Séminaires du Centre Japon 2016-2017

Histoire du Japon moderne et contemporain : permanences et ruptures

1er et 3e jeudis du mois de 11 h à 13 h (salle 7, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 3 novembre 2016 au 15 juin 2017

Ce séminaire a pour objectif de présenter des recherches novatrices et des travaux récents en sciences humaines et sociales sur le Japon moderne et contemporain. Les conférences seront données par des membres du Centre de recherches sur le Japon et par des intervenants extérieurs. Les thèmes abordés iront de l’histoire à la sociologie en passant par l’économie, l’anthropologie, l’éducation, ou encore l’insertion du Japon dans diverses dimensions internationales. Le séminaire s’adresse à tous les étudiants de niveau master ou doctorat qui souhaitent approfondir leurs connaissances de la civilisation du Japon, et aux auditeurs libres, après accord des responsables. Les conférences se tiendront en français, en japonais avec traduction française, ou en anglais.

Mésologiques, V. La genèse des milieux humains : anthropisation, humanisation, hominisation

2e et 4e vendredis du mois de 18 h à 20 h (amphithéâtre François-Furet, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 25 novembre 2016 au 9 juin 2017

L’intitulé « anthropisation, humanisation, hominisation » fait allusion à la thèse mise en avant par André Leroi-Gourhan, dans Le Geste et la parole (1964), au sujet de l’émergence de notre espèce, Homo sapiens. Par « anthropisation », entendons la transformation physique de l’environnement terrestre sous l’effet des systèmes techniques de l’humanité ; par « humanisation », sa transformation sémantique sous l’effet de nos systèmes symboliques ; et par « hominisation », l’effet en retour de ces transformations sur celle de l’animal en humain.

Sans l’invoquer, cette thèse était l’illustration même du propos de la mésologie contemporaine, telle que l’ont fondée l’Umweltlehre d’Uexküll et le fûdoron de Watsuji ; à savoir le couplage dynamique de tout être vivant (Uexküll), humain en particulier (Watsuji), avec le milieusingulier (Umwelt, fûdo) qui lui est propre en tant que sujet, et qui ne doit donc pas être confondu avec l’environnement universel (Umgebung, kankyô) que, de son point de vue transcendantal (le « regard de nulle part »), considère la science moderne – en l’occurrence l’écologie, qui est une science de l’environnement et non, comme la mésologie, une science des milieux, autrement dit une éco-phénoménologie et une bioherméneutique. L’objet central de la mésologie n’est pas l’environnement, c’est le couplage dynamique de l’être et de son milieu propre – cela qu’Uexküll a nommé le « contre-assemblage » (Gegengefüge) de l’animal et de son milieu, et Watsuji la « médiance » (fûdosei), qu’il a définie comme « le moment structurel de l’existence humaine » (ningen sonzai no kôzô keiki).

C’est ce couplage dynamique, dans ses effets et ses effets en retour, qu’il s’agit ici de saisir. Si l’on peut considérer l’anthropocène comme un effet d’anthropisation, alors il faut donc s’interroger aussi sur les contre-effets de l’anthropocène sur l’être humain et ses systèmes techno-symboliques ; et réciproquement, dans la triple interaction susdite : anthropisation, humanisation, hominisation, tant d’un point de vue rétrospectif (l’évolution, l’histoire) qu’actuel et prospectif (l’état et l’avenir de nos sociétés sur la Terre).

Histoire des villes du Japon de l’époque d’Edo : origines et formations

Vendredi de 11 h à 13 h (salle 6, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 4 novembre 2016 au 10 février 2017

Le séminaire se penchera cette année sur la question de la genèse des villes de la période d’Edo, et des facteurs qui permirent au Japon de connaître, au tournant des XVIe et XVIIe siècles, sa première phase d’urbanisation massive. On s’intéressera plus particulièrement au rôle joué par les populations marchandes dans ce processus, et aux évolutions de leur condition et de leurs activités dans le nouvel ordre social qui se met en place sous les premiers shôgouns Tokugawa.

Bureaucraties et marchés : perspectives comparatives et transdisciplinaires

Mardi de 15 h à 17 h (salle 2, RdC, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris), du 17 janvier 2017 au 2 mai 2017

Ce séminaire se veut un lieu d’échange entre disciplines (économie, sociologie. Sciences politiques et histoire) sur les rapports entre bureaucraties et marchés. Il entend traiter le continuum de relations sociales entre les logiques de légitimité qui prévalent à l’enracinement des administrations, les logiques d’organisation collective des milieux économiques et les logiques administratives et juridiques qui encadrent le fonctionnement des marchés.

Il n’y a pas d’un côté des entreprises sur un marché et de l’autre une bureaucratie qui influencerait à distance le marché. L’économique n’est pas coupé de l’administratif ou du juridique. Pas de marché sans droit de la propriété, de la concurrence, des contrats, sans normes. Le marché ne peut fonctionner que comme fiction rationnelle et mathématique tant pour les entrepreneurs que pour les travailleurs que dans la mesure où les cadres juridiques régissant le marché fournissent un cadre minimal régissant les échanges. L’économie de marché a besoin des institutions étatiques pour assurer la reproduction des rapports de force favorables aux échanges marchands. Ce séminaire entend poser quelques jalons pour un dialogue interdisciplinaire sur ces questions qui sont souvent un point aveugle des théories économiques libérales et de la sociologie économique. Les séances alterneront la lecture croisée de textes produits en économie, en sociologie et en sciences politiques sur ces enjeux et des présentations de chercheurs invités.

Comprendre le changement institutionnel en Asie. Une perspective comparée avec les États-Unis et l’Europe

Mercredi de 13 h à 15 h (salle 638, bât. Le France, 190 av de France 75013 Paris), les 23 et 30 novembre, 7 et 14 décembre 2016, 11, 18 et 25 janvier, 1er février, 17, 24 et 31 mai et 7 juin 2017

Dans les discussions entre économistes, historiens, sociologues et spécialistes de sciences politiques sur la diversité des capitalismes et le changement institutionnel, les capitalismes asiatiques ont été mis de côté pendant de nombreuses années, au profit d’une focalisation sur les États-Unis et l’Europe. Les théories et les concepts d’économie politiques n’ont été appliqués à l’Asie que récemment et que pour certaines configurations institutionnelles et historiques. Cependant, le développement rapide des économies asiatiques et la diversité de leurs trajectoires doivent conduire à nous poser de nouvelles questions. Elles concernent par exemple l’impact paradoxal de la libéralisation qui ne conduit pas à une convergence vers les capitalismes anglo-saxons, dont les institutions constituent pourtant un modèle pour les promoteurs des réformes. Il s’agit également de comprendre l’émergence de nouvelles formes d’inégalités et les transformations des modèles de protection sociale. Dans un contexte de remise en cause du rôle de l’État dans l’économie, on se doit par ailleurs de comprendre la réémergence de nouvelles formes d’État développeur en Asie.

Dans ce contexte, ce séminaire promeut des perspectives conceptuelles intégrées pour essayer de comprendre les transformations des capitalismes en Asie et explorer les liens avec les changements aux niveaux globaux, nationaux et locaux d’un côté, et technologiques, sociaux et politiques de l’autre. L’objectif de ce séminaire est de présenter ces travaux en cours. Il comportera quatre parties :

  • Introduction générale à l’économie politique de la diversité des capitalismes et du changement institutionnel ;
  • Libéralisation institutionnelle et diversité croissante des entreprises ;
  • Dynamique des inégalités et transformations des systèmes de protection sociale en Asie ;
  • Vers un renouveau de l’État développeur en Asie ?

Ce séminaire, qui s’appuie sur un programme de recherches en cours avec des collègues des universités de Freie Universität Berlin, University of British Columbia, d’Oxford et de Waseda (GDRI du CNRS, financement Marie Curie), accueillera également les interventions de Steven Vogel (Berkeley University) et Xiaoke Zhang (Manchester Business School).

Globalization and labor market outcomes in Japan and Korea : de-industrialization, job security, and wage inequalities

Jeudi de 14 h à 17 h (ENS, Campus Jourdan, salle A4, 48 bd Jourdan 75014 Paris), les 20 et 27 octobre, 3 et 10 novembre, 1er, 8 et 15 décembre 2016 et 12 janvier 2017

Deindustrialization is a major issue for all industrialized countries, in Europe and in America. This is also the case for Japan and Korea, two countries that have experienced an economic development based on the growth of manufacturing industries and that are particularly concerned by the rise of China in the international division of labor.

The aim of this seminar is to provide various tools of analysis (economic history, international economics, labor economics, industrial economics, innovation economics…) to study industrial dynamics in Japan and Korea, with a focus on public policies.

This year, at the occasion of the publication of a special issue of the Review of International Economics (151 (3)) that we have edited, three sessions will be dedicated to the international side of deindustrialization, in an attempt to connect the evolution of inequalities to industrial dynamics.

Anthropologie du Japon : terrains et textes

  • Mary Piconemaîtresse de conférences à l’EHESS ( CCJ-CRC )

Lundi de 13 h à 15 h (salle 1, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 14 novembre 2016 au 13 février 2017

L’anthropologie ou l’ethnologie du Japon a depuis peu presque disparu de l’enseignement centré sur l’archipel nippon à Paris. Cependant des nouvelles théories continuent à être formulées par les ethnologues japonais et des récits sur « l’identité japonaise » sont encore et toujours véhiculés par les média. Ces formulations prennent souvent la forme de questions telles que : comment porter remède à la crise du Bouddhisme qui vide les temples, ou au dépeuplement qui détruit la société paysanne et multiplie les solitudes urbaines ? Ou encore pourquoi le Tôhoku (la région qui comprend Fukushima) est-elle depuis longtemps une « colonie intérieure » ? Quelles sont les réponses des groupes concernés ?

Nous examinerons plusieurs crises actuelles de ce type à l’aide de matériaux ethnographiques et, dans la seconde partie du séminaire, nous commencerons une analyse de l’anthropologie du corps et de la maladie.

Atelier : Aspects de la traduction en anglais de textes ethnographiques-exemples classiques et contemporains

  • Mary Piconemaîtresse de conférences à l’EHESS ( CCJ-CRJ )

1er et 3e lundis du mois de 15 h à 17 h (salle 10, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 7 novembre 2016 au 6 février 2017

Cet atelier propose d’examiner plusieurs aspects théoriques et pratiques de la traduction en anglais de textes ethnographiques écrits dans d’autres langues – notamment mais pas exclusivement le français. Dernièrement on assiste en outre de plus en plus fréquemment à l’auto-traduction, c’est-à-dire à la rédaction d’un texte directement en anglais par des anthropologues non anglophones à l’origine. Nous examinerons d’abord quelques exemples « classiques » tels que des traductions anglaises de Lévi-Strauss ou à l’envers des versions françaises de Clifford Geertz. Ensuite selon les intérêts des participants nous considérerons des problèmes actuels avec quelques exemples fondés également sur des exercices pratiques. Atelier pour étudiants en M2 ou doctorants.

Cinéma et anthropologie visuelle : les lieux hantés dans les films fantastiques japonais

  • Mary Piconemaîtresse de conférences à l’EHESS ( CCJ-CRJ )

2e et 4e mardis du mois de 13 h à 17 h (salle 4, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 8 novembre 2016 au 14 février 2017

Ce séminaire propose un complément d’analyse de la culture japonaise à l’aide de films pour la plupart peu connus ou inédits en France. Ils contiennent tous des éléments fantastiques et rendent visibles des aspects de l’imaginaire et de la religiosité populaire du Japon. Les réalisateurs de ces œuvres (de 1970 à nos jours) réinterprètent leur époque s’inspirent entre autres de légendes urbaines ou réinventent les fantômes pré-modernes  en se tournant vers le théâtre Kabuki. Des bâtiments banals en béton, des coulisses de théâtre ou des hameaux isolés se révèlent dans ces films comme des lieux hantés, se situant souvent au delà des limites usuelles du temps ou de l’espace tridimensionnel. Dans cette géographie alternative le surgissement du surnaturel  déjoue les frontières entre tradition et modernité.

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Comptes-rendus de l’atelier et des journées d’études sur les Aïnous à l’INALCO – 20 et 21 mai 2016

I. Compte – rendu de l’atelier d’analyse de documents iconographiques sur les Aïnous, avec Junko Uchida et Noémi Godefroy.

Dans le cadre des deux journées d’études « À la rencontre des Aïnous, peuple autochtone du Japon » organisées par Noémi Godefroy à l’INALCO le 20 et 21 mai 2016, un atelier d’analyse de documents iconographiques fut organisé et animé par Junko Uchida le vendredi 20 mai, de 10h à 12h à la BULAC. Ces documents iconographiques sont actuellement conservés à la BULAC et sont principalement des représentations picturales japonaises du XIXème siècle, des illustrations de documents, ainsi que des photographies et cartes postales rapportées par le français André Leroi-Gourhan lors de son voyage au Japon de 1937 à 1939.

Le premier document est une peinture de Kimura Tomoe, marchand et peintre de Hakodate, dont la vie est peu connue. Il en existe dix exemplaires, dont le plus ancien date de 1863. La peinture représente une cérémonie Iyomante (rite de renvoi de l’ours) avec des Aïnous et deux guerriers japonais, représentants du Shogunat. Nous pouvons aussi observer des objets en laque, provenant de Honshū, la palissade sacrée où sont déposés les trésors tels que sabre, colliers, nourriture et Inau, constituant ainsi les cadeaux que la divinité-ours rapportera dans son monde.

Le second document est une peinture de Hayashi Shihei (1738 – 93), parue dans le Sangoku Tsūran Zusetsu (« Aperçu général des trois royaumes », publié en 1785) et représentant une femme aïnoue allaitant un ourson. C’est le premier et le seul document de ce type. Une cage avec une chouette est représentée en arrière-plan, l’un des volatiles (avec l’aigle marin) que les Aïnous élevaient afin d’en récolter les plumes, qui se vendaient très cher aux Japonais pour la fabrication de flèches.

Le troisième document analysé est une illustration de Matsuura Takeshiro, parue dans les Ezo Manga (1859) et décrivant les instruments de musique aïnous: le Wakakukutu, la guimbarde (mukkuri), le tambour, la flûte en bois de noyer et enfin le Tonkori, qui provenait de Sakhaline. La professeure Uchida donna quelques informations sur les matériaux de fabrication et leur utilisation. Ce type d’illustrations à portée ethnographique sur les instruments est rare pour cette période.

Enfin, les derniers documents présentés sont des photos prises par André Leroi-Gourhan et cartes postales rapportées. La première est un portrait d’une femme aïnoue tatouée, datant du XIXème siècle. Ces tatouages, aussi présents sur les bras, avaient pour but de protéger les femmes des mauvais esprits. Ils étaient effectués petit à petit, jusqu’au mariage, avec de l’écorce de bouleau brûlée et par incisions. Mais une méfiance est à porter envers ce type de document car souvent de faux tatouages étaient tracés pour les photos ou cartes postales vendues aux voyageurs occidentaux. C’est le cas selon professeure Uchida de la première photo et des cartes postales présentées à la suite. Ces tatouages furent interdits par le gouvernement japonais en 1871. Les photos prises par Leroi-Gourhan sont des portraits d’hommes avec des vêtements aïnous et une photo de la cérémonie Iyomante. D’autres cartes postales montrent une famille d’Aïnous, les jeunes en habits occidentaux et les aînés en vêtements traditionnels.

II. Compte-rendu des journées d’études « Regard sur les Aïnous » à l’INALCO – 20 et 21 mai 2016

Historienne et spécialiste des relations nippo-aïnoues à l’époque d’Edo, Noémi Godefroy (INALCO, CRJ) a organisé et animé deux journées d’études interdisciplinaires sur les Aïnous du Japon. Elles se déroulèrent le Vendredi 20 et Samedi 21 mai, à la BULAC et à l’INALCO et rassemblèrent une dizaine de chercheurs travaillant sur la linguistique, la littérature orale, l’histoire, la politique, la muséographie ou bien l’art. Tandis que la première journée était plutôt tournée vers le passé des Aïnous, la deuxième journée replaça ces derniers dans un contexte contemporain, avec pour objectif de « dépoussiérer » ce peuple longtemps considéré comme étant en voie de disparition. Une exposition de documents iconographiques « Regards sur les Aïnous du Japon » à la BULAC vient compléter ces deux journées.

La première journée débuta à 14 h, avec les interventions dans le panel « Langue et tradition orale » du linguiste Alexander Vovin (CRLAO, EHESS), le professeur honoraire François Maçé (CEJ, INALCO), historien du Japon, puis dans le second panel « Les rapports nippo-aïnous en perspective historique », les présentations de Noémi Godefroy et enfin de Junko Uchida, professeure d’ethnologie au musée national de l’histoire et du folklore du Japon.

À travers l’étude d’extraits du Man’yōshū et du Fudoki, Alexander Vovin en arrive à la conclusion que la langue aïnoue n’était pas limitée au Tōhoku avant le XIème siècle, mais était bien une langue vivante dans le Kantō et existait aussi dans le Kyūshū Nord-Ouest. Il conclut aussi que les langues « pré-japoniques » dans les îles Ryūkyū étaient probablement « aïnoïdes ». Puis, se penchant sur la littérature orale et les Ainu Yukar, François Maçé définit les caractéristiques des épopées aïnoues, en concluant que ce sont des récits hors du temps et qui ne donnent aucun ou très peu d’indices sur l’histoire et les modes de vie des Aïnous.

Bien que les Aïnous étaient des chasseurs-cueilleurs-pêcheurs, ils dépendaient aussi du commerce avec les Japonais, avec qui ils commerçaient depuis le XVIème siècle. En présentant les réseaux commerciaux aïnous aux XVIIème et XVIIIème siècles, Noémi Godefroy montre que d’un côté, les chefs aïnous obtenaient, en échange de plumes d’aigle ou fourrures de loutre de mer, des « biens charismatiques » afin de mieux asseoir leur pouvoir parmi leur communauté mais que d’un autre côté, ces échanges leur permettaient d’acquérir des denrées alimentaires comme le riz, qui leur est vite devenu indispensable après la raréfaction de certaines espèces sur l’île.

Enfin, la professeure Uchida vient clore la journée en dévoilant l’intention politique derrière les douze portraits de chefs barbares aïnous datant de 1790, retrouvés au Musée des Beaux-Arts de Besançon, et ce qu’ils nous apprennent de l’histoire des Aïnous, de la peinture japonaise, des échanges commerciaux mais aussi des politiques étrangères de cette période.

La deuxième journée s’ouvre en poésie à 10 h, avec la présentation de Gérald Peloux (CRCAO) qui se demande alors « Qu’est-ce qu’être aïnou au XXème siècle ? » en prenant comme illustration l’œuvre engagée de l’Aïnou Iboshi Hokuto dans les années 1920, qui aurait répondu simplement qu’il « faut être aïnou ». Toujours en littérature, l’anthropologue Philippe Dallais (Université de Zurich) présente le parcours et l’œuvre ethnographique du controversé Georges Montandon et propose ainsi un aperçu historique des principaux travaux ethnographiques menés à la fin de l’ère Meiji par les Occidentaux sur les Aïnous.

Toujours dans le panel « La confrontation des discours », Alice Berthon, doctorante (CEJ, INALCO), nous présente l’exposition sur les Aïnous du Musée « Minpaku » (Musée National d’Ethnologie, Osaka) qui existe depuis 1979 et dont l’objectif premier était de montrer que la culture aïnoue n’était pas « éteinte » mais qui se trouve aujourd’hui face au défi du multiculturel au Japon. À la suite, Chikako Majima (EHESS) dévoile la vie et les actions du célèbre homme politique Kayano Shigeru (1926 – 2006), le premier député aïnou.

Les trois dernières interventions nous emmènent directement au XXIème siècle, avec en premier lieu Kuniko Braghini qui partage, à travers une interview, le témoignage poignant de deux soeurs d’origine aïnoue qui ont souffert de la discrimination durant leur enfance et qui luttent aujourd’hui pour la sauvegarde de leurs traditions comme les danses, les chants et la langue. Kaori Tahara, chercheurse aïnoue, nous montre l’ambivalence du gouvernement et du peuple japonais envers les Aïnous, avec d’un côté une reconnaissance et création de lois pour améliorer leurs conditions sociales et économiques, mais de l’autre, la discrimination, toujours présente, et les discours de haine.

Cette seconde journée d’études se termine enfin sur des extraits d’un documentaire (2012) de Damien Cros portant sur le village touristique Akan (Hokkaidō), ses différents habitants, principalement artisans et le fameux festival de l’algue Marimo.

Ces journées avaient comme volonté de montrer l’histoire mais aussi le présent des Aïnous à travers des études de différentes disciplines et nous permettent par conséquent d’ouvrir la voie aux futures études en se demandant « qu’est-ce qu’être aïnou au XXIème siècle ? ».

 

 

 

Romane Batut

Étudiante en Master 1 Ethnologie et Anthropologie sociale à l'EHESS, mon projet de recherche porte sur les dynamiques culturelles et identitaires des Aïnous du Japon.

More Posts

Congrès annuel de l’EAJRS à Bucarest : 14-17 septembre 2016

eajrs logo full

Le congrès annuel de l’EAJRS (European Association of Japanese Resource Specialists 日本資料専門家欧州協会) se tiendra à l’Université de Bucarest du 14 au 17 septembre 2016.
Le programme est en ligne à l’adresse suivante : http://eajrs.net/

L’appel à contribution est fermé. Vous pouvez vous inscrire pour participer à la conférence.

 

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Appel de bourses : Programmes JSPS 2017-2018

La JSPS (日本学術振興会 Japan Society for the Promotion of Science) offre de nombreuses bourses pour des séjours de recherche au Japon chaque année.
Veuillez trouver ci-dessous les liens pour une information détaillée sur 2 offres de bourses de recherche :

– JSPS Fellowship Programs for Overseas Researchers (http://www.jsps.go.jp/english/e-inv/index.html)

– JSPS Postdoctoral Fellowship for Foreign Researchers (http://www.jsps.go.jp/english/e-fellow/index.html)

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Nouvelle parution : « Le christianisme à l’épreuve du Japon médiéval »

le-christianisme-a-l-epreuve-du-japon-medieval-ou-les-vicissitudes-de-la-premiere-mondialisation-1549-1569

Nouvelle parution : Le christianisme à l’épreuve du Japon médiéval ou les vicissitudes de la première mondialisation, 1549-1569 de Nathalie Kouamé, préface de Claude Prudhomme.

Dès l’arrivée au Japon du jésuite navarrais François Xavier (1549), le premier missionnaire chrétien à avoir foulé le sol nippon, le dialogue engagé entre les membres de la Compagnie de Jésus et les Japonais révéla surtout la distance culturelle qui séparait alors l’Orient de l’Occident : assurément, les peuples de ces deux extrémités de la terreavaient des conceptions différentes des origines du monde, des êtres divins et de la vie dans l’au-delà. Dépourvus de toute force militaire, et ne pouvant avoir recours qu’à la « suave pression de la volonté » promue à l’époque par Bartolomé de Las Casas, les premiers évangélisateurs du pays du Soleil levant durent multiplier leurs efforts pour faire la « conquête spirituelle » d’une nation libre et soucieuse de préserver ses traditions.

Cet essai propose une lecture inédite des vingt premières années du « siècle chrétien » de l’histoire du Japon. En se fondant sur des sources européennes et japonaises de première main, l’ouvrage propose une analyse approfondie de l’installation dans l’archipel des missionnaires chrétiens, du contenu de leurs conversations et débats avec les Japonais, et des réactions de ces derniers à l’égard de la nouvelle religion étrangère. Ce faisant, le livre offre un exemple significatif des difficultés du processus de mondialisation qui s’est enclenché à partir des XVe et XVIe siècles sous la férule des conquistadors, des marchands et des missionnaires.

Editions Karthala
Collection Hommes et sociétés
9 mai 2016
216 p., 19 euros
ISBN: 978-2-811-11455-8

Site de l’éditeur

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Nouvelle parution : Moderne sans être occidental. Aux origines du Japon aujourd’hui

Vient de paraître : Moderne sans être occidental. Aux origines du Japon aujourd’hui de Pierre-François Souyri, Professeur à l’Université de Genève .

On a longtemps confondu la modernité avec la forme prise par le développement historique des sociétés occidentales. Selon Pierre-François Souyri, l’histoire récente montre au contraire que la modernité telle que nous la concevions n’était que l’aspect particulier d’un phénomène mondial.
Au Japon, elle a émergé au moins autant de la pensée japonaise et chinoise que de concepts venus d’Occident : dans les années 1880, la lutte pour la liberté et les droits du peuple et pour un régime constitutionnel s’abreuve des classiques chinois plus que des idées rousseauistes ; celle contre la destruction de la nature par le système industriel puise ses inspirations dans une cosmologie de l’harmonie entre l’homme et l’univers ; le féminisme, qui apparaît dès les années 1910, trouve certaines de ses référence dans le shintô ; et le premier socialisme se nourrit d’une vision du monde largement confucéenne.
Par ses remplois d’idéologies du passé, la modernisation japonaise oblige à relativiser le statut exemplaire de l’expérience occidentale. Cette modernisation a de fait fonctionné autant comme le rejet du modèle occidental que comme son adoption. Pourtant, son rythme et les questionnements qu’elle suscite ont été identiques à ceux de l’Occident. Pierre-François Souyri peut dès lors poser ce souriant paradoxe : une grammaire commune de la modernité peut-elle puiser à des sources différentes?

Gallimard
Collection :  Bibliothèque des Histoires
Parution : 11-05-2016
496 p., 25 euros
ISBN : 9782070125692

Site de l’éditeur

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website