Le marché japonais à l’épreuve de la spéculation : expérience et leçons de la « bulle spéculative » de la fin des années 1980

Cléa PATIN, Maître de conférences à l’Université Jean Moulin – Lyon 3, donnera une conférence dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon le 2 mars 2017.

Cléa PATIN est l’auteur de l’ouvrage La fabrique de l’art au Japon (CNRS Editions, 2016).

Le rôle très actif des Japonais sur le marché de l’art international dans la seconde moitié des années 1980 a fait couler beaucoup d’encre, tant dans la presse nationale et étrangère, que les magazines spécialisés. Aux États-Unis et en Europe surtout, les Japonais ont été accusés de s’approprier de manière indue les « trésors » des pays occidentaux. Certes, le marché de l’art, dominé par les acheteurs nippons, a fourni un exemple très pur des phénomènes d’enchaînement des records, dans un objectif de rendement à court terme. De nouveaux opérateurs issus des milieux d’affaires et de la finance, rassurés par la publicité des prix en ventes publiques, stimulés par la liquidité potentielle des biens d’art et grisés par leur pouvoir d’achat, ont alors commencé à acquérir des œuvres en masse à New York, Londres ou Paris, avec le soutien de leurs mar­chands. Parallèlement, d’autres acheteurs – surtout de grands entrepre­neurs – ont aussi caressé des idéaux qui transcendaient leur sens des affaires. Heureux et fiers de pouvoir enfin posséder des chefs-d’œuvre internationalement reconnus, ils ont cherché à ouvrir leurs collections, à faire venir au Japon des tableaux dont beaucoup n’avaient vu que des reproductions, à diffuser l’art au sein de la société. La bulle a-t-elle donc mis en place des forces profondes, le Japon souhaitant agir dans le concert des nations sur la scène artistique mondialisée ? Les Japonais de l’époque ont-ils véritablement assumé une ambition de dominer le mar­ché international ? Quelles ont été les conséquences de l’éclatement de la bulle sur le quotidien des galeries et les mentalités ?

Si à l’époque la presse occidentale était particulièrement critique et acerbe, il ressort aujourd’hui que c’est bel et bien le Japon, victime d’asymétries informationnelles très fortes avec les vendeurs occidentaux, qui est sorti grand perdant de cette période d’emballement. Aussi conjoncturelle soit-elle, la parenthèse de la bulle spéculative a imprimé dans l’inconscient collectif un profond traumatisme, qui n’a pas fini de han­ter les acteurs du marché de l’art. Nous verrons d’abord que les années 1987-1989, ont vu s’opérer un élargissement spectaculaire du marché. Grisés par leurs succès financiers, des spéculateurs ont dès lors perçu dans l’investissement artistique un moyen de diversifier leur acti­vité, de contourner les restrictions tardives imposées par les autorités sur les autres marchés, voire de mener quelques opérations peu licites à des fins de refinancement ou d’évasion fiscale. Malgré un léger décalage sur le marché de l’art, tous ont cependant été rattrapés par la récession au début des années 1990, qui a engendré faillites et scan­dales en chaîne, ainsi qu’un reflux massif des œuvres.

Jeudi 2 mars de 11h00 à 13h00
EHESS, Salle 7, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Histoire de l’habitat idéal. De la Source aux fleurs de pêcher à l’urbanité insoutenable

Conférence d’Augustin Berque (CRJ-EHESS) intitulée 「理想住まいの歴史−−『桃花源記』から持続不可能な都市性へ」à la Maison franco-japonaise à Tokyo le mardi 21 mars 2017.

Conférence à l’occasion de la parution de la version japonaise de l’ouvrage « Histoire de l’habitat idéal : De l’Orient vers l’Occident« .

自然のふところに近く隠遁の住まいをもつ理想は長い歴史をもつ。その歴史は西洋ではアルカディアの神話に, 東洋では大同の神話にさかのぼり, 六朝時代の中国では風景の発明があった。しかし20世紀の末に拡散的都市化が進み, その環境に対する影響は持続不可能なものである。

L’idéalisation de la maison individuelle au plus près de la nature a une longue histoire, qui remonte en Occident au mythe arcadien et en Orient au mythe de la Grande Identité (Daidou), en passant par l’invention du paysage dans la Chine des Six Dynasties, pour aboutir, vers la fin du XXe siècle, à l’urbain diffus (kakusan toshika), dont l’empreinte écologique est insoutenable.

Mardi 21 mars 2017 / 18h – 19h30
Maison franco-japonaise, Auditorium
Conférence en japonais sans traduction

Inscription obligatoire : https://www.mfjtokyo.or.jp/fr/events.html

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Construire une maison moderne dans le Japon des années 1920 et 1930

yola-gloaguen

Yola GLOAGUEN (Collège de France / CRCAO) donnera une conférence intitulée « Construire une maison moderne dans le Japon des années 1920 et 1930 : Divergence et harmonisation des savoir-faire et des techniques dans le processus de création architecturale » dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon le 16 février 2017.

À l’été 2015, la Cité de l’architecture et du patrimoine à Paris présentait une exposition intitulée « Japon, l’archipel de la maison ». Organisée en trois sections thématiques – « Maison d’hier », « Maison de Tōkyō », « Maison d’aujourd’hui » – cette exposition « cherchait à donner des repères historiques et contextuels clairs pour mieux comprendre l’élaboration de ces lieux de vie, que sont avant tout les maisons dessinées par des architectes au Japon ».

L’objectif ainsi énoncé fait directement écho à la recherche à laquelle je me consacre depuis une dizaine d’années, sur la conception et la construction de l’habitat individuel moderne au Japon. Dans la perspective d’une histoire globale de l’architecture moderne, le but de cette recherche est de fournir les éléments nécessaires à la compréhension de la période de l’Entre-deux-guerres ; celle-ci constitue en effet une étape cruciale de la transformation des maisons traditionnelles japonaises en bois, conçues et construites par des charpentiers, en maisons contemporaines d’architectes. Par leur remise en question du paradigme occidental du mode d’habiter et de la conception de l’espace, ces dernières engendrent à la fois fascination et interrogation, voire une certaine incompréhension. Pourtant, la rencontre entre le Japon et le monde occidental de la fin du XIXe siècle et les influences croisées qui en découlèrent sont au cœur de ce processus. De ce point de vue, les dynamiques d’assimilation, mais également de divergence à l’œuvre sur le plan de la conception et de la construction architecturale restent largement méconnues.

La recherche conduite entre le Japon et la France a été jusqu’à présent menée sous la forme d’une étude de cas, celui de l’architecte tchèque naturalisé américain Antonin Raymond (1888-1976) et des villas qu’il réalisa avec son équipe dans le Japon de l’Entre-deux-guerres. En partant du postulat selon lequel le contexte japonais des années 1920 et 1930 avait conditionné l’acquisition et l’élaboration d’un certain nombre d’outils théoriques et pratiques, le travail proposait de décrypter le processus de conception architectural qui avait conduit Raymond à créer quelques-unes des réalisations de référence de l’architecture moderne des années 1920 et 1930 au Japon. La présentation sera consacrée aux diverses facettes de ce processus ainsi qu’à leur application concrète dans la réalisation de villas, en accordant une attention particulière aux questions de divergences et d’harmonisation des savoirs et des techniques.

Jeudi 16 février 2017 de 11h00 à 13h00
EHESS, Salle 7, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Soutenance de thèse de doctorat d’Alice Berthon

Alice Berthon (INALCO) soutiendra sa thèse de doctorat intitulée « Le Japon au musée. Le Musée national d’ethnologie et le Musée national d’histoire et de folklore : histoire comparée et enjeux » à l’INALCO le mercredi 22 février 2017.

Le jury sera composé de :

M. Alain Delissen, Directeur d’étude, EHESS,
M. Samuel Guex, Professeur-associé, Université de Genève,
M. Michael Lucken, Professeur des universités, Inalco,
M. Christophe Marquet, Professeur des universités, Inalco,
Mme Mayumi Sekizawa, Professeur des universités, Musée national d’histoire et de folklore (Japon).

Mercredi 22 février 2017, à 13h (Attention, l’horaire a été avancé d’une heure et ne correspond plus à l’affichage sur le site de l’Inalco)
Les salons de l’Inalco, 2 rue de Lille 75007

En 1974 et 1981, deux musées nationaux d’un genre nouveau ont été fondés au Japon : successivement, le Musée national d’ethnologie dans le Kansai, et le Musée national d’histoire et de folklore dans le Kantô. Le premier expose l’ensemble des cultures étrangères ainsi que celle de l’archipel, à travers une approche ethnologique, quand le second se concentre sur l’histoire, le folklore et l’archéologie du Japon. Ce travail vise à analyser le processus de construction et la manière dont le Japon est (re)présenté à travers ces deux musées, en les inscrivant dans une histoire aussi bien muséale que disciplinaire. Leur création dans un Japon en plein essor économique et, par surcroît, qui venait de rejoindre les grandes puissances sur la scène internationale, les associe d’emblée à une volonté de positionner la culture et l’histoire nationale, afin de rendre compte de son particularisme, ou encore de son homogénéité ; théories alors largement répandues à cette période. Si ce contexte idéologique rejaillit en partie dans les choix muséographiques et programmatiques, ce n’est pas tant pour y adhérer que sous forme de tensions propres au caractère national de ces deux musées. La muséographie étant à la charge des chercheurs et non des conservateurs, ce sont d’abord des enjeux disciplinaires qui conditionnent l’exposition. La tension se situe aussi bien dans la peur de l’instrumentalisation que dans l’exigence de la rigueur scientifique pour se légitimer ; ce qui se traduira sous forme de négociations et d’ajustements entre l’autorité du discours scientifique et celui, plus politique, de l’État-nation.

Un pot suivra la soutenance. Afin de le prévoir, merci de confirmer votre présence par mail alice.berthon@gmail.com

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Appel à candidatures : Prix de thèse de la SFEJ 2017

La campagne de candidatures pour le Prix de thèse Okamatsu Yoshihisa de la SFEJ 2017 est ouverte. La date limite de dépôt des candidatures est le 30 avril 2017 (heure de Paris).

Le Prix de thèse Okamatsu Yoshihisa 2016 a été décerné à M. Thomas Garcin pour sa thèse intitulée : « Récit autoritaire, thème de la pureté et place du lecteur dans Yûkoku (Patriotisme) et Honba (Chevaux échappés) de Mishima Yukio »

Appel à candidatures (pdf)

La Société Française des Etudes Japonaises (SFEJ) décernera en 2017 le deuxième Prix de thèse Okamatsu Yoshihisa récompensant une thèse de doctorat soutenue au cours de l’année précédente. Le prix est doté d’un montant de mille euros. Le prix est ouvert aux candidats de toutes nationalités.

Les conditions d’éligibilité sont les suivantes :

1. La thèse traite principalement du Japon. Il n’existe aucune limitation portant sur la discipline.
2. Une part importante de la bibliographie est composée de sources en langue japonaise.
3. La thèse doit avoir été rédigée en français dans une institution universitaire européenne.
4. La thèse doit avoir été soutenue entre le 1er janvier 2016 et le 31 décembre 2016.

Le jury est composé de spécialistes choisis par le Conseil de la SFEJ en fonction des thèses en compétition. Le vote final se déroule à bulletin secret. Le résultat des délibérations sera annoncé à l’occasion de l’Assemblée générale de la SFEJ qui se tiendra cette année en décembre à Paris.

Le dossier de candidature complet doit être envoyé par voie électronique avant le 30 avril 2017 (heure de Paris) à l’adresse secretariat@sfej.asso.fr. (Indiquez comme objet du mail : prix de thèse 2017)

Les pièces à fournir sont les suivantes :

1. Un exemplaire de la thèse au format PDF.
2. Un résumé de la thèse (5 pages maximum) avec 5 mots clés (discipline, etc.).
3. Une copie du rapport de soutenance.
4. Un curriculum vitae.

Veillez à regrouper toutes les pièces attachées en un seul dossier zippé, portant le nom du candidat (Ex : prixdethese.prénom.nom).

NB : Un exemplaire papier de la thèse sera demandé aux candidats retenus à l’issue de la présélection.

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Parution récente : « Penser Avec Fukushima »

Publication récente : Penser Avec Fukushima (ouvrage collectif sous la direction de Christian Doumet et Michaël Ferrier).

A fait l’objet d’une courte présentation sur France Culture : https://www.franceculture.fr/emissions/deux-minutes-papillon/penser-avec-fukushima

« Penser avec Fukushima » : avec prend ici la place d’un autre mot qu’on attendrait, mais qu’on doit s’interdire d’écrire, du moins tant qu’on n’a pas réfléchi à ce qu’il signifie désormais : après. L’ensemble d’événements rassemblés sous le nom de Fukushima n’a en effet pas achevé son déroulement, quoi que certaines voix intéressées essaient d’en dire, et c’est pourquoi après serait une erreur objective. Il n’y a pas, pour l’instant, d’après Fukushima, et au fond, l’alarme dont ce livre est aussi la traduction tient à ce détail sémantique d’importance majeure.
S’il n’y a pas d’« après-Fukushima », au sens où on pourrait passer à autre chose, « dépasser » Fukushima, il existe en revanche un monde – à décrire, à critiquer, mais aussi à construire et à accompagner – à partir de cette catastrophe. Les auteurs que réunit ce livre, venus d’horizons variés (géographie, histoire de l’art, japonologie, littérature, philosophie, poésie), s’efforcent tous de penser le monde sur lequel pèse l’ombre de Fukushima, avec Fukushima, c’est-à-dire en tenant compte de cet événement, des nouveaux paradigmes qu’il suscite et des nouvelles réflexions qu’il exige, dans la proximité sans cesse renouvelée de ses paysages et de ses habitants.

Éditions Cécile Defaut
Septembre 2016
ISBN : 9782350183800
304 p., 24 EUR

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website