Projet scientifique 8

Histoire de l’archéologie et de l’anthropologie japonaises

Responsable du projet : Arnaud Nanta

Certte recherche portant sur l’« Histoire de l’archéologie et de l’anthropologie japonaises, entre colonisation et mondialisation. Des sciences coloniales aux savoirs régionaux. », de concert avec Laurent Nespoulous (Maître de conférences à l’Inalco, détaché à la Maison franco-japonaise cette année 2012). Cette recherche portera sur la construction, les discours et les pratiques de l’anthropologie et de l’archéologie japonaises au 19e et 20e siècles — savoirs tous deux très liées à la mise en place des États-nations contemporains et à la construction des empires coloniaux modernes. Il s’agira donc d’un travail historique sur les discours de ces savoirs ainsi qu’une étude des pratiques concrètes et des terrains des anthropologues et des archéologues.

Dans ce cadre, nous projetons en collaboration avec divers partenaires japonais notamment à l’université Nihon daigaku (Tôkyô). Ce financement permettra de subvenir aux frais que nécessiteront divers projets, notamment la publication de livres sur l’histoire de l’archéologie japonaise, la tenue d’un colloque, ou l’organisation d’ateliers de travail avec les collègues français et japonais.

Enfin, l’ensemble de ce projet participera de l’axe transversal « L’Asie des réseaux : 15e – 21siècles » conduit par l’UMR 8173 « Chine, Corée, Japon » (axe piloté par François Gipouloux), et je suis également associé, via ce travail sur l’archéologie, à l’axe transversal « Techniques, objets, patrimoine culturel et matériel » de mon UMR (axe piloté par Frédéric Obringer et le CECMC).

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Projet scientifique 7

Capitalismes asiatiques et désindustrialisation au Japon, en Corée,en Allemagne et en France

Responsable : Sébastien Lechevalier

  •  Capitalismes asiatiques : diversité et changement institutionnel

Ce projet porte sur la période 2012 – 2017 et sera rythmé par une conférence annuelle dans le cadre du réseau de recherches « Asian capitalisms » que nous avons créé au sein de SASE. La première conférence aura lieu au MIT (USA) du 28 au 30 juin 2012. Elle débouchera sur la publication d’un numéro spécial de la revue Socio-Economic Review en 2013, édité avec trois autres collègues, ainsi que sur plusieurs numéros spéciaux d’autres revues (dont Critique internationale).

  • La désindustrialisation est-elle une fatalité ? Le futur de l’industrie manufacturière au Japon, en Corée, en Allemagne et en France.

Ce projet, prévu pour une durée de 3 ans (2012-2014), coordonné par Sébastien Lechevalier et comprenant une équipe d’une vingtaine de chercheurs japonais, coréen, allemand et français, sera rythmé par 3 conférences : 20-21 Mars 2012 à Paris (EHESS), Avril 2013 à Tokyo (RIETI), Automne 2014 à Bruxelles (EU-Japan Center for Industrial cooperation)

Il débouchera sur la publication d’un numéro spécial de revue. Nous sommes actuellement en négociation avec trois revues.

Au terme de ce projet, nous comptons candidater à un programme de financement au niveau européen.

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Projet scientifique 6

Recherche des cartes dérivées des textes chinois anciens

Responsable : Véra Dorofeeva-Lichtmann

Tâche principale – achever mon livre sur les conceptions de l’espace terrestre dans l’empire Chinois intitulé “Empire as a System of Process-Oriented Networks: Representations of the Early Chinese Empire Reconsidered”.

Continuation de recherche des cartes dérivées des textes chinois anciens (les cartes existant à partir du XXsiècle) considérées comme les anciennes conceptions de l’espace revisitées et révisées. Etude des cartes historiques et des cartes de l’empire Chinois, dans la cartographie sous les Song (960-1279) et postérieures. Recherche des traces des images cartographiques chinoises dans les cartes occidentales de l’Asie Orientale : PROJET ORCHIDE 2013 en préparation.

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Projet scientifique 5

Les relations nippo-coréennes aux 16e et 17e siècles

Responsable : Guillaume Carré

Nous poursuivrons nos travaux sur les relations nippo-coréennes aux 16e et 17e siècles. La genèse et les conséquences des invasions de Hideyoshi, la diversité des échanges entre Japon et Corée à cette période feront l’objet de nos travaux, en nous appuyant autant sur une documentation coréenne que japonaise.

Nous souhaiterions poursuivre nos travaux sur les officiers bourgeois de la ville de Kanazawa en étudiant cette fois les archives relatives à la fonction d’Ancien (toshiyori) de la cité et d’Auditeur des comptes (sanyô o-kiki), particulièrement dans le fonds Morishita.

Nous souhaiterions déposer un projet franco-japonaise d’histoire urbaine comparée, en nous appuyant sur le réseau déjà constitué depuis 2006, lors du prochain appel pour le programme CHORUS.

Nous participerons aussi à l’axe transversal de l’UMR « Réseaux en Asie » (relations nippo-coréennse, histoire économique et monétaire de l’époque d’Edo), à l’axe traduction (textes d’historiens du Japon prémoderne), aux projets de l’équipe Japon « Recherches documentaires sur les relations franco-japonaises à la fin du shogounat et au début de l’ère Meiji. » et « cartographies del’Asie orientale » (travaux sur Nishikawa Joken).

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Projet scientifique 4

Présence des religions japonaises à l’étranger

Responsable : Jean-Pierre Berthon

Nous continuerons notre travail sur la présence des religions japonaises à l’étranger, à travers les liens qu’elles ont su créer à Taïwan, en Corée et plus généralement dans le Sud Est-asiatique. Cette étude se rattachera à l’axe transversal de l’UMR : « Asie des réseaux » porté par Guillaume Carré et François Gipouloux.

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Projet scientifique 3

Historiographie du royaume des Ryûkyû au XIXe siècle

Responsable : P. Beillevaire

Notre principal domaine d’étude demeure l’historiographie du royaume des Ryûkyû au XIXe siècle jusqu’à sa complète annexion par l’empire japonais et la création du département d’Okinawa en 1879. Nous n’avons d’autre priorité que de publier l’intégralité des documents des Missions étrangères, de la Marine et des Affaires étrangères concernant la présence française à Okinawa entre 1844 et 1862 et la position de la diplomatie face à l’annexion du royaume. Si la constitution de cet important ensemble documentaire (environ 2 800 000 signes) peut être considérée comme achevée, les années récentes ont cependant permis de continuer à en approfondir l’analyse par la prise en compte quasi exhaustive des sources japonaises, nationales ou locales, se rapportant aux activités des Français et à la politique de Satsuma. Les sources corrélatives britanniques et américaines sont également citées. Introductions, descriptifs liminaires et un important appareil critique accompagnent ces documents afin de mettre en évidence la richesse et la diversité de leur contenu informatif qui ne concerne pas seulement Okinawa ou le Japon, mais également l’histoire politique, culturelle et religieuse de la France de Louis-Philippe et du Second Empire.

Nous souhaiterions également pouvoir publier en français les mémoires de Louis Furet, mentionnés dans la partie bilan. C’est en effet un document important, et même exceptionnel en langue française, sur la fin de l’époque d’Edo et sur les rapports entre Japonais et étrangers durant ces premières années d’ouverture d’un pays

Participation au projet du ministère de l’Éducation japonais ayant pour objet le réexamen des conséquences politiques et culturelles au Japon des relations d’Okinawa avec les Européens et les Américains (XIXe-XXe siècles), sous la direction du professeur Yamazato Katsunori, université nationale des Ryûkyû.

Nous continuerons bien sûr d’observer l’évolution de la situation politique à Okinawa et le contentieux avec Tôkyô au regard de l’impasse actuelle concernant l’implantation militaire américaine et le projet de base à Henoko.

Participation au projet international proposé par Vera Dorofeeva-Lichtmann sur les traditions cartographiques en Asie orientale avec une étude de l’évolution de la cartographie des îles Ryûkyû du XVIe au XIXe siècle.

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website