Le saké contrefait à l’époque d’Edo

Reiji IWABUCHI, Professeur à l’Université féminine du Gakushûin, professeur rattaché au Centre de recherches sur le Japon d’avril à août 2017, donnera une conférence intitulée « 江戸の「贋酒」 » (Le saké contrefait à l’époque d’Edo) à l’Université Paris Diderot le 12 juin 2017.

Cette conférence sera donnée en japonais sans traduction.

商品のブランド化と偽物の出現は、世界共通の超時代的な現象であるが、時代や地域を限定することで、偽商品を通して当該社会の一端を描き出すことが可能ではなかろうか。とくに、商標権確立以前の前近代にあっては、公権力の保護はなかったため、民間社会の中で対策が講じられたと考えられる。
日本の江戸時代における偽商品については、すでに出版物の重板をめぐる仲間の統制や、薬の商標の模倣・盗用に対する「商標・商号権」保護の獲得過程が明らかにされている。本講演では、商標と生産者や内容が異なる「贋酒」をとりあげ、生産地と消費地の双方の状況をみながら、その生産と流通の実態を検討する。さらに、近代化の中で明治17(1884)年に制定・施行された商標登録制度(商標条例)との相克についてもふれてみたい。

L’apparition des marques et de contrefaçons est un phénomène universel qui dépasse les frontières et les époques. Mais en se limitant à une aire géographique et à une époque particulière, ne pourrait-on pas apporter un éclairage sur une société donnée à travers ses contrefaçons ? Tout particulièrement, à une époque où le droit des marques n’existait pas, l’absence de protection de la part des pouvoirs publics a pu conduire les acteurs de l’économie à adopter des mesures d’auto-régulation.
En ce qui concerne les articles contrefaits dans le Japon de l’époque d’Edo, l’auto-régulation des droits de réimpression d’ouvrages au sein des corporations de libraires est bien attestée, ainsi que des processus visant à la protection des marques ou des dénominations d’articles face à des manoeuvres d’usurpation ou d’imitation de marques de médicaments. On s’intéressera dans cette conférence à des cas de « saké contrefait » où un décalage est attesté entre la marque, le producteur d’une part, et le contenu d’autre part. En examinant les terrains de la production et de la consommation, on réfléchira sur la situation réelle de la production et de la distribution. On évoquera également la manière dont s’est déroulée la transition vers la modernité de Meiji, avec l’instauration et l’application du système d’enregistrement des marques en 1884.

Lundi 12 juin 2017, 16h-18h
Salle 481C – Université Paris Diderot
5 rue Thomas Mann, 75013 Paris

Affiche

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Mettre Edo à la mode : le grand magasin Mitsukoshi et la commercialisation d’Edo aux ères Meiji et Taishô (1890-1920)

Conférence de Reiji IWABUCHI, Professeur à l’Université féminine du Gakushûin, professeur rattaché au Centre de recherches sur le Japon d’avril à août 2017, dans le cadre d’une séance exceptionnelle du séminaire « Techniques, objets et patrimoine culturel immatériel en Asie Orientale (XVIe-XXIe siècles) » (UMR 8173) le 27 avril 2017.

Depuis la formation de l’Etat-Nation moderne au Japon jusqu’à nos jours, la plupart des « traditions » du pays mises en avant concernent soit « la culture fondamentale » remontant aux origines de l’archipel et aux périodes anciennes, soit l’époque d’Edo et la civilisation urbaine de sa capitale shogounale. La période allant des années 1890 à la veille du grand tremblement de terre du Kantô de 1923 marqua le début de la « découverte » d’Edo, avec à la fois des aspects politiques et commerciaux. On a déjà souligné la relation entre l’intérêt pour Edo et l’Etat-Nation moderne, comme recréation d’une tradition propre du Japon, conçue à partir des années 20 de l’ère Meiji en réaction envers les politiques des puissances occidentales, et comme une entreprise de préservation de « l’essence nationale » ; mais les aspects commerciaux n’ont pas fait l’objet de la même attention. Cette communication se penchera donc sur la politique de promotion commerciale « d’Edo » par le grand magasin Mitsukoshi durant la fin de l’ère Meiji et l’ère Taishô, pour mettre en lumière ce processus de transformation en objet de consommation et son influence. Et nous réfléchirons aussi sur les représentations d’Edo qui suivirent.

(日本の近現代における)「江戸」の商品化-明治・大正期の三越百貨店による流行創出を中心にー

岩淵令治教授

学習院女子大学

国民国家成立以降、今日に到るまで「発見」される「伝統」の多くは、日本の場合、「基層文化」としての原始・古代と、都市 江戸を主な舞台とした「江戸」である。明治二〇年代から関東大震災前までの時期は、「江戸」が「発見」された嚆矢であり、政治的位相 と商品化の位相で進行した。前者は、欧化政策への反撥、国粋保存主義として明治二〇年代に表出してくるもので、「日本」固有の伝統の 創造という中で、「江戸」の国民国家への接合として、注目されてきた。しかし後者についてはいまだ検討が不十分である。そこで本報告 では、主に明治末より大正期において三越がすすめた「江戸」の商品化をとりあげ、「江戸」の商品化の過程と影響を明らかにする。ま た、その後の「江戸」の表象についても考えてみたい。

Jeudi 27 avril 2017 de 14h00 à 16h00
EHESS, Salle A 07_51 (7e étage), 54 boulevard Raspail 75006 Paris

Conférence en japonais, avec traduction simultanée en français

 

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

M. Reiji IWABUCHI, Professeur invité à l’EHESS en 2017

M. Reiji Iwabuchi, Professeur à l’Université pour femmes Gakushūin, séjournera à Paris jusqu’à la fin d’août 2017 sur invitation de Guillaume Carré (CRJ-EHESS).

Les recherches de M. Iwabuchi portent entre autres sur l’ histoire comparée des villes préindustrielles en France et au Japon : résidences aristocratiques, organisations et représentations de l’espace urbain.

Durant son séjour, M. Iwabuchi va contribuer au déchiffrement du fonds Mitsui, archives conservées au Collège de France. La première collaboration sur le fonds Mitsui avec Guillaume Carré a eu lieu en 2013 : https://carnetsjapon.hypotheses.org/2912

Durant son séjour, M. Iwabuchi participera à plusieurs conférences et ateliers scientifiques dont la première le 27 avril 2017 dans le cadre du séminaire de C. Bodolec, F. Obringer (CNRS) et M. Bussotti (EFEO) « Techniques, Objets et Patrimoine en Chine, en Corée et au Japon (XVIe-XXIe s.) »

 

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Colloque franco-japonais « Espaces, statuts et institutions : perspectives franco-japonaises en histoire urbaine »

Le colloque franco-japonais « Espaces, statuts et institutions : perspectives franco-japonaises en histoire urbaine » 「空間 身分 制度、日仏都市史のパースペクティヴ」se tiendra à Paris les 22 et 23 novembre 2013. Ce colloque est organisé par le Centre de recherches sur le Japon de l’EHESS, le Centre Roland Mousnier de l’Université Paris 4 et l’Université de Tokyo, avec le soutien du CNRS et de la JSPS (Japanese Society for the Promotion of Sciences).

Ce colloque, fruit de plusieurs années de collaboration entre chercheurs japonais et français sera l’occasion de confronter des approches en histoire urbaine de la France et du Japon, y compris à travers les travers les travaux de jeunes docteurs et doctorants des deux pays, mais aussi de faire connaitre en France la richesse des recherches menées au Japon dans ce domaine, tant en histoire japonaise qu’en histoire occidentale.

Programme du colloque (pdf)

Vendredi 22 et samedi 23 novembre 2013
Université Paris 4 Sorbonne, Centre Roland Mousnier, Salle G647
(en Sorbonne, escalier G 1er étage et demi)
1, rue Victor Cousin – 75230 Paris cedex 05

 

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Le fonds Mitsui du Collège de France : lire les archives de notables villageois japonais du 19e siècle

le Centre de recherches sur le Japon de l’EHESS (UMR 8173) et l’Institut des Hautes Etudes Japonaises du Collège de France (UMR 8155) organiseront une conférence/atelier basé sur le fonds d’archives Mitsui conservé au Collège de France. Cet atelier sera animé par Iwabichi Reiji, Maître de conférences au Musée national d’histoire du Japon, chercheur invité de l’EHESS, et Guillaume Carré (CRJ/EHESS).

Le fonds Mitsui, confié au Collège de France par une descendante de cette famille de notables des environs de la ville de Kôfu (province de Kai, actuel département de Yamanashi), est représentatif des archives villageoises conservées au Japon à partir de l’époque des Tokugawa. Les plus vieilles pièces remontent à la fin du 17e siècle, mais la majorité d’entre elles a été produite entre le début du 19e et l’ère Meiji. Contenant à la fois des archives privées (familiales ou individuelles) ou professionnelles, relatives aux activités agricoles et commerciales de ces gros propriétaires fonciers et financiers, et des documents d’un caractère plus officiels, liés aux responsabilités administratives de ces éminentes personnalités villageoises, le fonds Mitsui nous livre un témoignage direct et concret de la vie quotidienne et du fonctionnement d’une communauté rurale en transition entre le Japon de l’époque d’Edo et celui de l’ère Meiji, d’une modernité à l’autre. Ce fonds d’archives d’un volume considérable, sans équivalent à notre connaissance hors du Japon, fera l’objet d’une présentation générale qui mettra en relief ses multiples intérêts historiques et pédagogiques, ainsi que d’un atelier de lecture permettant de s’initier au déchiffrement de quelques documents typiques.

Lundi 4 février 2013 de 18h à 20h
Collège de France, Salle Massignon (salle n°1, rez-de-chaussée)
52 Rue du Cardinal Lemoine, 75005 Paris
 

Renseignements : guillaume.carre<at>ehess.fr
Connaissance du japonais recommandée

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Faire fortune à la fin des Tokugawa : le cas de la Maison Takasakiya à Edo

文京ふるさと歴史館所蔵「高崎屋絵図」

La troisième conférence de M. Iwabuchi Reiji, Maître de conférences au Musée national d’histoire du Japon, chercheur invité de l’EHESS, intitulée ”江戸住大商人の肖像−場末の仲買 高崎屋の成長” dans le cadre du séminaire de Guillaume Carré (CRJ/EHESS).

La fortune des grands marchands et la prospérité des villes illuminent la période d’Edo. Du 17e au 19e siècle, par vagues successives, des générations de commerçants firent succéder leur réussite au déclin de leurs prédécesseurs, en installant progressivement leurs activités, leur condition et leurs valeurs au centre du jeu social. Certains cas emblématiques de génies des affaires qui révolutionnèrent les pratiques commerciales de leur temps, comme les Mitsui ou les Kônoike, ont déjà bien été étudiés. Mais la grande majorité des marchands aisés était en fait composés de grossistes ou d’intermédiaires de dimensions plus modestes, cherchant au sein de corporations à conserver les positions acquises contre la concurrence de nouveaux venus. La maison Takasakiya est assez représentative des commerçants qui connurent une ascension à la fin du shogounat : installés d’abord dans des quartiers excentrés de la cité d’Edo, ses patrons appuyèrent leur développement sur celui de la consommation populaire, mais aussi sur l’essor des productions régionales et sur la diversification des sources d’approvisionnement. A une époque où apparaissaient les marques à la mode et la publicité, les succès de tels commerçants signaient l’entrée de la consommation dans une nouvelle ère qui préfigurait le Japon moderne. La conférence dégagera donc les ressorts de la réussite exemplaire des Takasakiya, une réussite qui exhale néanmoins, comme souvent à cette période, des relents de saké frelaté et de sauce de soja d’appellation d’origine douteuse …

Télécharger le résumé en japonais

Vendredi 18 janvier 2013 de 11h à 13h
Salle 6 EHESS, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Renseignements : guillaume.carre(at)ehess.fr

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website