Nouvelle parution : Moderne sans être occidental. Aux origines du Japon aujourd’hui

Vient de paraître : Moderne sans être occidental. Aux origines du Japon aujourd’hui de Pierre-François Souyri, Professeur à l’Université de Genève .

On a longtemps confondu la modernité avec la forme prise par le développement historique des sociétés occidentales. Selon Pierre-François Souyri, l’histoire récente montre au contraire que la modernité telle que nous la concevions n’était que l’aspect particulier d’un phénomène mondial.
Au Japon, elle a émergé au moins autant de la pensée japonaise et chinoise que de concepts venus d’Occident : dans les années 1880, la lutte pour la liberté et les droits du peuple et pour un régime constitutionnel s’abreuve des classiques chinois plus que des idées rousseauistes ; celle contre la destruction de la nature par le système industriel puise ses inspirations dans une cosmologie de l’harmonie entre l’homme et l’univers ; le féminisme, qui apparaît dès les années 1910, trouve certaines de ses référence dans le shintô ; et le premier socialisme se nourrit d’une vision du monde largement confucéenne.
Par ses remplois d’idéologies du passé, la modernisation japonaise oblige à relativiser le statut exemplaire de l’expérience occidentale. Cette modernisation a de fait fonctionné autant comme le rejet du modèle occidental que comme son adoption. Pourtant, son rythme et les questionnements qu’elle suscite ont été identiques à ceux de l’Occident. Pierre-François Souyri peut dès lors poser ce souriant paradoxe : une grammaire commune de la modernité peut-elle puiser à des sources différentes?

Gallimard
Collection :  Bibliothèque des Histoires
Parution : 11-05-2016
496 p., 25 euros
ISBN : 9782070125692

Site de l’éditeur

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

A Study of East Asian Fermentation Chemistry : Asia’s Microbial Gardens in Japanese Eyes

Victoria LEE (Max Planck Institute for the History of Science) donnera une conférence dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon.

A scientist of the early twentieth century once described the molds and yeasts kept in Japanese laboratories as being like “microbial gardens”—collections of useful objects, like plants, that could be cultivated for specific purposes. With the importance of traditional brewing in the Japanese economy, microbes’ (especially kōji and other molds used in Asian brewing) ability to transform the chemical composition of their surroundings gradually became a broader tool to intervene in political economy and the environment. Between military and industrial expansion on the one hand, and massive rice riots as well as unprecedented Malthusian visions of social instability and agricultural resource limits on the other, the management of national production in such everyday areas as the food and alcohol industries was a critical problem in interwar Japanese society. In this light, this talk looks at fermentation chemistry in imperial Japan: the ways in which it sought to alter the national-level relationships between resources and consumption, as well as vividly reflected the use of regional knowledge in practice.

Jeudi 4 février 2016 de 13h à 15h
Salle 7, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

Glossaire / bibliographie

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Le Centre Japon accueille le 4e Atelier doctoral des études japonaises (ADEJ) le 11 décembre 2015

Tous les 2 ans, la Société française des études japonaises (SFEJ) organise l’Atelier doctoral des études japonaises (ADEJ). Cette année, le Centre de recherches sur le Japon (EHESS/UMR 8173 Chine Corée Japon) accueillera les participants pour sa quatrième édition dans les locaux de l’EHESS à Paris.

Date : vendredi 11 décembre 2015 de 9h30 à 19h30
Lieu : EHESS, Bâtiment Le France, 190 Avenue de France,
6ème étage (métro Quai de la Gare)
Entrée libre

Organisateurs : Yola Gloaguen (EPHE) et Aurélien Allard (INALCO)
Contact : Aleksandra Kobiljski aleksandra.kobiljski@ehess.fr

PROGRAMME

9h30 : Accueil des participants (salle 638)
9h45 : Allocution d’ouverture (salle 638)

Session sciences politiques (salle 638)

Présidente de séance : Guibourg Delamotte (INALCO)

Matinée : « Sciences politiques 1 »
10h00-10h30
Arnaud Grivaud, Université Paris Diderot, « La redéfinition des relations politico-administratives au Japon : le cas de la loi sur le leadership politique de 1999 »
10h35-11h05
Yann Favennec, Université Paris Diderot, « Etude rétrospective de la formation et de l’évolution des rapports transfrontaliers russo-japonais de l’immédiat après-Guerre à l’effondrement de l’Union Soviétique (1945 – 1991) »

11h10-11h40
Jonathan Jay Mourtont, Université Paris Diderot, « Tensions en Asie : Quête d’une suprématie aérienne »
11h45-12h15
Xavier Mellet, Sciences Po Paris, « Cadrer une campagne électorale dans le Japon contemporain. Retour sur la privatisation de la poste durant l’élection de 2005 »

12h15-13h15 : Pause déjeuner

Après-midi : « Sciences politiques 2 »

13h20-13h50
Nicolas Leprêtre, Sciences Po Lyon, « Les politiques énergétiques face aux changements technologiques : le cas des réseaux électriques « intelligents » au Japon »
13h55-14h25
Elsa Goner, Université de Genève, « Le tragique suicide de Konoe Fumimaro : réévaluer la dimension fataliste dans la biographie de l’ex-premier ministre »

Session pluridisciplinaire (salle 640)

Matinée : « Histoire et société »
Président de séance : Yannick Bardy (INALCO)

10h00-10h30
Guillaume Hurpeau, EPHE, « Techniques culturales et de transformation du thé à l’époque Edo »
10h35-11h05
Ursula Wieser Beneditti, EHESS, « Clôtures de Kyôto, une analyse comparative des délimitations de l’espace à Kyôto avant et après 1868. »
11h10-11h40
Aline Henninger, INALCO, « La socialisation de genre à l’école élémentaire au Japon : restituer la parole des enfants »
11h45-12h15
Benoit Granier, Sciences Po Lyon, « Changer les comportements vers une ‘société sobre en carbone’ : Dans les coulisses d’un nouveau paradigme »

12h15-13h15 : Pause déjeuner

Après-midi : « Littérature et art »
Présidente de séance : Brigitte Lefèvre

13h20-13h50
Yannick Maufroid, INALCO, Université de Waseda, « Shimao Toshio et la méthode du rêve : du nikki au roman »
13h55-14h25
Maria Elena Raffi, INALCO, « Ise dans le Roman du Genji : Les boucles du cordon (Agemaki) »
14h30-15h00
Lise Guiot, Université Paul Valéry-Montpellier 3, « Le bunraku et ses nouveaux visages sur la scène française contemporaine »

Table-ronde : valorisation de la thèse (salle 638)

15h15-16h15
Guillaume Carré (recrutement CNRS/EHESS/EPHE)
Annick Horiuchi (recrutement universités et CNU)
Christophe Sabouret (éditions CNRS)
Noémi Godefroy (l’après-thèse et le monde académique américain)

16h30-18h30 : Assemblée Générale de la SFEJ (salle 638)

18h30-19h30 : Cocktail

Programme ADEJ 2015 (pdf)
Résumés des interventions (pdf)

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Japan as a Nodal Point in the 18th-century World Wide Web of Knowledge

Conférence de David MERVART (Université Madrid Autonoma) dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon.

Despite the fact that scholarly consensus no longer takes the description of Tokugawa Japan as a “closed country” for unproblematically valid, the trope of isolationism continues not just to shape the popular awareness of the period, but to determine disciplinary agendas. This is particularly true of the disciplinary culture of intellectual history, which has mostly continued to take “Japanese thought” for its self-evident object without any qualms.

And yet, in face of considerable geopolitical and logistical odds, by the eighteenth century there in fact existed a fairly densely interconnected sphere of textual culture that can be seen as Eurasian in its scope. Japan was part of this network to an extent that hardly allows for the trope of “closed country” to continue as a characterisation of the intellectual activity of the early modern period.

The presented case study is an attempt to demonstrate how we could do intellectual history differently, precisely by recasting Japan as a nodal point within a Eurasian network of transmission of texts and generation of knowledge. This is done by following the trajectory of one particular text around several points of Eurasia over more than a century. The text—originally a French Jesuit report on the Russo-Qing diplomatic encounter from 1689 in its various embodiments and uses—ended up retranslated via Dutch into Japanese in 1805 and by early nineteenth century acquired a new life in the context of the rethinking of the world order by many Japanese scholars and officials alike.

It becomes clear, however, that in order to understand even this one single thread of textual transmission and adaptation, we need to retrieve the wide web into which it was woven. This provides us with a situated view into a republic of letters that was already at this early point safely on its way to becoming global.

Jeudi 19 novembre 2015 de 13h à 15h
Salle 7, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Télécharger le résumé

David Mervart donnera  également une conférence à l’Université Paris Diderot : ‘La République des Lettrés’ comes to Nagasaki: Record of a Translator’s Struggle
Vendredi 20 novembre 2015 de 10h à 12h
Salle 481C, Grands Moulins, Aile C

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

De l’ethnologie à l’histoire : itinéraire d’un chercheur à Okinawa

Patrick Beillevaire (CNRS-CRJ) donnera une conférence dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon. Dans cette première séance, il évoquera ses années de recherche et la trajectoire d’un chercheur.

Patrick Beillevaire a mené des recherches sur la culture et l’histoire d’Okinawa depuis les années 1970. Celles-ci portent notamment sur les rites villageois et l’organisation symbolique de l’espace, sur les derniers temps du royaume des Ryūkyū et sur ses contacts avec les Occidentaux, sur les conditions de l’intégration de ces îles au Japon après la création du département et sur le mouvement pour leur restitution à la souveraineté japonaise après la défaite de 1945. L’évocation de ces recherches sera avant tout l’occasion de présenter quelques-uns des thèmes et problématiques propres à cette région dans les domaines de l’ethnologie et de l’histoire. Le regard rétrospectif sur un parcours personnel permettra aussi de montrer comment ont évolué ces disciplines dans le cadre particulier des études sur Okinawa.

Jeudi 7 novembre 2013 de 11h à 13h
Salle 2 EHESS, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé (pdf)

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Le Prix Paul-Michel Perret 2011 pour « L’Histoire du Japon : des origines à nos jours »

L’Académie des Sciences Morales et politiques a attribué le Prix Paul-Michel Perret 2011 à l’ouvrage « L’Histoire du Japon : des origines à nos jours », sous la direction de Francine Hérail, avec les contributions de Guillaume Carré, Jean Esmein, François Mace et Pierre Souyri.

Ce prix annuel est décerné à l’auteur d’un ouvrage historique publié dans les trois années précédentes.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Hermann
Collection : Hermann Histoire
ISBN : 978 27056 6640 8
1400 pages