International Symposium : The Research on Ancient History in Colonial Korea under Japanese Rule

Colloque international intitulé « The Research on Ancient History in Colonial Korea under Japanese Rule. Archaeology, History and Heritage Policies in East Asian Modern History » aura lieu à l’Université de Waseda le samedi 23 avril 2016.

Ce colloque sera inauguré par la conférence « Overcoming the Colonialism and the Research upon Ancient Korea » donnée par YI Sŏngshi (univ. Waseda) à la Maiosn franco-japonaise le vendredi 22 avril à 18h.

Studying the ancient past of the Korean peninsula became a central objective in the studies and surveys conducted by the Japanese colonial administration in Korea from the protectorate era (1905-1910) through to the end of colonial rule. These academic investigations were also part of the colonial government’s political agenda to control Korea. It established the Commission for the Investigation of Korean Antiquities (1915), which aimed to investigate and protect the past, and the Commission for the Compilation of Korean History (created in 1922 and renamed a Society in 1925) in order to write the history of the peninsula up to the period of Japanese rule. These projects occupied a critical position among the tasks conducted by Imperial Japan.

This international conference will explore Japanese academic practices towards Ancient Korea (history, archaeology, heritage protection policies), while also considering the precedent established by French archaeological practices in colonial Cambodia and the case of continental China. The aim will be to analyze the relationship between archaeology, history, and the « politics of the past » as practiced in colonial situations during the nineteenth and twentieth centuries. Ultimately, in terms of « reconstructing » the past, the case of French Indochina and the EFEO (French School of Asian Studies, founded in 1900) established an important precedent; in the same manner, Korean colonial archaeology became a model for the archaeology conducted in China during the interwar period, as well as for North and South Korean archaeologies and for post-1945 Japanese archaeological and historical research.

Program

10:00 a.m. – 1:00 p.m., panel 1: Archaeological Research in Colonial Korea
Chair : Arnaud NANTA (Maison Franco-Japonaise)
CH’OE Sŏg’yŏng (Director of the Korean National Theatre Museum) : The Archaeological Excavations and Museum Established in Korea by the Japanese Government-General

SAOTOME Masahiro (Tokyo University) : Archaeological Research and Heritage Site Protection in Colonial Korea: Towards which Image of Korea’s Past?

YOSHII Hideo (Kyoto University) : The Position of Kyoto Imperial University’s Archaeological Department vis-à-vis the Archaeological Investigations Conducted by the Government-General of Korea

2:30 p.m. – 6:00 p.m., panel 2: Historiography and Archaeology as Colonial Representations
Chair : LI Sŏngshi (Waseda University)
HAKOISHI Hiroshi (Historiographical Institute, Tokyo University) : The Organization and Working Practices of the Society for the Compilation of Korean History

PAI Hyung Il (University of California, Santa Barbara) : Visualizing Imperial Destinations: The Photographic Classification of Ruins and the Tourist Industry in Colonial Korea

FUJIHARA Sadao (Ibaraki University) : Colonial Archaeology in East Asia: A Comparison between Objectives and Practices

Samedi 23 avril 2016 de 10h à 18h
Waseda University, Ōkuma Memorial Tower (building 26) Basement Hall

Affiche du Colloque (pdf)

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Le Japon et le fait colonial II : Les débats du temps post-colonial, des années 1950 à nos jours

Vient de paraître le n°19 de la revue Cipango sous la direction de Arnaud Nanta et Laurent Nespoulous. Ce numéro constitue la seconde partie de « Le Japon et le fait colonial » et contient également des notes de lecture de Patrick Beillevaire et de Guillaume Carré.

Il y a maintenant cent ans, en 1910, le royaume de Corée était annexé par le Japon. 2010 était donc destinée à être une année importante dans le traitement de la colonisation japonaise en Corée. C’est en réponse à ce contexte que Cipango Cahiers d’études japonaises a lancé, au printemps 2009, un appel à contributions qui opérait un ciblage sur le « fait colonial ». Pourquoi le fait colonial et non pas seulement la Corée ? Parce qu’il paraissait alors tout à fait clair que la Corée allait logiquement faire l’objet d’une attention prononcée, laissant peut-être oublier le temps plus long – et sous-terrain – de la logique coloniale. En effet, avant l’annexion de la Corée vint celle de Taiwan, mais également une présence japonaise qui se développe en Mandchourie, à partir de 1904, sans compter que l’archipel entretenait déjà un rapport de domination avec la péninsule depuis 1876. Par ailleurs, si l’empire colonial japonais devait s’écrouler en même temps que la défaite de 1945 – la décolonisation s’est superposée avec la défaite militaire –, l’actualité du temps présent nous rappelait que le passé colonial empoisonnait encore, si ce n’est plus que jamais, les relations entre États modernes.    Les propositions retenues sont fidèles à notre volonté première de restituer un échantillon, en rien exhaustif, de la variété du « fait colonial ». Ainsi le lecteur trouvera-t-il réunies des contributions sur les sociétés coloniales elles-mêmes, sur les questions relatives à la mémoire coloniale, sur l’histoire culturelle et économique, ou encore sur l’histoire diplomatique et militaire. Deux numéros de la revue offrent deux cadres distincts permettant d’organiser la « matière » qui nous a été confiée : le premier volume, numéro 18, traite la période coloniale, en se concentrant sur les décennies 1880-1920, tandis que le second volume, numéro 19 qui vient de paraître, se penche sur le temps postcolonial, de 1950 à nos jours.

Cipango n° 19 : Le Japon et le fait colonial II
Année 2012, 278 p.
Date de publication : 2013
ISBN 978-2-85831-210-8
16.00 EUR

Couverture de Cipango n°19

 

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Cipango n° 18 « Le Japon et le fait colonial I : L’Asie du Nord-Est coloniale – Années 1880-1920 »

Vient de paraître le n°18 de la revue Cipango sous la direction de Arnaud Nanta et Laurent Nespoulous. Ce numéro est disponible en ligne à l’adresse suivante : http://cipango.revues.org/1504

La colonisation moderne, qui débute au milieu du xixe siècle, s’est déployée dans toute sa puissance entre le dernier tiers de ce siècle et la Première guerre mondiale sous l’impulsion des puissances ouest-européennes, de la Russie et du Japon. C’est à ce moment que le Japon constitue son empire colonial, en posant un pied dans la péninsule coréenne en 1876, avec le Traité d’« ouverture » du royaume de Chosŏn. L’archipel étend ensuite ses possessions coloniales jusqu’en 1914, en prenant l’île de Taiwan, conquise sur l’empire Qing en 1895, la péninsule coréenne (protectorat en 1905, annexée en 1910), la moitié sud de l’île de Sakhaline (1905), la péninsule du Liaodong, située au sud de la Mandchourie (1905) tout en étendant des concessions ferroviaires au sud-mandchourien, et l’archipel micronésien (1914).

L’histoire des sociétés coloniales constitue l’un des grands champs d’étude de l’histoire universitaire depuis la fin des empires coloniaux européens et japonais, qui eut lieu entre 1945 et la décennie 1960. L’historiographie japonaise, depuis les années 1960, puis américaine, depuis les années 1980, ont fourni d’importantes contributions à la connaissance historique des possessions coloniales japonaises, et il semble aujourd’hui essentiel de présenter l’histoire de ces territoires en langue française. Les cinq articles composant ce numéro considèrent tour à tour la Mandchourie entre les impérialismes chinois, russe et japonais au début du xxe siècle, l’effort de défrichement de l’île de Hokkaidô au cours de la décennie 1970, le courant photographique pictorialiste en Mandchourie, les débuts de l’emprise économique japonaise sur la Corée entre 1910 et 1919, et enfin l’anticolonialisme au Japon durant l’entre-deux-guerres. La revue Cipango ne peut qu’espérer que la recherche historienne française intègre pleinement l’histoire du fait colonial » japonais à ses questionnements, au sein d’une histoire mondiale comprenant enfin toutes les puissances de « l’ère des empires » évoquée par Eric Hobsbawm.

Cipango n° 18 : Le Japon et le fait colonial I
Année 2011, 310 p.
Date de publication : 2012
ISBN 978-2-85831-195-8
16.00 EUR

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Exhibitions. l’invention du sauvage : l’exposition au musée du quai Branly

L’exposition intitulée « Exhibitions. l’invention du sauvage » est actuellement à l’affiche au musée du quai Branly.

EXHIBITIONS met en lumière l’histoire de femmes, d’hommes et d’enfants, venus d’Afrique, d’Asie, d’Océanie ou d’Amérique, exhibés en Occident à l’occasion de numéros de cirque, de représentations de théâtre, de revues de cabaret, dans des foires, des zoos, des défilés, des villages reconstitués ou dans le cadre des expositions universelles et coloniales. Un processus qui commence au 16e siècle dans les cours royales et va croître jusqu’au milieu du 20e siècle en Europe, en Amérique et au Japon.

Du 29 novembre 2011 au 3 juin 2012
Musée du quai Branly
37, quai Branly 75007 Paris

Quelques notices d’Arnaud Nanta (CRJ/CNRS) dans le catalogue de l’exposition.

– Le « Pavillon anthropologique » à l’exposition d’Osaka (1903), p. 146

– L’Exposition de Corée (1929), p. 228

Dirigé par Pascal Blanchard, Gilles Boëtsch et Nanette Jacomijn Snoep
Coédition musée du quai Branly / Actes Sud
368 pages, 500 illustrations, 70 auteurs, 49€
 

A l’occasion de  cette exposition, un colloque international aura lieu les mardi 24 et mercredi 25 janvier 2012.

Pour en savoir plus…

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Torii Ryûzô (1870-1953), de l’anthropologie coloniale à l’étude des traditions populaires

La première séance du séminaire collectif du Centre Japon 2011-2012, Histoire du Japon moderne et contemporain : permanences et ruptures, sera animée par Arnaud Nanta.

Jeudi 3 novembre 2011 de 11h à 13h
Salle 7, EHESS, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Télécharger le programme 2011-2012

Colonialism in Eastern and Western Discourses: A Case Study of Okinawa and Japan

Communication de Patrick Beillevaire au congrès international « Orientalism/Occidentalism: Languages of Culture vs. Languages of Description » se tiendra à Moscou du 23 au 25 septembre 2010 organisé par l’Institut russe de recherche culturelle.

Vendredi 24 septembre 2010
Russian Academy of State Service, 84 prospect Vernadskogo, Moscou
Pour en savoir plus