Table ronde « Face aux barbares. Chine, Japon, Corée à l’épreuve des impérialismes »

Table ronde organisée par ECLA (Espace des Cultures et Langues d’Ailleurs) avec la participation de Xavier Paulès (EHESS-CCJ), Emmanuel Lozerand (INALCO) et Alain Delissen (EHESS-CCJ), et Hélène Blais (ENS) comme modératrice.

Mercredi 29 mars 2017 à 11h
Salle Dussane, 45 rue d’Ulm 75005

Entrée libre dans la limite des places disponibles
Inscription : estelle.figon@ens.fr

Site de l’ENS : http://www.ens.fr/actualites/agenda/article/face-aux-barbares-chine-japon

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Projection débat « Fukushima : les voix silencieuses »

Événement organisé dans le cadre du séminaire « Enjeux et perspectives du Japon contemporain », co-organisé par Brice Fauconnier et Adrienne Sala, en collaboration avec l’Inalco et l’Université Paris Diderot : « Fukushima : les voix silencieuses« , film documentaire de Chiho SATO et Lucas RUE.

La projection sera suivie d’un débat en présence des réalisateurs, puis de l’intervention de l’écrivain Mizubayashi Akira à l’occasion de la publication de son dernier roman.

Mercredi 22 mars, 18h-20h
Amphithéatre 4, Inalco
65 rue des grands moulins, 75013 Paris

Entrée libre selon les places disponibles

Affiche (pdf)

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Appel à candidatures : poste de Lecteur à l’Université Lille 3, poste de ATER à l’Université de Toulouse

La section de japonais de l’Université de Lille 3 recrute pour un poste de Lecteur.

La section de japonais de l’université Charles-de-Gaulle Lille 3 propose un poste de lecteur pour la rentrée 2017. Ce lecteur devra être de nationalité japonaise. Il assurera, à raison d’une douzaine d’heures par semaine, des cours d’expression orale et d’expression écrite en licence, de la première à la troisième année. Une expérience préalable de l’enseignement à l’université serait la bienvenue.

Si ce poste vous intéresse, veuillez envoyer un dossier de candidature (CV et lettre de motivation) aux responsables de la section des études japonaises de l’université Lille 3 : Brigitte Lefèvre et Rie Takeuchi

UFR LLCE – ERSO – Section de japonais
Université Charles-de- Gaulle – Lille 3
Domaine universitaire du pont de Bois, Rue du Barreau
BP 60149
59653 Villeneuve d’Ascq  – Cedex

La section de japonais de l’Université de Toulouse Jean Jaurès recrute pour un poste de ATER.

Les personnes intéressées peuvent se porter candidates aux postes d’ATER de la section de japonais de l’université de Toulouse Jean Jaurès par le biais de ce portail web (avant le 21 mars 2017) puis en envoyant leur dossier papier (avant le 23 mars 2017, cachet de la poste faisant foi) à :

Université de Toulouse Jean Jaurès
DRH – Pôle enseignants
5 allées Antonio Machado
31058 TOULOUSE Cedex 9

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Publication récente : Un fonctionnaire lettré Miyoshi no Kiyoyuki (847-918) en son temps

Publication récente  : Un fonctionnaire lettré Miyoshi no Kiyoyuki (847-918) en son temps de Francine Hérail.

Les fonctionnaires diplômés de la prestigieuse voie des Lettres étaient dans le Japon de leur temps les meilleurs connaisseurs de la littérature chinoise, poésie, histoire, œuvres philosophiques, qu’ils étudiaient pendant plusieurs dizaines d’années avant d’accéder à un poste de responsabilité. Leurs études leur fournissaient un modèle de gouvernement fondé sur la morale (et non sur les châtiments), sur une application stricte des lois et règlements, judicieusement établis et révisés pour le bien du peuple, ainsi que sur une gestion des carrières tenant compte des mérites. Mais ils étaient aussi respectueux des précédents et des statuts sociaux. Or celui de membre du conseil des hauts dignitaires dépendait surtout de la naissance dans une famille ayant déjà fourni des hauts dignitaires et, pour les premiers du conseil, d’une alliance matrimoniale avec la maison impériale. Dès l’époque de Heian, les relations personnelles ont tendu à peser de plus en plus, permettant une gestion plus souple et un moindre respect des lois et règles. Les fonctionnaires lettrés se trouvaient donc dans une position difficile. Ils se jugeaient les plus aptes à proposer les meilleures règles permettant un gouvernement juste et stable, conforme aux meilleurs modèles de la Chine, mais leur capacité pour ralentir l’évolution du pays vers un éloignement progressif du modèle bureaucratique ne pouvait que rester faible.

C’est ce dilemme qu’illustre la vie et la carrière de Miyoshi no Kiyoyuki, 847-918. Malgré l’absence de précédent dans sa famille, il réussit à entrer au conseil des hauts dignitaires au grade d’auditeur, récompense d’un travail acharné et de la production de rapports portant sur la réforme de l’administration et, trait qui lui est propre, aussi sur la voie du Yin et du Yang, sans compter deux biographies. Mais la composition poétique en chinois, considérée comme l’activité reine des lettrés, était pour lui un point faible, ce qui nuisit à sa réputation en son temps.

Les fonctionnaires lettrés étaient nécessaires comme rédacteurs de la correspondance administrative écrite entièrement en caractères chinois. Mais dans les séances officielles de la cour, la lecture en était faite en japonais par transposition immédiate du chinois : réorganisation de la construction des phrases, ajout de désinences verbales et de prépositions et traduction de la plupart des noms, verbes et adjectifs. Cependant certains d’entre eux pouvaient déjà être prononcés à la chinoise avec une prononciation qui tendait à s’éloigner de celle de la Chine des Tang. Tous les fonctionnaires, même ceux qui n’avaient pas fait des études aussi longues et complètes que celles des lettrés, maîtrisaient la langue de l’administration courante aussi bien à l’écrit qu’à l’oral.

Éditions de Boccard
Collège de France, Institut des hautes études japonaises
Paris, 2016
204 p., 21 EUR
ISBN : 978-2-913217-36-2

Site de l’éditeur : http://www.deboccard.com/fr/category/15012-Produit-9782913217362.html

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Ennobling the Savage Northeast: Popular Visions of Tōhoku, 1980-2011

Nathan HOPSON, Professeur à l’Université de Nagoya, invité à l’EHESS en mars 2017, donnera une conférence dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon le 16 mars 2017.

Northeast Japan (Tōhoku) became the subject of world attention six years ago, with the triple disaster of March 2011. However, Tōhoku’s history and significance to emic understandings of Japanese self and nationhood remain poorly understood. This lecture explores the region’s place in postwar Japanese thought, focusing on the period 1980-2011. After 1945, a group of mostly local intellectuals attempted to overcome this image and rehabilitate the Northeast as a source of new national values. In the 1980s, this early postwar Tōhoku recuperation movement became a critical source for antimodern, anti-Western, neoconservative valorization of native Japanese identity. Reconceived as a repository of unspoiled and authentic Japanese national roots and traditions, the Northeast was drafted into the culture wars to support the idea that Japanese culture enjoyed a special destiny as the panacea for modernity’s ills.

Jeudi 16 mars de 11h00 à 13h00
EHESS, Salle 7, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Le Japon en cartes : collection des cartes du Japon sur Gallica

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

La base des données cartographiques du Japon (XVIe-XXe siècles) est consultable sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/html/und/cartes/cartes

Les collections de cartes du Japon de la Bnf ont été constituées par deux fonds importants : dépôt des cartes du service hydrographique de la Marine et de la collection d’Anville

Le département des Cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France a été créé en 1828 sous la direction de Edme François Jomard (1777-1862) ancien ingénieur géographe ayant participé à la campagne d’Egypte de Bonaparte. En France, cette création est contemporaine du développement des sciences géographiques et de la connaissance de la Terre.
Les collections ont été constituées au départ par les cartes de la Bibliothèque du Roi et par les saisies révolutionnaires, comme celles provenant de l’ancienne abbaye Saint-Victor à Paris. L’accroissement des collections fut alimenté par le Dépôt légal des cartes et par une politique d’acquisitions conduite par les directeurs successifs. Au XXe siècle, sont entrés deux fonds importants : les archives anciennes du Dépôt des cartes de la Marine, comprenant plus de 15 000 documents, et la collection du géographe parisien Jean Baptiste Bourguignon d’Anville comptant 10 500 documents, provenant du ministère des Affaires étrangères.

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website