Des Japonais « plus rusés que jamais » : La Corée face à la menace japonaise, 1530-1590

Conférence de Guillaume Carré (CRJ-EHESS) dans le cadre du séminaire interdisciplinaire « Histoire du Japon moderne et contemporaine : permanences et ruptures », le 21 mars 2019. 

Au XVIe siècle, la Corée de Chosŏn, dans le cadre du dispositif diplomatique et commercial patronné par l’empire Ming, appliquait d’une manière particulièrement draconienne une politique de restriction des échanges qui limitait son commerce maritime quasiment aux seuls Japonais. Cela ne suffit cependant pas pour épargner au royaume les turbulences qui secouèrent les mers d’Asie orientale à cette époque. En effet la contrebande sino-japonaise qui se développa au milieu du siècle en profitant de l’envol de la production d’argent au Japon et du dynamisme économique de la Chine du sud, fit monter l’inquiétude des autorités coréennes, confrontées à de graves incidents dans le sud du pays.  Elles craignaient en effet un possible retour des terribles « pirates japonais » qui avaient ravagé leurs côtes au 14e siècle, et qui semblaient désormais s’être équipés en armes à feu, à une époque où les arquebuses occidentales commençaient à se répandre dans l’Asie maritime. La Corée entreprit donc de se préparer à cette menace en se réarmant, surtout en artillerie, et en réorganisant son commandement militaire. C’est pourquoi les Coréens se crurent prêts à affronter les armées japonaises de Toyotomi Hideyoshi lorsque celles-ci se lancèrent à l’assaut de la péninsule en 1592 : mais les premiers désastres allaient leur faire prendre toute la mesure de leurs mécomptes, et changer radicalement le destin de la dynastie.

Jeudi 21 mars 2019, de 11h à 13h
EHESS 
(salle A06-51) – 54 boulevard Raspail 75006 Paris

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique

More Posts - Website


Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique