Deux conférences de YOKOTA Fuyuhiko à l’Université Paris Diderot

yokota fuyuhiko

YOKOTA Fuyuhiko, Professeur à l’Université de Kyoto, chercheur invité de l’Université Paris Diderot et du CRCAO, donnera deux conférences durant son séjour en France.

日本近世村落社会における読書文化の成立
(Apparition de la lecture comme pratique culturelle
dans la société rurale du Japon prémoderne)

Vendredi 30 septembre 2016, 10h-12h
Salle 481C (Grands Moulins) Aile Cepoque

*en japonais, sans traduction

歴史と国家—日本近世の百科事典「節用集」をめぐって
(Histoire et Nation : le Setsuyôshû,
encyclopédie japonaise de l’époque prémoderne)

Mercredi 5 octobre 2016, 18h-20h
Salle 471E (Halle aux Farines)

*en japonais, avec traduction

Télécharger l’Affiche
Entrée libre dans la limite des places disponibles

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Changing care diamonds in Europe and Asia: Asianization of Europe and Europeanization of Asia?

ochiai200909

Conférence finale de la Chaire internationale de recherche Blaise Pascal de la région Île-de-France au Centre d’études avancées franco-japonais de Paris (CEAFJP), occupée par Emiko OCHIAI (Université de Kyoto).

Programme

les 22 et 23 septembre 2016
EHESS, 190 avenue de France, Paris 13ème (salle 638-640)

Conférence ouverte à tous
Inscription fortement recommandée via e-mail : ffj@ehess.fr

 

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Nouvelle parution : L’Âge d’or de la robotique japonaise

L'Âge d'or de la robotique japonaise

Vient de paraître : L’Âge d’or de la robotique japonaise de Zaven Paré dans la Collection Japon des Belles-Lettres.

Les Japonais ne cessent de donner forme et vie à des croyances et à des récits qui leur sont propres. Les poupées, les automates puis les robots se sont tour à tour inscrits dans cette longue filiation d’histoires proprement japonaises, mais ces derniers semblent aujourd’hui également destinés à participer à la construction d’un nouveau grand récit.
La paradoxale cohabitation de la nature et des « traditions » avec une automatisation présente partout tient sans doute aussi dans la réelle filiation qui, dans l’archipel, existe entre le vivant et l’artificiel ou dans l’absence de contradiction que l’on y rencontre entre « conservation » et « progrès ».
Dans cet ouvrage, l’auteur décrit et questionne la manière dont, au cours des premières années du XXIe siècle, un surprenant mouvement de curiosité étayé par des progrès techniques et technologiques importants a permis d’accélérer le développement et la fabrication de robots souvent surprenants, parfois inquiétants, mais, pour la plupart, surtout vecteurs d’enchantement.
Cette décennie, véritable âge d’or de la robotique au Japon, a vu l’autonomie des robots être réellement envisagée sur le plan technique et les recherches et les expérimentations sortir des laboratoires de robotique pour gagner tous les champs disciplinaires, des diverses branches de l’ingénierie à la fabrication des objets du quotidien, en même temps que les robots devenaient partout visibles, dans les médias comme dans la réflexion philosophique ou encore dans les arts, comme par exemple au théâtre.

Les Belles Lettres
Collection Japon
22 août 2016
376 p., 27 euros
ISBN : 978-2-251-72228-3

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Colloque international sur les études japonaises d’aujourd’hui

Colloque international intitulé 「日本研究の現在(いま)」aura lieu à l’Université de Gakushûin joshi (Tokyo, Japon) les 1 et 2 octobre 2016.

Programme

10月1日(土) 第I部「“日本史研究”のコンテクスト

13:00~15:10 趣旨説明 岩淵令治 学習院女子大学教授
・報告1「欧米における日本近世史研究―近世日朝関係史との出会い―」
ロナルド・トビ イリノイ大学名誉教授
・報告2「フランスにおける日本研究の150年の歩みとその現状―日本史を中心に―」
ギョーム・カレ フランス国立社会科学高等研究院准教授
15:30~17:00
・報告3「韓国における日本史研究―地域史的観点からの接近―」
朴 花珍 釜慶大学教授
・コメント1 世川祐多 パリ第7大学大学院博士課程
・コメント2 米谷均 学習院女子大学非常勤講師
17:15~18:00 総合討論 司会: 岩淵令治 学習院女子大学教授

10月2日(日) 第II部「世界文学としての日本文学」

10:30~11:40 趣旨説明 伊藤守幸 学習院女子大学教授
・講演「世界に開かれた日本文学: 宣教師と名文家」
郭 南燕 国際日本文化研究センター准教授
13:10~15:40
・シンポジウム「世界文学における更級日記: 新訳の国際的評価をめぐって」
13:10~14:20
・報告1「新訳に対する批評的意見: 刊行後2年間の書評を中心に」
ソーニャ・アンツェン トロント大学名誉教授
・報告2「WHAT’S IN A TITLE?: 題とは何か」
リチャード・バウリング ケンブリッジ大学名誉教授
14:40~15:40
・報告3「世界文学と日本: 更級日記の位置と英訳」
クリスティーナ・ラフィン ブリティッシュ・コロンビア大学准教授
・総合討論 司会: 福家俊幸 早稲田大学教授

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Appel à contribution pour le colloque de Cerisy « La mésologie, un autre paradigme pour l’anthropocène? »

logoccic
CCIC – Centre Culturel International de Cerisy

Appel à contribution pour le colloque de Cerisy « La mésologie, un autre paradigme pour l’anthropocène? » qui aura lieu du 30 août au 6 septembre 2017 à Cerisy-la-Salle.

Date limite d’envoi des propositions de communication : le 10 septembre 2016

L’anthroprocène met en cause le paradigme qui a guidé la modernité. C’est l’occasion d’en définir un autre. L’objet de ce colloque n’est pas de revenir sur l’anthropocène ; c’est de proposer, avec la mésologie, la définition d’un autre paradigme que celui de la modernité. La mésologie se caractérise d’abord par une rupture radicale avec le dualisme mécaniciste. Pour la mésologie en effet, l’être humain n’est pas seul à être un sujet ; tous les vivants le sont à des degrés divers. L’environnement n’est donc pas une mécanique objectale, c’est l’interrelation complexe des mondes propres à tous ces sujets, pour chacun desquels la réalité n’est jamais un donné universel, mais un milieu singulier, lequel ne cesse de se construire corrélativement à ces sujets eux-mêmes. Le colloque sondera les perspectives ouvertes par ce paradigme, de la philosophie des sciences à l’aménagement humain de la Terre…

Ce colloque se tiendra avec le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication, du CNRS, des équipes de recherche EVS UMR 5600, Lyon et AMP UMR LAVUE 7218 CNRS/MCC de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris la Villette.

Le comité scientifique sera composé des membres du Comité mésologique et des personnalités suivantes :

Augustin Berque, géographe, directeur d’études retraité de l’EHESS
Michel Bitbol, philosophe, directeur de recherche au CNRS, Archives Husserl, École Normale Supérieure d’Ulm
Jean-François Coulais, géographe, maître-assistant à l’ENSA de Versailles
Didier Debaise, philosophe, chercheur qualifié FNRS, Université libre de Bruxelles
Rom Harré, philosophe, professeur de l’Université Georgetown
Catherine Larrère, philosophe, professeure émérite de l’Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne
Isabelle Lefort, géographe, professeure à l’Université Lyon 2, membre du laboratoire EVS – UMR 5600
Dominique Lestel, philosophe, éthologue, maître de conférence à l’Ecole Normale Supérieure d’Ulm, Archives Husserl
Philippe Madec, architecte, professeur à l’ENSA de Bretagne
Philippe Pelletier, géographe, professeur à l’Université Lyon 2, membre du laboratoire EVS – UMR 5600
Jean-Jacques Terrin, architecte, professeur émérite de l’ENSA de Versailles
Jean-Paul Thibaud, sociologue, directeur de recherche CNRS
Benoît Timmermans, philosophe, maître de recherches FNRS, Université libre de Bruxelles

L’argument et les modalités pratiques de soumissions

 

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Journée d’étude franco-japonaise « Degrés et champs de la subjectivité »

Journée d’étude franco-japonaise organisée par Frédéric Joulian (Maître de conférences à l’EHESS, Centre Norbert Elias) et Uehara Mayuko (Maître de conférences à l’Université de Kyôto).

1er septembre 2016
Amphithéâtre du 105 bd Raspail, 75006 Paris

Programme

9 : 30   Ouverture Augustin Berque (EHESS)

Explication Uehara Mayuko (Université de Kyôto)

9 : 45-10 :15 Augustin Berque  « La subjectité du vivant » Télécharger le texte

10 : 15-10 : 45  Florence Burgat (INRA/Archives Husserl UMR 8547 ENS-CNRS) « Subjectivité, conscience, expérience vécue »

10 : 45-11 : 15  Yoann Moreau (Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain) « Qu’est-ce que la subjectivité, concrètement ? »

11 : 15-11 : 45    Discussion

11 : 45-1 3 :15 Déjeuner

13 : 15-13 : 45 Kôno Tetsuya (Université Rikkyô, Tokyo) « Le kata, le sens, et la situation »

13 : 45-14 :15  Uehara Mayuko « L’objectivité intersubjective dans « L’anthropologie » de Kuki Shûzô »

14 : 15-14 :45    Simon Ebersolt (Université Paris I) « L’intersubjectivité dans le

phénomène de l’iki »

14 : 45-15 : 15    Discussion

15 : 15-15 : 30  Pause café

15 : 30-16 : 00 Romaric Jannel (École Pratique des Hautes Études)

« Repenser le couple objectif – subjectif via la philosophie de Yamauchi Tokuryū »

16 : 00-16 : 30 Frédéric Joulian (EHESS)

16 : 30-17 : 00  Discussion

17 : 00         Clôture  Frédéric Joulian

Résumés

Augustin Berque

« La subjectité du vivant / /Seibutsu no shutaisei/ 生物の主体性 »

On distinguera d’abord ici la subjectité de la subjectivité. La subjectité (/shutaisei /主体性, /subjecthood/ ou /selfhood/) est proprioceptive: c’est avoir une certaine conscience de soi, donc être un sujet, pas un objet. La subjectivité (/shukansei/ 主観性, /subjectiveness/) est un attribut de la subjectité : c’est voir les choses de son propre point de vue. Le mécanicisme moderne dénie la qualité de sujet aux vivants non-humains, voire à l’humain lui-même. Au contraire, la mésologie (/kansekaigaku /環世界学, /fûdogaku/ 風土学) pose que tout être vivant est un sujet, qui de ce fait a son propre monde. On creuse ici la question des degrés de cette subjectité, du vivant le plus primitif au « moi je » du sujet moderne.

Florence Burgat

« Subjectivité, conscience, expérience vécue »

On a pu parler de « subjectivité sans sujet » (Raymond Ruyer*), attribuer la qualité de sujet à la cellule (le « sujet biologique », Edgar Morin), voir dans le métabolisme les prémisses de la liberté (Hans Jonas), entendre le sujet comme l’individu qui perçoit et agit (Jakob von Uexküll).

Ces acceptions de la subjectivité sont chaque fois fondées sur des critères, mis au jour et évalués par les auteurs, qui s’émancipent pour certains d’entre eux totalement de toute forme de conscience, que nous pouvons comprendre en première approche comme le fait pour un individu d’être présent à ses expériences, d’avoir des expériences vécues en première personne.

Nous nous proposons, premièrement, de présenter rapidement l’éventail de ces acceptions larges de la subjectivité pour, deuxièmement, nous demander si des critères très minimaux, qui font gagner en extension, ne font pas perdre en compréhension. Ainsi développerons-nous une approche phénoménologique de la subjectivité, celle d’une vie de conscience comme expérience vécue, qui est loin de se limiter à celle des sujets humains.

(*Analysant le livre de Raymond Ruyer, La conscience et le corps (Paris, Félix Alcan, 1937), Renaud Barbaras écrit : « La subjectivité du champ de conscience est une subjectivité sans sujet » : Introduction à la phénoménologie de la vie, op. cit., p. 161)

Yoann Moreau

« Qu’est-ce que la subjectivité, concrètement ? »

La notion de subjectité introduit une question de degré, et non de nature, entre les différentes formes d’expression et d’incarnation de la vie. Certes la subjectivité s’en distingue par la capacité d’extérioriser (au moyen de gestes) et d’intérioriser (au moyen de langues) des attributs symboliques qu’elle conjoint au « donné environnemental brut » (l’Umgebung de Von Uxküll). Mais cette distinction de principe ne tient que sur des notions – des gestes et des langues – qui peuvent également être envisagées en termes de degrés par rapport aux notions dont elles sont censées « émerger » : le mouvement et le langage.

Dans le cadre de cette rencontre du 1er septembre, je souhaiterais aborder cette question des degrés et des champs de la subjectivité en m’appuyant sur une hypothèse : toute existence est agit par un « moment structurel » (kôzô keiki). Selon Watsuji Tetsuro, celui de l’existence humaine organise la relation entre individus et environnement sous la forme d’un milieu (fûdo).

J’axerai mon développement sur une série d’opérateurs (les notions de crise, signification, homéostasie, couplage, cardinalité, contrerolle, extériorisation, dialogique, médiance, médiation) décrits par leurs auteurs (Thom, Von Uexküll, Canguilhem, Hegel, Husserl, Montaigne, Leroi-Gourhan, Morin, Berque, Descola) comme jouant une fonction homologue à celle de « moment structurel ». Partant de ces opérateurs, et de ce qu’ils me semblent décrire de commun (un « moment structurel »), j’aborderai la question des degrés de subjectivité depuis le champ de la matière jusqu’à celui du champ symbolique.

Au terme de cette trajectoire éminemment pluridisciplinaire, je souhaite défendre une approche de la subjectivité reliant des niveaux usuellement distincts sur les plans organisationnel (la matière, les animaux, les sociétés humaines) et temporel (l’homéostasie, l’évolution). La subjectivité sera alors entendue, c’est en tout cas la proposition que je défendrai, en tant que capacité à maintenir ensemble des niveaux de réalité et des temporalités hétérogènes, bref, en tant qu’aptitude à produire-introduire du concret.

Tetsuya Kono

« Le kata, le sens, et la situation « 

Le concept du kata (型, forme, style) assume un rôle essential dans le practice et l’exercice des arts performatifs du Japon tel que la cérémonie du thé, le judo, le kendo, le kyudo, etc. L’éducation du kata était aussi considéré comme très important pour la formation du caractère au Japon. En interprétant Ryoen Minamoto (源了円『型』 le kata), Merleau-Ponty (le concept du « style »), et Kiyoshi Miki (三木清『構想力の論理』Le logique de l’imagination), je voudrais considérer la relation entre le kata, le sens, et la situation pour l’agent de practice.

Uehara Mayuko

« L’objectivité intersubjective dans « L’anthropologie » de Kuki Shûzô »

Dans « Qu’est-ce que l’anthropologie ? » (1938), le philosophe japonais Kuki Shûzô (1888-1941) définit l’anthropologie comme l’éclaircissement de l’essence de l’être humain. Il l’assimile à la question « comment deviens-tu ton corps ? » que le dieu Izanagi a adressée à la déesse Izanami dans un mythe japonais, le Kojiki. Selon Kuki, l’anthropologie consiste à poser radicalement cette question et à y répondre. Il affirme « l’objectivité intersubjective » à travers cette question. Cette présentation aura pour but de mettre en lumière le sens de l’objectivité intersubjective. Par ailleurs, Kuki a publié un essai intitulé « Mon nom de famille » (1938) où il a conçu le nom propre du point de vue de l’histoire, du mythe et du destin. Nous examinerons donc le problème de l’objectivité intersubjective en nous appuyant sur une double lecture des discours développés dans l’article et l’essai, qui semblent avoir été rédigés durant la même période.

Simon Ebersolt

« L’intersubjectivité dans le phénomène de l’iki »

Né à Edo (l’actuel Tôkyô), notamment entre la fin du XVIIIe siècle et le début du XIXe siècle, l’iki いき est un phénomène éthique et esthétique dérivant des conventions et des rapports hommes-femmes dans les quartiers des plaisirs. Il désigne le tempérament de celui qui est doté d’une élégance séduisante, mais qui a aussi de l’entrain, tout en n’oubliant pas d’avoir de la fraîcheur dans son tempérament et d’être vif et adroit. C’est ce mélange d’élégance, de séduction et d’entrain qui montre la complexité et donc l’intérêt de l’iki.

Dans La structure de l’iki (1930), Kuki Shûzô réinterprète l’iki en insistant sur le phénomène de tension intersubjective inhérente à la rencontre entre la femme et l’homme ; il ne s’agit pas simplement d’affirmer que l’iki est le tempérament d’un individu raffiné plein de charme et de caractère. Les trois « attributs » qui déterminent l’iki selon Kuki sont en effet tous des moments qui supposent l’inter-subjectivité : « séduction » (bitai 媚態), « bravade » (ikiji 意気地), « résignation » (akirame 諦め).

Romaric Jannel

« Repenser le couple objectif – subjectif via la philosophie de Yamauchi Tokuryū »

Dans Logos et lemme (ロゴスとレンマ) et dans Philosophie de la latence (随眠の哲学) Yamauchi Tokuryū (1890-1982) s’essaie à constituer, en tant que réponse et dépassement de la logique aristotélicienne, une lemmique (i.e. une pensée du saisir en-tant-que). Au regard des concepts qu’il se réapproprie, dont le tétralemme (テトラレンマ・四句分別), il semble possible de relire le couple objectif – subjectif. En nous inspirant de son propos et de certaines thèses du bouddhisme du Grand Véhicule, nous chercherons à proposer, en nous appuyant sur le concept de tétralemme, une interprétation originale de ce couple.

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website