Japanese Illustrated Books from the Edo and Meiji Periods

Plus de 1 000 livres japonais illustrés de la période 1600-1912 ont été numérisés par les Smithsonian Libraries. Visitez cette collection ici.

The Freer|Sackler Library’s collection of illustrated Japanese rare books includes over 1,000 volumes previously owned by Charles Lang Freer. Often filled with color illustrations, many are by famous artists such as Andō Hiroshige and Katsushika Hokusai.  These beautiful woodblock printed works of art were published during the Edo and Meiji periods (1600-1912).  Another group of Japanese rare books more recently added to the Library’s collections consists of 67 volumes of illustrated Meiji-period books collected by Robert O. Muller who also formed a superb collection of Japanese prints from the same period which he bequeathed to the Arthur M.Sackler Gallery. Both library book collections are ideal complements to the world renowned Gerhard Pulverer Collection of Illustrated Japanese Books which was acquired by the Freer Gallery of Art in 2007. The Pulverer Collection has been completely digitized and is available online. Unlike the European and American books on our website, Japanese rare books are scanned as two-page spreads to more clearly show the construction of the book and seamlessly display images which span two pages.

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Le saké contrefait à l’époque d’Edo

Reiji IWABUCHI, Professeur à l’Université féminine du Gakushûin, professeur rattaché au Centre de recherches sur le Japon d’avril à août 2017, donnera une conférence intitulée « 江戸の「贋酒」 » (Le saké contrefait à l’époque d’Edo) à l’Université Paris Diderot le 12 juin 2017.

Cette conférence sera donnée en japonais sans traduction.

商品のブランド化と偽物の出現は、世界共通の超時代的な現象であるが、時代や地域を限定することで、偽商品を通して当該社会の一端を描き出すことが可能ではなかろうか。とくに、商標権確立以前の前近代にあっては、公権力の保護はなかったため、民間社会の中で対策が講じられたと考えられる。
日本の江戸時代における偽商品については、すでに出版物の重板をめぐる仲間の統制や、薬の商標の模倣・盗用に対する「商標・商号権」保護の獲得過程が明らかにされている。本講演では、商標と生産者や内容が異なる「贋酒」をとりあげ、生産地と消費地の双方の状況をみながら、その生産と流通の実態を検討する。さらに、近代化の中で明治17(1884)年に制定・施行された商標登録制度(商標条例)との相克についてもふれてみたい。

L’apparition des marques et de contrefaçons est un phénomène universel qui dépasse les frontières et les époques. Mais en se limitant à une aire géographique et à une époque particulière, ne pourrait-on pas apporter un éclairage sur une société donnée à travers ses contrefaçons ? Tout particulièrement, à une époque où le droit des marques n’existait pas, l’absence de protection de la part des pouvoirs publics a pu conduire les acteurs de l’économie à adopter des mesures d’auto-régulation.
En ce qui concerne les articles contrefaits dans le Japon de l’époque d’Edo, l’auto-régulation des droits de réimpression d’ouvrages au sein des corporations de libraires est bien attestée, ainsi que des processus visant à la protection des marques ou des dénominations d’articles face à des manoeuvres d’usurpation ou d’imitation de marques de médicaments. On s’intéressera dans cette conférence à des cas de « saké contrefait » où un décalage est attesté entre la marque, le producteur d’une part, et le contenu d’autre part. En examinant les terrains de la production et de la consommation, on réfléchira sur la situation réelle de la production et de la distribution. On évoquera également la manière dont s’est déroulée la transition vers la modernité de Meiji, avec l’instauration et l’application du système d’enregistrement des marques en 1884.

Lundi 12 juin 2017, 16h-18h
Salle 481C – Université Paris Diderot
5 rue Thomas Mann, 75013 Paris

Affiche

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

M. Federico MARCON, Professeur invité à l’EHESS en avril-mai 2017

M. Federico MARCON, Professeur à l’Université de Princeton, historien du Japon et spécialiste d’histoire des sciences, séjournera à Paris sur invitation de Guillaume Carré (CRJ-EHESS) et Aleksandra Kobiljski (IAO-CNRS-CRJ).

Son projet de recherche en cours porte sur l’histoire de la monnaie dans le Japon des Tokugawa, en réunissant les sources sur les débats intellectuels et les pratiques financières des acteurs du terrain tels que les changeurs de monnaie.

M. MARCON est l’auteur de « The Knowledge of Nature and the Nature of Knowledge in Early Modern Japan » (University of Chicago Press, 2015).

Durant son séjour, M. MARCON donnera les interventions suivantes :

Jeudi 20 avril 2017, 11h-13h 
Money Talks: Monetary Disputes in Early Eighteenth-Century Japan
Dans le cadre du séminaire collectif du Centre de recherches sur le Japon « Histoire du Japon moderne et contemporain : permanences et ruptures », animé par Guillaume Carré, Annick Horiuchi et Aleksandra Kobiljski

Lieu : salle 7, EHESS,105 boulevard Raspail, 75006 Paris

Vendredi 21 avril 2017, 10h45-12h45
“Between Truth and Accuracy: Nature Knowledge in Late Tokugawa Japan”

Dans le cadre du séminaire « Histoire et sociologie des croyances et des savoirs », animé par Matthias Hayek

Lieu : salle 481, Université Paris Diderot, Grands Moulins, bâtiment C, 5 rue Thomas Mann, 75013 Paris

Mercredi 10 mai 2017, 10h-12h 
“La science naturaliste japonaise a-t-elle disparu ?”

Dans le cadre des Débats du Centre Alexandre Koyré, discutants : Antonella Romano et Annick Horiuchi

Lieu : salle de séminaire, 5ème étage, Centre Alexandre Koyré, 27 rue Damesme, 75013 Paris

Jeudi 18 mai 2017, 11h-13h
“The Happy, Risky Life of Moneychangers in Early Modern Japan”

Dans le cadre du séminaire « Aux origines de la mondialisation : histoire économique comparée Asie Europe, 1500-2000 », animé par François Gipouloux

Lieu : salle A 751, 54 boulevard Raspail, 75006 Paris (à confirmer)

Résumés

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Money Talks: Monetary Disputes in Early Eighteenth-Century Japan

Federico MARCON, Professeur à l’Université de Princeton, professeur invité à l’EHESS en avril-mai 2017, donnera une conférence dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon le 20 avril 2017.

Federico MARCON est l’auteur de l’ouvrage The Knowledge of Nature and the Nature of Knowledge in Early Modern Japan (University Of Chicago Press, 2015).

At the turn of the eighteenth century, as the lavish splendor of the Genroku era waned into a decade of economic stagnation and social unrest, two scholars debated on the nature of money and its proper administration. The dispute revealed not only the extent of the monetary integration of Japanese society after a century of Tokugawa rule, but also the sophistication of samurai’s understanding of financial dynamics. The story of the clash of the two views of what money is, the bullionism of Arai Hakuseki and the contractualism of Ogiwara Shigehide and Ogyū Sorai, bespeaks a turning point in the economic politics of early modern Japan—a turning point of transnational relevance, as in contemporaneous England economic thinkers were debating analogous issues.

Jeudi 20 avril de 11h00 à 13h00
EHESS, Salle 7, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

M. Reiji IWABUCHI, Professeur invité à l’EHESS en 2017

M. Reiji Iwabuchi, Professeur à l’Université pour femmes Gakushūin, séjournera à Paris jusqu’à la fin d’août 2017 sur invitation de Guillaume Carré (CRJ-EHESS).

Les recherches de M. Iwabuchi portent entre autres sur l’ histoire comparée des villes préindustrielles en France et au Japon : résidences aristocratiques, organisations et représentations de l’espace urbain.

Durant son séjour, M. Iwabuchi va contribuer au déchiffrement du fonds Mitsui, archives conservées au Collège de France. La première collaboration sur le fonds Mitsui avec Guillaume Carré a eu lieu en 2013 : https://carnetsjapon.hypotheses.org/2912

Durant son séjour, M. Iwabuchi participera à plusieurs conférences et ateliers scientifiques dont la première le 27 avril 2017 dans le cadre du séminaire de C. Bodolec, F. Obringer (CNRS) et M. Bussotti (EFEO) « Techniques, Objets et Patrimoine en Chine, en Corée et au Japon (XVIe-XXIe s.) »

 

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Revue électronique : « Géographie historique du Japon d’Edo et ses héritages »

Phare d’Imazu (Cliché N. Baumert, 2011)

Vient de paraître : le n° 9 de la Revue de Géographie Historique consacrée à la thématique « Géographie historique du Japon d’Edo et ses héritages » (dirigé par Nicolas Baumert).

Dans ce numéro, un article de Noémi Godefroy (Inalco-CEJ, jeune chercheuse associée du Centre Japon) : Le Japon d’Edo « découvre » la Russie, savoirs connectés et conscience géographique (1771-1799)

Pendant plus de deux siècles, de 1633 à 1853 lors de la période dite d’Edo (1603-1868), le Japon s’est fermé au monde extérieur, retiré d’une histoire globale qui se mettait en place sous l’impulsion des Etats européens. Ce numéro permet d’en comprendre les principales dynamiques dans l’espace et le temps ainsi que certains héritages.

Revue de Géographie Historique n° 9
RGH
Novembre 2016

ISSN électronique : 2264-2617

ARTICLES

Article 1    Editorial Nicolas Baumert

Article 2    Le Japon d’Edo « découvre » la Russie, savoirs connectés et conscience géographique (1771-1799) Noémi Godefroy

Article 3    La naissance des cultures d’entreprises au Japon. Ethique et commerce à l’époque d’Edo Frédéric Burguière

Article 4    L’uniformisation des productions agricoles à l’époque d’Edo : des savoirs géographiques biaisés à l’origine de crises Nicolas Baumert / Yuki Hata / Nobuhiro Ito

Article 5    Buddhist Temple Death Register in Innoshima Island, West Japan: A case study for a better understanding of the late Edo Period demographic evolution Tsunetoshi Mizoguchi

Article 6    Le passage vers l’Enfer : Les lieux de l’exécution publique de la peine de mort à Nagoya à l’époque d’Edo Maki Fukuda

Article 7    Préserver les savoir-faire et inventer la modernité au Japon : les entreprises dites shinise. L’exemple des maisons de douceurs japonaises (wagashi) Sylvie Guichard-Anguis

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website