Ebisu n° 53 : « 1914-1918, une guerre mondiale ? La perspective japonaise »

ebisu_53-small250

Vient de paraître le n° 53 de la revue Ebisu – Études japonaises coordonné par Nicolas Mollard et Arnaud Nanta.

Ebisu est dorénavant une revue numérique en accès libre dès parution
sur Revues.org (http://ebisu.revues.org). Vous y trouverez les numéros parus depuis 2012 (n° 47).

Les anciens numéros sont sur Persée (http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/revue/ebisu).

L’histoire de la Première Guerre mondiale ne revêt pas le même sens dans le monde européen et dans le monde est-asiatique. C’est en Europe qu’eurent lieu les affrontements, dans leur quasi-totalité. C’est aussi en Europe que se trouvaient les principaux belligérants et les enjeux primordiaux. Dans la dynamique du conflit, l’Asie orientale ne joua qu’un rôle secondaire, d’autant qu’une importante partie de la région (Indochine, Philippines, Corée, Taiwan, Micronésie) était sous le joug colonial des grandes puissances. La situation de la jeune République de Chine, semi-colonisée et en voie de fractionnement, n’était guère meilleure. Hormis le Japon et la Russie, la région ne comptait pas de véritables « acteurs de l’histoire ». En outre, les deux pays étant alliés et combattant tous deux du côté de la France et du Royaume-Uni, il n’y eut guère d’engagements dans la zone Asie-Pacifique en dehors des promptes victoires japonaises sur les positions allemandes. Aussi l’Asie orientale a-t-elle été peu considérée par les historiens. Au mieux a-t-on étudié les effets du conflit sur les populations asiatiques ou, dans le cas du Japon, mesuré sa participation directe. Lire la suite…

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Immigration coréenne au Japon, années 1910-1940

Conférence de Ôta Osamu 太田修 (Université Dôshisha, chercheur invité du Centre Japon au mois de mars 2015) dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon.

Qui étaient les Coréens qui vivaient à Kyôto dans la première moitié du 20e siècle ? En commençant par les immigrés venus dans la vieille capitale après l’annexion de leur pays par le Japon et les ouvriers des années 20, nous nous pencherons sur la vie quotidienne et la culture de cette société coréenne au Japon qui traversa à Kyôto les turbulences des années 30 et la période de guerre, avant d’y accueillir la libération de leur patrie.

Jeudi 5 mars 2015 de 11h à 13h
Salle 2, EHESS
105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Débat : Quelles visions de l’histoire de la colonisation, en France aujourd’hui ? le point de vue des historiens japonais

Iwanami shoten, 2014

Débat autour de la présentation du dernier ouvrage de Chikako Hirano「フランス植民地主義と歴史認識」 (岩波書店, 2014) à la Maison franco-japonaise à Tokyo avec Chikako Hirano (Université Musashi), Mamie Misawa (Univérsité Nihon) et Arnaud Nanta (CNRS, MFJ-UMIFRE 19).

Le dernier ouvrage de Hirano Chikako (Iwanami, 2014), spécialiste japonaise de l’histoire de la colonisation française, se penche sur les perceptions, en France, aujourd’hui, du passé colonial français. La société française est revenue avec vigueur sur cette question depuis les années 2000, qui a donné lieu à un large débat touchant les universitaires, le personnel politique et le grand public. L’année 2005 a été marquée par la déclaration des « Indigènes de la République », qui jugent la République française encore aujourd’hui colonialiste, tandis qu’une loi était votée (ensuite annulée) cette même année pour mettre en avant « les aspects positifs » de la colonisation.
Ce débat sur le passé colonial n’est pas confiné à la France. Il concerne les pays anciennements dominés, et permet aussi de mener une comparaison avec la situation des autres ex- métropoles coloniales, tel le Japon. Ce débat associera Hirano Chikako, Misawa Mamie, spécialiste de la colonisation japonaise à Taiwan, et Arnaud Nanta, qui étudie la colonisation japonaise en Corée, afin de réfléchir sur les différences et proximités entre nos deux pays dans leur perception de l’histoire de la colonisation, et sur le dialogue que mènent la France et le Japon avec les anciens pays colonisés.

Samedi 12 avril 2014 de 16 h à 18 h
Maison franco-japonaise à Tokyo, salle 601

Inscriptions et renseignements : http://www.mfj.gr.jp/agenda/2014/04/12/post_621/

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Cipango n° 18 « Le Japon et le fait colonial I : L’Asie du Nord-Est coloniale – Années 1880-1920 »

Vient de paraître le n°18 de la revue Cipango sous la direction de Arnaud Nanta et Laurent Nespoulous. Ce numéro est disponible en ligne à l’adresse suivante : http://cipango.revues.org/1504

La colonisation moderne, qui débute au milieu du xixe siècle, s’est déployée dans toute sa puissance entre le dernier tiers de ce siècle et la Première guerre mondiale sous l’impulsion des puissances ouest-européennes, de la Russie et du Japon. C’est à ce moment que le Japon constitue son empire colonial, en posant un pied dans la péninsule coréenne en 1876, avec le Traité d’« ouverture » du royaume de Chosŏn. L’archipel étend ensuite ses possessions coloniales jusqu’en 1914, en prenant l’île de Taiwan, conquise sur l’empire Qing en 1895, la péninsule coréenne (protectorat en 1905, annexée en 1910), la moitié sud de l’île de Sakhaline (1905), la péninsule du Liaodong, située au sud de la Mandchourie (1905) tout en étendant des concessions ferroviaires au sud-mandchourien, et l’archipel micronésien (1914).

L’histoire des sociétés coloniales constitue l’un des grands champs d’étude de l’histoire universitaire depuis la fin des empires coloniaux européens et japonais, qui eut lieu entre 1945 et la décennie 1960. L’historiographie japonaise, depuis les années 1960, puis américaine, depuis les années 1980, ont fourni d’importantes contributions à la connaissance historique des possessions coloniales japonaises, et il semble aujourd’hui essentiel de présenter l’histoire de ces territoires en langue française. Les cinq articles composant ce numéro considèrent tour à tour la Mandchourie entre les impérialismes chinois, russe et japonais au début du xxe siècle, l’effort de défrichement de l’île de Hokkaidô au cours de la décennie 1970, le courant photographique pictorialiste en Mandchourie, les débuts de l’emprise économique japonaise sur la Corée entre 1910 et 1919, et enfin l’anticolonialisme au Japon durant l’entre-deux-guerres. La revue Cipango ne peut qu’espérer que la recherche historienne française intègre pleinement l’histoire du fait colonial » japonais à ses questionnements, au sein d’une histoire mondiale comprenant enfin toutes les puissances de « l’ère des empires » évoquée par Eric Hobsbawm.

Cipango n° 18 : Le Japon et le fait colonial I
Année 2011, 310 p.
Date de publication : 2012
ISBN 978-2-85831-195-8
16.00 EUR

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

The Japanese Colonial Historiography in Korea (1905-1945)


Parution récente :  Rosa Caroli, Pierre-François Souyri (éds.) History at stake in East Asia, Scaforina, Libreria Editrice Cafoscarina, Venezia, 2012

Dans cet ouvrage collectif, un article d’Arnaud Nanta “The Japanese Colonial Historiography in Korea (1905-1945)″ p. 83-105.

Pour en savoir plus

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

« Corée du Sud / Japon : renouer le dialogue » une émission sur France Culture

Émission Culturemonde de Florian Delorme sur France Culture réalisée le 16 janvier 2013 de 11h à 11h50 dans le cadre du cycle  «Je t’aime moi non plus» avec :

Alain Delissen, directeur d’études à l’EHESS, directeur de l’Institut d’études coréennes au Collège de France
Arnaud Nanta, chargé de recherche au CNRS, en poste à la Maison franco-japonaise
Christine Lévy, maître de conférences à l’université de Bordeaux 3, actuellement détachée comme chercheure à la maison franco-japonaise

Cette émission peut être podcastée ici.

Présentation par Florian Delorme

L’histoire de la péninsule coréenne est extrêmement riche elle a existé en tant que telle, comme culture particulière, comme système politique indépendant. Longtemps la région a été menacée par ses voisins d’abord par la chine puis par le Japon jusqu’à son annexion en 1910. A l’époque, la Corée n’est pas de taille à s’opposer à l’impérialisme de son voisin beaucoup plus développé.
L’intérêt des Japonais est alors principalement économique. Il s’agit d’abord et avant tout de s’emparer de matières premières. Mais on assiste également à une immigration japonaise massive à travers laquelle va s’organiser le développement économique forcé du pays. Dans le domaine agricole, la domination est particulièrement spectaculaire: de nombreux paysans sont expropriés et se retrouvent à travailler sur des terres qui ne leurs appartiennent plus. Le bénéfice des productions partant en grande partie pour le Japon.
Une autre partie des paysans est envoyée pour travailler dans des usines japonaises ou engagée dans des projets de construction gigantesques (la construction de réseaux routiers, de chemins de fer, de centrales hydroélectriques). Mais cette domination s’exerçait également dans le domaine culturel puisque les Coréens furent forcés d’apprendre le japonais et d’adopter des noms de familles japonais.
Bref, les Coréens ont subi une colonisation particulièrement brutale de la part de leur voisin japonais aux ambitions expansionnistes exacerbées à l’époque. Souvenons-nous que ce Japon s’était engagé, à partir de 1937, dans une guerre avec l’autre voisin: la Chine. Une guerre durant laquelle des milliers de femmes coréennes – les « femmes de réconfort » – vont être « engagées » dans des maisons closes pour assouvir l’appétit sexuel des soldats japonais. La domination japonaise durera 35 ans et prendra fin au moment de la reddition du Japon le 15 août 45. Quelles sont, aujourd’hui, les relations entre les deux pays? Comment gèrent-ils la mémoire de ce passé commun ?… comment est-elle transmise aux nouvelles générations? La coopération économique et culturelle suffit-elle à panser les plaies d’une histoire douloureuse?

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website