Japanese Illustrated Books from the Edo and Meiji Periods

Plus de 1 000 livres japonais illustrés de la période 1600-1912 ont été numérisés par les Smithsonian Libraries. Visitez cette collection ici.

The Freer|Sackler Library’s collection of illustrated Japanese rare books includes over 1,000 volumes previously owned by Charles Lang Freer. Often filled with color illustrations, many are by famous artists such as Andō Hiroshige and Katsushika Hokusai.  These beautiful woodblock printed works of art were published during the Edo and Meiji periods (1600-1912).  Another group of Japanese rare books more recently added to the Library’s collections consists of 67 volumes of illustrated Meiji-period books collected by Robert O. Muller who also formed a superb collection of Japanese prints from the same period which he bequeathed to the Arthur M.Sackler Gallery. Both library book collections are ideal complements to the world renowned Gerhard Pulverer Collection of Illustrated Japanese Books which was acquired by the Freer Gallery of Art in 2007. The Pulverer Collection has been completely digitized and is available online. Unlike the European and American books on our website, Japanese rare books are scanned as two-page spreads to more clearly show the construction of the book and seamlessly display images which span two pages.

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

« Dictionnaire historique du Japon » disponible en ligne

L’intégralité de la collection du Dictionnaire historique du Japon (1963 – 2000, 21 numéros, 5890 documents, ISSN non disponible) a été numérisée par la Maison franco-japonaise (UMIFRE 19 – MAEDI-CNRS).

Elle est désormais entièrement en libre accès sur la plateforme Persée : http://www.persee.fr/collection/dhjap

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Atelier-test de nouvelles ressources en ligne sur l’Asie orientale à la BULAC

De nouvelles ressources en ligne sur l’Asie orientale et l’Asie en général sont proposées en test jusqu’au 30 juin à la BULAC, uniquement sur place.

Une atelier-teste des collections en ligne sera organisée à la BULAC le 9 juin de 10h à 12h, rez-de-jardin (salle RJ.22).

Pour en savoir plus…

Voici les nouvelles ressources électroniques sur le Japon en test :

Japan times online (1897-2015) ; Japan times archives (1897-2015), Kinokinuyia

The Oriental economist digital archives (1934-1985), Kinokinuyia

Japanese historical place names (nouveau corpus disponible dans JapanKnowledge, Kinokinuyia ; glossaire géographique sur le Japon

Fûzoku gahô, première revue graphique japonaise (1889-1916) ; 518 volumes et 38 000 articles numérisés

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Le Japon en cartes : collection des cartes du Japon sur Gallica

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

La base des données cartographiques du Japon (XVIe-XXe siècles) est consultable sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/html/und/cartes/cartes

Les collections de cartes du Japon de la Bnf ont été constituées par deux fonds importants : dépôt des cartes du service hydrographique de la Marine et de la collection d’Anville

Le département des Cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France a été créé en 1828 sous la direction de Edme François Jomard (1777-1862) ancien ingénieur géographe ayant participé à la campagne d’Egypte de Bonaparte. En France, cette création est contemporaine du développement des sciences géographiques et de la connaissance de la Terre.
Les collections ont été constituées au départ par les cartes de la Bibliothèque du Roi et par les saisies révolutionnaires, comme celles provenant de l’ancienne abbaye Saint-Victor à Paris. L’accroissement des collections fut alimenté par le Dépôt légal des cartes et par une politique d’acquisitions conduite par les directeurs successifs. Au XXe siècle, sont entrés deux fonds importants : les archives anciennes du Dépôt des cartes de la Marine, comprenant plus de 15 000 documents, et la collection du géographe parisien Jean Baptiste Bourguignon d’Anville comptant 10 500 documents, provenant du ministère des Affaires étrangères.

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Une nouvelle collection de cartes japonaises

Front-Cover-Kyo-Ezu
« Kyō Ezu » : The University of Manchester Library

La bibliothèque de l’Université de Manchester a numérisé une partie de sa collection de cartes japonaises et les a intégré dans sa base des données « The University of Manchester Library Image Collections (LUNA) ».
Accès à la base de données.

The Japanese Collection, assembled by the 25th Earl of Crawford in the 1860s and 1870s and purchased by The John Rylands Library in 1901, is not large by international standards, but it contains manuscripts and printed books of great interest and rarity. Amongst them are a number of 18th and 19th century maps together with topographical or geographical books and manuscripts.
A full list of the collection was completed by Professor Peter Kornicki and published in the Bulletin of The John Rylands Library.
The aim of this project was to select and digitise a number of maps and associated books and manuscripts from the Library’s Japanese Collection in order to preserve and make them available for teaching, research and study purposes. At this stage, 28 maps, predominantly published in Japan during the Tokugawa or Edo period, have been selected; the maps represent the whole of Japan or its cities, such as Kyoto and Edo (current Tokyo).
Because of their format and fragility comparison side-by-side is very difficult; digitisation can be an ideal approach in making possible the close comparison and contextualisation of a range of maps with related material.

Pour en savoir plus

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

« Deux ans au Japon 1876-1878 » : note de lecture

Deux ans au Japon (1876-1878) ; journal et correspondance de Louis Kreitmann, officier de génie (Transcription de Pierre Kreitmann, revue et annotée par Kaoru Baba, Francine Hérail, Sekiko Matsuzaki Petitmengin, Elisabeth Weinberg de Touchet)

***

Ouvrir cet ouvrage c’est faire un saut vers le passé. Sa richesse documentaire vous permettra de partir à la découverte d’un Japon en plein chamboulement, celui que découvrit Louis Kreitmann à la fin du XIXème siècle.

Issu d’un laborieux travail de recherche entamé par le petit-fils de cet officier du génie, Pierre Kreitmann, il recèle des trésors pour tout passionné du Japon. Les lettres et journaux qui le composent sont riches en détails, non pas militaires en réalité comme on pourrait s’y attendre mais culturels. Louis Kreitmann y parle de sa découverte de ce pays qui lui était encore inconnu et vers lequel il fut envoyé en tant que professeur. Il y partit enseigner au sein de l’école militaire, Shikan Gakkô, à Tokyo.

Le Japon connait alors une période de transition très importante pour le pays. Forcé de s’ouvrir au puissances étrangères, le gouvernement de l’époque décide de se moderniser. C’est dans ce but que le pays décide de réformer son armée en s’inspirant des modèles européens. En 1867 une première mission militaire française arrive au Japon pour l’instruction de l’armée de terre. Louis Kreitmann arrive au Japon dans le cadre de la seconde mission française qui se déroulera de 1872 à 1880.

Le contexte de ce séjour est donc bien militaire mais les écrits ne se concentrent pas sur cet aspect. Louis Kreitmann nous y livre un récit proche de celui d’un ethnologue parti découvrir une nouvelle contrée. Un véritable carnet de voyage. Il y retrace ses excursions au sein du Japon avec de nombreux détails portant notamment sur les endroits qu’il a appréciés. On peut y constater qu’il a aussi pris le temps de se familiariser au mieux avec la culture et les coutumes locales. En ce sens il emploie dans ses écrits bon nombre de mots japonais appris sur place pour décrire ce qu’il y voit au mieux.

Cet ouvrage est une mine d’or pour toute personne qui s’intéresse de près ou de loin au Japon.

Pour une personne qui y aurait déjà séjourné, il est fantastique de pouvoir redécouvrir des lieux connus à travers le regard de Louis Kreitmann. Grâce à sa correspondance, à ses journaux et aux photos qu’il prit à l’époque on peut les voir sous un nouveau jour, avant la modernisation accélérée. Les lieux et les illustrations sont soigneusement répertoriés dans les annexes. Il faut du reste signaler que bon nombre des documents sur lesquels s’appuie cet ouvrage ont été numérisés par le Collège de France.

On peut ainsi aller regarder les albums photos sur le site Salamandre ( https://salamandre.college-de-france.fr/pages/index.html ) sous le nom « Fonds Kreitmann ».

Ce recueil permettra aussi aux personnes intéressées par l’implication de l’armée française au Japon à l’époque Meiji de se documenter d’une autre manière. On peut y découvrir une partie du quotidien et de l’organisation de la mission française. Une annexe est un répertoire des noms cités dans l’ouvrage.

In fine, cet ouvrage s’adresse à un public large, qu’il soit grand passionné du Japon ou non, ou tout simplement curieux. Il est très bien composé avec les lettres et journaux classés par années, une chronologie permettant de recontextualiser le séjour de Louis Kreitmann au Japon, mais aussi un chapitre consacré à la collaboration militaire franco- japonaise.

***

Collège de France, Bibliothèque de l’Institut des hautes études japonaises
Éditions De Boccard, Paris, 2015
ISBN : 978-2-913217-25-6, 631 p.