Statuts et identités dans l’Asie pré-moderne (XVIIe-XIXe siècle)

Nouvelle parution : le numéro 41 de la revue Extrême-Orient, Extrême Occident.

Dans ce numéro, la revue propose le dossier « Statuts et identités dans l’Asie pré-moderne (XVIIe-XIXe siècle) », coordonné par Annick Horiuchi (CRCAO) .

On associe au monde asiatique pré-moderne des sociétés d’ordres figées, où hommes et femmes sont condamnés de par leur statut à des parcours de vie uniformes. Or ces dernier pouvaient se négocier et des identités nouvelles sont apparues.

Il s’agit d’une part de corriger l’idée que cette société fonctionnait selon le système rigide et intangible des quatre statuts (guerrier au Japon/ lettré-fonctionnaire en Chine et en Corée ; paysan ; artisan ; marchand). Sont notamment examinés le statut servile en Chine, celui des chefs aïnous, ces habitants des confins septentrionaux du Japon, ou encore celui des concubines dans les familles guerrières. Le numéro se penche d’autre part sur l’identité de bourgeois au Japon, à travers des textes imprimés de l’époque et des documents du for privé, sur celle du catholique face à la politique d’interdiction, toujours au Japon ou encore  celle des « gens intermédiaires » de Corée, ces fonctionnaires entravés dans leur ascension par leur naissance. En faisant une large place aux voix des roturiers, il s’agit de redessiner les contours d’une société plus complexe et moins immobile qu’on ne l’avait imaginée.

Sommaire

Introduction

Annick Horiuchi « Statuts et identités dans l’Asie pré-moderne (XVIIe-XIXe siècle) »

I. Où l’identité s’affirme

Guillaume Carré  « La gloire d’un marchand : Enomoto Yazaemon, négociant en sel dans le Japon du XVIIe siècle »

Daniel Struve « Identité sociale et identité nationale dans Chōnin bukuro et Hyakushō bukuro de Nishikawa Joken »

II. Où le statut fluctue

Yannick Bardy « Prêtre shintō à l’époque d’Edo: un statut, des réalités »

Claude Chevaleyre « Asservir pour punir : la nature pénale du statut d’esclave dans la Chine des Ming (1368-1644) »

Segawa Yūta « Le couple dans la famille guerrière durant la seconde moitié de l’époque Edo (XVIIIe-XIXe siècle) : La question du mariage et du concubinage »

III. Où l’identité prend corps

Martin Nogueira Ramos « Une identité religieuse dans la tourmente : les catholiques face à la politique de proscription des Tokugawa (XVIIe siècle) »

Kim Daeyeol « Les « gens du milieu » en quête d’une identité dans la société du Chosŏn au XIXe siècle »

Noémi Godefroy « Domination et dépendance : l’évolution du statut des chefs aïnous en Asie orientale (XVIIe-XVIIIesiècle) »

IV. Regard extérieur

François-Joseph Ruggiu « De l’Extrême-Orient à l’Extrême-Occident, et retour. L’étude comparée des sociétés de la France d’Ancien Régime et de l’Asie de l’époque moderne »

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d’études, documentaliste

More Posts - Website

Atelier-test de nouvelles ressources en ligne sur l’Asie orientale à la BULAC

De nouvelles ressources en ligne sur l’Asie orientale et l’Asie en général sont proposées en test jusqu’au 30 juin à la BULAC, uniquement sur place.

Une atelier-teste des collections en ligne sera organisée à la BULAC le 9 juin de 10h à 12h, rez-de-jardin (salle RJ.22).

Pour en savoir plus…

Voici les nouvelles ressources électroniques sur le Japon en test :

Japan times online (1897-2015) ; Japan times archives (1897-2015), Kinokinuyia

The Oriental economist digital archives (1934-1985), Kinokinuyia

Japanese historical place names (nouveau corpus disponible dans JapanKnowledge, Kinokinuyia ; glossaire géographique sur le Japon

Fûzoku gahô, première revue graphique japonaise (1889-1916) ; 518 volumes et 38 000 articles numérisés

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d’études, documentaliste

More Posts - Website

Appel à contribution : « Géopolitique du riz du boom rizicole »

©Paul Arps

Dans le cadre d’un numéro thématique (n°274), Les Cahiers d’Outre-Mer (COM) a lancé l’année dernière un appel à contribution sur « la géopolitique du boom rizicole ». La redaction de la revue a prolongé la date de soumission au 15 mars 2017.

L’article complet (50 000 signes maximum, comprenant les résumés français et anglais, la bibliographie et la présentation du/des auteur-e-s) doit être envoyé rapidement (15 mars 2016), par e-mail en fichier attaché (format .doc ou .docx) à Charlotte Torretti (torretti.charlotte@gmail.com) et au secrétariat de rédaction des COM (c.cazenave@sciencespobordeaux.fr).

Argumentaire

Le monde depuis 1945 traverse une période de mutations profondes, plurielles et à un rythme accéléré. À ce titre, le bouleversement de la carte du riz est intéressant à étudier, problématique à la croisée de plusieurs grandes dynamiques aujourd’hui à l’œuvre. Céréale la plus cultivée au monde, le riz est considéré comme l’un des éléments-clés permettant d’assurer la sécurité alimentaire de la planète. Pourtant, la flambée des prix de 2008 a montré les limites du système actuel quant à remplir ce rôle, et amène à s’interroger sur les enjeux tant stratégique que productif de la plante verte dans le monde. Elle a aussi amené les États et les acteurs à multiplier, les initiatives permettant de parler d’un véritable « boom rizicole » dont il faut rendre compte, à toutes les échelles possibles.
Plusieurs points d’entrée transversaux sont envisageables (liste non exhaustive) :
Gouvernance de la faim

Le riz tient une place centrale dans la construction de solutions technologiques à la question de la faim, problématisée par les institutions internationales au sortir de la seconde guerre mondiale. La Révolution Verte naturalise la mise en dépendance de la riziculture des Suds par les industries des Nords. Céréale au plus petit génome, le riz fait l’objet d’une production intense de variétés améliorées, hydrides ou OGM. Combinées à l’utilisation massive de produits phytosanitaires, à la mécanisation des façons culturales et à la diffusion de l’irrigation, elles permettent d’atteindre aujourd’hui des rendements extrêmement élevés de près de 10 tonnes à l’hectare. Cependant, l’adoption du protocole de la Révolution Verte est inégale et se creuse une profonde inégalité technologique entre pays. Aujourd’hui, les rendements stagnent dans les bassins de production américains, européens et asiatiques. Le déploiement de ce kit technologique notamment en Afrique subsaharienne rencontre des obstacles financiers et de disponibilité des ressources naturelles. Quelles sont alors les perspectives d’avenir de la Révolution Verte, symbole des technosciences, qui s’essouffle dans les pays traditionnellement riziculteurs et qui peine à s’implanter dans ceux qui ambitionnent de le devenir ? Quels sont les enjeux de pouvoir pour la maîtrise technologique de l’alimentation de la population dans les États modernes ? Comment, face aux dégâts environnementaux engendrés par l’agriculture intensive, le discours de la Révolution Verte s’oppose-t-il aujourd’hui face à celui de l’agro-écologie, alternative montante qui gagne des partisans au sein même des institutions internationales ?

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d’études, documentaliste

More Posts - Website