Séminaire de master : « L’Asie maritime : pouvoirs et gens de mer »

Séminaire ouvert aux étudiants de master de l’EHESS, animé par Paola Calanca (EFEO-CCJ), Guillaume Carré (EHESS-CCJ) et Pierre-Yves Manguin (EFEO-CASE). La première séance aura lieu le mercredi 31 janvier 2018.

Mercredi de 15 h à 17 h, du 31 janvier au 6 juin 2018 (sauf le 21 mars)
EHESS, salle 10, 105 bd Raspail 75006 Paris

Des années 1980 jusqu’à nos jours, les études historiques sur l’Asie maritime ont connu un fort développement en Occident, tant pour l’Océan Indien que pour les Mers de Chine, et ont été traversé par des courants qui influencent encore aujourd’hui leur évolution. Bien que reprenant à leur compte des thématiques et des méthodologies désormais bien implantées en Europe et aux Etats-Unis, ces travaux exploitent aussi souvent les résultats de recherches menées en Asie depuis les années 60, et qui peuvent être considérées à plus d’un titre comme des tentatives pionnières d’histoire maritime ou d’histoire transnationale. Toutefois, ces études ont surtout été axées sur les échanges économiques, politiques ou diplomatiques, et des pans entiers de ce vaste domaine demeurent ainsi encore à explorer et à préciser.

Il semble ainsi nécessaire de reprendre les dossiers de l’histoire maritime de l’Asie Orientale et du Sud-Est Asiatique avant les guerres de l’opium, en commençant par la thématique de l’appropriation de l’espace maritime par les pouvoirs ou les groupes sociaux. Tout en tenant compte des débats actuels sur l’histoire globale, cette relation à la mer sera étudiée en la situant dans des environnements temporels et géographiques spécifiques, propres aux différentes aires culturelles de l’Asie maritime. Dans une démarche qui se veut attentive aux développements des historiographies locales, passées et présentes, nous commencerons par nous intéresser aux populations maritimes et aux territoires côtiers, afin de mieux comprendre le rapport à la mer des sociétés locales et des autorités politiques, et les relations de ces dernières avec les populations qui tiraient leur subsistance du littoral.

Programme

31 janvier : séance introductive : historiographie, méthodologie

7 février : séance introductive : historiographie, méthodologie

14 février : Grégory Mikaelian (UMR 8170, CNRS/EHESS) : « Le Liquide, l’Etranger et la Souveraineté. Reconfigurations institutionnelles et réformes juridiques face aux logiques de la mer dans le royaume khmer de l’époque moderne »

7 mars : Guillaume Carré (EHESS) : « Les gens de mer et l’oeuvre d’Amino Yoshihiko »

14 mars : Guillaume Carré (EHESS) : « Le Japon des féodalités maritimes »

21 mars : pas de séance

28 mars : Damien Péladan (Paris Diderot) : « L’archipel des Gotô dans les réseaux locaux et régionaux au Moyen Âge »

4 avril : Damien Péladan (Paris Diderot) : « L’histoire maritime de la Corée médiévale vue par les données archéologiques »

11 avril : Paola Calanca (EFEO) : « Résilience séculaire du front de mer – Défiance atavique du gouvernement chinois face à la mer »

2 mai : Pierre-Yves Manguin (EFEO) : « Mariniers et entrepreneurs : les maîtres de navire de l’Asie du Sud-Est insulaire »

9 mai : Chen Kuo-tung (IHP, Academia Sinica) : « Sailing routes and navigation safety : How did the Chinese show landmarks/coastal profiles and warn underwater seabed menaces in maps »

16 mai : Pierre-Yves Manguin (EFEO) : « Ex-votos et rituels propitiatoires dans les mers d’Asie »

23 mai : Jacques Ivanoff et Maxime Boutry (CNRS) : « L’art de la paix. Syncrétisme, segmentation et construction identitaire parmi les populations littorales et maritimes du Sud de la Birmanie »

30 mai : Emmanuel Poisson (Paris Diderot) : « Mise en valeur des lais de mer et conflits autour de l’eau dans le sud-est du delta du fleuve Rouge (15e-19e s) »

6 juin : Paola Calanca (EFEO) : « Les aléas du bord de mer : fragilité et variabilité des comportements individuels »

contact : paola.calanca(at)efeo.net, carre(at)ehess.fr, pierre-yves.manguin(at)efeo.net

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d’études, documentaliste

More Posts - Website

Rendez-vous du Japon contemporain de l’EHESS : Approches sociologiques et historiques

À partir de 2018, le Centre de recherches sur le Japon propose une série de rencontres mensuelles dont le but est d’explorer les enjeux du renouvellement de la recherche sur le Japon contemporain. L’objectif est de faire connaitre les dynamiques intellectuelles qui participent à la reconfiguration du champ des études sur ce pays.

Dans sa première édition, cette initiative est vue comme un lieu de présentation de travaux en cours réalisés par la nouvelle génération des chercheurs travaillant sur Japon à l’EHESS. Elle a pour vocation à devenir un moment de débat sur les aspects méthodologiques et théoriques pour contribuer à une meilleure compréhension de l’expérience nippone et, au-delà, à l’avancement des sciences sociales autour des questions du rapport de la société au projet de la modernité, de l’expérience de la rupture historique, du déclin économique, de la
crise environnementale, et de l’expérience post-industrielle.

Ces rencontres ont également pour ambition d’être un lieu de sociabilité et d’échanges transdisciplinaires (histoire contemporaine, sociologie et anthropologie), permettant en outre le déploiement de démarches critiques autour des formes de normativité et de spécificité de la société moderne japonaise dans un contexte global. La recherche au CRJ s’efforce d’être à la hauteur de ce défi qui réclame aujourd’hui de nouveaux investissements  intellectuels.

Les séances s’adressent aussi bien aux spécialistes de l’Asie qu’aux chercheurs travaillant sur des sujets similaires dans d’autres aires géographiques et intéressés par la situation japonaise dans une perspective comparative.

Programme (pdf)

19 janvier TOKUMITSU Naoko : « Prévenir l’insécurité : entre surveillance du quartier et quête de reconnaissance des acteurs sociaux »

16 février NISHII Akane : « L’art et la surveillance de l’achat des étrangers, 1859-1861 »

16 mars INOUE Masatoshi : « Histoire contemporaine de l’exportation des centrales nucléaires du Japon, 2000-2016 »

18 mai CASTELLVI César : « Être membre du club : comment les reporters de presse japonais ont fermé leur marché du travail »

15 juin NOSAKA Shiori : « Laboratoire d’une modernisation : L’histoire de la bactériologie médicale au Japon, 1880-1931 »

Lieu: 14h-16h, salle 7-37
54 boulevard Raspail, 75006 Paris

Au plaisir de partager avec vous ces moments de rencontre et de débat !
Contact: crj@ehess.fr

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d’études, documentaliste

More Posts - Website

Les nouvelles visibilités de la pauvreté au Japon : entre reconnaissance et résistance

©Simon Desmarais, 2009

Mélanie Hours, Maître de conférences à l’Université Toulouse Jean Jaurès, donnera une conférence dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon le 18 janvier 2018.

Après des décennies d’éclipse, la question de la pauvreté au Japon a soudainement ressurgi au milieu des années 2000, en faisant l’un des sujets les plus brûlants médiatiquement. Le taux de pauvreté relative dans l’archipel, révélé en 2005, avait de quoi créer une onde de choc dans une société où, jusque-là, le terme même de « pauvreté » avait quasiment disparu du langage courant. Depuis, la pauvreté ne cesse d’augmenter et de se complexifier tandis que se diffuse un sentiment d’insécurité sociale dans une population où les travailleurs précaires représentent plus du tiers des salariés.
Nous examinerons d’abord les raisons pour lesquelles la pauvreté est restée invisible si longtemps ainsi que les éléments qui ont permis sa redécouverte. Nous nous interrogerons enfin sur les formes de pauvreté qui, aujourd’hui, jouissent d’une reconnaissance sociale et sur celles qui demeurent invisibles. Cela nous amènera à réfléchir à la notion de pauvreté telle qu’elle est comprise dans l’archipel.

Jeudi 18 janvier 2018 de 11h à 13h
EHESS, Salle 11, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d’études, documentaliste

More Posts - Website