Appel à contributions : « Consommer au Japon, consommer le Japon. Penser le made in Japan au XXIe siècle »

La rédaction de la revue Ebisu-Études japonaises lance un appel à contributions pour son numéro 56, à paraître en 2019 : « Consommer au Japon, consommer le Japon. Penser le made in Japan au XXIe siècle ».

Date de déclaration d’intention (titre provisoire et résumé de 800 signes) : 15 février 2018
Date limite d’envoi des propositions des articles : 1er juillet 2018

Appel à contributions

Le dossier spécial du n°56 d’Ebisu (parution 2019) interroge les pratiques de consommation de produits et services japonais, dans un contexte en pleine évolution : la mondialisation des échanges due aux progrès technologiques, l’influence du néolibéralisme sur l’organisation du développement économique, la concentration des richesses dans des mégapoles en compétition, l’essor du tourisme et de l’économie de la connaissance, l’aggravation des inégalités et la montée en puissance des préoccupations écologiques, le vieillissement démographique… Ces facteurs bouleversent la conception, la fabrication et l’achat de biens et services. Ils ont contribué à remettre en cause un modèle japonais de croissance fondé sur l’exportation de produits réputés pour leur qualité. La montée en gamme industrielle des pays voisins et la stagnation du marché intérieur l’ont aussi fragilisé. C’est pourtant durant la crise des années 1990 que le succès des jeux vidéo, mangas, animés, fait émerger la notion de Cool Japan, dont l’effet sur certains secteurs a été positif. Or, si les études de son instrumentalisation politique ont abondé, les analyses de ses retombées pour les entreprises, les clients mais aussi les territoires, paraissent en retrait. On s’intéressera donc ici aux mutations du made in Japan dans la globalisation, à travers plusieurs dimensions : économique, géographique, anthropologique, sociale, managériale, artistique…

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d’études, documentaliste

More Posts - Website

Appel à contributions : Réunion annuelle du réseau DocAsie 2017

Appel à contributions pour la réunion annuelle du réseau DocAsie 2017 sur le thème de : Explorer et exposer : voyages, témoignages et objets documentaires. Autour des collections « asiatiques »

21-23 juin 2017
Maison Asie-Pacifique et MUCEM, Marseille

De l’exploration à l’exposition : Témoignage des relations entre la France et l’Asie, résultat d’une « relation », d’un voyage, le document, de collections asiatiques, est ensuite « objectivé » pour devenir source d’exploration, objet d’études, objet conservé, élément constitutif d’une collection, et peut devenir ensuite objet d’exposition.

Les interventions devront s’intéresser à une collection ou à un document (monographique, cartographique, photographique, filmographique, archivistique, manuscrit ou de littérature grise, objets d’art ou ethnographiques), dans cette dimension objective et/ou muséale.

Les trois « étapes » exposées plus haut, constitutives de nos fonds documentaires, pourront être, ensemble ou séparément, la matière des présentations.

Comment une collection a-t-elle été constituée. Son origine est-elle un voyage, des voyages ? A-t-elle elle-même voyagé ? Quels témoignages donnent-t-elle des relations entre France et Asie ? Que différencie collections institutionnelles et privées ?

  • Qu’est-ce que la conservation des collections : ses aspects sémantiques (homogénéité ou non…, intégrité ou non…, pérennité des politiques documentaires…) ; ses aspects techniques (la conservation matérielle selon les types de documents)
  • Qu’est-ce qu’une collection de documents sources ? Des collections, des documents sont-ils devenus des objets d’études, en dehors de leurs contenus ?
  • Qu’est-ce que « faire parler » un document ? Qu’est-ce qu’exposer des documents ? Les multiples manières de les « mettre en scène » (expositions « réelles » / expositions virtuelles) pourront être traitées sous forme de retours d’expériences.

Ces questions, destinées à guider les intervenants dans leur réflexion, ne peuvent qu’en amener d’autres.

Vos propositions d’interventions devront être envoyées avant le 15 avril 2017 à l’adresse suivante : christophe.caudron@univ-amu.fr

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d’études, documentaliste

More Posts - Website

Appel à contributions pour le n° 55 de « Ebisu, Études japonaises »

revueebisu_appel_ville

Appel à contributions pour le n° 55 de « Ebisu – Études japonaises« , à paraître en 2018, dont le dossier thématique sera consacré à « La fabrique des villes japonaises contemporaines ».

Ebisu est une revue à comité de lecture, fondée à la Maison franco-japonaise en 1993, classée par l’AERES et soutenue par le CNRS (INSHS).

  • Date de déclaration d’intention (titre provisoire et résumé de 800 signes) : 15 janvier 2017
  • Date limite d’envoi des propositions d’article : 1er juin 2017

Dossier thématique : La fabrique des villes japonaises contemporaines

Pendant la longue période d’adaptation qui a suivi l’éclatement de la bulle foncière, l’espace urbain au Japon s’est fortement recomposé. De nouvelles dynamiques ont vu le jour, comme le retour des populations dans les centres-villes ou la croissance contradictoire des périphéries, et de nouveaux acteurs urbains sont apparus. Avec la poussée en hauteur, la forme de la ville s’est modifiée, initiant une refonte paysagère, alors que la généralisation de l’habitat collectif a produit des modes de vie inédits au Japon. L’hyperconcentration démographique et économique vers Tokyo a fini de défaire les hiérarchies urbaines héritées du xxe siècle, creusant toujours plus l’écart entre le reste de l’Archipel et la capitale, lui permettant de maintenir son rang de plus grande ville du monde.

Dans le même temps, des facteurs exogènes ont bousculé les logiques locales, en premier lieu l’émergence des métropoles asiatiques, qui rivalisent désormais avec les villes japonaises en termes d’image et d’attractivité économique. Parallèlement, la globalisation tend à uniformiser l’espace urbain du Japon selon les canevas de la ville mondialisée. Cela a pour effet de réduire, un peu, leurs particularités, mais rend aussi les villes japonaises plus accessibles et lisibles : elles ne sont plus le repoussoir qu’elles ont pu être jusqu’aux années 2000.

Les fondamentaux des villes japonaises (gestion privée, micro-parcellaire, prédominance du train et de l’étalement périurbain, etc.), qui se sont maintenus jusqu’à aujourd’hui, sont contestés par ces mutations récentes. L’ambition de ce numéro d’Ebisu est de porter un regard renouvelé sur ce qui fait ville, sur qui fait la ville et comment se façonne l’espace urbain dans le Japon du xxie siècle. Il s’agit aussi d’intégrer d’autres approches : les urbanistes (architectes, géographes et sociologues) se retrouveront naturellement dans cet appel, mais une ouverture pluridisciplinaire est nécessaire pour traiter de cet objet aujourd’hui universel. Ainsi, en complément de contributions traitant des acteurs de l’urbain, des modes de vie, des formes et de la maîtrise de la ville, nous souhaiterions voir questionner, par exemple, la poétique des villes japonaises du xxie siècle, l’esthétique qu’elles génèrent au cinéma ou dans les jeux-vidéos, ou encore la manière dont la littérature s’empare de la ville japonaise contemporaine.

Appel à contributions (pdf)

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d’études, documentaliste

More Posts - Website