in residence patterns. When in late Tokugawa period, the system of mandatory residence of domain lords in Edo (sankin kôtai) was dismantled, a large number of domain residences in Tokyo came to be abandoned. Did Tokyo industry emerge in the artisanal heart of the city or did abandoned domain residents and gardens provide fertile grounds for small scale industrial activity? In the case of Osaka, before 1880s, little suggested that it would become one of two principal industrial cities of Japan and the capital of the chemical industry. How did chemical industry come to inhabit Osaka between 1890 and 1920? How did chemical installation affect the urban fabric of the city?
Program

10:00-10:15 Introduction

10:15-11:15  Tanimoto Masayuki (University of Tokyo/EHESS)
The City of Workshops: The Manufacturing Industries in the early 20th century Tokyo

11:15 -12:15 Thomas Le Roux (CNRS/EHESS)
Mapping Smoke: Air Pollution and Harmful Factories in Paris, 1800-1850

Chiar: Liliane Hillaire-Péreze (Paris Diderot/EHESS)

12:15-14 Lunch

14:00-15:00 Fujimoto Masayo (Dôshisha University/FFJ)
The Brewers of Fushimi: Unconventionality, Tradition and Sake Industry in Kyoto, 1880-1930

15:00-16:00 Marie Thébaud-Sorger (CNRS/EHESS)
Burning Issues: Mapping Artisanal Activity in London through Insurance Records, 1770-1800

Chair: Sarah Teasley (Royal College of Art)

16:00-16:30 Coffee break

16:30-17:30 Aleksandra Kobiljski (CNRS/IAO)
Chemical Dreams in the Capital of Smoke: Noxious Fumes and Toxic Effluvia in Osaka, 1877-1916

17:30 – 18:00 Final discussion: Industrial Metropoles in Comparative Perspective
Liliane Hillaire-Péreze and Tanimoto Masayuki

June 7, 2016
EHESS, Room 640

190 Avenue de France, 75013 Paris

To register email: aleksandra.kobiljski@ehess.fr
Workshop venue and amenities are wheelchari-acessible.
This workshop is organised as part of the Japan Technology and Industry Working Group.
For more information about the group please consult the blog:
https://japantech.hypotheses.org.

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Le Centre Japon accueille le 4e Atelier doctoral des études japonaises (ADEJ) le 11 décembre 2015

Tous les 2 ans, la Société française des études japonaises (SFEJ) organise l’Atelier doctoral des études japonaises (ADEJ). Cette année, le Centre de recherches sur le Japon (EHESS/UMR 8173 Chine Corée Japon) accueillera les participants pour sa quatrième édition dans les locaux de l’EHESS à Paris.

Date : vendredi 11 décembre 2015 de 9h30 à 19h30
Lieu : EHESS, Bâtiment Le France, 190 Avenue de France,
6ème étage (métro Quai de la Gare)
Entrée libre

Organisateurs : Yola Gloaguen (EPHE) et Aurélien Allard (INALCO)
Contact : Aleksandra Kobiljski aleksandra.kobiljski@ehess.fr

PROGRAMME

9h30 : Accueil des participants (salle 638)
9h45 : Allocution d’ouverture (salle 638)

Session sciences politiques (salle 638)

Présidente de séance : Guibourg Delamotte (INALCO)

Matinée : « Sciences politiques 1 »
10h00-10h30
Arnaud Grivaud, Université Paris Diderot, « La redéfinition des relations politico-administratives au Japon : le cas de la loi sur le leadership politique de 1999 »
10h35-11h05
Yann Favennec, Université Paris Diderot, « Etude rétrospective de la formation et de l’évolution des rapports transfrontaliers russo-japonais de l’immédiat après-Guerre à l’effondrement de l’Union Soviétique (1945 – 1991) »

11h10-11h40
Jonathan Jay Mourtont, Université Paris Diderot, « Tensions en Asie : Quête d’une suprématie aérienne »
11h45-12h15
Xavier Mellet, Sciences Po Paris, « Cadrer une campagne électorale dans le Japon contemporain. Retour sur la privatisation de la poste durant l’élection de 2005 »

12h15-13h15 : Pause déjeuner

Après-midi : « Sciences politiques 2 »

13h20-13h50
Nicolas Leprêtre, Sciences Po Lyon, « Les politiques énergétiques face aux changements technologiques : le cas des réseaux électriques « intelligents » au Japon »
13h55-14h25
Elsa Goner, Université de Genève, « Le tragique suicide de Konoe Fumimaro : réévaluer la dimension fataliste dans la biographie de l’ex-premier ministre »

Session pluridisciplinaire (salle 640)

Matinée : « Histoire et société »
Président de séance : Yannick Bardy (INALCO)

10h00-10h30
Guillaume Hurpeau, EPHE, « Techniques culturales et de transformation du thé à l’époque Edo »
10h35-11h05
Ursula Wieser Beneditti, EHESS, « Clôtures de Kyôto, une analyse comparative des délimitations de l’espace à Kyôto avant et après 1868. »
11h10-11h40
Aline Henninger, INALCO, « La socialisation de genre à l’école élémentaire au Japon : restituer la parole des enfants »
11h45-12h15
Benoit Granier, Sciences Po Lyon, « Changer les comportements vers une ‘société sobre en carbone’ : Dans les coulisses d’un nouveau paradigme »

12h15-13h15 : Pause déjeuner

Après-midi : « Littérature et art »
Présidente de séance : Brigitte Lefèvre

13h20-13h50
Yannick Maufroid, INALCO, Université de Waseda, « Shimao Toshio et la méthode du rêve : du nikki au roman »
13h55-14h25
Maria Elena Raffi, INALCO, « Ise dans le Roman du Genji : Les boucles du cordon (Agemaki) »
14h30-15h00
Lise Guiot, Université Paul Valéry-Montpellier 3, « Le bunraku et ses nouveaux visages sur la scène française contemporaine »

Table-ronde : valorisation de la thèse (salle 638)

15h15-16h15
Guillaume Carré (recrutement CNRS/EHESS/EPHE)
Annick Horiuchi (recrutement universités et CNU)
Christophe Sabouret (éditions CNRS)
Noémi Godefroy (l’après-thèse et le monde académique américain)

16h30-18h30 : Assemblée Générale de la SFEJ (salle 638)

18h30-19h30 : Cocktail

Programme ADEJ 2015 (pdf)
Résumés des interventions (pdf)

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website