Comptes-rendus de l’atelier et des journées d’études sur les Aïnous à l’INALCO – 20 et 21 mai 2016

I. Compte – rendu de l’atelier d’analyse de documents iconographiques sur les Aïnous, avec Junko Uchida et Noémi Godefroy.

Dans le cadre des deux journées d’études « À la rencontre des Aïnous, peuple autochtone du Japon » organisées par Noémi Godefroy à l’INALCO le 20 et 21 mai 2016, un atelier d’analyse de documents iconographiques fut organisé et animé par Junko Uchida le vendredi 20 mai, de 10h à 12h à la BULAC. Ces documents iconographiques sont actuellement conservés à la BULAC et sont principalement des représentations picturales japonaises du XIXème siècle, des illustrations de documents, ainsi que des photographies et cartes postales rapportées par le français André Leroi-Gourhan lors de son voyage au Japon de 1937 à 1939.

Le premier document est une peinture de Kimura Tomoe, marchand et peintre de Hakodate, dont la vie est peu connue. Il en existe dix exemplaires, dont le plus ancien date de 1863. La peinture représente une cérémonie Iyomante (rite de renvoi de l’ours) avec des Aïnous et deux guerriers japonais, représentants du Shogunat. Nous pouvons aussi observer des objets en laque, provenant de Honshū, la palissade sacrée où sont déposés les trésors tels que sabre, colliers, nourriture et Inau, constituant ainsi les cadeaux que la divinité-ours rapportera dans son monde.

Le second document est une peinture de Hayashi Shihei (1738 – 93), parue dans le Sangoku Tsūran Zusetsu (« Aperçu général des trois royaumes », publié en 1785) et représentant une femme aïnoue allaitant un ourson. C’est le premier et le seul document de ce type. Une cage avec une chouette est représentée en arrière-plan, l’un des volatiles (avec l’aigle marin) que les Aïnous élevaient afin d’en récolter les plumes, qui se vendaient très cher aux Japonais pour la fabrication de flèches.

Le troisième document analysé est une illustration de Matsuura Takeshiro, parue dans les Ezo Manga (1859) et décrivant les instruments de musique aïnous: le Wakakukutu, la guimbarde (mukkuri), le tambour, la flûte en bois de noyer et enfin le Tonkori, qui provenait de Sakhaline. La professeure Uchida donna quelques informations sur les matériaux de fabrication et leur utilisation. Ce type d’illustrations à portée ethnographique sur les instruments est rare pour cette période.

Enfin, les derniers documents présentés sont des photos prises par André Leroi-Gourhan et cartes postales rapportées. La première est un portrait d’une femme aïnoue tatouée, datant du XIXème siècle. Ces tatouages, aussi présents sur les bras, avaient pour but de protéger les femmes des mauvais esprits. Ils étaient effectués petit à petit, jusqu’au mariage, avec de l’écorce de bouleau brûlée et par incisions. Mais une méfiance est à porter envers ce type de document car souvent de faux tatouages étaient tracés pour les photos ou cartes postales vendues aux voyageurs occidentaux. C’est le cas selon professeure Uchida de la première photo et des cartes postales présentées à la suite. Ces tatouages furent interdits par le gouvernement japonais en 1871. Les photos prises par Leroi-Gourhan sont des portraits d’hommes avec des vêtements aïnous et une photo de la cérémonie Iyomante. D’autres cartes postales montrent une famille d’Aïnous, les jeunes en habits occidentaux et les aînés en vêtements traditionnels.

II. Compte-rendu des journées d’études « Regard sur les Aïnous » à l’INALCO – 20 et 21 mai 2016

Historienne et spécialiste des relations nippo-aïnoues à l’époque d’Edo, Noémi Godefroy (INALCO, CRJ) a organisé et animé deux journées d’études interdisciplinaires sur les Aïnous du Japon. Elles se déroulèrent le Vendredi 20 et Samedi 21 mai, à la BULAC et à l’INALCO et rassemblèrent une dizaine de chercheurs travaillant sur la linguistique, la littérature orale, l’histoire, la politique, la muséographie ou bien l’art. Tandis que la première journée était plutôt tournée vers le passé des Aïnous, la deuxième journée replaça ces derniers dans un contexte contemporain, avec pour objectif de « dépoussiérer » ce peuple longtemps considéré comme étant en voie de disparition. Une exposition de documents iconographiques « Regards sur les Aïnous du Japon » à la BULAC vient compléter ces deux journées.

La première journée débuta à 14 h, avec les interventions dans le panel « Langue et tradition orale » du linguiste Alexander Vovin (CRLAO, EHESS), le professeur honoraire François Maçé (CEJ, INALCO), historien du Japon, puis dans le second panel « Les rapports nippo-aïnous en perspective historique », les présentations de Noémi Godefroy et enfin de Junko Uchida, professeure d’ethnologie au musée national de l’histoire et du folklore du Japon.

À travers l’étude d’extraits du Man’yōshū et du Fudoki, Alexander Vovin en arrive à la conclusion que la langue aïnoue n’était pas limitée au Tōhoku avant le XIème siècle, mais était bien une langue vivante dans le Kantō et existait aussi dans le Kyūshū Nord-Ouest. Il conclut aussi que les langues « pré-japoniques » dans les îles Ryūkyū étaient probablement « aïnoïdes ». Puis, se penchant sur la littérature orale et les Ainu Yukar, François Maçé définit les caractéristiques des épopées aïnoues, en concluant que ce sont des récits hors du temps et qui ne donnent aucun ou très peu d’indices sur l’histoire et les modes de vie des Aïnous.

Bien que les Aïnous étaient des chasseurs-cueilleurs-pêcheurs, ils dépendaient aussi du commerce avec les Japonais, avec qui ils commerçaient depuis le XVIème siècle. En présentant les réseaux commerciaux aïnous aux XVIIème et XVIIIème siècles, Noémi Godefroy montre que d’un côté, les chefs aïnous obtenaient, en échange de plumes d’aigle ou fourrures de loutre de mer, des « biens charismatiques » afin de mieux asseoir leur pouvoir parmi leur communauté mais que d’un autre côté, ces échanges leur permettaient d’acquérir des denrées alimentaires comme le riz, qui leur est vite devenu indispensable après la raréfaction de certaines espèces sur l’île.

Enfin, la professeure Uchida vient clore la journée en dévoilant l’intention politique derrière les douze portraits de chefs barbares aïnous datant de 1790, retrouvés au Musée des Beaux-Arts de Besançon, et ce qu’ils nous apprennent de l’histoire des Aïnous, de la peinture japonaise, des échanges commerciaux mais aussi des politiques étrangères de cette période.

La deuxième journée s’ouvre en poésie à 10 h, avec la présentation de Gérald Peloux (CRCAO) qui se demande alors « Qu’est-ce qu’être aïnou au XXème siècle ? » en prenant comme illustration l’œuvre engagée de l’Aïnou Iboshi Hokuto dans les années 1920, qui aurait répondu simplement qu’il « faut être aïnou ». Toujours en littérature, l’anthropologue Philippe Dallais (Université de Zurich) présente le parcours et l’œuvre ethnographique du controversé Georges Montandon et propose ainsi un aperçu historique des principaux travaux ethnographiques menés à la fin de l’ère Meiji par les Occidentaux sur les Aïnous.

Toujours dans le panel « La confrontation des discours », Alice Berthon, doctorante (CEJ, INALCO), nous présente l’exposition sur les Aïnous du Musée « Minpaku » (Musée National d’Ethnologie, Osaka) qui existe depuis 1979 et dont l’objectif premier était de montrer que la culture aïnoue n’était pas « éteinte » mais qui se trouve aujourd’hui face au défi du multiculturel au Japon. À la suite, Chikako Majima (EHESS) dévoile la vie et les actions du célèbre homme politique Kayano Shigeru (1926 – 2006), le premier député aïnou.

Les trois dernières interventions nous emmènent directement au XXIème siècle, avec en premier lieu Kuniko Braghini qui partage, à travers une interview, le témoignage poignant de deux soeurs d’origine aïnoue qui ont souffert de la discrimination durant leur enfance et qui luttent aujourd’hui pour la sauvegarde de leurs traditions comme les danses, les chants et la langue. Kaori Tahara, chercheurse aïnoue, nous montre l’ambivalence du gouvernement et du peuple japonais envers les Aïnous, avec d’un côté une reconnaissance et création de lois pour améliorer leurs conditions sociales et économiques, mais de l’autre, la discrimination, toujours présente, et les discours de haine.

Cette seconde journée d’études se termine enfin sur des extraits d’un documentaire (2012) de Damien Cros portant sur le village touristique Akan (Hokkaidō), ses différents habitants, principalement artisans et le fameux festival de l’algue Marimo.

Ces journées avaient comme volonté de montrer l’histoire mais aussi le présent des Aïnous à travers des études de différentes disciplines et nous permettent par conséquent d’ouvrir la voie aux futures études en se demandant « qu’est-ce qu’être aïnou au XXIème siècle ? ».

 

 

 

Romane Batut

Étudiante en Master 1 Ethnologie et Anthropologie sociale à l'EHESS, mon projet de recherche porte sur les dynamiques culturelles et identitaires des Aïnous du Japon.

More Posts

Congrès annuel de l’EAJRS à Bucarest : 14-17 septembre 2016

eajrs logo full

Le congrès annuel de l’EAJRS (European Association of Japanese Resource Specialists 日本資料専門家欧州協会) se tiendra à l’Université de Bucarest du 14 au 17 septembre 2016.
Le programme est en ligne à l’adresse suivante : http://eajrs.net/

L’appel à contribution est fermé. Vous pouvez vous inscrire pour participer à la conférence.

 

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Appel de bourses : Programmes JSPS 2017-2018

La JSPS (日本学術振興会 Japan Society for the Promotion of Science) offre de nombreuses bourses pour des séjours de recherche au Japon chaque année.
Veuillez trouver ci-dessous les liens pour une information détaillée sur 2 offres de bourses de recherche :

– JSPS Fellowship Programs for Overseas Researchers (http://www.jsps.go.jp/english/e-inv/index.html)

– JSPS Postdoctoral Fellowship for Foreign Researchers (http://www.jsps.go.jp/english/e-fellow/index.html)

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Nouvelle parution : « Le christianisme à l’épreuve du Japon médiéval »

le-christianisme-a-l-epreuve-du-japon-medieval-ou-les-vicissitudes-de-la-premiere-mondialisation-1549-1569

Nouvelle parution : Le christianisme à l’épreuve du Japon médiéval ou les vicissitudes de la première mondialisation, 1549-1569 de Nathalie Kouamé, préface de Claude Prudhomme.

Dès l’arrivée au Japon du jésuite navarrais François Xavier (1549), le premier missionnaire chrétien à avoir foulé le sol nippon, le dialogue engagé entre les membres de la Compagnie de Jésus et les Japonais révéla surtout la distance culturelle qui séparait alors l’Orient de l’Occident : assurément, les peuples de ces deux extrémités de la terreavaient des conceptions différentes des origines du monde, des êtres divins et de la vie dans l’au-delà. Dépourvus de toute force militaire, et ne pouvant avoir recours qu’à la « suave pression de la volonté » promue à l’époque par Bartolomé de Las Casas, les premiers évangélisateurs du pays du Soleil levant durent multiplier leurs efforts pour faire la « conquête spirituelle » d’une nation libre et soucieuse de préserver ses traditions.

Cet essai propose une lecture inédite des vingt premières années du « siècle chrétien » de l’histoire du Japon. En se fondant sur des sources européennes et japonaises de première main, l’ouvrage propose une analyse approfondie de l’installation dans l’archipel des missionnaires chrétiens, du contenu de leurs conversations et débats avec les Japonais, et des réactions de ces derniers à l’égard de la nouvelle religion étrangère. Ce faisant, le livre offre un exemple significatif des difficultés du processus de mondialisation qui s’est enclenché à partir des XVe et XVIe siècles sous la férule des conquistadors, des marchands et des missionnaires.

Editions Karthala
Collection Hommes et sociétés
9 mai 2016
216 p., 19 euros
ISBN: 978-2-811-11455-8

Site de l’éditeur

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Nouvelle parution : Moderne sans être occidental. Aux origines du Japon aujourd’hui

Vient de paraître : Moderne sans être occidental. Aux origines du Japon aujourd’hui de Pierre-François Souyri, Professeur à l’Université de Genève .

On a longtemps confondu la modernité avec la forme prise par le développement historique des sociétés occidentales. Selon Pierre-François Souyri, l’histoire récente montre au contraire que la modernité telle que nous la concevions n’était que l’aspect particulier d’un phénomène mondial.
Au Japon, elle a émergé au moins autant de la pensée japonaise et chinoise que de concepts venus d’Occident : dans les années 1880, la lutte pour la liberté et les droits du peuple et pour un régime constitutionnel s’abreuve des classiques chinois plus que des idées rousseauistes ; celle contre la destruction de la nature par le système industriel puise ses inspirations dans une cosmologie de l’harmonie entre l’homme et l’univers ; le féminisme, qui apparaît dès les années 1910, trouve certaines de ses référence dans le shintô ; et le premier socialisme se nourrit d’une vision du monde largement confucéenne.
Par ses remplois d’idéologies du passé, la modernisation japonaise oblige à relativiser le statut exemplaire de l’expérience occidentale. Cette modernisation a de fait fonctionné autant comme le rejet du modèle occidental que comme son adoption. Pourtant, son rythme et les questionnements qu’elle suscite ont été identiques à ceux de l’Occident. Pierre-François Souyri peut dès lors poser ce souriant paradoxe : une grammaire commune de la modernité peut-elle puiser à des sources différentes?

Gallimard
Collection :  Bibliothèque des Histoires
Parution : 11-05-2016
496 p., 25 euros
ISBN : 9782070125692

Site de l’éditeur

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Soutienance de thèse de doctorat d’Adrienne Sala

Adreienne Sala, membre associé du CRJ, soutiendra sa thèse de doctorat intitulée « La réglementation du prêt personnel au Japon

Une économie politique historique » à l’EHESS le mardi 21 juin 2016.

Devant le jury composé de :

M. Jean-Pascal BASSINO, Professeur des Universités, IAO, ENS de Lyon
Mme Sabine EFFOSSE, Professeure des Universités, Université Paris-Ouest Nanterre La Défense (rapporteur)
M. Patrick FRIDENSON, Directeur d’études à l’EHESS
M. Pierre-Cyrille HAUTCOEUR, Directeur d’études à l’EHESS (directeur de thèse)
M. Sébastien LECHEVALIER, Directeur d’études à l’EHESS
M. Bernard THOMANN, Professeur des Universités, INALCO (rapporteur)

Présentation de la thèse

Inclure davantage le cas du Japon dans les études comparatives sur le crédit aux ménages et l’endettement des particuliers permet d’analyser conjointement plusieurs enjeux majeurs auxquels sont confrontés les pays capitalistes avancés. Ce thème permet aussi d’intégrer plusieurs questions centrales de la recherche en sciences sociales sur le Japon contemporain: la faiblesse du système bancaire révélée par la longue crise financière des années 1990 suite à l’éclatement de la bulle spéculative au début des années 1990, l’apparition de nouveaux risques et la faible protection sociale d’une partie de la population, le difficile accès au crédit des PME, TPE et des entrepreneurs individuels; ou encore l’évolution du capitalisme japonais et la question du changement institutionnel.

Cette thèse se propose d’être une contribution aux études portant sur l’histoire du crédit aux ménages et de sa réglementation en analysant plus particulièrement l’évolution (depuis la période moderne jusqu’à la fin des années 2000) du prêt personnel dans la société japonaise, en prenant en compte son environnement institutionnel et les changements dans les relations de travail. Il s’agit également de montrer l’apparition du problème de cumul de crédits chers et faciles conduisant à une situation de « surendettement » et d’étudier la prise de conscience sociale et juridique de ce phénomène, pour analyser enfin, la réponse politique et réglementaire aboutissant à l’adoption de la loi de 2006.

Les principaux résultats montrent que la persistance de conflits d’intérêts contradictoires a réduit l’efficacité du cadre institutionnel historique appliqué au marché des prêts personnels permettant aux prêteurs d’élaborer des règles informelles et de profiter d’une zone grise pour exercer leur activité. Les pratiques abusives et l’application de hauts taux d’intérêt ont entraîné un problème de cumul de crédits chers et faciles conduisant à des situations dramatiques. En l’absence de mobilisations sociales et d’actions collectives organisées par les agents sociaux pour défendre les intérêts des victimes face à la force de pression historique des prêteurs – sarakin– cette situation a perduré pendant une quarantaine d’années.

Les avocats ont œuvré à la défense des victimes depuis les années 1970, mais ce n’est qu’à la fin des années 1990 qu’ils sont parvenus progressivement à modifier la perception négative de l’opinion publique à l’égard des emprunteurs, dans un contexte de crise économique et de scandales, en introduisant la notion juridique de « surendettement » causé par un cumul de crédits chers – quasiment indissociable du marché des sarakin. Les actions collectives des groupes de défense des personnes «  surendettées » ont accru la saillance du sujet, mesurée par un traitement des données journalistiques, facilitant l’entrée du « problème des sarakin » sur l’agenda politique, aboutissant à la loi de réforme du marché (2006-2010). Cette loi répond plus largement à l’évolution de plusieurs forces de changement comme l’apparition de nouvelles technologies, de nouveaux acteurs du crédit et de nouveaux outils juridiques adaptés au traitement du surendettement des particuliers.

Le mardi 21 juin 2016, à partir de 9h30
En salle 015, RDC, le ‘France’, 190 Av. de France 75013

Un pot suivra la soutenance. Afin de le prévoir, merci de confirmer votre présence par mail adrienne.sala@gmail.com

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website