Cipango n° 18 « Le Japon et le fait colonial I : L’Asie du Nord-Est coloniale – Années 1880-1920 »

Vient de paraître le n°18 de la revue Cipango sous la direction de Arnaud Nanta et Laurent Nespoulous. Ce numéro est disponible en ligne à l’adresse suivante : http://cipango.revues.org/1504

La colonisation moderne, qui débute au milieu du xixe siècle, s’est déployée dans toute sa puissance entre le dernier tiers de ce siècle et la Première guerre mondiale sous l’impulsion des puissances ouest-européennes, de la Russie et du Japon. C’est à ce moment que le Japon constitue son empire colonial, en posant un pied dans la péninsule coréenne en 1876, avec le Traité d’« ouverture » du royaume de Chosŏn. L’archipel étend ensuite ses possessions coloniales jusqu’en 1914, en prenant l’île de Taiwan, conquise sur l’empire Qing en 1895, la péninsule coréenne (protectorat en 1905, annexée en 1910), la moitié sud de l’île de Sakhaline (1905), la péninsule du Liaodong, située au sud de la Mandchourie (1905) tout en étendant des concessions ferroviaires au sud-mandchourien, et l’archipel micronésien (1914).

L’histoire des sociétés coloniales constitue l’un des grands champs d’étude de l’histoire universitaire depuis la fin des empires coloniaux européens et japonais, qui eut lieu entre 1945 et la décennie 1960. L’historiographie japonaise, depuis les années 1960, puis américaine, depuis les années 1980, ont fourni d’importantes contributions à la connaissance historique des possessions coloniales japonaises, et il semble aujourd’hui essentiel de présenter l’histoire de ces territoires en langue française. Les cinq articles composant ce numéro considèrent tour à tour la Mandchourie entre les impérialismes chinois, russe et japonais au début du xxe siècle, l’effort de défrichement de l’île de Hokkaidô au cours de la décennie 1970, le courant photographique pictorialiste en Mandchourie, les débuts de l’emprise économique japonaise sur la Corée entre 1910 et 1919, et enfin l’anticolonialisme au Japon durant l’entre-deux-guerres. La revue Cipango ne peut qu’espérer que la recherche historienne française intègre pleinement l’histoire du fait colonial » japonais à ses questionnements, au sein d’une histoire mondiale comprenant enfin toutes les puissances de « l’ère des empires » évoquée par Eric Hobsbawm.

Cipango n° 18 : Le Japon et le fait colonial I
Année 2011, 310 p.
Date de publication : 2012
ISBN 978-2-85831-195-8
16.00 EUR

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Le rapprochement franco-japonais dans l’entre-deux-guerres : colloque du 90e anniversaire de la MFJ

Raid Paris-Tokyo par l’aviateur Georges Pelletier-Doisy, 1924. Gravure sur bois de Jacques Boullaire, 1926. Coll. C. Polak, (montage)

Colloque du 90e anniversaire de la Maison franco-japonaise « Le rapprochement franco-japonais dans l’entre-deux-guerres » se tiendra à Tokyo les 5 et 6 octobre 2013.

Le programme est en ligne à l’adresse suivante : http://www.mfj.gr.jp/agenda/2013/10/05/

Avec la participation de Arnaud Nanta : « Jean Ray ou un regard français sur la politique extérieure du Japon dans les années 1920-1940 » et de Christian Polak : « La Mission aéronautique de France au Japon (1919-1921) et les relations diplomatiques entre la France et le Japon entre 1919 et 1925 »

Programme en pdf

Samedi 5 octobre 2013  de 13h à 17 h35
Dimanche 6 octobre de 10h à 17h30
Maison franco-japonaise, auditorium
3-9-25, Ebisu, Shibuya-ku, Tokyo

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Conférence annuelle de l’EAJRS à la Bulac : 18-21 septembre 2013

La conférence annuelle de l’EAJRS (European Association of Japanese Resource Specialists 日本資料専門家欧州協会) se tiendra à Paris du 18 au 21 septembre 2013. La Bulac  (Bibliothèque universitaire des langues et des civilisations) accueille et soutient cet événement avec le soutien des institutions suivantes :  Maison de l’Asie, Musée Guimet, Centre de recherches sur le Japon (EHESS), Centre de recherches sur les civilisations de l’Asie orientale (CNRS), Institut des hautes études japonaises (Collège de France), Japan Foundation.

Le programme est en ligne à l’adresse suivante :
http://eajrs.net/
Les communications seront données en anglais ou en japonais.

Au cours de cette conférence, plusieurs membres du Centre Japon interviendront :
– Patrick Beillevaire (Directeur de recherche au CNRS) « Two Moments of French Interference in the Kingdom of Ryūkyū »
– Guillaume Carré (Maître de conférence à l’EHESS) « コレージュ・ド・フランスの三井家文書 . 江戸後期・近代の甲斐 国のある豪農の資料の紹介 »
– Yasuko D’Hulst (Ingénieure d’études à l’EHESS) « 19世紀、琉球王国に関するフ ランスの海軍・宣教・外交史料 »

du mercredi 18 au samedi 21 septembre 2013
Bulac, auditorium 
65, rue des Grands Moulins 75013 Paris

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Ebisu N°49 « De chose en fait : la question du milieu »

Ebisu49PE2013_couverture-thumb-100xauto

Vient de paraître le n°49 de la revue Ebisu-Etudes Japonaises. Dans ce numéro, un dossier coordonné par Augustin Berque « De chose en fait : la question du milieu » qui réunit des articles issus d’un colloque 「物から事へと風土の問題」 »De chose en fait : la question du milieu » consacré au philosophe 山内得立 Yamauchi Tokuryû (1890-1982) .

Ce numéro introduit une nouvelle rubrique « Conférences de la Maison franco-japonaise »  :
François Macé, « Le Kojiki, une Énéide longtemps oubliée ? » p. 117-132
Patrick Beillevaire, « Présences françaises à Okinawa : de Forcade (1844-1846) à Haguenauer (1930) » p. 133-164

Ebisu-Etudes Japonaises n°49
Maison franco-japonaise
Printemps-été 2013
ISSN : 1340-3656
3000 yen / 25 euros

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Nouvelle parution : Démontage d’Empires

demontageempire

Nouvelle parution : Jean Fremigacci, Daniel Lefeuvre et Marc Michel (dir.), Demontage d empire.

Dès les lendemains de la Seconde Guerre mondiale, le monde est travaillé par les aspirations à l’indépendance des peuples colonisés, dont l’exemple le plus évident reste la conférence de Bandoeng. Les empires français, portugais, japonais ou espagnol se démantèlent en ordre ou dans le désordre. Les guerres d’Indochine et d’Algérie ont eu tendance à reléguer au second plan historiographique les épisodes moins violents de transfert de souveraineté, notamment en Afrique noire. Or, avec la création de l’Union française, les manuels de droit de l’après-guerre se modifient déjà comme pour anticiper le démantèlement à venir. L’Ecole nationale de la France Outre-Mer opère une reconversion après s’être déjà largement africanisée. Des contributions internationales abordent ce moment très particulier où l’ordre ancien et l’ordre nouveau se superposent : transfert des archives algériennes vers la métropole, renégociations parfois déchirantes des conventions économiques et financières comme avec la Tunisie, rapatriement des entreprises de travaux publics en Indochine ou des pieds-noirs du Maghreb, décolonisation des institutions judiciaires au Maghreb ou création des universités africaines francophones dans le cadre de la coopération… Au Sénégal, on décolonise même pour mieux rester tandis que la décolonisation est bloquée en Angola jusque dans les années 1970. Des parallèles éclairants sont faits avec le XIXe siècle comme l’indépendance du Brésil où l’enjeu est de sauver la couronne portugaise comme britannique.

Dans cet ouvrage collectif, un article d’Arnaud Nanta « La décolonisation japonaise (1945-1949) : le démontage de l’empire colonial, les occupations et les replis, les politiques d’assistance aux rapatriés » p. 257-283.

Riveneuve
Collection “Actes académiques”
ISBN : 978-2-36013-149-5
508 pages, 24.00 €

Site de l’éditeur

 

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Les mots et les objets de l’archéologie en France et au Japon

Conférences d’Arnaud Nanta (CNRS/CRJ, rattaché à l’UMIFRE 19 depuis septembre 2012) et de Laurent Nespoulous (MFJ, UMIFRE 19) à la Maison franco-japonaise à Tokyo.

L’archéologie scientifique s’est formée au XIXe siècle en Europe de l’Ouest puis au Japon, au sein d’ensembles universitaires mis en place au sein des États-nations. Pourtant, ce savoir structuré autour de nouvelles techniques telles que la stratigraphie puis la typochronologie, prolongeait aussi un ancien courant « antiquariste » et une réflexion déjà pluriséculaire sur le passé. Il se fit par ailleurs très tôt l’écho du nouvel imaginaire national de ce temps, voire des prétentions « ethnico-territoriales » des nouveaux États-nations. Cette conférence réfléchira aux origines de l’archéologie moderne, en Europe et au Japon, ainsi aux mots et objets qu’elle a su utiliser pour saisir et définir les peuples en les enracinant dans le passé.

Vendredi 21 juin 2013 de 18 h 30 à 20 h 30
Salle 601, Maison Franco-Japonaise

Pour en savoir plus…

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website