Money Talks: Monetary Disputes in Early Eighteenth-Century Japan

Federico MARCON, Professeur à l’Université de Princeton, professeur invité à l’EHESS en avril-mai 2017, donnera une conférence dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon le 20 avril 2017.

Federico MARCON est l’auteur de l’ouvrage The Knowledge of Nature and the Nature of Knowledge in Early Modern Japan (University Of Chicago Press, 2015).

At the turn of the eighteenth century, as the lavish splendor of the Genroku era waned into a decade of economic stagnation and social unrest, two scholars debated on the nature of money and its proper administration. The dispute revealed not only the extent of the monetary integration of Japanese society after a century of Tokugawa rule, but also the sophistication of samurai’s understanding of financial dynamics. The story of the clash of the two views of what money is, the bullionism of Arai Hakuseki and the contractualism of Ogiwara Shigehide and Ogyū Sorai, bespeaks a turning point in the economic politics of early modern Japan—a turning point of transnational relevance, as in contemporaneous England economic thinkers were debating analogous issues.

Jeudi 20 avril de 11h00 à 13h00
EHESS, Salle 7, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Soutenance de thèse de doctorat d’Adrienne Sala

Adreienne Sala, membre associé du CRJ, soutiendra sa thèse de doctorat intitulée « La réglementation du prêt personnel au Japon

Une économie politique historique » à l’EHESS le mardi 21 juin 2016.

Devant le jury composé de :

M. Jean-Pascal BASSINO, Professeur des Universités, IAO, ENS de Lyon
Mme Sabine EFFOSSE, Professeure des Universités, Université Paris-Ouest Nanterre La Défense (rapporteur)
M. Patrick FRIDENSON, Directeur d’études à l’EHESS
M. Pierre-Cyrille HAUTCOEUR, Directeur d’études à l’EHESS (directeur de thèse)
M. Sébastien LECHEVALIER, Directeur d’études à l’EHESS
M. Bernard THOMANN, Professeur des Universités, INALCO (rapporteur)

Présentation de la thèse

Inclure davantage le cas du Japon dans les études comparatives sur le crédit aux ménages et l’endettement des particuliers permet d’analyser conjointement plusieurs enjeux majeurs auxquels sont confrontés les pays capitalistes avancés. Ce thème permet aussi d’intégrer plusieurs questions centrales de la recherche en sciences sociales sur le Japon contemporain: la faiblesse du système bancaire révélée par la longue crise financière des années 1990 suite à l’éclatement de la bulle spéculative au début des années 1990, l’apparition de nouveaux risques et la faible protection sociale d’une partie de la population, le difficile accès au crédit des PME, TPE et des entrepreneurs individuels; ou encore l’évolution du capitalisme japonais et la question du changement institutionnel.

Cette thèse se propose d’être une contribution aux études portant sur l’histoire du crédit aux ménages et de sa réglementation en analysant plus particulièrement l’évolution (depuis la période moderne jusqu’à la fin des années 2000) du prêt personnel dans la société japonaise, en prenant en compte son environnement institutionnel et les changements dans les relations de travail. Il s’agit également de montrer l’apparition du problème de cumul de crédits chers et faciles conduisant à une situation de « surendettement » et d’étudier la prise de conscience sociale et juridique de ce phénomène, pour analyser enfin, la réponse politique et réglementaire aboutissant à l’adoption de la loi de 2006.

Les principaux résultats montrent que la persistance de conflits d’intérêts contradictoires a réduit l’efficacité du cadre institutionnel historique appliqué au marché des prêts personnels permettant aux prêteurs d’élaborer des règles informelles et de profiter d’une zone grise pour exercer leur activité. Les pratiques abusives et l’application de hauts taux d’intérêt ont entraîné un problème de cumul de crédits chers et faciles conduisant à des situations dramatiques. En l’absence de mobilisations sociales et d’actions collectives organisées par les agents sociaux pour défendre les intérêts des victimes face à la force de pression historique des prêteurs – sarakin– cette situation a perduré pendant une quarantaine d’années.

Les avocats ont œuvré à la défense des victimes depuis les années 1970, mais ce n’est qu’à la fin des années 1990 qu’ils sont parvenus progressivement à modifier la perception négative de l’opinion publique à l’égard des emprunteurs, dans un contexte de crise économique et de scandales, en introduisant la notion juridique de « surendettement » causé par un cumul de crédits chers – quasiment indissociable du marché des sarakin. Les actions collectives des groupes de défense des personnes «  surendettées » ont accru la saillance du sujet, mesurée par un traitement des données journalistiques, facilitant l’entrée du « problème des sarakin » sur l’agenda politique, aboutissant à la loi de réforme du marché (2006-2010). Cette loi répond plus largement à l’évolution de plusieurs forces de changement comme l’apparition de nouvelles technologies, de nouveaux acteurs du crédit et de nouveaux outils juridiques adaptés au traitement du surendettement des particuliers.

Le mardi 21 juin 2016, à partir de 9h30
En salle 015, RDC, le ‘France’, 190 Av. de France 75013

Un pot suivra la soutenance. Afin de le prévoir, merci de confirmer votre présence par mail adrienne.sala@gmail.com

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Nouvelle parution « Leçons de l’expérience japonaise : vers une autre politique économique ? »

Vient de paraître : Leçons de l’expérience japonaise : vers une autre politique économique ? (Sébastien Lechevalier et Brieuc Monfort, Éditions Rue d’Ulm)

Depuis la crise de 2008, la lenteur du retour aux taux de croissance passés a fait naître la crainte que l’Europe ne suive, peu ou prou, la trajectoire économique du Japon durant les années 1990-2000. Cette inquiétude s’exprime désormais régulièrement, formulée le plus souvent comme le risque d’une décennie perdue « à la japonaise ». L’objectif de cet opuscule est de revenir sur l’expérience japonaise depuis 1990 jusqu’à la politique dite des Abenomics conduite depuis 2012, afin de discuter la pertinence d’une transposition dans un contexte autre que japonais.
Le Japon n’a pas « perdu » vingt-cinq ans et son évolution a été étudiée de très près aux États-Unis par les macroéconomistes et les responsables politiques, mais beaucoup moins en Europe. Il serait, selon nous, exagéré d’y voir une expérience de politique économique non conventionnelle dont pourraient s’inspirer les économistes européens à la recherche d’une « autre politique ». Mais les Abenomics incarnent, aussi, une forme de volontarisme politique et une tentative pertinente de mettre en œuvre de façon cohérente différents instruments de politique économique.

Éditions Rue d’Ulm
Collection du CEPREMAP n° 41
172 p., 13.00 EUR
Avril 2016
ISBN-978-2-7288-0550-1

Site de l’éditeur

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Expérimenter les réseaux électriques « intelligents » au Japon : enjeux de gouvernance et de changement des comportements

export-to-japan-wind-and-solar-energy-smart-grid

Conférence de Benoît GRANIER, doctorant Université de Lyon et ATER Sciences Po Lyon, Institut d’Asie Orientale (UMR 5062) & Nicolas LEPRETRE, doctorant ENS Lyon et ATER Sciences Po Lyon, Institut d’Asie Orientale (UMR 5062) dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon.

L’Etat japonais expérimente depuis 2010 les réseaux électriques « intelligents » ou smart grids, à travers un certain nombre de dispositifs sociotechniques mis en place dans quatre « Smart Communities » sélectionnées et en partie financées par le Ministère de l’Economie, du Commerce et de l’Industrie (METI). L’objectif de l’intervention est, après avoir situé ce programme dans son contexte, d’exposer ses principaux enjeux en termes de gouvernance et de changement des comportements dans le secteur de l’énergie. La situation énergétique du Japon présente en effet de nombreux enjeux (dépendance et insécurité, compétitivité économique, émissions de gaz à effet de serre), transformés et rendus plus urgents encore depuis la triple catastrophe du 11 mars 2011. D’une part, la stratégie du changement des comportements pour réduire la consommation d’énergie s’est progressivement imposée depuis les années 2000, et bénéficie d’une expérimentation grandeur nature inédite dans le cadre des Smart Communities. D’autre part, l’établissement de ces démonstrateurs à l’échelle urbaine s’insère dans un mouvement plus large de changement des politiques énergétiques depuis les années 1990 et pose des questions sur les acteurs impliqués dans la gouvernance des projets et des systèmes sociotechniques déployés. La communication vise ainsi également, in fine, à interroger le rôle des acteurs publics et privés dans l’élaboration des politiques énergétiques dans le temps long, mais aussi à saisir les reconfigurations induites par l’accident de Fukushima.

Jeudi 7 avril 2016 de 13h à 15h
Salle 7, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Nouvelle édition d’un livre de Sébastien Lechevalier en traduction japonaise

L’ouvrage de Sébastien Lechevalier La grande transformation du capitalisme japonais (1980-2010) (Presses de Sciences Po, 2011) a été publié en traduction japonaise, édition révisée et augmentée, sous le titre de「日本資本主義の大転換」chez Iwanami shoten en novembre 2015. La version anglaise avait été également publiée chez Routledge (Nissan Institute Series) en 2014.

かつて「ジャパン・アズ・ナンバーワン」と称賛され,世界各国の注目を集めた日本経済の凋落はなぜ生じたのか.1980年代以降の日本経済の歩みを新たな枠組みで分析.「改革の遅れが原因」とする通俗的な見方を排して,一連の改革の失敗や問題点を指摘しながら,日本経済が現在どのような道を歩んでいるのかを明らかにする.フランス人研究者による新しい日本経済論!

日本資本主義の大転換
セバスチャン ルシュヴァリエ
新川敏光 監訳
岩波書店, 2015

Site de l’éditeur

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Enseignements de Sébastien Lechevalier 2015-16

Sébastien Lechevalier, maître de conférence à l’EHESS, habilité à diriger des recherches

S. Lechevalier

COMPRENDRE LE CHANGEMENT INSTITUTIONNEL EN ASIE. UNE PERSPECTIVE COMPARÉE AVEC LES ÉTATS-UNIS ET L’EUROPE

Mercredi de 13 h à 15 h (salle 638, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris), les 25 novembre, 2, 9, 16 décembre 2015, 20, 27 janvier, 9, 16 mars, 6, 13 avril, 18 et 25 mai 2016

Dans les discussions entre économistes, historiens, sociologistes et spécialistes de sciences politiques sur la diversité des capitalismes et le changement institutionnel, les capitalismes asiatiques ont été mis de côté pendant de nombreuses années, au profit d’une focalisation sur les États-Unis et l’Europe. Les théories et les concepts d’économie politiques n’ont été appliqués à l’Asie que récemment et que pour certaines configurations institutionnelles et historiques. Cependant, le développement rapide des économies asiatiques et la diversité de leurs trajectoires doivent conduire à nous poser de nouvelles questions. Elles concernent par exemple l’impact paradoxal de la libéralisation qui ne conduit pas à une convergence vers les capitalismes anglo-saxons, dont les institutions constituent pourtant un modèle pour les promoteurs des réformes. Il s’agit également de comprendre l’émergence de nouvelles formes d’inégalités et les transformations des modèles de protection sociale. Dans un contexte de remise en cause du rôle de l’État dans l’économie, on se doit par ailleurs de comprendre la réémergence de nouvelles formes d’État développeur en Asie.

GLOBALIZATION AND LABOR MARKET OUTCOMES IN JAPAN AND KOREA : DE-INDUSTRIALIZATION, JOB SECURITY, AND WAGE INEQUALITIES

Jeudi de 13 h 30 à 16 h 30 (ENS, Campus Paris-Jourdan, 48 bd Jourdan 75014 Paris), les 8, 15, 22 et 29 octobre, 3, 10 et 17 décembre 2015 et 14 janvier 2016

Deindustrialization is a major issue for all industrialized countries, in Europe and in America. This is also the case for Japan and Korea, two countries that have experienced an economic development based on the growth of manufacturing industries and that are particularly concerned by the rise of China in the international division of labor.
The aim of this seminar is to provide various tools of analysis (economic history, international economics, labor economics, industrial economics, innovation economics…) to study industrial dynamics in Japan and Korea, with a focus on public policies.
This year, at the occasion of the publication of a special issue of the Review of International Economics (151 (3)) that we have edited, three sessions will be dedicated to the international side of deindustrialization, in an attempt to connect the evolution of inequalities to industrial dynamics.

Enseignements de Sébastien Lechevalier sur le site de l’EHESS

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website