Ennobling the Savage Northeast: Popular Visions of Tōhoku, 1980-2011

Nathan HOPSON, Professeur à l’Université de Nagoya, invité à l’EHESS en mars 2017, donnera une conférence dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon le 16 mars 2017.

Northeast Japan (Tōhoku) became the subject of world attention six years ago, with the triple disaster of March 2011. However, Tōhoku’s history and significance to emic understandings of Japanese self and nationhood remain poorly understood. This lecture explores the region’s place in postwar Japanese thought, focusing on the period 1980-2011. After 1945, a group of mostly local intellectuals attempted to overcome this image and rehabilitate the Northeast as a source of new national values. In the 1980s, this early postwar Tōhoku recuperation movement became a critical source for antimodern, anti-Western, neoconservative valorization of native Japanese identity. Reconceived as a repository of unspoiled and authentic Japanese national roots and traditions, the Northeast was drafted into the culture wars to support the idea that Japanese culture enjoyed a special destiny as the panacea for modernity’s ills.

Jeudi 16 mars de 11h00 à 13h00
EHESS, Salle 7, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Nakai et la renaissance des bibliothèques au Japon, 1945-1952

Conférence de Michael Lucken (Inalco) et Antony Boussemart (EFEO) dans le cadre du Cycle de conférences « D’autres regards sur le monde » organisé par la BULAC.

Le philosophe Nakai Masakazu (1900-1952) fut l’un des fondateurs de la Bibliothèque nationale de la Diète qui ouvrit ses portes au public à Tokyo en 1948. Originaire du département de Hiroshima, il contribua en quelques années à transformer un système documentaire élitiste et peu développé en un remarquable outil au service de la population. Contrairement à ce qui a souvent été affirmé, cette mutation n’est pas uniquement le résultat de l’influence américaine pendant l’Occupation. En retraçant le parcours de Nakai, l’objectif est de faire mieux comprendre les valeurs des élites progressistes japonaises qui, avec pragmatisme et enthousiasme, ont reposé les bases de la citoyenneté après 1945. Au-delà, il s’agit de réfléchir au rapport au savoir dans un contexte de domination culturelle.

Mardi 16 février 2016 de 18h30 à 20h30
Auditorium du Pôle des langues et civilisations
65, rue des Grands Moulins
75013 PARIS
Entrée libre

Plus d’info

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Appel à contributions « L’après-guerre des intellectuels japonais »

Suite au colloque Ombres et lumières de la pensée japonaise d’après-guerre, la rédaction de la revue Ebisu – Études japonaises lance un appel à contributions pour son numéro 54, à paraître en 2017: « L’après-guerre des intellectuels japonais ».

Dès le lendemain de la défaite, à nouveau libres de s’exprimer, les intellectuels japonais cherchèrent à analyser la trajectoire prise par leur pays depuis sa modernisation et les causes des dérives militaristes et impérialistes qui l’avaient mené à la guerre totale. Un bilan paraissait nécessaire afin de reconstruire un Japon démocratique et pacifique. Il ne s’agissait pas moins que de repenser de fond en comble les rapports de l’individu à l’État, à la société ou à la famille. Responsabilités personnelles et collectives, expérience de la guerre, reniements politiques (tenkō), ultranationalisme, système impérial (tennōsei), structure patriarcale, pacifisme, constitution, démocratie, modernité, asiatisme, nation/peuple/masse, subjectivité… Nombre de problématiques ainsi soulevées dans les années 1945-60 par des penseurs qui avaient fait l’expérience directe de la guerre n’ont pas perdu leur pertinence au regard des débats d’actualité.

Ce numéro se propose de faire le point sur la pensée de cette première génération d’intellectuels de l’après-guerre. Qui sont-ils ? Quelle fut leur cheminement pendant et après la guerre ? Quels furent leurs objets de réflexion ? Leurs espaces d’expression ? Leur outillage mental ? Comment leur pensée négocia-t-elle avec le réel ? Quels furent leurs points aveugles et comment ceux-ci ont-ils été comblés par les générations suivantes ?

Pour en savoir plus

Date limite d’envoi des déclarations d’intention (titre et résumé de 800 signes) : 1er janvier 2016
Date limite d’envoi des propositions d’articles : 1er juin 2016

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Les Coréens dans la société japonaise depuis la seconde guerre mondiale : autour des écoles coréennes

Conférence du professeur Osamu ÔTA de l’Université Dôshisha, chercheur invité du Centre Japon au mois de mars 2015, organisée avec le concours de l’UFR LCAO (Université Paris-Diderot).

Lundi 9 mars 2015 de 18h à 20h
Université Paris-Diderot, Paris 7
Bâtiment de la Halle aux farines, Amphi 9E

Entrée libre

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Les problèmes d’évaluation de l’« après-guerre » : dynamique, réseaux et interprétations de la période 1931-1955

Brice FAUCONNIER (CEJ-INALCO) donnera une conférence dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon.

Si l’on se trouve maintenant loin de l’urgence des années suivant la défaite, et plus encore du vécu de la guerre, les recherches historiques les plus récentes restent, à bien des égards, marquées par la nécessité de comprendre le processus ayant mené aux conflits en Asie et dans le Pacifique. Longtemps dominé par le marxisme et la notion de fascisme, le discours des historiens japonais dut néanmoins faire face à plusieurs difficultés en 1946 et 1955 : l’effet limité des purges des ultranationalistes et des militaires ; la mise à l’index et le discrédit du Parti communiste japonais ; la continuité flagrante de nombreuses élites ; la remilitarisation du Japon et le soutien de son partenaire américain accompagnant la guerre froide. L’idée d’une période dite fasciste jusqu’en 1945, puis d’une autre dit démocratique s’en trouva relativisée et l’obligation d’une étude approfondie de la guerre (quelle que soit ses limites chronologiques et ses caractéristiques) devait éclairer par contraste un « après-guerre » souvent peu défini.

La présente communication se propose de présenter les enjeux de cette définition de la « guerre » et de l’« après-guerre » en deux étapes. D’abord une remise en contexte des événements généralement retenus comme marquants, du début des années trente au milieu des années cinquante. On verra que les choix des historiens varient grandement et qu’ils masquent parfois une légitimation de certains aspects des conflits en Asie, ou dans la Pacifique. Ensuite, les oppositions d’interprétation apparaîtront plus nettement à partir de deux courants des recherches historiques contemporaines en concurrence : le premier, marqué par les notions marxistes et des intellectuels tels que Maruyama Masao (丸山真男) ou Tsurumi Shunsuke (鶴見俊輔), a développé une analyse fouillée très critique du Japon en Asie et dans le monde en terme de fascisme, notamment sur la guerre comme invasion en Asie, la militarisation de la société et les sacrifices de la population. Le second, dont le pionnier est Itô Takashi (伊藤隆), est plus récent. Insatisfait de la notion de fascisme trop vaste et peu discriminante, sa description minutieuse des forces en présence en 1939-1940 et de leur interactions sera reprise et détaillée par deux de ses disciples les plus brillants : Moriyama Atsushi (森山優) et Furukawa Takahisa (古川隆久). La sophistication de leur analyse et la richesse de leur documentation des années 1937-1945 ont pour résultat à normaliser les conflits avec l’étranger. Une position qu’ils soutiennent et dont les dangers sont à relier avec le militarisme de certains leaders du Japon actuel.

Jeudi 19 février 2015 de 11h à 13h
Salle 2, EHESS
105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

La notion d’humanité en histoire, dans le Japon des années 1955-1960

Tristan Brunet (doctorant à l’université Paris Diderot, CRCAO UMR 8155) donnera une conférence dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon. Tristan Brunet est actuellement boursier de la JSPS (Japan Society for the Promotion of Science).

Dans cette conférence, nous verrons comment la notion d’humanité s’est imposée comme critère de validité du récit historique national dans le Japon de l’après-guerre. C’est en son nom que le critique littéraire Kamei Katsuichirō a porté, en 1956, sa fameuse attaque contre l’historiographie marxiste, qui dominait l’historiographie japonaise depuis la fin de la guerre, la qualifiant, dans une formule restée célèbre, d’« histoire sans être humain ». D’autres critiques, comme le pédiatre Matsuyama Michio ou l’ethnologue Wakamori Tarō, ont pris sa suite pour définir à leur tour les limites de l’historiographie de leur temps sur la base d’une nécessaire humanité de l’histoire. Et c’est également au nom de leur propre critère d’humanité que certains des principaux représentants du courant marxiste, comme Tōyama Shigeki, ont cherché à défendre leur propre pratique historienne.

Nous tenterons d’abord de voir le rôle qu’a joué cette notion comme critère de validité de l’écriture d’une histoire nationale dans le Japon des premières décennies de l’après-guerre, et les différentes définitions qui ont encadré son usage. Nous chercherons ensuite à souligner le rôle concret que cette notion a pu jouer dans les pratiques historiographiques de cette époque, et son influence contradictoire dans l’élaboration du discours historique. Enfin, nous tenterons de montrer comment ce critère d’humanité s’est retrouvé au cœur du malentendu, sans cesse renouvelé jusqu’à nos jours, dans le rapport qu’entretient la société japonaise d’après-guerre avec son histoire nationale.

Jeudi 19 décembre 2013 de 11h à 13h
Salle 2 EHESS, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

 Résumé

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website