Nouvelle parution : « Le christianisme à l’épreuve du Japon médiéval »

le-christianisme-a-l-epreuve-du-japon-medieval-ou-les-vicissitudes-de-la-premiere-mondialisation-1549-1569

Nouvelle parution : Le christianisme à l’épreuve du Japon médiéval ou les vicissitudes de la première mondialisation, 1549-1569 de Nathalie Kouamé, préface de Claude Prudhomme.

Dès l’arrivée au Japon du jésuite navarrais François Xavier (1549), le premier missionnaire chrétien à avoir foulé le sol nippon, le dialogue engagé entre les membres de la Compagnie de Jésus et les Japonais révéla surtout la distance culturelle qui séparait alors l’Orient de l’Occident : assurément, les peuples de ces deux extrémités de la terreavaient des conceptions différentes des origines du monde, des êtres divins et de la vie dans l’au-delà. Dépourvus de toute force militaire, et ne pouvant avoir recours qu’à la « suave pression de la volonté » promue à l’époque par Bartolomé de Las Casas, les premiers évangélisateurs du pays du Soleil levant durent multiplier leurs efforts pour faire la « conquête spirituelle » d’une nation libre et soucieuse de préserver ses traditions.

Cet essai propose une lecture inédite des vingt premières années du « siècle chrétien » de l’histoire du Japon. En se fondant sur des sources européennes et japonaises de première main, l’ouvrage propose une analyse approfondie de l’installation dans l’archipel des missionnaires chrétiens, du contenu de leurs conversations et débats avec les Japonais, et des réactions de ces derniers à l’égard de la nouvelle religion étrangère. Ce faisant, le livre offre un exemple significatif des difficultés du processus de mondialisation qui s’est enclenché à partir des XVe et XVIe siècles sous la férule des conquistadors, des marchands et des missionnaires.

Editions Karthala
Collection Hommes et sociétés
9 mai 2016
216 p., 19 euros
ISBN: 978-2-811-11455-8

Site de l’éditeur

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Nouvelle parution : Moderne sans être occidental. Aux origines du Japon aujourd’hui

Vient de paraître : Moderne sans être occidental. Aux origines du Japon aujourd’hui de Pierre-François Souyri, Professeur à l’Université de Genève .

On a longtemps confondu la modernité avec la forme prise par le développement historique des sociétés occidentales. Selon Pierre-François Souyri, l’histoire récente montre au contraire que la modernité telle que nous la concevions n’était que l’aspect particulier d’un phénomène mondial.
Au Japon, elle a émergé au moins autant de la pensée japonaise et chinoise que de concepts venus d’Occident : dans les années 1880, la lutte pour la liberté et les droits du peuple et pour un régime constitutionnel s’abreuve des classiques chinois plus que des idées rousseauistes ; celle contre la destruction de la nature par le système industriel puise ses inspirations dans une cosmologie de l’harmonie entre l’homme et l’univers ; le féminisme, qui apparaît dès les années 1910, trouve certaines de ses référence dans le shintô ; et le premier socialisme se nourrit d’une vision du monde largement confucéenne.
Par ses remplois d’idéologies du passé, la modernisation japonaise oblige à relativiser le statut exemplaire de l’expérience occidentale. Cette modernisation a de fait fonctionné autant comme le rejet du modèle occidental que comme son adoption. Pourtant, son rythme et les questionnements qu’elle suscite ont été identiques à ceux de l’Occident. Pierre-François Souyri peut dès lors poser ce souriant paradoxe : une grammaire commune de la modernité peut-elle puiser à des sources différentes?

Gallimard
Collection :  Bibliothèque des Histoires
Parution : 11-05-2016
496 p., 25 euros
ISBN : 9782070125692

Site de l’éditeur

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Soutienance de thèse de doctorat d’Adrienne Sala

Adreienne Sala, membre associé du CRJ, soutiendra sa thèse de doctorat intitulée « La réglementation du prêt personnel au Japon

Une économie politique historique » à l’EHESS le mardi 21 juin 2016.

Devant le jury composé de :

M. Jean-Pascal BASSINO, Professeur des Universités, IAO, ENS de Lyon
Mme Sabine EFFOSSE, Professeure des Universités, Université Paris-Ouest Nanterre La Défense (rapporteur)
M. Patrick FRIDENSON, Directeur d’études à l’EHESS
M. Pierre-Cyrille HAUTCOEUR, Directeur d’études à l’EHESS (directeur de thèse)
M. Sébastien LECHEVALIER, Directeur d’études à l’EHESS
M. Bernard THOMANN, Professeur des Universités, INALCO (rapporteur)

Présentation de la thèse

Inclure davantage le cas du Japon dans les études comparatives sur le crédit aux ménages et l’endettement des particuliers permet d’analyser conjointement plusieurs enjeux majeurs auxquels sont confrontés les pays capitalistes avancés. Ce thème permet aussi d’intégrer plusieurs questions centrales de la recherche en sciences sociales sur le Japon contemporain: la faiblesse du système bancaire révélée par la longue crise financière des années 1990 suite à l’éclatement de la bulle spéculative au début des années 1990, l’apparition de nouveaux risques et la faible protection sociale d’une partie de la population, le difficile accès au crédit des PME, TPE et des entrepreneurs individuels; ou encore l’évolution du capitalisme japonais et la question du changement institutionnel.

Cette thèse se propose d’être une contribution aux études portant sur l’histoire du crédit aux ménages et de sa réglementation en analysant plus particulièrement l’évolution (depuis la période moderne jusqu’à la fin des années 2000) du prêt personnel dans la société japonaise, en prenant en compte son environnement institutionnel et les changements dans les relations de travail. Il s’agit également de montrer l’apparition du problème de cumul de crédits chers et faciles conduisant à une situation de « surendettement » et d’étudier la prise de conscience sociale et juridique de ce phénomène, pour analyser enfin, la réponse politique et réglementaire aboutissant à l’adoption de la loi de 2006.

Les principaux résultats montrent que la persistance de conflits d’intérêts contradictoires a réduit l’efficacité du cadre institutionnel historique appliqué au marché des prêts personnels permettant aux prêteurs d’élaborer des règles informelles et de profiter d’une zone grise pour exercer leur activité. Les pratiques abusives et l’application de hauts taux d’intérêt ont entraîné un problème de cumul de crédits chers et faciles conduisant à des situations dramatiques. En l’absence de mobilisations sociales et d’actions collectives organisées par les agents sociaux pour défendre les intérêts des victimes face à la force de pression historique des prêteurs – sarakin– cette situation a perduré pendant une quarantaine d’années.

Les avocats ont œuvré à la défense des victimes depuis les années 1970, mais ce n’est qu’à la fin des années 1990 qu’ils sont parvenus progressivement à modifier la perception négative de l’opinion publique à l’égard des emprunteurs, dans un contexte de crise économique et de scandales, en introduisant la notion juridique de « surendettement » causé par un cumul de crédits chers – quasiment indissociable du marché des sarakin. Les actions collectives des groupes de défense des personnes «  surendettées » ont accru la saillance du sujet, mesurée par un traitement des données journalistiques, facilitant l’entrée du « problème des sarakin » sur l’agenda politique, aboutissant à la loi de réforme du marché (2006-2010). Cette loi répond plus largement à l’évolution de plusieurs forces de changement comme l’apparition de nouvelles technologies, de nouveaux acteurs du crédit et de nouveaux outils juridiques adaptés au traitement du surendettement des particuliers.

Le mardi 21 juin 2016, à partir de 9h30
En salle 015, RDC, le ‘France’, 190 Av. de France 75013

Un pot suivra la soutenance. Afin de le prévoir, merci de confirmer votre présence par mail adrienne.sala@gmail.com

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Une nouvelle collection de cartes japonaises

Front-Cover-Kyo-Ezu
« Kyō Ezu » : The University of Manchester Library

La bibliothèque de l’Université de Manchester a numérisé une partie de sa collection de cartes japonaises et les a intégré dans sa base des données « The University of Manchester Library Image Collections (LUNA) ».
Accès à la base de données.

The Japanese Collection, assembled by the 25th Earl of Crawford in the 1860s and 1870s and purchased by The John Rylands Library in 1901, is not large by international standards, but it contains manuscripts and printed books of great interest and rarity. Amongst them are a number of 18th and 19th century maps together with topographical or geographical books and manuscripts.
A full list of the collection was completed by Professor Peter Kornicki and published in the Bulletin of The John Rylands Library.
The aim of this project was to select and digitise a number of maps and associated books and manuscripts from the Library’s Japanese Collection in order to preserve and make them available for teaching, research and study purposes. At this stage, 28 maps, predominantly published in Japan during the Tokugawa or Edo period, have been selected; the maps represent the whole of Japan or its cities, such as Kyoto and Edo (current Tokyo).
Because of their format and fragility comparison side-by-side is very difficult; digitisation can be an ideal approach in making possible the close comparison and contextualisation of a range of maps with related material.

Pour en savoir plus

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Nouvelle parution : « Le Moment nipponiste (1888-1897). Nation et démocratie à l’ère Meiji »

Nouvelle parution : Le Moment nipponiste (1888-1897). Nation et démocratie à l’ère Meiji de Morvan Perroncel, 28e volume de la Collection Japon des Belles-Lettres, collection dirigée par Christian Galan et Emmanuel Lozerand.

L’ avancée des puissances occidentales en Asie a conduit le Japon de la seconde moitié du XIXe siècle à se poser la question nationale frontalement, et avec une grande intensité.
Dans les années 1880 se présente une occasion « comme il en vient une tous les mille ans » : le gouvernement a promis une Constitution, des élections s’annoncent. En 1888, un groupe d’intellectuels fonde une revue : Nihonjin, « Les Japonais ».
Ils veulent intervenir dans le champ politique et social. Pour eux, il ne suffit pas de moderniser l’État, il faut former une véritable Nation. Le peuple japonais doit se reconnaître comme un tout solidaire, mais aussi comme porteur d’une singularité qui lui permettra de contribuer au progrès du monde.
Participation du peuple à son gouvernement et affirmation d’un génie national sont les deux facettes d’une même idée que les fondateurs de la revue vont s’efforcer de clarifier et d’imposer à travers leurs articles et leurs engagements, rencontrant parfois un succès inattendu.
Nul retour en arrière ici, ni appel au repli sur les éléments déjà connus d’une identité rassurante. La réforme intérieure doit ouvrir un avenir, et celui-ci ne saurait se réduire à une imitation, ni de soi ni des autres.

Les Belles Lettres
Collection Japon
13 juin 2016
252 p., 35 euros
ISBN : 978-2-251-72230-6

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

« On science and faith in the life of a Meiji engineer » : nouvelle publication de Alessandra Kobiljski

ScienceTechnologyMedecineModernJapan-200x300

Nouvelle publication de Aleksandra Kobiljski : « On science and faith in the life of a Meiji engineer » in David G. Wittner (Ed.), Philip C Brown (Ed.), Science, Technology, and Medicine in the Modern Japanese Empire, Routledge, 2016, pp. 17-32.

Lire l’article sur Google livres

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website