Nouvelle exposition au Musée Guimet : « Les paysages japonais, d’Hokusai à Hasui »

Du 21 juin au 2 octobre 2017, le MNAAG propose un voyage à travers sa collection d’estampes de paysages. Genre nouveau exaltant le passage des saisons et les lieux emblématiques du Japon, le paysage voit son plein épanouissement dans l’art de Katsushika Hokusai (1760-1849) et d’Utagawa Hiroshige (1797-1858) qui ont ainsi su renouveler l’art de l’Ukiyo-e. Riche d’une soixantaine d’œuvres, cette exposition est également l’occasion de présenter des estampes nouvellement acquises de Kawase Hasui (1883-1957), magnifiques échos modernes de cet art, sans doute le plus emblématique du Japon.

Du 21 juin au 2 octobre 2017
Musée national des arts asiatiques -Guimet
6 place d’Iéna 75116 Paris

http://www.guimet.fr

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Le japonisme au théâtre : les maquillages de kabuki dits kumadori dans la collection d’Edward Gordon Craig

Conférence intitulée « Le japonisme au théâtre : les maquillages de kabuki dits kumadori dans la collection d’Edward Gordon Craig » dans le cadre du cycle des « Trésors de la BnF et de l’INHA » le 23 mai 2017.

Cette conférence sera animée par Coralie Castel, département des Arts du spectacle de la BnF et Pascal Griolet, professeur à l’Inalco.

La collection du théoricien du théâtre Edward Gordon Craig (1872-1966) contient une série remarquable d’estampes japonaises représentant des kumadori. Ces maquillages sont employés dans un des répertoires classiques du kabuki où ils caractérisent chaque rôle. Outils au service du jeu de l’acteur, ils font écho aux réflexions de Craig sur l’usage des masques. Leur étude apporte un nouvel éclairage sur le japonisme au théâtre au début du XXe siècle.

Mardi 23 mai 2017 de 18h15 à 20h
2, rue Vivienne (auditorium Colbert)
Entrée libre

Pour en savoir plus…

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Les livres illustrés d’Hokusai de la bibliothèque des Arts décoratifs

Présentation et échanges autour des collections des livres illustrés d’Hokusai à la bibliothèque des Arts décoratifs le 7 juin 2016.

Méthode rapide pour apprendre à dessiner sans maître, Edo, 1850 © Suzanne Nagy

La bibliothèque possède parmi ses petits trésors une collection exceptionnelle de livres japonais du XIXe siècle illustrés par Hokusai (1760-1849). Elle compte près de 50 ouvrages et contient toute la variété de la production du peintre : aux côtés des célèbres recueils comme la Manga, Les 100 vues du Mont Fuji, figurent ainsi des méthodes de dessin, tels Le traité du coloris, Le guide du dessin simplifié, des livres de morale, des albums de héros et des Modèles de dessins pour les différents métiers.

Mardi 7 juin 2016 13h-14h 
111 rue de Rivoli, 75001 Paris
Entrée libre dans la limite des places disponibles

Plus d’informations : http://www.lesartsdecoratifs.fr/francais/bibliotheque/rencontres/petits-tresors-et-autres-decouvertes

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Surimono, meilleurs vœux du Japon : derniers jours d’une exposition temporaire au musée Guimet

© RMN-GP (musée Guimet, Paris) / Thierry Ollivier

Derniers jours de l’exposition temporaire « Surimono, meilleurs vœux du Japon » au musée Guimet. Jusqu’au 4 avril 2016. Un bon plan pour ce premier dimanche du mois !

Au cours du dernier tiers du 18e siècle, durant l’époque d’Edo (1603-1868), l’émergence du surimono renouvelle considérablement le genre de l’estampe japonaise. Cette nouvelle typologie, littéralement « chose imprimée », est le fruit d’une étroite collaboration entre poètes et artistes et réunit illustration et poème sur une même page. Produits en édition limitée, ils étaient destinés à un usage privé – offerts à l’occasion du Nouvel An ou lors de commémorations, de fêtes, d’anniversaires – et souvent commandités par des cercles de lettrés et de poètes parfois concurrents. Ces gravures, réalisées sur du papier de qualité supérieure (hosho), dont la prohibition en 1840 marque la fin de cette production, se distinguent à la fois par l’emploi de pigments métalliques tels que la poudre d’or, ainsi que par une technique d’impression spécifique, le gaufrage, permettant d’imprimer les illustrations en relief et en creux.

L’exposition « Surimono, meilleurs vœux du Japon » en présente une sélection exceptionnelle qui témoigne de la grande variété des sujets : animaux symboles de bon augure (carpe, tigre, tortue), acteurs, courtisanes, personnages historiques ou légendaires sont autant de thématiques privilégiées par les plus grands artistes de l’estampe, parmi lesquels figurent Katsushika Hokusai (1760-1849), Utagawa Kunisada (1786-1865), Yashima Gakutei (actif 1815-1852) ou encore Totoya Hokkei (1780-1850).

Cette savoureuse production se distingue notamment par les représentations d’objets inanimés, véritables « natures mortes » qui furent particulièrement développées par les élèves de Hokusai.

Exposition présentée dans la Rotonde du 2e étage

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Noël Nouët, l’autre Hiroshige

Conférence de Christian POLAK (Université Meiji, CRJ-EHESS) à la Maison franco-japonaise à Tokyo dans le cadre de l’exposition Noël Nouët dans la galerie de la MFJ du 1er au 21 mars 2016.

Docteur ès lettres, poète, historien, Noël Nouët (1885-1969) est aussi un peintre influencé dès l’enfance par les estampes de Hiroshige, que possédait sa mère dont la collection avait appartenu à Duchesne de Bellecourt, premier représentant de la France au Japon en 1859. Né à Locminé le 30 mars 1885 dans le Morbihan, Nouët s’installe à Paris en 1910, y publie ses premiers recueils de poèmes. Il fréquente les milieux artistiques japonais et répond à une offre de l’ambassade du Japon pour aller enseigner le français au Lycée de Shizuoka à partir du mois d’avril 1926.
Après un bref retour en France en 1929, il revient au Japon comme professeur à l’École des Langues Étrangères de Tokyo. Nouët fréquente nombre d’artistes dont le peintre Ishii Hakutei, l’écrivain Nagai Kafû et la poétesse Yosano Akiko. Il arpente les rues de la capitale à la recherche des lieux dépeints par Hiroshige ; il dessine les quartiers de Ginza, de Kanda et du Palais impérial, publiés dans le Japan Times ou sous forme de recueils par la Maison Franco-Japonaise en 1937, sous le titre Tokyo, ville ancienne, capitale moderne, cinquante croquis. L’éditeur Doi Teiichi lui commande en 1936 une série de 24 estampes sur bois shin-hanga. Impressionnés par le talent de Nouët, ses amis le surnomment Hiroshige IV.
Après la guerre, Nouët enseigne à l’université de Tokyo et devient le professeur de français de l’empereur actuel, Akihito. En 1961, il publie Histoire de Tokyo, traduit en anglais trente ans plus tard sous le titre The Shogun’s City : a History of Tokyo. Nouët rentre à Paris en 1962 où il meurt le 2 octobre 1969.

Mardi 1 mars 2016 / 18h–19h30
Auditorium, Maison franco-japonaise (Tokyo)

Pour en savoir plus

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Le Japon à la fin d’Edo. La mue d’un « monde flottant »

Vient de paraître le n° 222 de la revue Dossiers de l’Art HOKUSAI. Dans ce numéro, un article de Guillaume CarréLe Japon à la fin d’Edo. La mue d’un « monde flottant ».

Le Grand Palais crée l’événement de cet automne en célébrant Hokusai (1760-1849), l’un des plus grands noms de l’estampe japonaise, et sans conteste le plus célèbre en Europe. On n’a jamais vu, hors du Japon, rétrospective de cette ampleur : plus de 500 dessins, peintures, gravures et livres, présentés par rotation et en deux volets en raison de leur fragilité, retracent les six périodes majeures de la carrière au long cours du maître et composent le panorama le plus complet de son œuvre.

Le Japon à la fin d’Edo. La mue d’un « monde flottant » (p. 26-33)

On ne peut guère saisir la complexité de l’œuvre de Hokusai sans plonger dans le Japon de la fin d’Edo, sans chercher à comprendre l’esprit de l’époque et de son art. Dans un pays de traditions en proie à un bouleversement social et économique sans précédent, l’effervescence de l’édition illustrée révèle la force et les enjeux d’une nouvelle culture populaire.

Dossiers de l’Art HOKUSAI
N° 222 – Octobre 2014 
Éditions Faton
ISSN : 1161-3122, 9,50 EUR

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website