Comment administre-t-on un désastre dans une société qui rentabilise jusqu’au risque lui-même ?

CNRS Hebdo fait zoom sur MitateLab de Cécile Asanuma-Brice

Quelques 160 000 personnes ont été évacuées suite à l’accident de la centrale de Fukushima Daiichi, après le tremblement de terre et le tsunami qui frappèrent le Japon le 11 mars 2011, il y a neuf ans. Mitate Lab est un programme de recherche international du CNRS qui a pour vocation d’étudier la réouverture de la zone d’évacuation autour de la centrale. Mitate Lab est co-porté par Olivier Evrard (CEA) et Cécile Asanuma-Brice, chercheuse CNRS associée au Centre de Recherches sur le Japon et accueilli à l’université Nihon (Japon) de Tokyo auquel participent le CNRS et le CEA.

Le 26 mars, la flamme olympique aurait dû passer par la zone évacuée autour de Fukushima suite aux tremblement de terre et tsunami du 11 mars 2011 et à l’accident de la centrale nucléaire qui en a découlé. Ce n’est que partie remise, les Jeux ayant été reportés au plus tard à l’été 2021. Un symbole fort pour les premiers Jeux olympiques organisés au Japon depuis cette catastrophe. « Cette initiative illustre parfaitement notre projet, assure Cécile Asanuma-Brice, chercheuse en sociologie urbaine au CNRS et co-responsable du projet Mitate Lab.1. Car la question sous-jacente à notre travail est : comment administre-t-on un désastre dans la société industrielle actuelle qui rentabilise jusqu’au risque lui-même ? »

Lire la suite….