Literary Process in Early Meiji Japan: Tendencies, Milestones and Accomplishments

Conférence de Yuliya Osadcha Ferreira (National Academy of Sciences of Ukraine; Kyiv) dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon le 2 février 2017.

The establishment of a modern literary discourse in Meiji Japan required the creation of new and fundamentally different prose from the entertaining and didactic gesaku (戯作) of the Edo period or classical medieval literature of the Heian period. For creating this new kind of prose, Japanese literati needed to put in place new tools to recast and develop the modern Japanese literature.

First, they had to create a clear new literary language through which writers would be able to convey to their ideas to reader of all social strata regardless of their level of education. Second, they were led to « re-invent » the fiction into a specific genre of shōsetsu (小説), along with a canon and content. Third, they also had to work on changing traditional view of fiction-writing from the frivolous pursuit belonging to the entertainment world into a professional activity of social import, with its own high-minded milieu of writers and literary critics.

This reconfiguration of literary production took place at a time of deep social upheaval in Japan and with eyes fixed on modern European poetics, which – in its great variety – was difficult for Japanese authors to grapple with. For the success in the creation of new and original texts, Japanese writers were indebted to their experience of European authors’ translations.

This talk will revisit the social history of Meiji literature, from the 1868 Restoration to the mid 80s. It will show how the formation of a new literary and critical discourse in Japan have been the fruit of not only processes internal to the literary world but was in many ways shaped by extra-literary phenomena such projects undertaken under the banner of  « civilization and enlightenment » (文明開化), the movement for the unification of the spoken and written language (言文一致運動), and educational reforms, the development of journalism and the emergence of the professional literary milieu (文壇).

Jeudi 2 février 2017 de 11h00 à 13h00
EHESS, Salle 7, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Idly Scribbling Rhymers: Poetry, Nation, and Community in 19th Century Japan

tuck_photo_700

Robert J. TUCK (Université du Montana) donnera une conférence dans le cadre du séminaire du Centre Japon le 19 janvier 2017.

Discussions of Japanese literary modernity generally center on prose fiction rather than poetic genres, despite the important role poetry played in premodern Japanese literary culture. This paper, however, foregrounds two traditional poetic genres, kanshi (Sinitic poetry) and waka (modern tanka), and their role in Meiji-era (1867-1912) discourses of national literature (kokubungaku 国文学). As Meiji critics grappled with the creation and kokushi 国詩),” they also attempted in tandem to delineate the boundaries of national-poetic community. Exploring the poetry and critical writings of Meiji poets Masaoka Shiki 正岡子規 (1867-1902), Yosano Tekkan 与謝野鉄幹 (1873-1935), and kanshi poet Kokubu Seigai 国分青厓 (1857-1944), I highlight the fault lines and unstable boundaries of this national-poetic community, arguing that Japanese poetic modernity resisted the idea of nation and national-poetic community as synonymous. Tekkan, Seigai et al’s definitions of poetic community through exclusion and hierarchy – that is, who should not be a Japanese poet – complicate previous narratives of Meiji national literature that stress literary works as a focal point for visions of a cohesive national community.

In both kanshi and waka, political factionalism and notions of hierarchical masculinity were major fault lines in the national-poetic project. The 1870s popularity of quasi-erotic kanshi, the so-called “fragrant-style (Ch. xianglian ti, J. kōrentai香奩体),” elicited attacks on practitioners as immoral, feminized, and corrosive to ‘proper,’ vigorous masculinity. With “fragrant-style” poems popular within the Meiji government, poetic masculinity became entangled with political factionalism, anti-government poets (notably Seigai) conflating poetics and politics to paint fragrant-style poets as weak and unworthy to represent the nation. Similar anxieties over poetic effeminacy influenced Meiji discussions on waka; despite government promotion of waka as a national poetry, as in the imperially-convened New Year’s Poetry Party (utakai hajime 歌会始) and official Bureau of Poetry (Outadokoro 御歌所), much Meiji discourse on waka reflected concerns that the genre’s themes of wistful love made it insufficiently ‘manly.’ As Tekkan condemned the Outadokoro as effeminate and waka as “women’s literature,” here too fault lines of gender and political factionalism disrupted the seemingly natural adoption of waka as a national poetry.

Jeudi 19 janvier 2017 de 11h00 à 13h00
EHESS, Salle 7, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Université d’été franco-japonaise en traductologie, 29 août-2 septembre 2016 à Paris

La Société française de traductologie (SoFT) organise sa première université d’été franco-japonaise du 29 août au 2 septembre 2016 à Paris.

Formation intensive en histoire, théories et méthodologies de la traduction, cette université d’été s’adresse principalement aux étudiants et aux chercheurs en langue et littérature japonaise, aux traducteurs professionnels, ainsi qu’à toutes les personnes qui s’intéressent aux questions concernant la littérature et le langage.

Les cinq journées se dérouleront selon les cinq axes thématiques ci-dessous.
Les cours théoriques auront lieu le matin (4 cours de 45 minutes) ;
les après-midi seront consacrés à des ateliers pratiques (2 ateliers de 90 minutes).

①Histoire de la traduction
②Théories et méthodologies de la traduction
③Traduire les waka et les textes anciens
④Traduire une écriture, un style
⑤Traduire un genre littéraire

Les cours et les ateliers porteront sur la traduction française des œuvres de la littérature japonaise (du waka au manga en passant par le haiku), et sur la traduction japonaise des œuvres de la littérature française (Ronsard, Stendhal, Aragon, etc.)

Tout en fournissant aux participants l’occasion d’une étude approfondie et d’un apprentissage fructueux en matière de traduction et de traductologie, cette université d’été vise également à établir de nouveaux liens dans le domaine des relations franco-japonaises.

Intervenants (par ordre alphabétique)

Augustin BERQUE ( Directeur d’études, EHESS )
Julie BROCK ( Professeure, KIT )
Frédéric GIRARD ( Directeur d’études, EFEO )
Patrick HONNORE ( Traducteur de littérature )
ITÔ Gengo ( Maître de conférences, Université Dôshisha, Kyôto )
KANEKO Mitsuko ( Professeure émérite, Université Seishin joshi, Tôkyô )
Jean-René LADMIRAL ( Professeur émérite, Université Paris X – Nanterre )
Florence LAUTEL-RIBSTEIN ( Maître de conférences, Université d’Artois )
Emmanuel LOZERAND ( Professeur, INALCO )
Antonio MANIERI ( Chercheur, Université de Naples “L’Orientale” )
Maria Chiara Migliore ( Maître de conférences, Université de Salento )
NISHIZAWA Kazumitsu ( Maître de conférences, Ecole de commerce de Niigata )
OSHIMA Atsushi ( Expert en stratégie de projets, Fondation du Japon / Traducteur indépendant )
Miyako SLOCOMBE ( Traductrice / Interprète )
SUGIMOTO Keiko ( Professeure, Université Meiji-gakuin, Tôkyô )
SUMI Yôichi ( Professeur émérite, Université Keiô gijuku, Tôkyô )
SUZUKI Kazuhiko ( Doctorant, Université Paris X – Nanterre), assistant de la présente université d’été
TERADA Sumie ( Professeure, INALCO )
UEHARA Mayuko ( Professeure, Université de Kyôto )
Michel Vieillard-Baron ( Professeur, INALCO )
YOKOTA Yuya ( Doctorant, Université Paris VII – Denis Diderot), assistant de la présente université d’été
YOSHIKAWA Junko ( Maître de conférences, KIT )

Programme

Inscriptions et renseignements : soft.univ.paris10@gmail.com
Dates d’inscription : du lundi 4 avril au vendredi 15 juillet
Coût de l’inscription : 300 euros (5 jours)

29 août-2 septembre 2016
Salles 638-641 du Réseau Asie – Bâtiment LE FRANCE
190, avenue de France 75013 Paris

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Table ronde : Écrie le Japon aujourd’hui

Table ronde organisée par la Bibliothèque de la Maison de la culture de Japon à Paris avec l’intervention des écrivains : Philippe Forest, Ryôko Sekiguchi, Eric Faye, et Emmanuel Lozerand (modérateur).

Le Japon est depuis longtemps une source d’inspiration pour un grand nombre d’écrivains, d’essayistes et de journalistes francophones. Si l’on a encore à l’esprit des noms tels que Loti, Michaux ou Bouvier, depuis le boum de la culture japonaise des années 80, une génération d’écrivains explore un Japon plus proche des réalités historiques et sociales.
Quelles sont aujourd’hui les tendances qui se dessinent dans l’écriture d’essais et de fictions ? Est-on sorti de certains clichés dont était prisonnière la littérature d’hier ? À l’occasion du 50e numéro de sa Lettre, la bibliothèque de la MCJP organise cette table ronde avec des intervenants qui débattront de leur vision du Japon, de leurs sources d’inspiration et de la manière dont ils s’approprient le pays dans leurs œuvres.
Samedi 27 février 2016 à 15h30
Petite salle, MCJP
Entrée libre sur réservation

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Le Centre Japon accueille le 4e Atelier doctoral des études japonaises (ADEJ) le 11 décembre 2015

Tous les 2 ans, la Société française des études japonaises (SFEJ) organise l’Atelier doctoral des études japonaises (ADEJ). Cette année, le Centre de recherches sur le Japon (EHESS/UMR 8173 Chine Corée Japon) accueillera les participants pour sa quatrième édition dans les locaux de l’EHESS à Paris.

Date : vendredi 11 décembre 2015 de 9h30 à 19h30
Lieu : EHESS, Bâtiment Le France, 190 Avenue de France,
6ème étage (métro Quai de la Gare)
Entrée libre

Organisateurs : Yola Gloaguen (EPHE) et Aurélien Allard (INALCO)
Contact : Aleksandra Kobiljski aleksandra.kobiljski@ehess.fr

PROGRAMME

9h30 : Accueil des participants (salle 638)
9h45 : Allocution d’ouverture (salle 638)

Session sciences politiques (salle 638)

Présidente de séance : Guibourg Delamotte (INALCO)

Matinée : « Sciences politiques 1 »
10h00-10h30
Arnaud Grivaud, Université Paris Diderot, « La redéfinition des relations politico-administratives au Japon : le cas de la loi sur le leadership politique de 1999 »
10h35-11h05
Yann Favennec, Université Paris Diderot, « Etude rétrospective de la formation et de l’évolution des rapports transfrontaliers russo-japonais de l’immédiat après-Guerre à l’effondrement de l’Union Soviétique (1945 – 1991) »

11h10-11h40
Jonathan Jay Mourtont, Université Paris Diderot, « Tensions en Asie : Quête d’une suprématie aérienne »
11h45-12h15
Xavier Mellet, Sciences Po Paris, « Cadrer une campagne électorale dans le Japon contemporain. Retour sur la privatisation de la poste durant l’élection de 2005 »

12h15-13h15 : Pause déjeuner

Après-midi : « Sciences politiques 2 »

13h20-13h50
Nicolas Leprêtre, Sciences Po Lyon, « Les politiques énergétiques face aux changements technologiques : le cas des réseaux électriques « intelligents » au Japon »
13h55-14h25
Elsa Goner, Université de Genève, « Le tragique suicide de Konoe Fumimaro : réévaluer la dimension fataliste dans la biographie de l’ex-premier ministre »

Session pluridisciplinaire (salle 640)

Matinée : « Histoire et société »
Président de séance : Yannick Bardy (INALCO)

10h00-10h30
Guillaume Hurpeau, EPHE, « Techniques culturales et de transformation du thé à l’époque Edo »
10h35-11h05
Ursula Wieser Beneditti, EHESS, « Clôtures de Kyôto, une analyse comparative des délimitations de l’espace à Kyôto avant et après 1868. »
11h10-11h40
Aline Henninger, INALCO, « La socialisation de genre à l’école élémentaire au Japon : restituer la parole des enfants »
11h45-12h15
Benoit Granier, Sciences Po Lyon, « Changer les comportements vers une ‘société sobre en carbone’ : Dans les coulisses d’un nouveau paradigme »

12h15-13h15 : Pause déjeuner

Après-midi : « Littérature et art »
Présidente de séance : Brigitte Lefèvre

13h20-13h50
Yannick Maufroid, INALCO, Université de Waseda, « Shimao Toshio et la méthode du rêve : du nikki au roman »
13h55-14h25
Maria Elena Raffi, INALCO, « Ise dans le Roman du Genji : Les boucles du cordon (Agemaki) »
14h30-15h00
Lise Guiot, Université Paul Valéry-Montpellier 3, « Le bunraku et ses nouveaux visages sur la scène française contemporaine »

Table-ronde : valorisation de la thèse (salle 638)

15h15-16h15
Guillaume Carré (recrutement CNRS/EHESS/EPHE)
Annick Horiuchi (recrutement universités et CNU)
Christophe Sabouret (éditions CNRS)
Noémi Godefroy (l’après-thèse et le monde académique américain)

16h30-18h30 : Assemblée Générale de la SFEJ (salle 638)

18h30-19h30 : Cocktail

Programme ADEJ 2015 (pdf)
Résumés des interventions (pdf)

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Polyphonie de l’écriture féminine dans le Japon moderne

Claire Dodane, Professeure de langue et littérature japonaises à l’Université Lyon 3, IETT à l’Université Lyon 3,  donnera une conférence dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon.

En empruntant son titre à la musique vocale et à un concept bien connu de la théorie littéraire, l’intervention propose de rendre compte de la diversité des voix dans l’écriture féminine du Japon moderne, en particulier entre les années 1880 et 1920. Plusieurs niveaux de polyphonie sont observables. Tandis que dans la première partie de l’ère Meiji, on assiste à une sorte d’écriture utopique de la modernité, c’est vers 1995 l’écriture du malheur et du poids du patriarcat qui constitue une unité thématique significative, avant que l’ère Taishô ne révèle une écriture du corps et de l’intimité.
Pour reprendre le théoricien russe Mikhaïl Bakhtine, les consciences individuées et indépendantes qui transparaissent dans le roman abritent souvent un dialogisme interne, c’est-à-dire la division du sujet dont le « je », instable, est en interrelation permanente avec les mots d’autrui : la nouvelle La Treizième nuit (Jûsan’ya, 1895) de Higuchi Ichiyô (1872-1896) en est un exemple probant.
Il peut arriver aussi que les écrivaines, essayistes et poétesses qui animent le débat sur les femmes dans les années 1910 confrontent la divergence de leurs points de vue sur des sujets précis, comme par exemple la création d’un salaire maternel en 1918. Le concept de polyphonie s’adapte bien aussi à la réception qui est faite de l’écriture de telle ou telle auteure phare, telle que Higuchi Ichiyô par exemple, en particulier lorsque l’on observe sur un siècle les interprétations multiples qui ont pu être faites de son œuvre. Il peut arriver aussi qu’une même auteure exprime au long de sa carrière des points de vue fluctuants au sein d’une même thématique, comme ce fut le cas de Yosano Akiko (1878-1942) en poésie au gré des différentes guerres du Japon moderne. Enfin le travail de traduction, qui est préliminaire à toute recherche sur l’écriture féminine japonaise moderne, reflète de manière éloquente le concert de deux voix unies dans une même intention.

Jeudi 3 décembre 2015 de 13h à 15h
Salle 7, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé – bibliographie

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website