Soutenance de thèse de doctorat d’Eleni Panagouli

Eleni Panagouli (CRJ-EHESS) soutiendra sa thèse de doctorat intitulée « La rencontre de la ville et de la forêt. L’action publique et les territoires de la nature en Grèce » à l’EHESS le vendredi 21 octobre 2016.

Devant le jury composé de :

M. Augustin Berque (Directeur de thèse), CRJ-EHESS
M. Paul Arnould, ENS Lyon
M. Guy Burgel, Université Paris X Nanterre
Mme Marie-Vic Ozouf-Marignier, EHESS
Mme Christy Petropoulou, Université de l’Egée (Grèce)
Mme Sarah Vanuxem, Université de Nice Sophia-Antipolis

Vendredi 21 octobre 2016 à partir de 14h00
EHESS (Salle Denys et Maurice Lombard) 
96, boulevard Raspail 

Résumé

La thèse explore le conflit entre l’urbanisation et la protection forestière en Grèce en mettant en perspective les deux secteurs de l’action publique, forestier et urbain. En premier lieu, au niveau des institutions et de leurs effets, la thèse analyse les politiques forestières et les politiques urbaines, leur interaction et leurs perspectives européennes par des recherches archivistiques et bibliographiques. Elle porte une attention particulière au statut contesté de la propriété et de l’usage des sols en Grèce en explorant l’application des dispositifs techniques et administratifs d’inventaire des forêts et d’attribution du caractère forestier aux sols. En deuxième lieu, la thèse élargit la question des politiques publiques en prenant en compte les principes cognitifs générés par une multitude d’acteurs. Elle explore l’organisation et les pratiques professionnelles et scientifiques des groupes d’experts, des forestiers et des urbanistes, en traitant de leur discours collectif, scientifique et syndical ainsi que des entretiens. Elle interroge leur rôle dans le jeu d’acteurs, les relations entre eux et avec les autres groupes d’action publique, en particulier le mouvement écologique et les juristes, ainsi que leurs échanges au niveau européen. En troisième lieu, la thèse analyse les aspects territoriaux de ces rapports. D’un côté elle étudie le cas du mont Parnès et de l’autre les régions protégées de réseau Natura 2000, en traitant des entretiens et des données cartographiques, démographiques et paysagères.

Le travail entreprend d’abord une rétrospective historique qui commence avec la proclamation du nouvel État grec pour arriver jusqu’à l’insertion de l’environnementalisme. Ensuite, la problématique concerne la période qui débute en 1974 et la chute de la dictature jusqu’aux années 1990. C’est la période du tutorat étatique et de l’institutionnalisation de l’environnement. Enfin est étudiée la période du tournant des politiques inter-sectionnelles et territorialisées suite à l’émergence de la notion du développement durable dans les années 1990 jusqu’au déclenchement de la crise européenne de la dette publique en 2010.

Mots clès

Forêt, urbanisation, écologie, territoire, action publique, usages du sol, cadastre, gestion, régions protégées, sociologie politique, sociologie des sciences.

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

A Study of East Asian Fermentation Chemistry : Asia’s Microbial Gardens in Japanese Eyes

Victoria LEE (Max Planck Institute for the History of Science) donnera une conférence dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon.

A scientist of the early twentieth century once described the molds and yeasts kept in Japanese laboratories as being like “microbial gardens”—collections of useful objects, like plants, that could be cultivated for specific purposes. With the importance of traditional brewing in the Japanese economy, microbes’ (especially kōji and other molds used in Asian brewing) ability to transform the chemical composition of their surroundings gradually became a broader tool to intervene in political economy and the environment. Between military and industrial expansion on the one hand, and massive rice riots as well as unprecedented Malthusian visions of social instability and agricultural resource limits on the other, the management of national production in such everyday areas as the food and alcohol industries was a critical problem in interwar Japanese society. In this light, this talk looks at fermentation chemistry in imperial Japan: the ways in which it sought to alter the national-level relationships between resources and consumption, as well as vividly reflected the use of regional knowledge in practice.

Jeudi 4 février 2016 de 13h à 15h
Salle 7, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

Glossaire / bibliographie

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Exterminating Flies: Science, Society and Ecosystem in Interwar Tokyo

「害虫の誕生 : 虫からみた日本史」
筑摩書房, 2009

Akihisa SETOGUCHI 瀬戸口 明久 (Université de Kyôto) donnera une conférence dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon.

In Gaichu no Tanjo (Birth of Harmful Insects), I argued how modern nation building has changed the relationship between humans and nature. Before the early Meiji period, most farmers considered insect outbreaks uncontrollable natural disasters. However, in the 1890s, the government enacted a law forcing farmers to eliminate pests from their paddies. Entomologists also worked strenuously to educate farmers on ways to control insects using scientific knowledge. As a result, the concept of gaichu (i.e. all harmful insects should be controlled by humans) became popular.

This concept expanded to include flies and mosquitoes, which transmitted many diseases in the 1920s. An outbreak of typhoid fever, one of diseases transmitted by flies, became a serious problem in metropolitan areas at the time. As a result, the Tokyo city government began hae tori de (Swat the Fly Day) to mobilize citizens to exterminate flies. Medical entomologists had also begun to play a crucial role in educating citizens about the harmful nature of flies. In these ways, science and politics have changed the relationship between humans and flies significantly.

In this presentation, however, I revisit my thesis and argue from a different perspective by suggesting that Swat the Fly Day was a result of the ecological relationship of insect, germs, and humans. In the early 1930s, the day resulted in an uneven distribution of flies caught in each ward. Two things factored in this unevenness: the actual size of the fly population and the distribution of the lower-income classes. From an ecological perspective, I argue that flies were not the cause of the disease outbreaks. Rather, these outbreaks were the results of a human-made ecosystem.

Jeudi 5 février 2015 de 11h à 13h
Salle 2, EHESS
105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Colloque de Cerisy : Donner lieu au monde – la poétique de l’habiter

Colloque sous la direction de Augustin Berque, Alessia de Biase, Philippe Bonnin.

Ce colloque clôt un programme-cadre de recherches coopératives internationales, « L’habitat insoutenable », qui, outre un séminaire pluriannuel à l’Ecole des hautes études en sciences sociales, a déjà donné lieu à deux colloques internationaux à Cerisy : « Les trois sources de la ville-campagne » (2004) et « L’habiter dans sa poétique première » (2006), suivis de deux ouvrages collectifs : La Ville insoutenable (Belin, 2006) et L’Habiter dans sa poétique première (Donner lieu, 2008).

De jeudi 10 (19h) au jeudi 17 (14h) septembre 2009
Cerisy la Salle (50210) (Château de Cerisy, monument historique XVIIe)
 

Calendrier provisoire

Intervention : Augustin Berque,Poétique naturelle, poétique humaine, 12 septembre 2009