Appel à contribution : « Géopolitique du riz du boom rizicole »

©Paul Arps

Dans le cadre d’un numéro thématique (n°274), Les Cahiers d’Outre-Mer (COM) a lancé l’année dernière un appel à contribution sur « la géopolitique du boom rizicole ». La redaction de la revue a prolongé la date de soumission au 15 mars 2017.

L’article complet (50 000 signes maximum, comprenant les résumés français et anglais, la bibliographie et la présentation du/des auteur-e-s) doit être envoyé rapidement (15 mars 2016), par e-mail en fichier attaché (format .doc ou .docx) à Charlotte Torretti (torretti.charlotte@gmail.com) et au secrétariat de rédaction des COM (c.cazenave@sciencespobordeaux.fr).

Argumentaire

Le monde depuis 1945 traverse une période de mutations profondes, plurielles et à un rythme accéléré. À ce titre, le bouleversement de la carte du riz est intéressant à étudier, problématique à la croisée de plusieurs grandes dynamiques aujourd’hui à l’œuvre. Céréale la plus cultivée au monde, le riz est considéré comme l’un des éléments-clés permettant d’assurer la sécurité alimentaire de la planète. Pourtant, la flambée des prix de 2008 a montré les limites du système actuel quant à remplir ce rôle, et amène à s’interroger sur les enjeux tant stratégique que productif de la plante verte dans le monde. Elle a aussi amené les États et les acteurs à multiplier, les initiatives permettant de parler d’un véritable « boom rizicole » dont il faut rendre compte, à toutes les échelles possibles.
Plusieurs points d’entrée transversaux sont envisageables (liste non exhaustive) :
Gouvernance de la faim

Le riz tient une place centrale dans la construction de solutions technologiques à la question de la faim, problématisée par les institutions internationales au sortir de la seconde guerre mondiale. La Révolution Verte naturalise la mise en dépendance de la riziculture des Suds par les industries des Nords. Céréale au plus petit génome, le riz fait l’objet d’une production intense de variétés améliorées, hydrides ou OGM. Combinées à l’utilisation massive de produits phytosanitaires, à la mécanisation des façons culturales et à la diffusion de l’irrigation, elles permettent d’atteindre aujourd’hui des rendements extrêmement élevés de près de 10 tonnes à l’hectare. Cependant, l’adoption du protocole de la Révolution Verte est inégale et se creuse une profonde inégalité technologique entre pays. Aujourd’hui, les rendements stagnent dans les bassins de production américains, européens et asiatiques. Le déploiement de ce kit technologique notamment en Afrique subsaharienne rencontre des obstacles financiers et de disponibilité des ressources naturelles. Quelles sont alors les perspectives d’avenir de la Révolution Verte, symbole des technosciences, qui s’essouffle dans les pays traditionnellement riziculteurs et qui peine à s’implanter dans ceux qui ambitionnent de le devenir ? Quels sont les enjeux de pouvoir pour la maîtrise technologique de l’alimentation de la population dans les États modernes ? Comment, face aux dégâts environnementaux engendrés par l’agriculture intensive, le discours de la Révolution Verte s’oppose-t-il aujourd’hui face à celui de l’agro-écologie, alternative montante qui gagne des partisans au sein même des institutions internationales ?

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Ebisu n° 53 : « 1914-1918, une guerre mondiale ? La perspective japonaise »

ebisu_53-small250

Vient de paraître le n° 53 de la revue Ebisu – Études japonaises coordonné par Nicolas Mollard et Arnaud Nanta.

Ebisu est dorénavant une revue numérique en accès libre dès parution
sur Revues.org (http://ebisu.revues.org). Vous y trouverez les numéros parus depuis 2012 (n° 47).

Les anciens numéros sont sur Persée (http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/revue/ebisu).

L’histoire de la Première Guerre mondiale ne revêt pas le même sens dans le monde européen et dans le monde est-asiatique. C’est en Europe qu’eurent lieu les affrontements, dans leur quasi-totalité. C’est aussi en Europe que se trouvaient les principaux belligérants et les enjeux primordiaux. Dans la dynamique du conflit, l’Asie orientale ne joua qu’un rôle secondaire, d’autant qu’une importante partie de la région (Indochine, Philippines, Corée, Taiwan, Micronésie) était sous le joug colonial des grandes puissances. La situation de la jeune République de Chine, semi-colonisée et en voie de fractionnement, n’était guère meilleure. Hormis le Japon et la Russie, la région ne comptait pas de véritables « acteurs de l’histoire ». En outre, les deux pays étant alliés et combattant tous deux du côté de la France et du Royaume-Uni, il n’y eut guère d’engagements dans la zone Asie-Pacifique en dehors des promptes victoires japonaises sur les positions allemandes. Aussi l’Asie orientale a-t-elle été peu considérée par les historiens. Au mieux a-t-on étudié les effets du conflit sur les populations asiatiques ou, dans le cas du Japon, mesuré sa participation directe. Lire la suite…

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Confucianism and Sinosphere as Non-Chinese: a Globalized History of Early Modern and Modern Confucianism

Kiri PARAMORE (Université de Leiden) donnera une conférence dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon le 1er décembre 2016.

Kiri PARAMORE est l’auteur de l’ouvrage Japanese Confucianism: A Cultural History (Cambridge University Press, 2016).

Comprised of two parts, one on early modern history, and one on modern history, this talk attempts to problematize the traditional association of both Confucianism and broader ideas of a Sinosphere with Chinese culture and identity.
The first part of the talk argues that by the early modern period (at least by 1650) Confucianism operated across East Asia, both in configurations of culture and identity, and through institutional frameworks like diplomacy, in ways where it was clearly differentiated as a universalist paradigm against ethnic and cultural conceptions related to states. This was the case in Vietnam, Japan, Korea, but also in China. This differentiation relied upon shared understandings for how universalist paradigms could interact with a diversity of ethnic, cultural and national identities in different states, and an inherent acceptance of that diversity. The second part of the talk argues that in the modern period (particularly after the 1880s), in a global political context much less open to diversity, ownership of a more narrowly defined Confucianism was rather fought out between the different nation states, with Japan in particular powerfully employing Confucianism as a key plank in its pan-Asian ideology of imperialism in East and Southeast Asia. This kind of nationalist employment was later replicated in ROC Taiwan, South Vietnam and other states. In both the early modern and modern examples discussed, Japanese states, thinkers, and examples provide a particularly clear insight into complex ways that ideas of Sinosphere and Confucianism were disengaged from simple concepts of China during both these periods.

Jeudi 1er décembre 2016 de 11h00 à 13h00
EHESS, Salle 7, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

International Workshop: Cartography in Transition in Modern & Contemporary East Asia (18th-21st centuries)

cartography_workshop_november_2

Le Centre de recherches sur le Japon a le plaisir de vous annoncer la tenue de la deuxième de deux journées d’étude sur la cartographie en Asie orientale le 2 novembre 2016. La première journée s’est tenue en mars 2016.

Mercredi 2 novembre 2016 de 10h à 18h
EHESS, salle 640, 6e étage, 190, avenue de France, 75013 Paris

Contact : noemi.godefroy@ehess.fr

Organisers

Noémi Godefroy (CEJ/CRJ) & Vera Dorofeeva-Lichtmann (CRJ/IKGF, Erlangen)

Chair

Fabian Schäfer (Friedrich-Alexander-Universität Erlangen-Nürnberg)

Speakers

10h15-11h15

Patrick Beillevaire (Centre de Recherches sur le Japon – UMR 8173 CHINE-CORÉE-JAPON): Cassini in Ryūkyū: Introduction and application of the triangulation method for the mapping of Okinawa Island, 1737-1750

11h30-12h30

Elke Papelitzky (University of Salzburg): Changes in the representation of the Philippines in Chinese and Japanese maps of the 18th and 19th century

14h-15h

Noémi Godefroy (Centre d’Études Japonaises – INALCO/ Centre de Recherches sur le Japon – UMR 8173 CHINE-CORÉE-JAPON): From Ezo to Hokkaidō – “Connected geographies” & the Japanese mapping of the Ainu lands (18th-19th centuries)

15h-16h

Radu Leca (International Institute for Asian Studies, Leiden): Maps and Maritime Expansion in Nineteenth-Century Japan

16h30-17h30

Sophie Buhnik (Centre de recherche sur les réseaux, l’industrie et l’aménagement (CRIA)/ UMR Géographie-cités): Mapping a “society of rising inequalities” and its territories – Towards a renewed critical geography of Japan?

Arugmentation

The publication earlier this year of the seminal work Cartographic Japan, which saw the participation of many eminent historians, materializes an ongoing trend towards a greater recognition of cartography as a “window on particular moments of (…) history” (Wigen 2016 : 2). In fact, cartography and map-making are inextricably linked to the geopolitical, cultural, economic and social context of a given place, at a given time.

During the first Centre CHINE-CORÉE-JAPON (CCJ) workshop in March 2016, the deciphering of pre-modern and early modern East Asian maps brought to light their representation of the organization of space in terms of cosmographical concepts rather than its topographic reality. In this sense, these maps materialized a seemingly inward-bound, domestic, and erudite reading of the world, which required specific tools and knowledge to understand them.

From the end of the 18th century, in the advent of an increasingly global society, East Asian cartography reflects a more outward-bound approach, as maps had to be read, drawn up, and understood by an increasing variety of people, from individual explorers to competing powers. Thus, maps now sought to represent topographical elements, borders, networks, maritime space, sovereignty, resources, and demographics.

The aim of this workshop is to analyse, in a longue durée perspective, the evolutions in East Asia cartography in terms of cartographic contents, methods, means, and ends.

Program – abstracts (pdf)

Poster (pdf)

 

 

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Journée d’études « New possibilities for reproduction: technologies, choices, attitudes »

Journée d’études organisée par Mary Picone, Maître de conférences à l’EHESS, membre du Centre Japon, le 13 avril 2016 à l’EHESS (site Raspail).

Programme

13h-13h05 – Introduction par Mary Picone (EHESS-CRJ)

13h05-14h45 – Margaret Sleeboom-Faulkner (University of Sussex) « New reproductive choices and their dilemmas in Europe and East Asia. »

14h45-15h – Questions et pause

15h05-15h40 – Nobuyo Aizawa (Tokyo Keizai university) « Comment les féministes japonaises ont-elles réagi face à la pillule? »

15h40-15h45 – Mary Picone (EHESS-CRJ) « Questioning the questionnaires, methodology and fears and hopes of Japanese women concerning abortion or pregnancy as seen through discussion sites and religious rituals. »

15h45-16h05 – Laura Rahm (doctorante CEPED, Paris-Descartes) « Regulatory challenges of banning preconception and prenatal sex selection for non-medical reasons. Insights from India, Vietnam and South Korea. » *

*Possible prolongation par la projection de la documentaire « Des enfants sur mesure » (spécial investigation series, 52 min).

Mercredi 13 avril 2016 de 13h à 17h
Salle 1, EHESS, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Inscription à l’adresse suivant : noa.berger@ehess.fr

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Soutenance d’HDR de Guillaume Carré

Guillaume Carré, Maître de conférence à l’EHESS, membre du CRJ, soutiendra son habilitation à diriger des recherches intitulée « Le Japon et la formation de l’Asie Orientale prémoderne : histoire urbaine, histoire économique, histoire comparée » à l’université Paris 7 Diderot le samedi 9 avril 2016.

Le jury se compose de :

Annick Horiuchi, professeur, université Paris 7 Diderot (garant)
Yannick Bruneton, maître de conférences, université Paris 7 Diderot
François Gipouloux, directeur de recherche émérite au CNRS (rapporteur)
François-Joseph Ruggiu, professeur, université Paris 4 Sorbonne
Reinhard Zöllner, professeur, Universität Bonn (rapporteur)

Le dossier d’habilitation se compose des pièces suivantes :

Manuscrit inédit Avant la tempête : la Corée face à la menace japonaise 1530-1590
Rapport de synthèse
Recueil de publications et de travaux

Samedi 9 avril 2016, à partir de 9h30
Université Paris 7 Diderot, rue Marguerite Duras, 75013 Paris (métro Bibliothèque François Mitterrand)
Bâtiment de la Halle aux farines, salle 580 F (salle des thèses)

****

La soutenance sera suivie d’un pot. Pour pouvoir l’organiser, prière de bien vouloir confirmer votre présence à carre@ehess.fr
L’accès (cf. cartes ci-dessous) s’effectue par l’entrée C de la Halle aux farines, esplanade Pierre Vidal-Naquet (prévoir une pièce d’identité) ; prendre à gauche le couloir allée paire (portes automatiques) et traverser le Hall E. Suivre ce couloir jusqu’au bout et à l’ascenseur F (accès aux salles F, côté Seine). Monter jusqu’au 5e étage et à la salle 580 F (salle des thèses).

Plan Halle aux Farines 5e etage
Plan Halle aux Farines Rdc

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website