Hikiagesha : les rapatriés japonais à la fin de la seconde guerre mondiale entre retour de guerre et rapatriement colonial

Constance Sereni (INALCO) donnera une conférence dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon le 5 janvier 2012.

Résumé :
Le rapatriement après août 1945 de plus de 6,5 millions de Japonais qui se trouvaient dans les anciennes colonies et les territoires qui avaient étés occupés par l’armée Japonaise fait partie des épisodes traumatisants de l’immédiat après-guerre. Entre retour de guerre et rapatriement colonial, cette migration massive s’est effectuée avec l’aide des forces alliées et sous des contraintes de temps extrêmes.
La présente intervention tentera de passer en revue des différentes problématiques soulevées par le retour des civils et des militaires dans un Japon d’après-guerre dévasté, tant du point de vue de la planification et de l’encadrement des rapatriements que de celui de l’accueil des rapatriés et de la constitution d’une identité et d’une mémoire propre des « hikiagesha » – le nom qui leur est donné à leur retour au Japon.

jeudi 5 janvier 2012 de 11h à 13h
Salle 7 EHESS
105 bd Raspail 75006 Paris

Télécharger le résumé

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

La BULAC a ouvert le 12 décembre : le fonds japonais le plus ancien et le plus important de France

© Sladjana Stankovic/BULAC

La Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (BULAC) a ouvert ses portes le 12 décembre 2011, quelques mois après la fermeture de la Bibliothèque interuniversitaire des langues orientales (BIULO) à laquelle elle succède, dans un bâtiment neuf, 65 rue des Grands Moulins, Paris 13e.

Le fonds japonais comporte plus de 62 000 ouvrages, dont 40 000 en japonais et 22 000 en langues occidentales ainsi que de riches collections de périodiques. Les principaux domaines couverts sont la littérature, la linguistique (langue ainu incluse), les sciences sociales. La priorité est accordée à l’acquisition de recueils de documents primaires. Les achats dans le domaine de la littérature contemporaine constituent une autre priorité aujourd’hui.

Voici la présentation du fonds japonais de la BULAC, par Pascal Hurth, responsable de ce fonds :

Les premiers ouvrages des collections de la BIULO ont été rédigés par des Jésuites. Le plus ancien est le Lettere Dell’India Orientale publié en 1580.

Le véritable démarrage fut consécutif de l’ouverture du Japon en 1853 et des débuts de l’enseignement du japonais en 1863 avec Léon de Rosny à l’École des langues orientales. A l’ère Meiji, le gouvernement japonais offrit de grandes quantités d’ouvrages à la bibliothèque dans divers domaines, notamment en zoologie et en botanique.

Ce fonds prit son véritable essor dans les années 1960 avec l’accroissement du nombre d’étudiants consécutif de la montée en puissance de l’économie japonaise.

En 2001, à la suite d’une convention signée entre le National Institute of Japanese Literature et la BIULO, des bibliothécaires japonais ont effectué le catalogage des ouvrages publiés au Japon de 1604 à 1912. Certains de ces livres sont aujourd’hui rarissimes. Le catalogue, publié en 2006, devrait être prochainement intégré au catalogue de la BULAC. Ce travail a permis l’identification d’une trentaine de manuscrits qui ont été ensuite numérisés

En 2011, M. Robert Bergère a fait don à la BULAC d’un ensemble de livres de la période d’Edo (1600-1868). Ce don est composé de près de 170 volumes illustrés (plus de 85 titres). Ils couvrent plusieurs domaines : littérature populaire, descriptions de villes et de provinces, des manuels d’éducation et d’étiquette, des ouvrages sur la Chine, histoire du Japon, etc.

A l’ouverture, près de 8 000 documents sur le Japon sont présentés en libre-accès sur trois niveaux : étude, recherche et espace audio-visuel, qui, entre autres, présente les documents relatifs au cinéma. La communication des livres conservés en magasins pourra commencer en janvier 2012. Les documents anciens (des manuscrits et des xylographies, etc.) seront consultables dans la salle de la réserve. Les manuscrits japonais sont en cours de numérisation et une partie de cette collection est disponible en ligne à l’adresse suivante. Collection numérique de la Bulac : http://bulacbibnum.omeka.net

Outre les imprimés, la BULAC propose un accès à des ressources électroniques comme JapanKnowledge, CiNii, Asahi Kikuzo II Visual.

En tant que partenaire, la bibliothèque du Centre Japon a déposé début septembre 2011 à la BULAC une trentaine de périodiques  japonais notamment les petits formats de Asahi Shinbun (1977-2009) et Nikkei Shinbun (1981-2009) qui seront prochainement disponibles.

Pour consulter le catalogue : http://catalogue.bulac.fr

Nos remerciements à Pascal Hurth

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Présentation de la conférence de S. Lechevalier disponible en ligne

Vous pourrez trouver le powerpoint de la séance du séminaire collectif du Centre Japon du 15 décembre 2011 animée par Sébastien Lechevalier (CRJ/EHESS) sur la page « Archives » de ce carnet.

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Conférence « La grande transformation du capitalisme japonais (1980-2010) »

Sébastien Lechevalier (CRJ/EHESS) donnera une conférence dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon et présentera sa recherche en cours sur le capitalisme japonais dont l’ouvrage éponyme récemment paru constitue un aboutissement mais aussi un nouveau départ.

Pourquoi le capitalisme japonais a-t-il disparu de nos débats alors qu’il a été élevé au rang de modèle dans les années 1980 ? Et comment une entreprise symbole de ce modèle comme Toyota est-elle devenue la première du monde dans son secteur malgré la stagnation que subit l’économie japonaise depuis les années 1990 ?

Existe-t-il un modèle optimal d’organisation des entreprises et comment peuvent-elles maintenir leur avance technologique, voire la renforcer, dans un environnement de plus en plus concurrentiel et incertain ? Les pays développés peuvent-ils conserver un avantage comparatif dans l’industrie face à la puissance manufacturière chinoise et quel rôle envisager pour le système éducatif dans la société dite de la « connaissance » ? Enfin, le cycle de dérégulation généralisée touchant peut-être à sa fin, comment penser les relations entre État et marché et redéfinir le contrat social dans un contexte de montée des inégalités ?

Cette analyse de la transformation profonde du capitalisme japonais dans une perspective d’économie politique, associée à une réflexion sur la diversité des capitalismes et sur le changement institutionnel, montre que le Japon constitue toujours un laboratoire susceptible d’éclairer les grands enjeux de l’économie mondiale.

Jeudi 15 décembre 2011 de 11h à 13h
Salle 7 EHESS, 105 bd Raspail 75006 Paris

Contact : sebastien.lechevalier(at)ehess.fr

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Exhibitions. l’invention du sauvage : l’exposition au musée du quai Branly

L’exposition intitulée « Exhibitions. l’invention du sauvage » est actuellement à l’affiche au musée du quai Branly.

EXHIBITIONS met en lumière l’histoire de femmes, d’hommes et d’enfants, venus d’Afrique, d’Asie, d’Océanie ou d’Amérique, exhibés en Occident à l’occasion de numéros de cirque, de représentations de théâtre, de revues de cabaret, dans des foires, des zoos, des défilés, des villages reconstitués ou dans le cadre des expositions universelles et coloniales. Un processus qui commence au 16e siècle dans les cours royales et va croître jusqu’au milieu du 20e siècle en Europe, en Amérique et au Japon.

Du 29 novembre 2011 au 3 juin 2012
Musée du quai Branly
37, quai Branly 75007 Paris

Quelques notices d’Arnaud Nanta (CRJ/CNRS) dans le catalogue de l’exposition.

– Le « Pavillon anthropologique » à l’exposition d’Osaka (1903), p. 146

– L’Exposition de Corée (1929), p. 228

Dirigé par Pascal Blanchard, Gilles Boëtsch et Nanette Jacomijn Snoep
Coédition musée du quai Branly / Actes Sud
368 pages, 500 illustrations, 70 auteurs, 49€
 

A l’occasion de  cette exposition, un colloque international aura lieu les mardi 24 et mercredi 25 janvier 2012.

Pour en savoir plus…

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Conférence exceptionnelle de l’UMR8173 Chine Corée Japon : Le Christ et le coke au Japon à l’aube du XXe siècle

Conférence d’Aleksandra Majstorac-Kobiljski, post-doctorante au Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine, dans le cadre du projet ANR « Itinéraires individuels et circulation des savoirs scientifiques et techniques en Chine moderne (XVIe-XXe siècles) ».

La Chine a les plus grandes réserves prouvées de charbon au monde. Cependant, à l’aube du XXe siècle, les possibilités de bénéficier de ses richesses semblaient sombres. Depuis la seconde guerre de l’opium, la mauvaise qualité de ce charbon était le problème fondamental d’énergie pour la dynastie Qing et il l’est resté pour la République. À part les conflits liés aux concessions minières, la plus grande difficulté était que la qualité du charbon extrait était telle qu’il ne pouvait être transformé en coke et était, par conséquent, inutile à la sidérurgie, chose qui entravait la création d’une armée, d’une marine et d’un réseau ferroviaire modernes entre autres nécessités de ce temps. Cette intervention expliquera comment un ingénieur-chimiste japonais chrétien a résolu ce problème dans la première décennie du XXe siècle, quand il a réussi à produire du coke à partir de charbon bitumineux en utilisant un processus de son invention dans un four à coke d’origine belge modifié.

Mardi 13 décembre 2011, de 10h à 12 h
Salon de la Maison de l’Asie
22 avenue du Président Wilson 75116 Paris
 

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website