Entrée d’Augustin Berque au Temple de la renommée terrestre de Kyōto

Augustin Berque (CRJ-EHESS) a été récompensé le 11 février 2017 pour ses travaux sur le milieu, sur la relation entre l’humain et la nature, et pour avoir contribué par ses travaux à la promotion de la coexistence entre les êtres humains et leur milieu.

Sur le site du Earth Hall of Fame Kyoto Management Council : http://www.pref.kyoto.jp/earth-kyoto/en/inductees/8.html

L’entrée au Temple de la renommée terrestre de Kyōto (Earth Hall of Fame KYOTO) récompense depuis 2010 des contributions à la protection de l’environnement. La cérémonie a eu lieu au Centre de conférences international de Kyōto, là précisément où fut conclu en 1995 le protocole de Kyōto. Lire la suite…

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Table ronde « Décor et nature » à l’UNESCO

Augustin Berque (CRJ-EHESS) participera à une table ronde sur le thème du retour de la nature dans la ville dans le cadre des rencontres « Architectures  & commerce » qui aura lieu au siège de l’UNESCO à Paris le 27 mai 2016. Pour en savoir plus…

Vendredi 27 mai 2016
Paris, Siège de l’UNESCO

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

« La liberté dans l’évolution » d’Imanishi Kinji traduit et édité par Augustin Berque

imanishi-evolution

Vient de paraître : La liberté dans l’évolution, Suivi de « La Mésologie d’Imanishi » par Augustin Berque. Traduction du japonais*, édition et postface d’Augustin Berque.

* Titre original「主体性の進化論」paru en 1980 aux éditions Chûôkôron, Tokyo

Le testament philosophique du plus célèbre naturaliste japonais.

Peut-on réduire l’évolution du vivant aux mécanismes extérieurs de la “sélection”. L’évolution pourrait-elle être conçue, non comme un simple mécanisme, mais comme une initiative du vivant ?

À la fin d’une vie consacrée à l’étude de la nature, Imanishi examine et met au clair ses convictions sur l’évolution. En revendiquant pour le vivant la qualité de sujet, il choisit de s’opposer au dualisme néo-darwinien.

Pour Imanishi, il s’agit d’entrer dans le monde de chaque espèce, où elle forme avec son milieu une unité concrète qu’il appelle sumiwake, “écospécie”.

Imanishi Kinji Entomologiste, primatologue, écologue, anthropologue, homme de terrain et grand alpiniste (il mena en 1952 une expédition au Manaslu, 8 152 m), Imanishi Kinji (1902-1992) est le plus célèbre naturaliste japonais du 20e siècle. Il est l’auteur de nombreux ouvrages, dont Le Monde des êtres vivants (Wildproject, 2011).

Editions Wildproject, collection « Domaine sauvage »
192 p., 20 euros
Novembre 2015
ISBN 978-2-918490-524

Site de l’éditeur

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Enseignements de Augustin Berque 2015-16

Augustin Berque, directeur d’études à l’EHESS

MÉSOLOGIQUES, IV. ENVIRONNEMENT, MILIEU ET MONDE : MÉSOLOGIE DE LA PERCEPTION

Avec : Luciano Boi, maître de conférences à l’EHESS (TH) ( CAMS ), Romaric Jannel, doctorant à l’EPHE, Yoann Moreau, postdoctorant à l’EHESS ( IIAC )

2e et 4e vendredis du mois de 18 h à 20 h (amphithéâtre François-Furet, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 13 novembre 2015 au 10 juin 2016

Le problème de la perception apparaît central dans la mésologie d’Uexküll (Umweltlehre) comme dans celle de Watsuji (fûdoron). Chez l’un et l’autre, pour chaque espèce et chaque culture, le milieu est un rapport spécifique entre donné environnemental et monde. Par ailleurs Merleau-Ponty, Simondon, Gibson ont souligné le rôle du mouvement dans la perception, ainsi que l’interaction entre la saisie corporelle de l’environnement et les propriétés de ce dernier. C’est cette interaction qui assure le développement de l’être et sa relation signifiante au monde. De la biologie à l’ontologie, ce séminaire collectif approchera le problème de la perception par de multiples entrées, mais avec le constant souci d’en tirer une interprétation unifiée par la relation entre environnement, milieu et monde.

Enseignements de Augustin Berque sur le site de l’EHESS

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Nouvelle parution : Le lien au lieu

 

Nouvelle parution : Augustin Berque et al. Le lien au lieu, Actes de la chaire de mésologie de l’Université de Corse

Entre tous, c’est bien le lien au lieu que la modernité a le plus malmené. Plus la mobilité devenait l’étendard de l’émancipation, moins il faisait bon proclamer un attachement à un territoire, et pire, le justifier ontologiquement. Pourtant – et parce que – cette relation est fondatrice, dans nombre de territoires caractéristiques, elle a continué à faire entendre sa petite musique localiste. En Corse, sur « cette montagne dans la mer », la société se construit aussi par son lien au lieu. La culture en témoigne et nos lendemains en dépendent. À l’heure où les équilibres entre environnement et société se redéfinissent du fait d’un certain développement, les questions d’aménagement de l’espace deviennent cruciales et invitent à un dialogue fécond entre praticiens, penseurs et metteurs en scène de l’espace.

Éolienne
ISBN : 978-2-911991-78-3
Bastia, 304 pages

Fiche éditeur : http://www.editionseoliennes.fr/livre-105-le-lien-au-lieu

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Nouvelle parution : Poétique de la terre, histoire naturelle et histoire humaine

Nouvelle parution : Augustin Berque Poétique de la terre, histoire naturelle et histoire humaine

Renaturer la culture, reculturer la nature, par l’histoire : tel est le propos de ce livre. Il commence, en première partie, par la question du sujet, en montrant que l’exaltation du sujet individuel moderne a entraîné une décosmisation qui à terme est mortelle, car aucun être ne peut vivre sans un monde commun (kosmos). Nous devons donc recosmiser notre existence. La seconde partie montre que l’arrêt sur objet propre à la modernité aboutit à dépouiller les choses de leur sens, faisant notamment du langage une aporie. Nous avons à remettre les mots et les choses dans le fil de leur histoire commune (leur croître-ensemble : concrescence), c’est-à-dire à les reconcrétiser. La troisième partie montre enfin que réembrayer la nature et la culture passe nécessairement par la question du rapport entre histoire et subjectivité, ce à tous les degrés de l’être, allant, par l’évolution, de la vie la plus primitive jusqu’à la conscience la plus humaine. Recosmiser, reconcrétiser, réembrayer : devant ces trois urgences, la pensée occidentale est aujourd’hui plombée par ce qui hier a fait sa force : la structure mère sujet-verbe-complément, qui à partir de la langue a orienté notre logique (avec le modèle sujet-prédicat), notre métaphysique (avec l’identité de l’être) et de là notre science (avec l’en-soi de l’objet), toutes fondées sur le double principe d’identité et de tiers exclu, c’est-à-dire sur la forclusion du symbolique. Des exemples tels que la langue japonaise, dont la structure mère était d’un autre genre, ou que le tétralemme développé par les penseurs indiens, qui inclut systématiquement le tiers, nous montrent la voie : dépasser les apories de la modernité ne se fera pas sans l’appoint, logique et ontologique à la fois, des grandes civilisations de l’Asie. On ambitionne ainsi de faire mentir le fameux adage de Kipling, Oh, East is East, and West is West, and never the twain shall meet.

Belin
ISBN : 978-2701190068
25 EUR

A l’occasion de la parution de son dernier ouvrage, Rfi a invité le géographe et philosophe Augustin Berque autour de la question suivante : «Qu’est-ce qu’une poétique de la Terre?» Écouter l’émission

Pour en savoir plus…

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website