Mettre Edo à la mode : le grand magasin Mitsukoshi et la commercialisation d’Edo aux ères Meiji et Taishô (1890-1920)

Conférence de Reiji IWABUCHI, Professeur à l’Université féminine du Gakushûin, professeur rattaché au Centre de recherches sur le Japon d’avril à août 2017, dans le cadre d’une séance exceptionnelle du séminaire « Techniques, objets et patrimoine culturel immatériel en Asie Orientale (XVIe-XXIe siècles) » (UMR 8173) le 27 avril 2017.

Depuis la formation de l’Etat-Nation moderne au Japon jusqu’à nos jours, la plupart des « traditions » du pays mises en avant concernent soit « la culture fondamentale » remontant aux origines de l’archipel et aux périodes anciennes, soit l’époque d’Edo et la civilisation urbaine de sa capitale shogounale. La période allant des années 1890 à la veille du grand tremblement de terre du Kantô de 1923 marqua le début de la « découverte » d’Edo, avec à la fois des aspects politiques et commerciaux. On a déjà souligné la relation entre l’intérêt pour Edo et l’Etat-Nation moderne, comme recréation d’une tradition propre du Japon, conçue à partir des années 20 de l’ère Meiji en réaction envers les politiques des puissances occidentales, et comme une entreprise de préservation de « l’essence nationale » ; mais les aspects commerciaux n’ont pas fait l’objet de la même attention. Cette communication se penchera donc sur la politique de promotion commerciale « d’Edo » par le grand magasin Mitsukoshi durant la fin de l’ère Meiji et l’ère Taishô, pour mettre en lumière ce processus de transformation en objet de consommation et son influence. Et nous réfléchirons aussi sur les représentations d’Edo qui suivirent.

(日本の近現代における)「江戸」の商品化-明治・大正期の三越百貨店による流行創出を中心にー

岩淵令治教授

学習院女子大学

国民国家成立以降、今日に到るまで「発見」される「伝統」の多くは、日本の場合、「基層文化」としての原始・古代と、都市 江戸を主な舞台とした「江戸」である。明治二〇年代から関東大震災前までの時期は、「江戸」が「発見」された嚆矢であり、政治的位相 と商品化の位相で進行した。前者は、欧化政策への反撥、国粋保存主義として明治二〇年代に表出してくるもので、「日本」固有の伝統の 創造という中で、「江戸」の国民国家への接合として、注目されてきた。しかし後者についてはいまだ検討が不十分である。そこで本報告 では、主に明治末より大正期において三越がすすめた「江戸」の商品化をとりあげ、「江戸」の商品化の過程と影響を明らかにする。ま た、その後の「江戸」の表象についても考えてみたい。

Jeudi 27 avril 2017 de 14h00 à 16h00
EHESS, Salle A 07_51 (7e étage), 54 boulevard Raspail 75006 Paris

Conférence en japonais, avec traduction simultanée en français

 

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

M. Reiji IWABUCHI, Professeur invité à l’EHESS en 2017

M. Reiji Iwabuchi, Professeur à l’Université pour femmes Gakushūin, séjournera à Paris jusqu’à la fin d’août 2017 sur invitation de Guillaume Carré (CRJ-EHESS).

Les recherches de M. Iwabuchi portent entre autres sur l’ histoire comparée des villes préindustrielles en France et au Japon : résidences aristocratiques, organisations et représentations de l’espace urbain.

Durant son séjour, M. Iwabuchi va contribuer au déchiffrement du fonds Mitsui, archives conservées au Collège de France. La première collaboration sur le fonds Mitsui avec Guillaume Carré a eu lieu en 2013 : https://carnetsjapon.hypotheses.org/2912

Durant son séjour, M. Iwabuchi participera à plusieurs conférences et ateliers scientifiques dont la première le 27 avril 2017 dans le cadre du séminaire de C. Bodolec, F. Obringer (CNRS) et M. Bussotti (EFEO) « Techniques, Objets et Patrimoine en Chine, en Corée et au Japon (XVIe-XXIe s.) »

 

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Une nouvelle collection de cartes japonaises

Front-Cover-Kyo-Ezu
« Kyō Ezu » : The University of Manchester Library

La bibliothèque de l’Université de Manchester a numérisé une partie de sa collection de cartes japonaises et les a intégré dans sa base des données « The University of Manchester Library Image Collections (LUNA) ».
Accès à la base de données.

The Japanese Collection, assembled by the 25th Earl of Crawford in the 1860s and 1870s and purchased by The John Rylands Library in 1901, is not large by international standards, but it contains manuscripts and printed books of great interest and rarity. Amongst them are a number of 18th and 19th century maps together with topographical or geographical books and manuscripts.
A full list of the collection was completed by Professor Peter Kornicki and published in the Bulletin of The John Rylands Library.
The aim of this project was to select and digitise a number of maps and associated books and manuscripts from the Library’s Japanese Collection in order to preserve and make them available for teaching, research and study purposes. At this stage, 28 maps, predominantly published in Japan during the Tokugawa or Edo period, have been selected; the maps represent the whole of Japan or its cities, such as Kyoto and Edo (current Tokyo).
Because of their format and fragility comparison side-by-side is very difficult; digitisation can be an ideal approach in making possible the close comparison and contextualisation of a range of maps with related material.

Pour en savoir plus

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Faire fortune à la fin des Tokugawa : le cas de la Maison Takasakiya à Edo

文京ふるさと歴史館所蔵「高崎屋絵図」

La troisième conférence de M. Iwabuchi Reiji, Maître de conférences au Musée national d’histoire du Japon, chercheur invité de l’EHESS, intitulée ”江戸住大商人の肖像−場末の仲買 高崎屋の成長” dans le cadre du séminaire de Guillaume Carré (CRJ/EHESS).

La fortune des grands marchands et la prospérité des villes illuminent la période d’Edo. Du 17e au 19e siècle, par vagues successives, des générations de commerçants firent succéder leur réussite au déclin de leurs prédécesseurs, en installant progressivement leurs activités, leur condition et leurs valeurs au centre du jeu social. Certains cas emblématiques de génies des affaires qui révolutionnèrent les pratiques commerciales de leur temps, comme les Mitsui ou les Kônoike, ont déjà bien été étudiés. Mais la grande majorité des marchands aisés était en fait composés de grossistes ou d’intermédiaires de dimensions plus modestes, cherchant au sein de corporations à conserver les positions acquises contre la concurrence de nouveaux venus. La maison Takasakiya est assez représentative des commerçants qui connurent une ascension à la fin du shogounat : installés d’abord dans des quartiers excentrés de la cité d’Edo, ses patrons appuyèrent leur développement sur celui de la consommation populaire, mais aussi sur l’essor des productions régionales et sur la diversification des sources d’approvisionnement. A une époque où apparaissaient les marques à la mode et la publicité, les succès de tels commerçants signaient l’entrée de la consommation dans une nouvelle ère qui préfigurait le Japon moderne. La conférence dégagera donc les ressorts de la réussite exemplaire des Takasakiya, une réussite qui exhale néanmoins, comme souvent à cette période, des relents de saké frelaté et de sauce de soja d’appellation d’origine douteuse …

Télécharger le résumé en japonais

Vendredi 18 janvier 2013 de 11h à 13h
Salle 6 EHESS, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Renseignements : guillaume.carre(at)ehess.fr

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Edo vu d’Edo, Edo vu de Meiji : Regards croisés sur la capitale shogounale

国立歴史民俗博物館所蔵「江戸城登城風景図屏風」

La deuxième conférence de M. Iwabuchi Reiji, Maître de conférences au Musée national d’histoire du Japon, chercheur invité de l’EHESS, intitulée  » 江戸城登城風景をめぐる二つの表象-名所絵と〈歴史画〉のあいだ  » aura lieu à l’ Université Paris Diderot dans le cadre du séminaire de l’UFR LCAO – CRCAO (UMR 8155). 「江戸城登城風景図屏風 」est visible sur le site web du Musée national d’histoire du Japon à l’adresse suivante : http://www.rekihaku.ac.jp/gallery/edojou/edojou.html
Cette conférence se tiendra en japonais avec traduction française.

A l’ère Meiji, des artistes perpétuèrent dans leurs oeuvres le souvenir des fastes de l’époque d’Edo et du gouvernement révolu des Tokugawa. On représenta par exemple les visites des daimyô, les grands féodaux du pays, au château shogounal d’Edo, avec toute la pompe et la solennité qu’inspiraient les imposants cortèges guerriers. Mais lorsqu’elles dépeignent la même scène, c’est à un spectacle un peu différent que nous font assister les descriptions remontant à la période d’Edo elle-même. Sur l’esplanade devant la porte de la citadelle, grouille en effet tout un petit peuple de camelots cherchant à tirer profit des badauds venus assister à un évènement devenu attraction touristique, le tout dans une impression de joyeux désordre bien éloignée des représentations que nous ont laissé l’ère Meiji. Deux époques, deux façons de voir la capitale shogounale et sa population, qui nous parlent non seulement du Japon de la période d’Edo, mais aussi des débuts du Japon contemporain.

江戸城に登城する大名・旗本は、大手三門の前で家来を残していかなければならなかった。このため、大手三門の門前は、大名行列の見物客、主人を待つ家来、そして彼らをあてこんだ露天商たちでごった返した。この江戸の名所を描いた近世の絵画と、近代になって回顧的に描かれた<歴史画>を比較し、後者において実態とは異なる場面が創られたことを明らかにする。

Mercredi 12 décembre 2012 à 10h30
Salle 479C, Bâtiment des Grands Moulins, 4ème étage,
Université Paris Diderot, 5 rue Thomas Mann, 75013 Paris

Renseignements : matthias.hayek(at)univ-paris-diderot.fr, guillaume.carre(at)ehess.fr

Affiche

 

 

 

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

La patrimonialisation de l’époque d’Edo au 20e siècle

Iwabuchi Reiji 岩淵令治, Maître de conférences du Musée National d’Histoire du Japon, donnera une conférence intitulée « 「江戸史蹟」の誕生-旧幕臣戸川残花の軌跡から » dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon. Cette conférence se tiendra en japonais avec traduction française.

La modernisation et l’occidentalisation à marche forcée du Japon durant l’ère Meiji entraina de profondes modifications des conceptions de l’histoire nationale, porteuses de significations nouvelles. Alors que le nouveau pouvoir impérial privilégiait les périodes anciennes, en en faisant les sources d’une « tradition » dépositaire de l’identité japonaise, l’époque d’Edo à son tour, à la toute fin du 19e siècle et au début du 20e, commença à émerger comme objet de mémoire. A ce processus qui enclencha l’intégration du Japon de l’époque d’Edo dans l’histoire nationale, contribuèrent en particulier des personnages issus de lignages guerriers qui cherchèrent non seulement à réévaluer le rôle joué par les Tokugawa dans la construction du pays, mais qui furent aussi à l’origine de quelques unes des premières mesures visant à la désignation et à la protection des vestiges remarquables de cette période. La conférence se penchera sur la vie et l’oeuvre de Togawa Zanka (Yasuie, 1855-1924), homme de lettres qui se dévoua au souvenir de la période d’Edo entre la fin de l’ère Meiji et l’ère Taishô, et qui joua aussi un rôle important dans la prise de conscience des richesses patrimoniales du temps des Tokugawa.

Jeudi 6 décembre 2012 de 11h à 13h
Salle 2 EHESS, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Télécharger le résumé

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website