Nouvelle parution : « Façons d’habiter au Japon Maisons, villes et seuils »

À paraître : Façons d’habiter au Japon : Maisons, villes et seuils de Philippe Bonnin et Jacques Pezeu-Massabuau

Les études réunies ici témoignent d’une commune passion pour la maison – traditionnelle ou très contemporaine –, la ville et l’espace japonais, visités par la plume des deux auteurs.

Ils sont pour l’un géographe – Jacques Pezeu-Massabuau –, pour l’autre architecte et anthropologue – Philippe Bonnin. Chacun, de son côté, a poursuivi un travail obstiné d’observation, de description, de dévoilement, d’analyse approfondie de la réalité de cette habitation japonaise, de son esthétique, des gestes, des paroles qui l’entourent. Réunir ces textes devenait un impératif pour confronter leurs approches complémentaires et décoder cette culture japonaise si passionnante.

CNRS Éditions
Paris, 8 juin 2017
ISBN : 978-2-271-08912-0
496 pages, 28 EUR

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Construire une maison moderne dans le Japon des années 1920 et 1930

yola-gloaguen

Yola GLOAGUEN (Collège de France / CRCAO) donnera une conférence intitulée « Construire une maison moderne dans le Japon des années 1920 et 1930 : Divergence et harmonisation des savoir-faire et des techniques dans le processus de création architecturale » dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon le 16 février 2017.

À l’été 2015, la Cité de l’architecture et du patrimoine à Paris présentait une exposition intitulée « Japon, l’archipel de la maison ». Organisée en trois sections thématiques – « Maison d’hier », « Maison de Tōkyō », « Maison d’aujourd’hui » – cette exposition « cherchait à donner des repères historiques et contextuels clairs pour mieux comprendre l’élaboration de ces lieux de vie, que sont avant tout les maisons dessinées par des architectes au Japon ».

L’objectif ainsi énoncé fait directement écho à la recherche à laquelle je me consacre depuis une dizaine d’années, sur la conception et la construction de l’habitat individuel moderne au Japon. Dans la perspective d’une histoire globale de l’architecture moderne, le but de cette recherche est de fournir les éléments nécessaires à la compréhension de la période de l’Entre-deux-guerres ; celle-ci constitue en effet une étape cruciale de la transformation des maisons traditionnelles japonaises en bois, conçues et construites par des charpentiers, en maisons contemporaines d’architectes. Par leur remise en question du paradigme occidental du mode d’habiter et de la conception de l’espace, ces dernières engendrent à la fois fascination et interrogation, voire une certaine incompréhension. Pourtant, la rencontre entre le Japon et le monde occidental de la fin du XIXe siècle et les influences croisées qui en découlèrent sont au cœur de ce processus. De ce point de vue, les dynamiques d’assimilation, mais également de divergence à l’œuvre sur le plan de la conception et de la construction architecturale restent largement méconnues.

La recherche conduite entre le Japon et la France a été jusqu’à présent menée sous la forme d’une étude de cas, celui de l’architecte tchèque naturalisé américain Antonin Raymond (1888-1976) et des villas qu’il réalisa avec son équipe dans le Japon de l’Entre-deux-guerres. En partant du postulat selon lequel le contexte japonais des années 1920 et 1930 avait conditionné l’acquisition et l’élaboration d’un certain nombre d’outils théoriques et pratiques, le travail proposait de décrypter le processus de conception architectural qui avait conduit Raymond à créer quelques-unes des réalisations de référence de l’architecture moderne des années 1920 et 1930 au Japon. La présentation sera consacrée aux diverses facettes de ce processus ainsi qu’à leur application concrète dans la réalisation de villas, en accordant une attention particulière aux questions de divergences et d’harmonisation des savoirs et des techniques.

Jeudi 16 février 2017 de 11h00 à 13h00
EHESS, Salle 7, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Making, Knowing and Networking in Local Industrial Communities in Postwar Japan

Sarah_Teasley

Conférence de Sarah TEASLEY, historien du design au Royal College of Art, dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon.
Cette séance aura lieu exceptionnellement sur le site de l’EHESS, avenue de France.

In twentieth-century Japan, a national network of designers, engineers and technologists employed at state industrial research institutes supported small- and medium-sized enterprises in locally-important manufacturing industries through interaction with local manufacturing communities, local government and their peers nationwide. Arguably, these men and the mechanisms they enacted played a significant role in shaping the overall trajectory and everyday operations of local manufacturing communities 地場産業 (jiba sangyô) from the early years of the century through the 1960s. However they remain largely absent from the historical scholarship, particularly in social history and the history of design.

This talk explores interactions between researchers specialising in furniture-making and other wood products in the city of Shizuoka with local manufacturers, local government and their national network, from the years immediately following the Second World War to Japan’s high economic growth period in the 1960s. Particular themes will include different communities’ relationships to materials, making and innovation, the impact of these cultural and social factors on communication between communities and what an artefact-led, globally-situated history of social interaction around technologies, skill and knowledge can offer modern history.

Jeudi 21 avril 2016 de 13h à 15h
Salle 681, 190-198 avenue de France 75013 Paris

Résumé

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Table ronde : Vocabulaire de la spatialité au Japon

Vocabulaire de la spatialité japonaise

Table ronde organisée par la Maison de la culture du Japon à Paris qui aura lieu le 12 décembre 2015, le dernier jour d’une expo sur une sélection de photos du Vocabulaire de la spatialité japonaise (du 1er au 12 ­dé­cem­bre 2015 / Hall d’accueil (rez-de- chaus­sée).

Prix du Livre de l’Académie d’Architecture 2014, Vocabulaire de la spatialité au Japon est le résultat d’un projet ambitieux qui a réuni plus de soixante spécialistes venus d’horizons divers (architectes, géographes, historiens, sociologues, anthropologues, etc.).

Traitant tout aussi bien de notions archi­tec­tu­ra­les tra­di­tion­nel­les que de notions-clés de la vie quo­ti­dienne contem­po­raine, cita­dine ou rurale, cet ouvrage unique en langue fran­çaise cons­ti­tue un guide pré­cieux pour toutes les per­son­nes inté­res­sées par le Japon. Cette table ronde réu­nira plu­sieurs rédac­teurs de ce dic­tion­naire qui dis­cu­te­ront des notions clés de la spa­tia­lité japo­naise.

Programme

Première partie:
• 14h-14h30 : présentation par Philippe Bonnin (CNRS) : une esquisse de la spatialité Japonaise
• 14h 30 : première session : Discutante, Mme Sylvie Guichard-Anguis (CNRS, géographe)
– Mme Sylvie Brosseau (Prof. Univ. Waseda) : La nature à portée de main : plantes en pots et jardins de rues à Tokyo
– Mme Fabienne Duteil-Ogata (MC Univ.Montaigne à Bordeaux) : Des photos au texte : la spatialité des morts
– Mme Ursula Wieser (Architecte, paysagiste): Himorogi, l’enclos sacré et ses avatars

• 16h 30 : pause

• 17h : Seconde partie : Discutant M. Marc Dillet (Architecte, MC. ENSAPVDS)
– Mme Patricia Marmignon (Docteure en études urbaines) :  De la terre-mère à une société locale durable
– Mme Corinne Tiry-Ono (Architecte, Prof. ENSAPVDS) : Autour de la figure de l’eki machi : de la ville d’étape à la gare urbaine comme formes de centralité

• 18h 20 : clôture

Plus d’informations

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Mythes et légendes du lieu-dit de Katsura et son ermitage princier

La dernière séance du séminaire collectif du Centre Japon 2013-14 sera animée par Nicolas FIÉVÉ, Directeur d’études à l’EPHE – CRCAO.

À l’heure où, au commencement du XVIIe siècle, le gouvernement des Tokugawa interdisait officiellement à la Cour toute participation à la vie politique du pays, les princes Hachijō invoquaient à Kyōto le génie du lieu de Katsura pour se lancer dans un projet paysager et architectural sans précédent, conçu comme une ode héroïque à l’esprit des poètes qui avaient incarné les plus grandes heures de la vertu impériale. S’appuyant sur les récits mythologiques qui façonnèrent le lieu-dit de Katsura, ils ont puisé dans la littérature ce qu’ils pensaient être un jardin de l’ancienne aristocratie, qu’ils firent renaître à travers un ensemble de formes et de dispositifs nouveaux, à l’origine d’une évolution définitive de l’architecture des palais et de l’art du jardin paysager.

La communication met en valeur un enchevêtrement de mythes et de légendes qui ont forgé, depuis l’époque ancienne (573-1185), l’histoire de ce lieu-dit, née du rapport fondamental qui existe entre l’humain et le sacré, entre la terre et le ciel. Se dessinent ainsi les éléments constitutifs d’une topographie légendaire du site de Katsura, un haut lieu de l’aristocratie de Heian et une terre de renaissance, remis en valeur à l’époque d’Edo par le projet architectural des princes Hachijō.

Jeudi 15 mai 2014 de 11h à 13h
Salle 2 EHESS, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Télécharger le résumé

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website