Sociologie des classes populaires dans le Japon contemporain

Sociologie des classes populaires dans le Japon contemporain
École des hautes études en sciences sociales
Centre de recherches sur le Japon
2019-2020

1er, 3e et 5e vendredis du mois de 11 h à 13 h
EHESS , salle A07_37, 54 bd Raspail 75006 Paris

Aleksandra Kobiljski (CCJ-CRJ )
Nicolas Pinet (CCJ-CRJ)

Ce séminaire se propose d’aborder la société japonaise « par le bas » en s’intéressant aux structurations et recompositions des classes populaires dans le Japon contemporain. Il s’appuiera de façon privilégiée sur les matériaux collectés durant une enquête ethnographique de 5 ans (2012-2017) dans un quartier populaire de Tokyo – dans un ensemble d’habitat social, d’une part, et auprès de personnes installées dans un parc des environs, d’autre part. Divers travaux de sociologie et d’anthropologie sur des thématiques liées seront aussi mobilisés et les étudiant.e.s devront lire un ou deux textes brefs (articles ou chapitres d’ouvrage, en anglais ou en français) avant chaque séance. Chemin faisant, des questions liées aux méthodes de l’enquête empirique seront aussi mises en discussion.
 

15 novembre : Introduction. Les classes populaires au Japon : construction sociologique d’un objet d’étude

 6 décembre : Sociohistoire d’une nébuleuse : les mondes populaires d’hier à aujourd’hui

– 17 janvier : Espaces urbains, espaces sociaux : l’inscription territoriale des classes populaires urbaines

– 31 janvier : Les classes populaires au travail : emplois réguliers, emplois précaires

Angles d’approche. I. Vivre dans les mailles du « filet de sécurité » : les grands ensembles d’habitat social

– 7 février : Politiques publiques de logement : les classes populaires vues d’en haut

– 21 février : Familles et parcours de vie

– 6 mars : Vie collective et associations d’immeubles

– 20 mars : Sociabilités institutionnelles : du Parti communiste aux nouvelles religions

Angles d’approche. II. En-dessous du filet de sécurité : tentes bleues et travail des canettes

– 3 avril : Devenir nojukusha dans le nord-est de Tokyo

– 15 mai : Vivre dans un parc : projection-débat autour d’un documentaire

 29 mai : Lignes de fractures. Burakumin, Coréens zainichi, migrants et étrangers

– 5 juin : Classes populaires à l’écran : cinéma et représentations des mondes sociaux subalternes

Contact : npinet@ehess.fr

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique

More Posts - Website


Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search