« Il n’y a pas d’individu au Japon » : archéologie d’un stéréotype

Emmanuel Lozerand, Professeur à l’INALCO, donnera une conférence dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon le 16 mai.

Résumé

Les stéréotypes ont eux aussi une histoire, et celle du supposé « manque d’individualité des Japonais » demeure à écrire. Quand et comment celui-ci est-il apparu ? Pourquoi a-t-il perduré et insiste-t-il aujourd’hui ?

Ce discours se cristallise, semble-t-il, dans la seconde moitié du xixe siècle, dans le contexte de l’affirmation d’un discours sociologique obsédé par le sentiment de la « perte du lien social » consécutif aux révolutions politiques et économiques de la fin du xviiie et du début du xixe siècle. C’est alors que la dichotomie « individu vs société », éclose dans la pensée contre-révolutionnaire de la première moitié du siècle, prend un essor intellectuel décisif. Les sociétés « autres », « lointaines », vont désormais être perçues dans leur ensemble comme communautaires et traditionnelles, par opposition à la pointe de l’Occident, moderne et individualiste.

Cette conceptualisation se voit renforcée par le développement concomitant des doctrines nationalistes et/ou racialistes, constituées au siècle précédent, essentialistes dans leur principe, attachées à cerner les caractéristiques des différents groupes humains (que leur unité soit raciale ou nationale) et à dresser leur portrait physique et moral. Tout cela, bien sûr, s’orchestre sur fond d’une expansion coloniale dynamique, requise de légitimer son action par un travail idéologique de minor(is)ation des populations mises sous le joug.

D’autres conceptions, plus anciennes, faisaient de « l’Orient » ou de « l’Asie », le monde du passé, de la tradition – et donc de l’absence d’invention, d’originalité (d’où la thématique des peuples imitateurs) – ainsi que du despotisme – et donc de l’absence de liberté, de la servilité naturelle de masses écrasées par des tyrans (d’où la thématique de l’extrême cruauté et de l’indifférence à la mort). Opportunément réactivées, elles viennent s’agréger à ce réseau d’images concordantes. Cela ne concerne d’ailleurs pas uniquement et spécialement le Japon.

Au tournant du xxe siècle néanmoins, quand ce dernier va s’affirmer sur la scène mondiale comme un redoutable concurrent des grandes puissances, il va occuper une place particulière parmi les « autres » de l’Occident, place sans doute partiellement esquissée en creux, il est vrai, au fil des années d’isolement relatif du pays depuis le xviie siècle, puis en relief, grâce à l’avènement du japonisme à partir des années 1870. C’est largement à l’occasion des deux guerres qu’il mena et remporta contre la Chine des Qing, mais surtout contre la Russie tsariste, en 1894-1895 et 1904-1905, que le Japon provoqua un ébranlement des consciences occidentales qui se cristallisa dans les théories du péril jaune. L’altérité japonaise, résistante à l’impérialisme occidental, suscita alors une inflation particulière de caractérisations laudatives ou effrayées, toujours promptes à pointer l’esprit de sacrifice individuel d’un « pays dangereux et farouche, peuplé de petits bonshommes aussi rusés qu’énergiques, qui masquent leur haine par un sourire et leur poignard par un éventail ».

Un peu plus tard, enfin, et avec les meilleures intentions du monde, les théories culturalistes rivaliseront d’ardeur pour souligner la dimension communautaire de la société japonaise, bientôt rejointes, en certaines occasions, par les discours sur la crise du sujet occidental, toujours prompts à trouver dans des ailleurs chimériques de commodes alternatives théoriques.

Quant aux Japonais, ainsi épinglés pour leur absence d’individualité, ils n’ont pu faire autrement que de se positionner par rapport à ce cliché, selon des modalités fort diverses certes, mais contribuant bien souvent eux aussi à le renforcer !

Jeudi 16 mai 2013 de 11h à 13h
Salle 2 EHESS, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Télécharger le résumé

 

 

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Appel à participation : EAJRS 2013 Paris

L’EAJRS (European Association of Japanese Resource Specialists 日本資料専門家欧州協会) se réunit tous les ans depuis 1989 et, pendant 4 jours, et offre un instant de partage et d’échange aux responsables de fonds japonais dans des bibliothèques universitaires ou de recherche, bibliothèques nationales, mais aussi à des chercheurs spécialisés dans les études japonaises.

En 2013, la conférence se tiendra du 18 au 21 septembre à la BULAC (Bibliothèque Universitaire des Langues et Civilisations). Elle est ouverte à tous ceux qui s’intéressent aux documents et ressources concernant les études japonaises.

Vous trouverez l’appel à participation à la conférence de l’EAJRS 2013 ici.

du mercredi 18 au samedi 21 septembre 2013
Auditorium, Bulac 
65, rue des Grands Moulins 75013 Paris

 

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Appel à contributions pour un numéro spécial « Ebisu-Etudes Japonaises »

La rédaction de la revue Ebisu, de la Maison franco-japonaise à Tokyo, lance un appel à contributions pour un numéro spécial « Patrimoine et musées, boussoles des peuples ? :  mise en scène des racines et des origines nationales en Extrême-Orient« .

La date limite d’envoi des propositions d’article est fixée au 1er septembre 2013.

Télécharger l’annonce (pdf).

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

De Beyrouth à Kyôto : réflexions sur la création de l’Université Dôshisha

Source : Kozaki Hiromichi. Dôshisha. Kyoto, ca 1895

Aleksandra Majstorac Kobiljski (Needham Research Institute) donnera une conférence dans le cadre du séminaire collectif du Centre japon.

Fondée avec le soutien d’une société missionnaire américaine en 1875 à Kyôtô, Dôshisha 同志社英学校 a été conçue comme une lieu de formation d’une nouvelle génération d’hommes qui vont aider à la renaissance du Japon. L’histoire qui en a été écrite tourne autour de la vie et de l’oeuvre de son fondateur japonais, Niijima Jô 新島襄 (1843-1890). Nous proposons quelques pistes de réflexion sur le contexte historique, global ainsi que local, de la création de ce qui est aujourd’hui l’université Dôshisha. Cette analyse va nous amener à retracer les origines de Dôshisha dans la ville portuaire ottomane de Beyrouth et va nous permettre de voir la première université de Kyôtô comme le modèle d’une institution de hautes études modernes qui ne peut être vue comme importée de l’Occident. Plutôt, elle est une co-production intellectuelle au niveau mondial, forgée au cours d’un processus historique dont les résultats n’étaient ni nouveaux ni anciens, mais plutôt un mélange conceptuel et pratique.

Aleksandra MAJSTORAC KOBILJSKI a soutenu sa thèse en 2010 au département d’histoire du Graduate Center de la City University of New York. Présentement, elle est post-doctorante de la fondation D. Kim pour l’Histoire des Sciences et Techniques en Asie Orientale rattachée au Needham Research Institute  (Cambridge, R.U.) et chercheuse associée à l’UMR 8173 Chine, Corée Japon.

Jeudi 7 février 2013 de 11h à 13h
Salle 2 EHESS, 105 boulevard Raspail 75006 Paris
 

Télécharger le résumé

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Mondes chinois, arabes et européens : la circulation des savoirs géographiques

Émission Planète Terre de Sylvain Kahn sur France Culture réalisée le 23 janvier 2013 de 14h à 14h30  avec :

Jean-Yves Sarazin, conservateur à la Bibliothèque nationale , Directeur du département des Cartes et plans
Vera Dorofeeva-Lichtmann, chargée de recherche au CNRS (CRJ/EHESS)

Cette émission peut être podcastée ici.

Que montraient les cartes des mondes chinois et arabes du XIIIème au XVIIIème siècle ? Comment étaient-elles produites? Pour quels usages? Ont-elles circulé d’un continent à l’autre?

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

« Corée du Sud / Japon : renouer le dialogue » une émission sur France Culture

Émission Culturemonde de Florian Delorme sur France Culture réalisée le 16 janvier 2013 de 11h à 11h50 dans le cadre du cycle  «Je t’aime moi non plus» avec :

Alain Delissen, directeur d’études à l’EHESS, directeur de l’Institut d’études coréennes au Collège de France
Arnaud Nanta, chargé de recherche au CNRS, en poste à la Maison franco-japonaise
Christine Lévy, maître de conférences à l’université de Bordeaux 3, actuellement détachée comme chercheure à la maison franco-japonaise

Cette émission peut être podcastée ici.

Présentation par Florian Delorme

L’histoire de la péninsule coréenne est extrêmement riche elle a existé en tant que telle, comme culture particulière, comme système politique indépendant. Longtemps la région a été menacée par ses voisins d’abord par la chine puis par le Japon jusqu’à son annexion en 1910. A l’époque, la Corée n’est pas de taille à s’opposer à l’impérialisme de son voisin beaucoup plus développé.
L’intérêt des Japonais est alors principalement économique. Il s’agit d’abord et avant tout de s’emparer de matières premières. Mais on assiste également à une immigration japonaise massive à travers laquelle va s’organiser le développement économique forcé du pays. Dans le domaine agricole, la domination est particulièrement spectaculaire: de nombreux paysans sont expropriés et se retrouvent à travailler sur des terres qui ne leurs appartiennent plus. Le bénéfice des productions partant en grande partie pour le Japon.
Une autre partie des paysans est envoyée pour travailler dans des usines japonaises ou engagée dans des projets de construction gigantesques (la construction de réseaux routiers, de chemins de fer, de centrales hydroélectriques). Mais cette domination s’exerçait également dans le domaine culturel puisque les Coréens furent forcés d’apprendre le japonais et d’adopter des noms de familles japonais.
Bref, les Coréens ont subi une colonisation particulièrement brutale de la part de leur voisin japonais aux ambitions expansionnistes exacerbées à l’époque. Souvenons-nous que ce Japon s’était engagé, à partir de 1937, dans une guerre avec l’autre voisin: la Chine. Une guerre durant laquelle des milliers de femmes coréennes – les « femmes de réconfort » – vont être « engagées » dans des maisons closes pour assouvir l’appétit sexuel des soldats japonais. La domination japonaise durera 35 ans et prendra fin au moment de la reddition du Japon le 15 août 45. Quelles sont, aujourd’hui, les relations entre les deux pays? Comment gèrent-ils la mémoire de ce passé commun ?… comment est-elle transmise aux nouvelles générations? La coopération économique et culturelle suffit-elle à panser les plaies d’une histoire douloureuse?

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website