Statuts et identités dans l’Asie pré-moderne (XVIIe-XIXe siècle)

Nouvelle parution : le numéro 41 de la revue Extrême-Orient, Extrême Occident.

Dans ce numéro, la revue propose le dossier « Statuts et identités dans l’Asie pré-moderne (XVIIe-XIXe siècle) », coordonné par Annick Horiuchi (CRCAO) .

On associe au monde asiatique pré-moderne des sociétés d’ordres figées, où hommes et femmes sont condamnés de par leur statut à des parcours de vie uniformes. Or ces dernier pouvaient se négocier et des identités nouvelles sont apparues.

Il s’agit d’une part de corriger l’idée que cette société fonctionnait selon le système rigide et intangible des quatre statuts (guerrier au Japon/ lettré-fonctionnaire en Chine et en Corée ; paysan ; artisan ; marchand). Sont notamment examinés le statut servile en Chine, celui des chefs aïnous, ces habitants des confins septentrionaux du Japon, ou encore celui des concubines dans les familles guerrières. Le numéro se penche d’autre part sur l’identité de bourgeois au Japon, à travers des textes imprimés de l’époque et des documents du for privé, sur celle du catholique face à la politique d’interdiction, toujours au Japon ou encore  celle des « gens intermédiaires » de Corée, ces fonctionnaires entravés dans leur ascension par leur naissance. En faisant une large place aux voix des roturiers, il s’agit de redessiner les contours d’une société plus complexe et moins immobile qu’on ne l’avait imaginée.

Sommaire

Introduction

Annick Horiuchi « Statuts et identités dans l’Asie pré-moderne (XVIIe-XIXe siècle) »

I. Où l’identité s’affirme

Guillaume Carré  « La gloire d’un marchand : Enomoto Yazaemon, négociant en sel dans le Japon du XVIIe siècle »

Daniel Struve « Identité sociale et identité nationale dans Chōnin bukuro et Hyakushō bukuro de Nishikawa Joken »

II. Où le statut fluctue

Yannick Bardy « Prêtre shintō à l’époque d’Edo: un statut, des réalités »

Claude Chevaleyre « Asservir pour punir : la nature pénale du statut d’esclave dans la Chine des Ming (1368-1644) »

Segawa Yūta « Le couple dans la famille guerrière durant la seconde moitié de l’époque Edo (XVIIIe-XIXe siècle) : La question du mariage et du concubinage »

III. Où l’identité prend corps

Martin Nogueira Ramos « Une identité religieuse dans la tourmente : les catholiques face à la politique de proscription des Tokugawa (XVIIe siècle) »

Kim Daeyeol « Les « gens du milieu » en quête d’une identité dans la société du Chosŏn au XIXe siècle »

Noémi Godefroy « Domination et dépendance : l’évolution du statut des chefs aïnous en Asie orientale (XVIIe-XVIIIesiècle) »

IV. Regard extérieur

François-Joseph Ruggiu « De l’Extrême-Orient à l’Extrême-Occident, et retour. L’étude comparée des sociétés de la France d’Ancien Régime et de l’Asie de l’époque moderne »

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d’études, documentaliste

More Posts - Website

Altérités perçues, altérités vécues – Visions des Aïnous au Japon (XVIIIème siècle)

Homme ainu. Source : David MacRitchie, The Aïnos (BULAC)

Noémi Godefroy (Inalco-CEJ, jeune chercheuse associée du Centre Japon) interviendra dans le colloque de la SEFJ le 17 décembre 2016.

Les descriptions antiques et médiévales des habitants de l’île d’Ezo (actuelle Hokkaido) sollicitaient de façon systématique les mêmes stéréotypes : leur forte pilosité, leur méconnaissance de l’agriculture ou de la langue japonaise, leur alimentation carnée. Quelques auteurs leur attribuèrent même des capacités surhumaines, ou des pouvoirs surnaturels. Ces représentations servaient surtout à les différencier des Japonais, et avaient en ce sens une valeur politique. De fait, ces descriptions ne se devaient donc pas d’être fidèles, et ne requéraient pas nécessairement de contact, ou de rencontre avec les populations qu’ils s’attachaient à décrire.

Sous les Tokugawa, l’institutionnalisation et l’intensification des interactions sous l’égide du domaine de Matsumae, le renforcement des dépendances croisées économiques nippo-aïnoues, ainsi que le potentiel géostratégique de l’île, entraînent un fort intérêt pour les Aïnous et leur territoire. De fait, à partir du XVIIIème siècle, on assiste à un véritable essor des écrits sur le septentrion, ainsi qu’à une diversification des auteurs (lettrés confucéens, gouvernants, envoyés shogunaux, spécialistes des études hollandaises, etc.), dont certains se sont rendus sur place.

La vision des Aïnous a-t-elle changé ? Que reste-t-il des topoï descriptifs des époques antérieures ? Assiste-t-on à l’émergence de nouveaux lieux communs ?

En analysant et en recoupant des extraits de textes du XVIIIème siècle, parmi lesquels la Description d’Ezo (Ezo-shi) d’Arai Hakuseki (1720), le Panorama illustré des Trois Royaumes (Sangoku tsūran zusetsu) de Hayashi Shihei (1783), et les Mesures Secrètes pour Gouverner (Keisei hisaku) de Honda Toshiaki (1798), nous tenterons de mettre en lumière les tensions entre deux types de représentations. D’un côté, une altérité perçue, s’exprimant par le biais de représentations figées, qui contribuent à maintenir la dichotomie « eux / nous ». De l’autre, une altérité vécue, issue d’une observation directe, où les descriptions sont replacées dans un contexte et un environnement précis. En filigrane, on pourra observer comment ces différentes visions de l’altérité sous-tendent les débats autour de l’assimilation ou de la dissimilation des Aïnous au tournant du XIXème siècle.

Du 15 au 17 décembre 2016
Université Jean Moulin – LYON 3

Sur le site du colloque de la SFEJ :
https://sfejcolloque2016.wordpress.com/2016/09/22/session-12-2-noemi-godefroy/

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d’études, documentaliste

More Posts - Website

Revue électronique : « Géographie historique du Japon d’Edo et ses héritages »

Phare d’Imazu (Cliché N. Baumert, 2011)

Vient de paraître : le n° 9 de la Revue de Géographie Historique consacrée à la thématique « Géographie historique du Japon d’Edo et ses héritages » (dirigé par Nicolas Baumert).

Dans ce numéro, un article de Noémi Godefroy (Inalco-CEJ, jeune chercheuse associée du Centre Japon) : Le Japon d’Edo « découvre » la Russie, savoirs connectés et conscience géographique (1771-1799)

Pendant plus de deux siècles, de 1633 à 1853 lors de la période dite d’Edo (1603-1868), le Japon s’est fermé au monde extérieur, retiré d’une histoire globale qui se mettait en place sous l’impulsion des Etats européens. Ce numéro permet d’en comprendre les principales dynamiques dans l’espace et le temps ainsi que certains héritages.

Revue de Géographie Historique n° 9
RGH
Novembre 2016

ISSN électronique : 2264-2617

ARTICLES

Article 1    Editorial Nicolas Baumert

Article 2    Le Japon d’Edo « découvre » la Russie, savoirs connectés et conscience géographique (1771-1799) Noémi Godefroy

Article 3    La naissance des cultures d’entreprises au Japon. Ethique et commerce à l’époque d’Edo Frédéric Burguière

Article 4    L’uniformisation des productions agricoles à l’époque d’Edo : des savoirs géographiques biaisés à l’origine de crises Nicolas Baumert / Yuki Hata / Nobuhiro Ito

Article 5    Buddhist Temple Death Register in Innoshima Island, West Japan: A case study for a better understanding of the late Edo Period demographic evolution Tsunetoshi Mizoguchi

Article 6    Le passage vers l’Enfer : Les lieux de l’exécution publique de la peine de mort à Nagoya à l’époque d’Edo Maki Fukuda

Article 7    Préserver les savoir-faire et inventer la modernité au Japon : les entreprises dites shinise. L’exemple des maisons de douceurs japonaises (wagashi) Sylvie Guichard-Anguis

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d’études, documentaliste

More Posts - Website