La situation à Fukushima aujourd’hui : Cécile Asanuma-Brice avec France Inter

Cécile Asanuma-Brice, sociologue, chercheur CNRS, associé au CRJ et co-directrice de MITATE Lab. , nouveau projet international de recherche lancé par le CNRS sur les questions relatives à Fukushima, était en mission accompagnée par Giv Anquetil, journaliste de France Inter, pour une série de documentaires radio concernant la situation à Fukushima et l’accueil des jeux olympiques dans la région.
 
Après une interview au parlement japonais du premier ministre japonais au moment des faits de mars 2011, Naoto Kan, Cécile Asanuma-Brice (CNRS) et Giv Anquetil (France Inter) ont sillonné l’ancienne zone d’évacuation de Fukushima pour y effectuer de nombreux interviews auprès des habitants: Association de mesures citoyennes, Centre d’archives de la catastrophe de TEPCO et interviews de ses responsables, interviews d’organisations en charge d’échographie de la thyroïde, visite du tribunal de grande instance de Fukushima lors de procès pour la reconnaissance de la contamination d’enfants de Fukushima, interviews d’habitants, réfugiés ou de retour dans leur commune d’origine. 
 
Des compte-rendus des entretiens tirés de cette mission sont accessibles depuis le 9 mars sur le site de France Inter ici.
 

Alors que le gouvernement s’apprête à rouvrir aux chalands les stations de train des trois communes qui jouxtent la centrale nucléaire endommagée et envisage de faire passer la flamme olympique sur le tronçon de la route nationale qui traverse le département du nord au sud en passant à quelques kilomètres de la centrale, Giv Anquetil a suivi Cécile Asanuma-Brice dans ses enquêtes auprès des habitants afin de comprendre la position dans laquelle ils se trouvent acculés. Relâchement des eaux contaminées stockées dans des réservoirs autour de la centrale qui risque d’impacter l’activité de pêche, augmentation des cancers de la thyroïde chez les enfants de moins de 18 ans malgré la volonté des autorités de cesser les diagnostiques systématiques dans les écoles, procès sur la responsabilité de TEPCO acquittant ceux perçus comme responsables selon les plaignants, retour contraint des habitants dans des zones désertées encore irrégulièrement contaminées, les problèmes sont encore à foison dans la région et justifie un travail sociologique et concernant le fonctionnement des écosystèmes, d’ampleur que ce nouveau cadre mis en place par le CNRS, MITATE Lab., donnera toute latitude d’effectuer. A suivre…

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique

More Posts - Website


Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search