Mettre Edo à la mode : le grand magasin Mitsukoshi et la commercialisation d’Edo aux ères Meiji et Taishô (1890-1920)

Conférence de Reiji IWABUCHI, Professeur à l’Université féminine du Gakushûin, professeur rattaché au Centre de recherches sur le Japon d’avril à août 2017, dans le cadre d’une séance exceptionnelle du séminaire « Techniques, objets et patrimoine culturel immatériel en Asie Orientale (XVIe-XXIe siècles) » (UMR 8173) le 27 avril 2017.

Depuis la formation de l’Etat-Nation moderne au Japon jusqu’à nos jours, la plupart des « traditions » du pays mises en avant concernent soit « la culture fondamentale » remontant aux origines de l’archipel et aux périodes anciennes, soit l’époque d’Edo et la civilisation urbaine de sa capitale shogounale. La période allant des années 1890 à la veille du grand tremblement de terre du Kantô de 1923 marqua le début de la « découverte » d’Edo, avec à la fois des aspects politiques et commerciaux. On a déjà souligné la relation entre l’intérêt pour Edo et l’Etat-Nation moderne, comme recréation d’une tradition propre du Japon, conçue à partir des années 20 de l’ère Meiji en réaction envers les politiques des puissances occidentales, et comme une entreprise de préservation de « l’essence nationale » ; mais les aspects commerciaux n’ont pas fait l’objet de la même attention. Cette communication se penchera donc sur la politique de promotion commerciale « d’Edo » par le grand magasin Mitsukoshi durant la fin de l’ère Meiji et l’ère Taishô, pour mettre en lumière ce processus de transformation en objet de consommation et son influence. Et nous réfléchirons aussi sur les représentations d’Edo qui suivirent.

(日本の近現代における)「江戸」の商品化-明治・大正期の三越百貨店による流行創出を中心にー

岩淵令治教授

学習院女子大学

国民国家成立以降、今日に到るまで「発見」される「伝統」の多くは、日本の場合、「基層文化」としての原始・古代と、都市 江戸を主な舞台とした「江戸」である。明治二〇年代から関東大震災前までの時期は、「江戸」が「発見」された嚆矢であり、政治的位相 と商品化の位相で進行した。前者は、欧化政策への反撥、国粋保存主義として明治二〇年代に表出してくるもので、「日本」固有の伝統の 創造という中で、「江戸」の国民国家への接合として、注目されてきた。しかし後者についてはいまだ検討が不十分である。そこで本報告 では、主に明治末より大正期において三越がすすめた「江戸」の商品化をとりあげ、「江戸」の商品化の過程と影響を明らかにする。ま た、その後の「江戸」の表象についても考えてみたい。

Jeudi 27 avril 2017 de 14h00 à 16h00
EHESS, Salle A 07_51 (7e étage), 54 boulevard Raspail 75006 Paris

Conférence en japonais, avec traduction simultanée en français

 

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

M. Federico MARCON, Professeur invité à l’EHESS en avril-mai 2017

M. Federico MARCON, Professeur à l’Université de Princeton, historien du Japon et spécialiste d’histoire des sciences, séjournera à Paris sur invitation de Guillaume Carré (CRJ-EHESS) et Aleksandra Kobiljski (IAO-CNRS-CRJ).

Son projet de recherche en cours porte sur l’histoire de la monnaie dans le Japon des Tokugawa, en réunissant les sources sur les débats intellectuels et les pratiques financières des acteurs du terrain tels que les changeurs de monnaie.

M. MARCON est l’auteur de « The Knowledge of Nature and the Nature of Knowledge in Early Modern Japan » (University of Chicago Press, 2015).

Durant son séjour, M. MARCON donnera les interventions suivantes :

Jeudi 20 avril 2017, 11h-13h 
Money Talks: Monetary Disputes in Early Eighteenth-Century Japan
Dans le cadre du séminaire collectif du Centre de recherches sur le Japon « Histoire du Japon moderne et contemporain : permanences et ruptures », animé par Guillaume Carré, Annick Horiuchi et Aleksandra Kobiljski

Lieu : salle 7, EHESS,105 boulevard Raspail, 75006 Paris

Vendredi 21 avril 2017, 10h45-12h45
“Between Truth and Accuracy: Nature Knowledge in Late Tokugawa Japan”

Dans le cadre du séminaire « Histoire et sociologie des croyances et des savoirs », animé par Matthias Hayek

Lieu : salle 481, Université Paris Diderot, Grands Moulins, bâtiment C, 5 rue Thomas Mann, 75013 Paris

Mercredi 10 mai 2017, 10h-12h 
“La science naturaliste japonaise a-t-elle disparu ?”

Dans le cadre des Débats du Centre Alexandre Koyré, discutants : Antonella Romano et Annick Horiuchi

Lieu : salle de séminaire, 5ème étage, Centre Alexandre Koyré, 27 rue Damesme, 75013 Paris

Jeudi 18 mai 2017, 11h-13h
“The Happy, Risky Life of Moneychangers in Early Modern Japan”

Dans le cadre du séminaire « Aux origines de la mondialisation : histoire économique comparée Asie Europe, 1500-2000 », animé par François Gipouloux

Lieu : salle A 751, 54 boulevard Raspail, 75006 Paris (à confirmer)

Résumés

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Money Talks: Monetary Disputes in Early Eighteenth-Century Japan

Federico MARCON, Professeur à l’Université de Princeton, professeur invité à l’EHESS en avril-mai 2017, donnera une conférence dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon le 20 avril 2017.

Federico MARCON est l’auteur de l’ouvrage The Knowledge of Nature and the Nature of Knowledge in Early Modern Japan (University Of Chicago Press, 2015).

At the turn of the eighteenth century, as the lavish splendor of the Genroku era waned into a decade of economic stagnation and social unrest, two scholars debated on the nature of money and its proper administration. The dispute revealed not only the extent of the monetary integration of Japanese society after a century of Tokugawa rule, but also the sophistication of samurai’s understanding of financial dynamics. The story of the clash of the two views of what money is, the bullionism of Arai Hakuseki and the contractualism of Ogiwara Shigehide and Ogyū Sorai, bespeaks a turning point in the economic politics of early modern Japan—a turning point of transnational relevance, as in contemporaneous England economic thinkers were debating analogous issues.

Jeudi 20 avril de 11h00 à 13h00
EHESS, Salle 7, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

M. Reiji IWABUCHI, Professeur invité à l’EHESS en 2017

M. Reiji Iwabuchi, Professeur à l’Université pour femmes Gakushūin, séjournera à Paris jusqu’à la fin d’août 2017 sur invitation de Guillaume Carré (CRJ-EHESS).

Les recherches de M. Iwabuchi portent entre autres sur l’ histoire comparée des villes préindustrielles en France et au Japon : résidences aristocratiques, organisations et représentations de l’espace urbain.

Durant son séjour, M. Iwabuchi va contribuer au déchiffrement du fonds Mitsui, archives conservées au Collège de France. La première collaboration sur le fonds Mitsui avec Guillaume Carré a eu lieu en 2013 : https://carnetsjapon.hypotheses.org/2912

Durant son séjour, M. Iwabuchi participera à plusieurs conférences et ateliers scientifiques dont la première le 27 avril 2017 dans le cadre du séminaire de C. Bodolec, F. Obringer (CNRS) et M. Bussotti (EFEO) « Techniques, Objets et Patrimoine en Chine, en Corée et au Japon (XVIe-XXIe s.) »

 

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Appel à candidatures : poste d’ATER à l’Inalco

Le département d’Études japonaises et le CEJ de l’Inalco recrute pour un poste d’ATER.

Le département d’Études japonaises et le CEJ de l’Inalco lancent un appel à candidatures pour un poste d’ATER (recrutement prévu pour le 1er septembre 2017).

Le ou la candidat(e) sera appelé(e) à assurer les cours en Licence, notamment des cours de langue et de méthodologie.

Le dossier de candidature consiste en un CV et une lettre de motivation.

Date limite : 9 mai 2017

Le dossier doit être adressé par voie électronique à l’attention de Mme Chikako Thoyer, directrice du département d’Études japonaises: chikako.thoyer@inalco.fr

Le descriptif complet est mis en ligne sur le site de l’Inalco à l’adresse suivante : http://www.inalco.fr/concours-recrutement/recrutement-ater-japonais

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Appel à contributions : Réunion annuelle du réseau DocAsie 2017

Appel à contributions pour la réunion annuelle du réseau DocAsie 2017 sur le thème de : Explorer et exposer : voyages, témoignages et objets documentaires. Autour des collections « asiatiques »

21-23 juin 2017
Maison Asie-Pacifique et MUCEM, Marseille

De l’exploration à l’exposition : Témoignage des relations entre la France et l’Asie, résultat d’une « relation », d’un voyage, le document, de collections asiatiques, est ensuite « objectivé » pour devenir source d’exploration, objet d’études, objet conservé, élément constitutif d’une collection, et peut devenir ensuite objet d’exposition.

Les interventions devront s’intéresser à une collection ou à un document (monographique, cartographique, photographique, filmographique, archivistique, manuscrit ou de littérature grise, objets d’art ou ethnographiques), dans cette dimension objective et/ou muséale.

Les trois « étapes » exposées plus haut, constitutives de nos fonds documentaires, pourront être, ensemble ou séparément, la matière des présentations.

Comment une collection a-t-elle été constituée. Son origine est-elle un voyage, des voyages ? A-t-elle elle-même voyagé ? Quels témoignages donnent-t-elle des relations entre France et Asie ? Que différencie collections institutionnelles et privées ?

  • Qu’est-ce que la conservation des collections : ses aspects sémantiques (homogénéité ou non…, intégrité ou non…, pérennité des politiques documentaires…) ; ses aspects techniques (la conservation matérielle selon les types de documents)
  • Qu’est-ce qu’une collection de documents sources ? Des collections, des documents sont-ils devenus des objets d’études, en dehors de leurs contenus ?
  • Qu’est-ce que « faire parler » un document ? Qu’est-ce qu’exposer des documents ? Les multiples manières de les « mettre en scène » (expositions « réelles » / expositions virtuelles) pourront être traitées sous forme de retours d’expériences.

Ces questions, destinées à guider les intervenants dans leur réflexion, ne peuvent qu’en amener d’autres.

Vos propositions d’interventions devront être envoyées avant le 15 avril 2017 à l’adresse suivante : christophe.caudron@univ-amu.fr

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website