Nouvelle parution : Critique n° 839 : Et le Japon devint moderne…

Parution d’un numéro consacré au Japon de la célèbre revue Critique, fondée par Georges Bataille, intitulé « Et le Japon devint moderne »

Le précédent numéro spécial de Critique consacré au Japon s’intitulait « Dans le bain japonais ». Il remonte à 1983. Un ministre français venait d’arrêter les magnétoscopes nippons à Poitiers ; le PIB du Japon croissait régulièrement et le pays préparait la très high tech exposition universelle de Tsukuba. Nous ne sommes plus dans le même bain : le PIB, en 2016, a frôlé la croissance zéro ; le taux de natalité est un des plus faibles du monde et nos gazettes s’interrogent, non plus sur les prouesses de l’électronique japonaise, mais sur une abstinence sexuelle qui se répandrait même dans la jeunesse de l’archipel. S’il semble prématuré de parler de crise du « modèle japonais » à propos de la troisième économie mondiale, le moment paraît propice à une réflexion sur cette « modernité japonaise » qui fit longtemps référence pour d’autres pays.
Le Japon issu de la Restauration de Meiji a souvent été décrit comme un mélange de « modernité » (occidentale) et de « tradition » (autochtone). Mais il a inventé sa propre grammaire du moderne, que des travaux récents et novateurs nous aident à déchiffrer. Le dossier ici rassemblé par Emmanuel Lozerand court des années 1860 aux années 1960, avec pour fil cette question : comment le Japon est-il devenu moderne ?
Il s’ouvre sur un texte inédit en français qu’Ôe Kenzaburô, prix Nobel de littérature, a consacré à Masaoka Shiki, l’homme « effroyablement démocratique » qui a réformé le haiku à la fin du xixe siècle.
Les Éditions de Minuit
2017
ISBN : 9782707343536
96 pages, 11.50 €

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Ebisu n° 52 : Patrimonialisation et identités en Asie orientale


Vient de paraître le n° 52 de la revue Ebisu-Etudes Japonaises (Coordonné par Christophe Marquet, Arnaud Nanta et Laurent Nespoulous).

Cette nouvelle livraison d’Ebisu inaugure une formule de numéros thématiques, dont les articles sont le fruit d’un appel à contribution largement diffusé dans la communauté scientifique.

L’idée de solliciter des contributions sur le thème « Patrimonialisation et identités en Asie orientale » s’inscrit dans le prolongement d’un des axes de recherche de l’Institut français de recherche sur le Japon de la Maison franco-japonaise (Umifre 19 MAEDI-CNRS), consacré au patrimoine, à l’archéologie et à l’identité nationale au Japon face à la mondialisation, qui a été lancé en 2013 sous l’impulsion de trois chercheurs : Laurent Nespoulous (Inalco), archéologue et protohistorien, Arnaud Nanta (CNRS), historien des sciences humaines au Japon et Christophe Marquet (Inalco), historien de l’art. Lire la suite

Dans ce numéro, deux articles de Arnaud Nanta :
« L’organisation de l’archéologie antique en Corée coloniale (1902-1940) : du terrain aux musées coloniaux » p. 117-154

« Sakano Tōru 坂野徹, Fīrudo wāku no sengo-shi. Miyamoto Tsuneichi to kyū-gakkai rengō フィールドワークの戦後史―宮本常一と九学会連合 » (L’histoire de l’après-guerre au travers des enquêtes de terrain. Miyamoto Tsuneichi et la Fédération des neuf sociétés savantes) p. 337-341

Ebisu-Etudes Japonaises n° 52
Maison franco-japonaise
2015
ISSN : 1340-3656
3000 yen / 25 euros

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Vient de paraître : Le trou de mémoire des nationalistes

Article de Arnaud Nanta : Entretien avec Takahashi TetsuyaLe trou de mémoire des nationalistes dans L’histoire, n° 413 «1931-1945 Asie-Pacifique, l’autre guerre mondiale», juillet 2015, p. 126-129.

Soixante-dix ans après la capitulation du Japon, la mémoire de la guerre y reste controversée. Le problème se noue autour du rôle de l’empereur, de la guerre en Chine et de la colonisation en Corée.

Plus de renseignement sur le site de l’histoire http://www.histoire.presse.fr/mensuel/413

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Un modèle américain ? Les collèges protestants de Beyrouth et Kyoto, 1860-1975

Vient de paraître le n° 6 de la revue Monde(s). Histoire, Espaces, Relations .  Dans ce numéro, Monde(s) propose le dossier « Philanthropies transnationales » sous la direction de Thomas David et Ludovic Tournès.

Dans ce numéro, vous trouverez un article de Aleksandra Kobiljski : « Un modèle américain ? Les collèges protestants de Beyrouth et Kyoto, 1860-1875 » dont le résumé ci-dessous.

Cet article éclaire la genèse de l’Université de Dôshisha en analysant les liens entre les réseaux, les ordres du jour et le financement qui relient cette institution au Collège syrien protestant de Beyrouth et, de manière indirecte, à l’Académie nationale de Bustani. Il montre qu’une perspective globale sur un fait étudié dans un cadre ostensiblement national peut considérablement altérer la réception du récit de l’événement et soulever de nouvelles questions dans le domaine de la recherche historique.

Monde(s) Histoire, Espaces, Relations
n°6 – novembre 2014
Presse Universitaires de Rennes
ISSN 2260-7927

Fiche éditeur : http://www.monde-s.com/programmation/dernier-numero

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Ebisu n° 51 « Le rapprochement franco-japonais dans l’entre-deux-guerres »

Vient de paraître le n°51 de la revue Ebisu-Etudes Japonaises.

Dans ce numéro, un article de Arnaud Nanta : « Jean Ray ou un regard français sur la politique extérieure du Japon dans les années 1920-1940 », http://ebisu.revues.org/1409

Ebisu-Etudes Japonaises n°51
Maison franco-japonaise
2014
ISSN : 1340-3656
3000 yen / 25 euros
 
 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Le Japon à la fin d’Edo. La mue d’un « monde flottant »

Vient de paraître le n° 222 de la revue Dossiers de l’Art HOKUSAI. Dans ce numéro, un article de Guillaume CarréLe Japon à la fin d’Edo. La mue d’un « monde flottant ».

Le Grand Palais crée l’événement de cet automne en célébrant Hokusai (1760-1849), l’un des plus grands noms de l’estampe japonaise, et sans conteste le plus célèbre en Europe. On n’a jamais vu, hors du Japon, rétrospective de cette ampleur : plus de 500 dessins, peintures, gravures et livres, présentés par rotation et en deux volets en raison de leur fragilité, retracent les six périodes majeures de la carrière au long cours du maître et composent le panorama le plus complet de son œuvre.

Le Japon à la fin d’Edo. La mue d’un « monde flottant » (p. 26-33)

On ne peut guère saisir la complexité de l’œuvre de Hokusai sans plonger dans le Japon de la fin d’Edo, sans chercher à comprendre l’esprit de l’époque et de son art. Dans un pays de traditions en proie à un bouleversement social et économique sans précédent, l’effervescence de l’édition illustrée révèle la force et les enjeux d’une nouvelle culture populaire.

Dossiers de l’Art HOKUSAI
N° 222 – Octobre 2014 
Éditions Faton
ISSN : 1161-3122, 9,50 EUR

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website