Aperçu de l’histoire des savoirs botaniques au Japon durant l’ère Edo – De la matière médicale à l’histoire naturelle

Conférence de Georges MÉTAILIÉ (CAK, EHESS) dans le carde du séminaire collectif du Centre Japon.

L’importance économique de la matière médicale chinoise au Japon, de même que les dangers de confusion de produits ont entraîné très tôt, de la part des médecins japonais, une grande attention à la détermination des produits naturels importés. Un premier dictionnaire bilingue des drogues, le Honzō wamyō 本草和名 (Noms japonais de la matière médicale) a été achevé en 918 par Fukane no Sukehito 深根 (深江) 輔仁, sur ordre impérial. Cette démarche s’est poursuivie et au début du xviie siècle s’est encore accentuée avec l’introduction d’une importante pharmacopée chinoise, le Běncăo gāngmù (Honzō kōmoku) de Li Shizhen (1518-1593), connu au Japon dès les premières années de l’ère Edo . Ce livre en 52 juan, dont trois d’illustrations de minéraux, plantes et animaux, publié en 1596 à Jinling (aujourd’hui Nankin) fut introduit, on le voit, très vite. Si c’est son intérêt du point de vue médical qui avait déterminé une introduction aussi rapide, il est indéniable qu’il eut aussi un rôle très important durant toute l’ère Edo dans le développement d’une approche naturaliste des objets naturels au Japon, jusqu’à la découverte de la botanique scientifique au début du xixe siècle. Des textes et des images permettront d’apprécier cette évolution tout à fait originale par rapport  au cas chinois durant la même période.

Jeudi 5 novembre 2015 de 13h à 15h
Salle 7, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Télécharger le résumé

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Ebisu n° 52 : Patrimonialisation et identités en Asie orientale


Vient de paraître le n° 52 de la revue Ebisu-Etudes Japonaises (Coordonné par Christophe Marquet, Arnaud Nanta et Laurent Nespoulous).

Cette nouvelle livraison d’Ebisu inaugure une formule de numéros thématiques, dont les articles sont le fruit d’un appel à contribution largement diffusé dans la communauté scientifique.

L’idée de solliciter des contributions sur le thème « Patrimonialisation et identités en Asie orientale » s’inscrit dans le prolongement d’un des axes de recherche de l’Institut français de recherche sur le Japon de la Maison franco-japonaise (Umifre 19 MAEDI-CNRS), consacré au patrimoine, à l’archéologie et à l’identité nationale au Japon face à la mondialisation, qui a été lancé en 2013 sous l’impulsion de trois chercheurs : Laurent Nespoulous (Inalco), archéologue et protohistorien, Arnaud Nanta (CNRS), historien des sciences humaines au Japon et Christophe Marquet (Inalco), historien de l’art. Lire la suite

Dans ce numéro, deux articles de Arnaud Nanta :
« L’organisation de l’archéologie antique en Corée coloniale (1902-1940) : du terrain aux musées coloniaux » p. 117-154

« Sakano Tōru 坂野徹, Fīrudo wāku no sengo-shi. Miyamoto Tsuneichi to kyū-gakkai rengō フィールドワークの戦後史―宮本常一と九学会連合 » (L’histoire de l’après-guerre au travers des enquêtes de terrain. Miyamoto Tsuneichi et la Fédération des neuf sociétés savantes) p. 337-341

Ebisu-Etudes Japonaises n° 52
Maison franco-japonaise
2015
ISSN : 1340-3656
3000 yen / 25 euros

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Appel à candidatures : Mobilité post-doctorale courte durée FMSH-EFEO

Contrats post-doctoraux proposés par l’EFEO et la FMSH pour financer 11 mois de mobilité vers l’Asie : http://www.efeo.fr/base.php?code=636
Date limite de candidature : 1er décembre 2015

La Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH) et l’Ecole Française d’Extrême Orient (EFEO) proposent des contrats post-doctoraux d’un montant mensuel de 1203 euros net d’une durée de 1 à 6 mois, permettant à des post-doctorants affiliés à une institution française d’effectuer un séjour d’étude en Asie dans les Centres de l’EFEO.

Seront soutenus des projets de recherche en sciences humaines ou sociales relatives aux civilisations des pays d’Asie. Les projets interdisciplinaires sont bienvenus.

Cet appel s’inscrit dans le cadre du programme de mobilité post-doctorale de courte durée lancé par la FMSH et ses partenaires.

 

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website