Revue électronique : « Géographie historique du Japon d’Edo et ses héritages »

Phare d’Imazu (Cliché N. Baumert, 2011)

Vient de paraître : le n° 9 de la Revue de Géographie Historique consacrée à la thématique « Géographie historique du Japon d’Edo et ses héritages » (dirigé par Nicolas Baumert).

Dans ce numéro, un article de Noémi Godefroy (Inalco-CEJ, jeune chercheuse associée du Centre Japon) : Le Japon d’Edo « découvre » la Russie, savoirs connectés et conscience géographique (1771-1799)

Pendant plus de deux siècles, de 1633 à 1853 lors de la période dite d’Edo (1603-1868), le Japon s’est fermé au monde extérieur, retiré d’une histoire globale qui se mettait en place sous l’impulsion des Etats européens. Ce numéro permet d’en comprendre les principales dynamiques dans l’espace et le temps ainsi que certains héritages.

Revue de Géographie Historique n° 9
RGH
Novembre 2016

ISSN électronique : 2264-2617

ARTICLES

Article 1    Editorial Nicolas Baumert

Article 2    Le Japon d’Edo « découvre » la Russie, savoirs connectés et conscience géographique (1771-1799) Noémi Godefroy

Article 3    La naissance des cultures d’entreprises au Japon. Ethique et commerce à l’époque d’Edo Frédéric Burguière

Article 4    L’uniformisation des productions agricoles à l’époque d’Edo : des savoirs géographiques biaisés à l’origine de crises Nicolas Baumert / Yuki Hata / Nobuhiro Ito

Article 5    Buddhist Temple Death Register in Innoshima Island, West Japan: A case study for a better understanding of the late Edo Period demographic evolution Tsunetoshi Mizoguchi

Article 6    Le passage vers l’Enfer : Les lieux de l’exécution publique de la peine de mort à Nagoya à l’époque d’Edo Maki Fukuda

Article 7    Préserver les savoir-faire et inventer la modernité au Japon : les entreprises dites shinise. L’exemple des maisons de douceurs japonaises (wagashi) Sylvie Guichard-Anguis

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Les échanges culturels entre la France et le Japon dans le domaine de l’enseignement du dessin – L’exemple de Félix Régamey

Kumiko HAYASHI, post-doctrante de Nichibunken, jeune chercheuse accueille par le Centre Japon jusqu’à fin mars 2017 dans le cadre du programme « JSPS Research Fellowships for Young Researchers », interviendra dans le colloque de la SFEJ le 17 décembre 2016.

Félix Régamey (1844-1907), avec Émile Guimet, est allé au Japon en 1876 pour la première fois. Il est connu comme l’illustrateur des Promenades japonaises, d’Émile Guimet (1878 et 1880). Il a été un acteur et un témoin privilégié de l’ouverture au monde du Japon dans le domaine artistique. Cependant il n’y a pas beaucoup de recherches sur sa seconde visite au Japon (1899). Il a laissé des mémoires de cette visite qui permettent de connaître ses opinions, surtout sur les beaux-arts japonais et ses relations avec les artistes japonais. Félix Régamey qui a alors visité le Japon comme inspecteur du dessin, a aussi rédigé, pour le ministère de l’Instruction publique et des Beaux-arts français, un rapport sur l’enseignement du dessin au Japon, Le dessin et son enseignement dans les écoles de Tokio. Dans ce rapport et dans divers documents trouvés au cours de nos recherches, ressortent les difficultés rencontrées par les japonais, malgré leur facilité à manier le pinceau, face aux techniques occidentales de peinture nouvellement introduites. Ces documents permettent de connaître la réalité de l’enseignement du dessin et de la peinture au Japon durant l’ère Meiji, époque au cours de laquelle les directives de l’enseignement n’étaient pas encore établies. Ils permettent aussi de constater que c’était la même situation en France, ce qui explique la volonté d’obtenir des renseignements à ce sujet sur le Japon, comme dans d’autres pays où la France a envoyé des inspecteurs du dessin pour trouver des informations sur les méthodes d’enseignement du dessin. À travers les mémoires que Félix Régamey a laissés, on essayera de déterminer le rôle et l’influence exercés par le Japon et la France, l’un à l’égard de l’autre.

Du 15 au 17 décembre 2016
Université Jean Moulin – LYON 3

Sur le site du colloque de la SFEJ :     https://sfejcolloque2016.wordpress.com/2016/09/22/session-19-1-hayashi-kumiko/

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

12e colloque de la SFEJ : « Autour de l’image : arts graphiques et culture visuelle au Japon »

affiche-image

Le 12ème colloque de la SFEJ : « Autour de l’image : arts graphiques et culture visuelle au Japon » organisé à l’Université Jean Moulin – LYON 3 aura lieu les jeudi 15, vendredi 16 et samedi 17 décembre 2016.

Guillaume Carré, Noémi Godfroy, membres du Centre Japon, et Kumiko Hayashi, JSPS research fellow au Centre Japon, participeront à ce colloque.

Cette année, le colloque de la SFEJ, rendez-vous incontournable de la japonologie francophone, est organisé pour la première fois à Lyon, ville connue pour sa gastronomie, mais aussi pour sa capacité à concilier avec dynamisme les arts et l’industrie. À la pointe des innovations techniques et culturelles, elle a notamment vu naître le cinéma sous l’impulsion des frères Lumière dans les années 1890. Ses liens avec le Japon sont nombreux et variés. Elle a, entre autres, développé depuis le xixe siècle une relation singulière avec la ville de Yokohama (avec laquelle elle est toujours jumelée), à travers le commerce de la soie, et abrité les rêves de l’homme d’affaires collectionneur hors-norme qu’était Émile Guimet. Aujourd’hui encore, elle accueille de nombreux ressortissants japonais et constitue un noyau dynamique pour les études japonaises. Enfin, le département d’études japonaises de l’Université Jean Moulin-Lyon III, établi depuis 1981, a permis au japonais de se hisser à la deuxième place après l’anglais au sein de la Faculté des langues. Lire la suite

Vous trouverez toutes les informations pratiques ainsi que le programme du colloque sur le site : https://sfejcolloque2016.wordpress.com

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Confucianism and Sinosphere as Non-Chinese: a Globalized History of Early Modern and Modern Confucianism

Kiri PARAMORE (Université de Leiden) donnera une conférence dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon le 1er décembre 2016.

Kiri PARAMORE est l’auteur de l’ouvrage Japanese Confucianism: A Cultural History (Cambridge University Press, 2016).

Comprised of two parts, one on early modern history, and one on modern history, this talk attempts to problematize the traditional association of both Confucianism and broader ideas of a Sinosphere with Chinese culture and identity.
The first part of the talk argues that by the early modern period (at least by 1650) Confucianism operated across East Asia, both in configurations of culture and identity, and through institutional frameworks like diplomacy, in ways where it was clearly differentiated as a universalist paradigm against ethnic and cultural conceptions related to states. This was the case in Vietnam, Japan, Korea, but also in China. This differentiation relied upon shared understandings for how universalist paradigms could interact with a diversity of ethnic, cultural and national identities in different states, and an inherent acceptance of that diversity. The second part of the talk argues that in the modern period (particularly after the 1880s), in a global political context much less open to diversity, ownership of a more narrowly defined Confucianism was rather fought out between the different nation states, with Japan in particular powerfully employing Confucianism as a key plank in its pan-Asian ideology of imperialism in East and Southeast Asia. This kind of nationalist employment was later replicated in ROC Taiwan, South Vietnam and other states. In both the early modern and modern examples discussed, Japanese states, thinkers, and examples provide a particularly clear insight into complex ways that ideas of Sinosphere and Confucianism were disengaged from simple concepts of China during both these periods.

Jeudi 1er décembre 2016 de 11h00 à 13h00
EHESS, Salle 7, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Nouvelle publication : « Histoire des techniques : mondes, sociétés, cultures (XVIe-XVIIIe siècle) »

carnino_histoire-techniques.indd

Vient de paraître :  Histoire des techniques : mondes, sociétés, cultures (XVIe-XVIIIe siècle), sous la direction de Guillaume Carnino, Liliane Hilaire-Pérez, Aleksandra Kobiljski.

Cet ouvrage propose une histoire comparée des techniques, à l’échelle du monde. L’attention à la pensée du geste, aux rythmes différenciés et à l’infinie variété des cultures techniques constitue actuellement un trait commun aux études menées à travers le monde. Le résultat est une compréhension fine de ces formes matérielles, élaborées dans des univers traversés de multiples alliances et de rapports de forces inédits.

Cet ouvrage est co-dirigé par Aleksandra Kobiljski, chargée de recherches au CNRS, membre associée du Centre Japon.

Arthur Mitteau, jeune chercheur associé du Centre Japon, a collaboré à l’iconographie de la couverture, qui provient du rouleau  Sado kôzan kyûshiki kôgyô-zu (Description des opérations métallurgiques dans l’ancienne façon de la mine de Sado), peint en 1885-1895 par Oka Tôen. Il représente le processus de concassage du minerai d’argent avec des meules et un système hydraulique. Cette rouleau est une copie de l’original peint entre 1732 et 1736 par Yamô Kakuen, de l’école de peinture Kanô, pour le compte du magistrat Sado, qui a utilisé ce rouleau pour lancer la réforme de la gestion des mines.

nclio-couv-choix-3

Le rouleau est intégralement numérisé et disponible sur le site web de l’Ecole des Mines de Paris :
https://patrimoine.mines paristech.fr/document/Rouleau_Mines_Sado

 Résumé

L’histoire des techniques entre 1500 et 1800 est présentée tout d’abord de façon géographique, par grandes zones géographiques (Europe, Afrique, Moyen-Orient, Asie, Amériques, Océanie, etc.), puis de façon thématique, afin d’insister sur les principales orientations de la recherche actuelle : sont ainsi détaillés les liens entre les techniques et le pouvoir politique, l’agriculture, la religion, le genre, le corps, l’environnement, etc. L’objectif est de fournir un état de l’art tout en précisant les directions empruntées par la recherche en histoire moderne des techniques dans une perspective ouverte à l’échelle du monde, résolument comparatiste et soucieuse de regards croisés, y compris à l’échelle diachronique.

4e de couverture

Cette histoire comparée des techniques, à l’échelle du monde, privilégie la période moderne pour penser les techniques hors des fresques européano- centrées du progrès tout en posant la question des trajectoires. À rebours d’une histoire des techniques longtemps réduite à un catalogue d’inventeurs géniaux ou de visions tronquées d’un passé prétendument fait d’ignorance et de routine, les recherches récentes, présentées ici géographiquement et thématiquement, montrent que la production matérielle a emprunté des voies dynamiques et complexes, et que les savoirs des praticiens, loin d’être aveugles, étaient nécessairement réfléchis.

Cet ouvrage fait le point sur ces recherches qui, dans de multiples régions, permettent de penser un monde technique pluriel, irréductible à toute téléologie et dont l’histoire est à poursuivre.

Guillaume Carnino est maître de conférences en histoire des sciences et techniques à l’Université de technologie de Compiègne.

Liliane Hilaire-Pérez est professeur d’histoire moderne à l’université Paris 7 et directrice d’études à l’EHESS.

Aleksandra Kobiljski est chargée de recherche en histoire des mondes modernes et contemporains au CNRS.

PUF
Collection Nouvelle Clio
2016. 608 p.
ISBN: 978-2-13-078656-6

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Appel à contributions pour le n° 55 de « Ebisu, Études japonaises »

revueebisu_appel_ville

Appel à contributions pour le n° 55 de « Ebisu – Études japonaises« , à paraître en 2018, dont le dossier thématique sera consacré à « La fabrique des villes japonaises contemporaines ».

Ebisu est une revue à comité de lecture, fondée à la Maison franco-japonaise en 1993, classée par l’AERES et soutenue par le CNRS (INSHS).

  • Date de déclaration d’intention (titre provisoire et résumé de 800 signes) : 15 janvier 2017
  • Date limite d’envoi des propositions d’article : 1er juin 2017

Dossier thématique : La fabrique des villes japonaises contemporaines

Pendant la longue période d’adaptation qui a suivi l’éclatement de la bulle foncière, l’espace urbain au Japon s’est fortement recomposé. De nouvelles dynamiques ont vu le jour, comme le retour des populations dans les centres-villes ou la croissance contradictoire des périphéries, et de nouveaux acteurs urbains sont apparus. Avec la poussée en hauteur, la forme de la ville s’est modifiée, initiant une refonte paysagère, alors que la généralisation de l’habitat collectif a produit des modes de vie inédits au Japon. L’hyperconcentration démographique et économique vers Tokyo a fini de défaire les hiérarchies urbaines héritées du xxe siècle, creusant toujours plus l’écart entre le reste de l’Archipel et la capitale, lui permettant de maintenir son rang de plus grande ville du monde.

Dans le même temps, des facteurs exogènes ont bousculé les logiques locales, en premier lieu l’émergence des métropoles asiatiques, qui rivalisent désormais avec les villes japonaises en termes d’image et d’attractivité économique. Parallèlement, la globalisation tend à uniformiser l’espace urbain du Japon selon les canevas de la ville mondialisée. Cela a pour effet de réduire, un peu, leurs particularités, mais rend aussi les villes japonaises plus accessibles et lisibles : elles ne sont plus le repoussoir qu’elles ont pu être jusqu’aux années 2000.

Les fondamentaux des villes japonaises (gestion privée, micro-parcellaire, prédominance du train et de l’étalement périurbain, etc.), qui se sont maintenus jusqu’à aujourd’hui, sont contestés par ces mutations récentes. L’ambition de ce numéro d’Ebisu est de porter un regard renouvelé sur ce qui fait ville, sur qui fait la ville et comment se façonne l’espace urbain dans le Japon du xxie siècle. Il s’agit aussi d’intégrer d’autres approches : les urbanistes (architectes, géographes et sociologues) se retrouveront naturellement dans cet appel, mais une ouverture pluridisciplinaire est nécessaire pour traiter de cet objet aujourd’hui universel. Ainsi, en complément de contributions traitant des acteurs de l’urbain, des modes de vie, des formes et de la maîtrise de la ville, nous souhaiterions voir questionner, par exemple, la poétique des villes japonaises du xxie siècle, l’esthétique qu’elles génèrent au cinéma ou dans les jeux-vidéos, ou encore la manière dont la littérature s’empare de la ville japonaise contemporaine.

Appel à contributions (pdf)

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website