Nippon ni portes : exploration des cultures techniques au Japon

Entretien avec Aleksandra Kobiljski sur le projet J-InnovaTech

Chargée de recherche CNRS et directrice du Centre de recherches sur le Japon au sein du laboratoire Chine, Corée, Japon (CCJ, UMR8173, CNRS / EHESS / Université de Paris), Aleksandra Kobiljski a obtenu, en 2018, un financement ERC Starting Grant, pour le projet J-INNOVATECH – Beyond Eureka: The Foundations of Japan’s Industrialization, 1800-1885. Avec ce projet, l’historienne du Japon a pour objectif de remettre en question la compréhension actuelle de la façon dont le Japon est devenu une puissance indus- trielle mondiale.

Pourquoi avez-vous postulé à l’ERC ?


Postuler à une ERC n’allait pas de soi. Comme un certain nombre de collègues de ma génération, j’étais sceptique face à l’émergence d’une culture de la recherche sur projet et sur son implication à long terme. Je savais parfaitement que, dans une partie de mon milieu professionnel en France, l’appellation « jeune chercheuse dynamique » ou « chercheur-entrepreneur » n’était pas toujours un compliment et pouvait représenter une mise en danger professionnelle.

Cependant, après de multiples échanges et un soutien de la part de mon directeur adjoint scientifique (DAS) à l’InSHS, j’ai pris conscience de l’impact des soumissions françaises à l’ERC dans le cadre de la politique de l’InSHS pour le rayonnement de la recherche française. Une collègue m’a invitée à intégrer mes réserves de fond sur l’ERC dans le projet lui-même car je travaille sur l’innovation au Japon contemporain. Lors de mon
oral, je me suis permis de parler très librement des angles morts qui produisent une focalisation excessive sur la ground-breaking research et les recherches innovantes.

Durant les sept minutes à ma disposition, j’ai ainsi pu exposer mes réserves qui ont été entendues ! Non seulement mon projet a été retenu dès la première soumission — ce qui est assez exceptionnel — mais en plus, J-InnovaTech a été sélectionné comme l’un des huit projets phares sur la totalité de la promotion de lauréats ERC (sciences dures et SHS).

Il s’agit d’un projet d’histoire des techniques et, particulièrement, d’histoire de l’innovation au Japon. Pouvez-vous nous dire dans quelle mesure il s’inscrit également dans une histoire transnationale et quels liens il entretient plus généralement avec l’histoire économique au sens large ?

Le projet repose sur un constat simple, voire un paradoxe : nous n’avons pas encore une compréhension fine du processus de l’industrialisation japonaise alors qu’il s’agit de la troisième économie mondiale. Le Japon est aujourd’hui le premier investisseur asiatique en France, le cinquième pays créateur d’emplois sur notre territoire et un partenaire stratégique de l’Union européenne.

Or, les acteurs industriels japonais d’aujourd’hui sont soit, en grande partie, des entreprises qui étaient déjà importantes et actives sous le Shogunat (tout en étant des acteurs moteurs de cette transition), soit des entreprises ayant émergé pendant la période charnière du milieu du xixe siècle. L’histoire économique a réservé une place importante au Japon comme modèle pour les pays en développement. Ce modèle a été vivement critiqué. Il ressort de ces critiques une vision de l’industrialisation japonaise tendue entre deux perspectives. La première perspective serait un « héroïsme technocratique visionnaire » des oligarchies Meiji qui auraient su non seulement
s’emparer des techniques occidentales mais aussi les dépasser. La deuxième perspective souligne davantage les méfaits de l’industrialisation sur le tissu de la société japonaise, sur la dégradation du territoire, des traditions artisanales et de leur esthétique. Aucune de ces perspectives n’a conduit à une réflexion sur les évolutions de la culture technique. Or, les aspects techniques sont la clé de voûte pour toute compréhension fine de l’industrialisation. Étudier cet aspect est donc indispensable pour comprendre la réussite du Japon.

Le projet J-InnovaTech propose d’examiner la culture technique japonaise, particulièrement la période 1800-1885 : un choix chronologique qui contredit le découpage classique de l’histoire du Japon. Traditionnellement, en effet, la période retenue est divisée en deux époques : l’ère Tokugawa (1600-1868) et l’ère Meiji (1868-1912). En optant pour cette périodisation 1800-1885, le projet permettra de questionner le processus d’industrialisation en s’affranchissant d’un découpage peu opérationnel, puisqu’il postule que 1868 et la fin du Shogunat représentent une charnière du passage vers l’ère industrielle de Meiji. Ce choix chronologique soulève néanmoins le problème de la formation et de l’accès aux riches corpus d’archives. Nombre d’entre eux sont dispersés, hétérogènes, difficiles d’accès ou d’une interprétation complexe. En fédérant des chercheurs japonais convaincus de la pertinence de cette approche, ce projet permet de renouveler une analyse dégagée des clivages sectoriels et chronologiques. C’est sur ce point qu’un projet européen devient indispensable pour la production de savoirs sur le Japon.

Ajoutons que ce projet apportera aussi beaucoup à l’Europe. Il conduit directement à remettre en question la façon dont nous concevons l’innovation et aura pour effet d’enrichir considérablement notre réflexion sur un sujet de très grande actualité. Il nous invite à aller au-delà du réflexe Eureka : l’idée qu’un breakthrough ou qu’un moment important d’un processus d’innovation est un moment d’ingéniosité solitaire, une percée, un game changer (changement de donne). L’industrialisation japonaise abordée de cette manière souligne les mécanismes
d’émergence et de développement de l’innovation. Or, comprendre ce phénomène prend un sens stratégique face à la mondialisation qui pousse précisément à une compétition en matière d’innovation.

Mon projet met en lumière deux points. Premièrement, l’innovation n’est pas qu’une disruption, une rupture, un nouveau départ. Elle peut se manifester de façon différentielle, consister en un changement à petite échelle, à la marge ; cela peut être une accumulation d’ajustements sur des périodes relativement longues de tâtonnements cumulés qui font une grande différence à long terme. Deuxièmement, le travail le plus innovant n’est pas toujours le plus mis en avant par les acteurs. Malgré tout, l’absence de buzz n’implique pas l’absence d’innovation. Les archives nous le rappellent : l’innovation ne part jamais de zéro. La nouvelle oeuvre naît en s’inscrivant dans le vieux, dans l’existant. Plutôt que de vivre avec le fantasme que l’innovation « c’est du neuf et que le neuf c’est mieux », le projet propose — au-delà de l’examen de l’industrialisation japonaise — de contribuer à identifier toutes les options techniques qui sont à notre disposition pour envisager de nouveaux développements.

Pour lire la suite : la Lette d’information de l’InSHS du CNRS n°64 – mars 2020. Télécharger

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique

More Posts - Website


Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search