Japanese Illustrated Books from the Edo and Meiji Periods

Plus de 1 000 livres japonais illustrés de la période 1600-1912 ont été numérisés par les Smithsonian Libraries. Visitez cette collection ici.

The Freer|Sackler Library’s collection of illustrated Japanese rare books includes over 1,000 volumes previously owned by Charles Lang Freer. Often filled with color illustrations, many are by famous artists such as Andō Hiroshige and Katsushika Hokusai.  These beautiful woodblock printed works of art were published during the Edo and Meiji periods (1600-1912).  Another group of Japanese rare books more recently added to the Library’s collections consists of 67 volumes of illustrated Meiji-period books collected by Robert O. Muller who also formed a superb collection of Japanese prints from the same period which he bequeathed to the Arthur M.Sackler Gallery. Both library book collections are ideal complements to the world renowned Gerhard Pulverer Collection of Illustrated Japanese Books which was acquired by the Freer Gallery of Art in 2007. The Pulverer Collection has been completely digitized and is available online. Unlike the European and American books on our website, Japanese rare books are scanned as two-page spreads to more clearly show the construction of the book and seamlessly display images which span two pages.

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Confucianism in Modern Japan

M. NAKAJIMA Takahiro 中島隆博, Professeur à l’Institut de culture orientale de l’Université de Tôkyô, est invité à l’EHESS en mai 2017.

Formé en philosophie à l’Université de Tokyo, M. NAKAJIMA a écrit sur le Taoïsme et sur de nombreux penseurs du vingtième siècle, qu’ils soient occidentaux (Deleuze, Lévi-Strauss), chinois (Hu Shi) ou japonais (Nishida Kitaro). Il est l’un des meilleurs spécialistes d’un phénomène de grande ampleur qui traverse tout le monde sinisé: le renouveau confucéen.

Durant son séjour, M. NAKAJIMA donnera une série de conférences dont la deuxième le 18 mai 2017 dans le cadre du Séminaire collectif du Centre de recherches sur le Japon. Les conférences se tiendront en anglais.

Abstract

In the process of modernization in Japan, Confucianism played an important role to educate modern intellectuals. Mishima Chūshū was a founder of Nishōgakusha, in which Confucianism mainly based upon modern Yōmeigaku as well as modern law influenced by French law were taught. It was not an institute of traditional Confucian education, but a modern institute for modern scholarship. Natsume Sōseki who was one of the alumni of Nishōgakusha and became the first national novelist in modern Japan was deeply influenced by Mishima and his teaching of Confucianism. Nakae Chōmin who was a representative Yōmeigaku scholar and a translator of Jean-Jacques Rousseau was also impacted by Mishima. By focusing on the influence to students such as Sōseki and Chōmin, I would like to figure out the overlook of Confucian Education at Nishōgakusha and put it in a wider context of Meiji Education. Then I turn to think of philosophy of Mishima himself, especially focusing on his “doctrine of the unification of moral righteousness and profit” 義利合一論, which supported Japanese capitalism from the ideological point of view in tandem with Shibusawa Eiichi. As a conclusion, I would like to sketch one aspect of Confucian education in Modern Japan not as a simple reactionary conservatism, but as a modern device of Japanese modernity.

Jeudi 18 mai de 11h00 à 13h00
EHESS, Salle 7, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Mettre Edo à la mode : le grand magasin Mitsukoshi et la commercialisation d’Edo aux ères Meiji et Taishô (1890-1920)

Conférence de Reiji IWABUCHI, Professeur à l’Université féminine du Gakushûin, professeur rattaché au Centre de recherches sur le Japon d’avril à août 2017, dans le cadre d’une séance exceptionnelle du séminaire « Techniques, objets et patrimoine culturel immatériel en Asie Orientale (XVIe-XXIe siècles) » (UMR 8173) le 27 avril 2017.

Depuis la formation de l’Etat-Nation moderne au Japon jusqu’à nos jours, la plupart des « traditions » du pays mises en avant concernent soit « la culture fondamentale » remontant aux origines de l’archipel et aux périodes anciennes, soit l’époque d’Edo et la civilisation urbaine de sa capitale shogounale. La période allant des années 1890 à la veille du grand tremblement de terre du Kantô de 1923 marqua le début de la « découverte » d’Edo, avec à la fois des aspects politiques et commerciaux. On a déjà souligné la relation entre l’intérêt pour Edo et l’Etat-Nation moderne, comme recréation d’une tradition propre du Japon, conçue à partir des années 20 de l’ère Meiji en réaction envers les politiques des puissances occidentales, et comme une entreprise de préservation de « l’essence nationale » ; mais les aspects commerciaux n’ont pas fait l’objet de la même attention. Cette communication se penchera donc sur la politique de promotion commerciale « d’Edo » par le grand magasin Mitsukoshi durant la fin de l’ère Meiji et l’ère Taishô, pour mettre en lumière ce processus de transformation en objet de consommation et son influence. Et nous réfléchirons aussi sur les représentations d’Edo qui suivirent.

(日本の近現代における)「江戸」の商品化-明治・大正期の三越百貨店による流行創出を中心にー

岩淵令治教授

学習院女子大学

国民国家成立以降、今日に到るまで「発見」される「伝統」の多くは、日本の場合、「基層文化」としての原始・古代と、都市 江戸を主な舞台とした「江戸」である。明治二〇年代から関東大震災前までの時期は、「江戸」が「発見」された嚆矢であり、政治的位相 と商品化の位相で進行した。前者は、欧化政策への反撥、国粋保存主義として明治二〇年代に表出してくるもので、「日本」固有の伝統の 創造という中で、「江戸」の国民国家への接合として、注目されてきた。しかし後者についてはいまだ検討が不十分である。そこで本報告 では、主に明治末より大正期において三越がすすめた「江戸」の商品化をとりあげ、「江戸」の商品化の過程と影響を明らかにする。ま た、その後の「江戸」の表象についても考えてみたい。

Jeudi 27 avril 2017 de 14h00 à 16h00
EHESS, Salle A 07_51 (7e étage), 54 boulevard Raspail 75006 Paris

Conférence en japonais, avec traduction simultanée en français

 

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Journée d’étude « Collections et commerce de l’art à l’ère Meiji (1868-1912) : diversité des publics, diversité des acteurs »

Journée d’étude organisée par le Centre de recherches sur le Japon (EHESS-UMR 8173)  avec la collaboration du Musée Guimet le 10 mars 2017.

Pendant l’ère Meiji, la perception des arts du Japon, anciens et contemporains, en Occident, tend à changer de décennie en décennie. C’est le fruit d’une connaissance croissante de l’histoire de l’art japonais, d’abord au Japon même, puis, parfois avec décalage, dans les sociétés occidentales ; tandis que le commerce international d’objets d’art ancien et contemporain, lui, reste important, mais change également au cours de la période. Or, ces processus historiques de connaissance croissante du « Japon artistique », pour reprendre un titre célèbre de Siegfried Bing, se déroulent en Occident de façon différenciée selon les événements et les contextes : expositions universelles, filières commerciales, acquisitions privées devenant collections publiques… Quels sont les facteurs historiques derrière ces phénomènes locaux, ces collections et ces filières d’objets ? En quoi leur genèse différenciée reflète-t-elle des réalités diverses du monde de l’art au Japon ?
Étudier de tels processus d’échange et de constitution de collections d’objets est important pour saisir l’évolution des échelles de valeurs artistiques, donc l’image même de la culture du Japon, non seulement en Occident, mais au Japon même. En effet, cette évolution reflète l’image changeante, au Japon et parmi les Japonais du début du vingtième siècle, de la culture nationale elle-même. C’est pourquoi l’accent est particulièrement mis sur les facteurs historiques du côté japonais.
La journée d’étude vise à contribuer aux travaux sur cette question, par le biais d’exposés portant sur des cas ponctuels, mais significatifs.

Vendredi 10 mars 2017 de 9h30 à 17h

Hôtel d’Heidelbach, Salon Pelliot, 19 avenue d’Iéna 75116 Paris

Réservation : arthur.mitteau@inalco.fr

Programme (pdf)

9h30 : Accueil des participants
10h : Présentation de la journée : Arthur Mitteau (INALCO-CEJ, EHESS-CRJ)

Collection, conservation et exposition des arts japonais en Occident sous Meiji : facteurs historiques et échelles de valeur

Modération : Christophe Marquet (INALCO-CEJ)

10h15 : Hayashi Kumiko (JSPS, EHESS-CRJ)

L’ancienne collection du Louvre, l’autre source du fonds japonais de Guimet. Création et évolutions (1893-1912).

11h : Arthur Mitteau (INALCO-CEJ, EHESS-CRJ)

Goûts classiques, goûts méconnus : logique et surprises de la constitution de la collection de peinture japonaise Fenollosa-Weld du Musée des Beaux-Arts Boston.

11h45 : Coralie Legroux (Université Paris IV-Sorbonne, restauratrice du patrimoine habilitée auprès des musées de France)

Exposer, encadrer et restaurer une peinture hors-cadre : les contraintes et les aspects matériels de l’exposition d’un kakemono en France au temps du japonisme.

12h30 : Déjeuner

Évolution du commerce de l’art, évolution du regard au Japon, de Bakumatsu à Meiji

Modération : Midori Hirose (Université Paris Diderot-CRCAO)

14h30 : Nishii Akane (EHESS-CRJ)

Quel «Japon artistique» exporter ? Les hommes et les débats au Japon autour du commerce au départ de Yokohama, des industriels régionaux à la Société de l’Étang du Dragon.

15h15 : Léa Saint-Raymond (Université Paris X-Nanterre-HAR)

Le Japon à l’épreuve des enchères : étude statistique des ventes aux enchères publiques, 1860- 1900.

16h-17h : Discussion finale

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Construire une maison moderne dans le Japon des années 1920 et 1930

yola-gloaguen

Yola GLOAGUEN (Collège de France / CRCAO) donnera une conférence intitulée « Construire une maison moderne dans le Japon des années 1920 et 1930 : Divergence et harmonisation des savoir-faire et des techniques dans le processus de création architecturale » dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon le 16 février 2017.

À l’été 2015, la Cité de l’architecture et du patrimoine à Paris présentait une exposition intitulée « Japon, l’archipel de la maison ». Organisée en trois sections thématiques – « Maison d’hier », « Maison de Tōkyō », « Maison d’aujourd’hui » – cette exposition « cherchait à donner des repères historiques et contextuels clairs pour mieux comprendre l’élaboration de ces lieux de vie, que sont avant tout les maisons dessinées par des architectes au Japon ».

L’objectif ainsi énoncé fait directement écho à la recherche à laquelle je me consacre depuis une dizaine d’années, sur la conception et la construction de l’habitat individuel moderne au Japon. Dans la perspective d’une histoire globale de l’architecture moderne, le but de cette recherche est de fournir les éléments nécessaires à la compréhension de la période de l’Entre-deux-guerres ; celle-ci constitue en effet une étape cruciale de la transformation des maisons traditionnelles japonaises en bois, conçues et construites par des charpentiers, en maisons contemporaines d’architectes. Par leur remise en question du paradigme occidental du mode d’habiter et de la conception de l’espace, ces dernières engendrent à la fois fascination et interrogation, voire une certaine incompréhension. Pourtant, la rencontre entre le Japon et le monde occidental de la fin du XIXe siècle et les influences croisées qui en découlèrent sont au cœur de ce processus. De ce point de vue, les dynamiques d’assimilation, mais également de divergence à l’œuvre sur le plan de la conception et de la construction architecturale restent largement méconnues.

La recherche conduite entre le Japon et la France a été jusqu’à présent menée sous la forme d’une étude de cas, celui de l’architecte tchèque naturalisé américain Antonin Raymond (1888-1976) et des villas qu’il réalisa avec son équipe dans le Japon de l’Entre-deux-guerres. En partant du postulat selon lequel le contexte japonais des années 1920 et 1930 avait conditionné l’acquisition et l’élaboration d’un certain nombre d’outils théoriques et pratiques, le travail proposait de décrypter le processus de conception architectural qui avait conduit Raymond à créer quelques-unes des réalisations de référence de l’architecture moderne des années 1920 et 1930 au Japon. La présentation sera consacrée aux diverses facettes de ce processus ainsi qu’à leur application concrète dans la réalisation de villas, en accordant une attention particulière aux questions de divergences et d’harmonisation des savoirs et des techniques.

Jeudi 16 février 2017 de 11h00 à 13h00
EHESS, Salle 7, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Idly Scribbling Rhymers: Poetry, Nation, and Community in 19th Century Japan

tuck_photo_700

Robert J. TUCK (Université du Montana) donnera une conférence dans le cadre du séminaire du Centre Japon le 19 janvier 2017.

Discussions of Japanese literary modernity generally center on prose fiction rather than poetic genres, despite the important role poetry played in premodern Japanese literary culture. This paper, however, foregrounds two traditional poetic genres, kanshi (Sinitic poetry) and waka (modern tanka), and their role in Meiji-era (1867-1912) discourses of national literature (kokubungaku 国文学). As Meiji critics grappled with the creation and kokushi 国詩),” they also attempted in tandem to delineate the boundaries of national-poetic community. Exploring the poetry and critical writings of Meiji poets Masaoka Shiki 正岡子規 (1867-1902), Yosano Tekkan 与謝野鉄幹 (1873-1935), and kanshi poet Kokubu Seigai 国分青厓 (1857-1944), I highlight the fault lines and unstable boundaries of this national-poetic community, arguing that Japanese poetic modernity resisted the idea of nation and national-poetic community as synonymous. Tekkan, Seigai et al’s definitions of poetic community through exclusion and hierarchy – that is, who should not be a Japanese poet – complicate previous narratives of Meiji national literature that stress literary works as a focal point for visions of a cohesive national community.

In both kanshi and waka, political factionalism and notions of hierarchical masculinity were major fault lines in the national-poetic project. The 1870s popularity of quasi-erotic kanshi, the so-called “fragrant-style (Ch. xianglian ti, J. kōrentai香奩体),” elicited attacks on practitioners as immoral, feminized, and corrosive to ‘proper,’ vigorous masculinity. With “fragrant-style” poems popular within the Meiji government, poetic masculinity became entangled with political factionalism, anti-government poets (notably Seigai) conflating poetics and politics to paint fragrant-style poets as weak and unworthy to represent the nation. Similar anxieties over poetic effeminacy influenced Meiji discussions on waka; despite government promotion of waka as a national poetry, as in the imperially-convened New Year’s Poetry Party (utakai hajime 歌会始) and official Bureau of Poetry (Outadokoro 御歌所), much Meiji discourse on waka reflected concerns that the genre’s themes of wistful love made it insufficiently ‘manly.’ As Tekkan condemned the Outadokoro as effeminate and waka as “women’s literature,” here too fault lines of gender and political factionalism disrupted the seemingly natural adoption of waka as a national poetry.

Jeudi 19 janvier 2017 de 11h00 à 13h00
EHESS, Salle 7, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website