Table ronde « Face aux barbares. Chine, Japon, Corée à l’épreuve des impérialismes »

Table ronde organisée par ECLA (Espace des Cultures et Langues d’Ailleurs) avec la participation de Xavier Paulès (EHESS-CCJ), Emmanuel Lozerand (INALCO) et Alain Delissen (EHESS-CCJ), et Hélène Blais (ENS) comme modératrice.

Mercredi 29 mars 2017 à 11h
Salle Dussane, 45 rue d’Ulm 75005

Entrée libre dans la limite des places disponibles
Inscription : estelle.figon@ens.fr

Site de l’ENS : http://www.ens.fr/actualites/agenda/article/face-aux-barbares-chine-japon

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

International Workshop: Deciphering Sino-Korean atlases and Japanese maps

WheelMap-green

Nous avons le plaisir de vous annoncer la tenue de la première de deux journées d’étude sur la cartographie en Asie intitulée « Deciphering Sino-Korean atlases and Japanese maps: Current Research Problems in East Asian Cartography Studies » (Déchiffrer les atlas sino-coréens et les cartes japonaises : État de la recherche et perspectives des études sur la cartographie d’Asie orientale) le lundi 21 mars 2016 à l’EHESS (site de l’avenue de France).
Ces deux journées d’étude sont organisées par le Centre de recherches sur le Japon. La seconde journée se tiendra à l’automne 2016.

Argumentaire

La parution récente d’ouvrages collectifs et transdisciplinaires sur la cartographie asiatique matérialise l’intérêt transversal des documents cartographiques pour les recherches en sciences humaines et sociales. Si l’importance de tels documents n’est plus à démontrer, en particulier dans le cas des recherches portant sur les mondes asiatiques pré-modernes, il n’en demeure pas moins que la compréhension du contenu des cartes sino-coréennes et japonaises nécessite une analyse qui s’éloigne du prisme des standards de la cartographie européenne moderne. En effet, ces cartes constituent une mine de données qui n’ont pas pour vocation la représentation de la réalité topographique d’un espace, mais une représentation de son organisation cosmogonique, cosmologique, politique, religieuse, pratique, historique, civilisationnelle en termes spatiaux.
Ces deux journées d’étude (21 mars et automne 2016), coordonnées par le Centre Japon et le Centre Corée, ont pour but de mettre en lumière les grilles de lecture spécifiques aux cartes asiatiques, à la lumière des traditions cartographiques et des référents culturels propres à l’Asie, mais également à travers l’appréciation des éléments cartographiques endogènes et exogènes à la Chine, à la Corée et au Japon.

Programme

9h30 Participants’ welcome

10h – 10h15 Opening remarks (Noémi Godefroy (CEJ/CRJ), Vera Dorofeeva-Lichtmann (CRJ))

Chair – Isabelle Sancho (CRC)

10h15 – 11h15 Yang Yulei (Zhejiang University/CRC)
Images of the world in 18th century Asia – The Complete map of Heaven
and Earth (Tian Di Quan Tu 天地全圖) in the San Cai Yi Guan Tu 三才一貫圖

11h15 – 12h15 Vera Dorofeeva-Lichtmann (CRJ)
The « wheel » world maps and the maps of China in the Sino-Korean
Atlases (18th-19th centuries) and the history of their study

12h15 – 14h Lunch Break

Chair – Augustin Berque (CRJ)

14h – 15h Ekaterina Simonova-Gudzenko (Université d’État de Moscou/CRJ)
Representations of Japan and the Ryu-Kyu in the Sino-Korean Atlases

15h – 16h Radu Leca (SOAS/ Sainsbury Institute for the Study of Japanese Arts and Cultures, Norwich)
‘People of the World’ on Seventeenth-century Japanese Maps and Their
Impact on Vernacular Culture

16h-16h30 Coffee break

16h30 – 17h30 Final discussion

Lundi 21 mars 2016 de 9h30 à 17h30
Salle 640, 6e étage, EHESS
190, avenue de France 75013 Paris

Contact : noemi.godefroy[at]ehess.fr

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Visual Representation of Japan in the Abraham Ortelius Theatrum Orbis Terrarum

ortelius1570maplarge

Conférence de Ekaterina SIMONOVA (Moscow State University, Institute of Asian and African Studies / CRJ) dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon.

First published in 1570, Abraham Ortelius’ Theatrum Orbis Terrarum is commonly considered the first modern atlas. Although the first separate map of Japan appeared only in the 1595 edition of the atlas, the country was depicted on the maps of the world or regions starting with the first edition.
Japan first became known to the Europeans at the close of the 13th century through the account of Marco Polo who described it as a single island. Later, the Europeans mapping East Asia seemed to have use the representation of Japan from Chinese maps, with the background of the earliest depictions of the archipelago as a single island descending from them. A turning point in representation of Japan came with the Portuguese, who maintained the closest connections with the island kingdom in the early period of European acquaintance with it.

This presentation outlines direct or indirect usage of East Asian sources of the visual representation of Japan in the European maps and to reveal characteristic features of the archipelago’s representation when European mapmakers got an opportunity to be acquainted with Japanese maps and measure the islands directly; such was the case of maps made by Ignacio Moreira (1538/39-?), Luis Teixeira (1564-1604).
Teixeira’s map of Japan (Japoniae Insvlae Descriptio) represents a compilation of Portuguese and Japanese information in which the latter dominates, primarily that obtained in Gyogi-type maps.
The presentation demonstrates how Chinese and Japanese cartographical sources were used in Japan’s representation in the Ortelius Atlas Maps (which include maps of the world, Asia, Tartaria, East Indies, China, Pacific Ocean and a single map of Japan). One more purpose is to demonstrate the cross–influence, interdependence among modern Far Eastern and Western cartographies in mapping Japan.

Jeudi 17 mars 2016 de 13h à 15h
Salle 7, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Aperçu de l’histoire des savoirs botaniques au Japon durant l’ère Edo – De la matière médicale à l’histoire naturelle

Conférence de Georges MÉTAILIÉ (CAK, EHESS) dans le carde du séminaire collectif du Centre Japon.

L’importance économique de la matière médicale chinoise au Japon, de même que les dangers de confusion de produits ont entraîné très tôt, de la part des médecins japonais, une grande attention à la détermination des produits naturels importés. Un premier dictionnaire bilingue des drogues, le Honzō wamyō 本草和名 (Noms japonais de la matière médicale) a été achevé en 918 par Fukane no Sukehito 深根 (深江) 輔仁, sur ordre impérial. Cette démarche s’est poursuivie et au début du xviie siècle s’est encore accentuée avec l’introduction d’une importante pharmacopée chinoise, le Běncăo gāngmù (Honzō kōmoku) de Li Shizhen (1518-1593), connu au Japon dès les premières années de l’ère Edo . Ce livre en 52 juan, dont trois d’illustrations de minéraux, plantes et animaux, publié en 1596 à Jinling (aujourd’hui Nankin) fut introduit, on le voit, très vite. Si c’est son intérêt du point de vue médical qui avait déterminé une introduction aussi rapide, il est indéniable qu’il eut aussi un rôle très important durant toute l’ère Edo dans le développement d’une approche naturaliste des objets naturels au Japon, jusqu’à la découverte de la botanique scientifique au début du xixe siècle. Des textes et des images permettront d’apprécier cette évolution tout à fait originale par rapport  au cas chinois durant la même période.

Jeudi 5 novembre 2015 de 13h à 15h
Salle 7, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Télécharger le résumé

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Enseignements de Sébastien Lechevalier 2015-16

Sébastien Lechevalier, maître de conférence à l’EHESS, habilité à diriger des recherches

S. Lechevalier

COMPRENDRE LE CHANGEMENT INSTITUTIONNEL EN ASIE. UNE PERSPECTIVE COMPARÉE AVEC LES ÉTATS-UNIS ET L’EUROPE

Mercredi de 13 h à 15 h (salle 638, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris), les 25 novembre, 2, 9, 16 décembre 2015, 20, 27 janvier, 9, 16 mars, 6, 13 avril, 18 et 25 mai 2016

Dans les discussions entre économistes, historiens, sociologistes et spécialistes de sciences politiques sur la diversité des capitalismes et le changement institutionnel, les capitalismes asiatiques ont été mis de côté pendant de nombreuses années, au profit d’une focalisation sur les États-Unis et l’Europe. Les théories et les concepts d’économie politiques n’ont été appliqués à l’Asie que récemment et que pour certaines configurations institutionnelles et historiques. Cependant, le développement rapide des économies asiatiques et la diversité de leurs trajectoires doivent conduire à nous poser de nouvelles questions. Elles concernent par exemple l’impact paradoxal de la libéralisation qui ne conduit pas à une convergence vers les capitalismes anglo-saxons, dont les institutions constituent pourtant un modèle pour les promoteurs des réformes. Il s’agit également de comprendre l’émergence de nouvelles formes d’inégalités et les transformations des modèles de protection sociale. Dans un contexte de remise en cause du rôle de l’État dans l’économie, on se doit par ailleurs de comprendre la réémergence de nouvelles formes d’État développeur en Asie.

GLOBALIZATION AND LABOR MARKET OUTCOMES IN JAPAN AND KOREA : DE-INDUSTRIALIZATION, JOB SECURITY, AND WAGE INEQUALITIES

Jeudi de 13 h 30 à 16 h 30 (ENS, Campus Paris-Jourdan, 48 bd Jourdan 75014 Paris), les 8, 15, 22 et 29 octobre, 3, 10 et 17 décembre 2015 et 14 janvier 2016

Deindustrialization is a major issue for all industrialized countries, in Europe and in America. This is also the case for Japan and Korea, two countries that have experienced an economic development based on the growth of manufacturing industries and that are particularly concerned by the rise of China in the international division of labor.
The aim of this seminar is to provide various tools of analysis (economic history, international economics, labor economics, industrial economics, innovation economics…) to study industrial dynamics in Japan and Korea, with a focus on public policies.
This year, at the occasion of the publication of a special issue of the Review of International Economics (151 (3)) that we have edited, three sessions will be dedicated to the international side of deindustrialization, in an attempt to connect the evolution of inequalities to industrial dynamics.

Enseignements de Sébastien Lechevalier sur le site de l’EHESS

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Vient de paraître : Le trou de mémoire des nationalistes

Article de Arnaud Nanta : Entretien avec Takahashi TetsuyaLe trou de mémoire des nationalistes dans L’histoire, n° 413 «1931-1945 Asie-Pacifique, l’autre guerre mondiale», juillet 2015, p. 126-129.

Soixante-dix ans après la capitulation du Japon, la mémoire de la guerre y reste controversée. Le problème se noue autour du rôle de l’empereur, de la guerre en Chine et de la colonisation en Corée.

Plus de renseignement sur le site de l’histoire http://www.histoire.presse.fr/mensuel/413

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website