Rencontre littéraire avec Kaori Ekuni

Dans la barque de Dieu

La Maison de la culture du Japon à Paris organise une rencontre avec l’écrivaine japonaise Kaori Ekuni à l’occasion de la remise du Prix littéraire Caméléon 2016 dont elle est lauréate pour son roman Dans la barque de Dieu (Traduit par Patrick Honoré, Philippe Picquier, 2014) le vendredi 8 avril 2016.

Auteure de nombreux romans et essais à succès, Kaori Ekuni a reçu le prix Naoki en 2004 et le prix Tanizaki en 2015. Son style, notamment dans la description si juste des sentiments féminins, est très apprécié au Japon, où elle est une romancière extrêmement populaire.
A l’occasion de cette rencontre avec Patrick Honnoré, son traducteur français, Kaori Ekuni nous parlera de son oeuvre et de son univers tendre et absurde.

Vendredi 8 avril 2016 à 18h30
Maison de la culture du Japon à Paris, Petite salle (rez-de-chaussée)

Entrée libre sur réservation en ligne :
http://mcjp.fr/fr/agenda/kaori-ekuni-romanciere-du-quotidien
https://fr-fr.facebook.com/MCJP.officiel

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Université d’été franco-japonaise en traductologie, 29 août-2 septembre 2016 à Paris

La Société française de traductologie (SoFT) organise sa première université d’été franco-japonaise du 29 août au 2 septembre 2016 à Paris.

Formation intensive en histoire, théories et méthodologies de la traduction, cette université d’été s’adresse principalement aux étudiants et aux chercheurs en langue et littérature japonaise, aux traducteurs professionnels, ainsi qu’à toutes les personnes qui s’intéressent aux questions concernant la littérature et le langage.

Les cinq journées se dérouleront selon les cinq axes thématiques ci-dessous.
Les cours théoriques auront lieu le matin (4 cours de 45 minutes) ;
les après-midi seront consacrés à des ateliers pratiques (2 ateliers de 90 minutes).

①Histoire de la traduction
②Théories et méthodologies de la traduction
③Traduire les waka et les textes anciens
④Traduire une écriture, un style
⑤Traduire un genre littéraire

Les cours et les ateliers porteront sur la traduction française des œuvres de la littérature japonaise (du waka au manga en passant par le haiku), et sur la traduction japonaise des œuvres de la littérature française (Ronsard, Stendhal, Aragon, etc.)

Tout en fournissant aux participants l’occasion d’une étude approfondie et d’un apprentissage fructueux en matière de traduction et de traductologie, cette université d’été vise également à établir de nouveaux liens dans le domaine des relations franco-japonaises.

Intervenants (par ordre alphabétique)

Augustin BERQUE ( Directeur d’études, EHESS )
Julie BROCK ( Professeure, KIT )
Frédéric GIRARD ( Directeur d’études, EFEO )
Patrick HONNORE ( Traducteur de littérature )
ITÔ Gengo ( Maître de conférences, Université Dôshisha, Kyôto )
KANEKO Mitsuko ( Professeure émérite, Université Seishin joshi, Tôkyô )
Jean-René LADMIRAL ( Professeur émérite, Université Paris X – Nanterre )
Florence LAUTEL-RIBSTEIN ( Maître de conférences, Université d’Artois )
Emmanuel LOZERAND ( Professeur, INALCO )
Antonio MANIERI ( Chercheur, Université de Naples “L’Orientale” )
Maria Chiara Migliore ( Maître de conférences, Université de Salento )
NISHIZAWA Kazumitsu ( Maître de conférences, Ecole de commerce de Niigata )
OSHIMA Atsushi ( Expert en stratégie de projets, Fondation du Japon / Traducteur indépendant )
Miyako SLOCOMBE ( Traductrice / Interprète )
SUGIMOTO Keiko ( Professeure, Université Meiji-gakuin, Tôkyô )
SUMI Yôichi ( Professeur émérite, Université Keiô gijuku, Tôkyô )
SUZUKI Kazuhiko ( Doctorant, Université Paris X – Nanterre), assistant de la présente université d’été
TERADA Sumie ( Professeure, INALCO )
UEHARA Mayuko ( Professeure, Université de Kyôto )
Michel Vieillard-Baron ( Professeur, INALCO )
YOKOTA Yuya ( Doctorant, Université Paris VII – Denis Diderot), assistant de la présente université d’été
YOSHIKAWA Junko ( Maître de conférences, KIT )

Programme

Inscriptions et renseignements : soft.univ.paris10@gmail.com
Dates d’inscription : du lundi 4 avril au vendredi 15 juillet
Coût de l’inscription : 300 euros (5 jours)

29 août-2 septembre 2016
Salles 638-641 du Réseau Asie – Bâtiment LE FRANCE
190, avenue de France 75013 Paris

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Le 3e numéro de  » Cipango – French Journal of Japanese Studies. English Selection » disponible en ligne

cjs_160x75-160x75

Le 3e numéro de Cipango – French Journal of Japanese Studies. English Selection a été mis en ligne. L’intégralité des textes de ce numéro, intitulé On the Tale of Genji: Narrative, Poetics, Historical Context, est disponible à l’adresse suivante : http://cjs.revues.org/536

Depuis 2012, Cipango propose, autour de numéros thématiques, la traduction en anglais d’articles publiés originellement en français. Cette collection, consultable uniquement en ligne, s’appuie principalement sur la production de la revue, mais peut également accueillir, en fonction des thèmes, des articles non encore publiés dans l’édition française.

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Polyphonie de l’écriture féminine dans le Japon moderne

Claire Dodane, Professeure de langue et littérature japonaises à l’Université Lyon 3, IETT à l’Université Lyon 3,  donnera une conférence dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon.

En empruntant son titre à la musique vocale et à un concept bien connu de la théorie littéraire, l’intervention propose de rendre compte de la diversité des voix dans l’écriture féminine du Japon moderne, en particulier entre les années 1880 et 1920. Plusieurs niveaux de polyphonie sont observables. Tandis que dans la première partie de l’ère Meiji, on assiste à une sorte d’écriture utopique de la modernité, c’est vers 1995 l’écriture du malheur et du poids du patriarcat qui constitue une unité thématique significative, avant que l’ère Taishô ne révèle une écriture du corps et de l’intimité.
Pour reprendre le théoricien russe Mikhaïl Bakhtine, les consciences individuées et indépendantes qui transparaissent dans le roman abritent souvent un dialogisme interne, c’est-à-dire la division du sujet dont le « je », instable, est en interrelation permanente avec les mots d’autrui : la nouvelle La Treizième nuit (Jûsan’ya, 1895) de Higuchi Ichiyô (1872-1896) en est un exemple probant.
Il peut arriver aussi que les écrivaines, essayistes et poétesses qui animent le débat sur les femmes dans les années 1910 confrontent la divergence de leurs points de vue sur des sujets précis, comme par exemple la création d’un salaire maternel en 1918. Le concept de polyphonie s’adapte bien aussi à la réception qui est faite de l’écriture de telle ou telle auteure phare, telle que Higuchi Ichiyô par exemple, en particulier lorsque l’on observe sur un siècle les interprétations multiples qui ont pu être faites de son œuvre. Il peut arriver aussi qu’une même auteure exprime au long de sa carrière des points de vue fluctuants au sein d’une même thématique, comme ce fut le cas de Yosano Akiko (1878-1942) en poésie au gré des différentes guerres du Japon moderne. Enfin le travail de traduction, qui est préliminaire à toute recherche sur l’écriture féminine japonaise moderne, reflète de manière éloquente le concert de deux voix unies dans une même intention.

Jeudi 3 décembre 2015 de 13h à 15h
Salle 7, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé – bibliographie

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Léon de Rosny, passeur de cultures

Léon de Rosny dans son atelier, vers 1900, photographie de la famille de Léon de Rosny.

Patrick Beillevaire (CNRS-CRJ) donnera une conférence dans le cadre du cycle de conférences et de rencontres « À la table du traducteur », organisé par la BULAC et en partenariat avec la Maison de la culture du Japon à Paris. Cette session sera consacrée à Léon de Rosny avec également la participation de François Macé (NALCO) et Philippe Rothstein (université de Montpellier III).

Léon de Rosny (1837-1914), orientaliste, ethnologue, journaliste, fut le premier enseignant de langue et de civilisation japonaises à l’École spéciale des langues orientales (1863). Conférencier au Collège de France, président de la société d’Ethnographie, il a organisé à Paris en 1873 le premier Congrès international des orientalistes et fondé la Société des Études japonaises, chinoises, tartares et indochinoises. En 1886, il devient directeur adjoint de la conférence sur les religions de l’Extrême-Orient à la cinquième section des sciences religieuses à l’École pratique des hautes études récemment créée. Homme aux centres d’intérêts et domaine de recherche multiples (linguistique, ethnologie, religions, etc.), il se consacra non seulement à l’étude de la Chine, du Japon et des autres pays d’Asie orientale mais aussi à l’Amérique centrale.

Dans l’œuvre de Léon de Rosny, la traduction du japonais et du chinois classique occupe une place de choix. Il est notamment l’auteur de la première traduction de textes littéraires japonais en France. Les traductions d’ouvrages japonais qu’il a publiées couvre un champ aussi large que celui de ses recherches : un conte chinois L’épouse d’outre-tombe (1864, 1875), la sériciculture (1868), une anthologie de la poésie classique japonaise (1871), l’oeuvre du moine bouddhiste Kûkai (1876), le Nihon shoki, seconde plus ancienne chronique du Japon (1887), Le livre de la piété filiale de Confucius (1893), etc. Depuis 1860, Léon de Rosny s’est efforcé d’incarner l’exemple du nécessaire effort de médiation entre la réalité historico-philologique de la langue des peuples, de ce qu’il appelait les « nations », les « nationalités » et ce que, comme les spiritualistes de son époque, il nommait « l’âme humaine ».

Le mardi 2 décembre 2014 de 18h30 à 20h30
Auditorium du Pôle des langues et civilisations
65, rue des Grands Moulins
75013 PARIS

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Colloque « Traductions France – Japon : histoire, actualité, perspectives »

Colloque international à l’occasion du 90e anniversaire de la Maison franco-japonaise les 19 et 20 avril 2014 à la Maison-franco japonaise à Tokyo. Avec la participation de Arnaud Nanta (CRJ/CNRS).

Programme du colloque (pdf)

Affiche du colloque (pdf)

Accès gratuit, inscription obligatoire en remplissant le formulaire d’inscription en ligne.

Samedi 19 et dimanche 20 avril 2014 de 9h45 à 18h
Auditorium, Maison franco-japonaise à Tokyo

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website