Lancement du feuilleton Propos divers de Surugadai

Sundai zatsuwa 駿台雑話

Par Guillaume Carré

Le milieu académique tel qu’il fonctionne à notre époque ne m’aide guère, en temps normal, à trouver la signification profonde du travail universitaire. Que dire alors, dans cette situation de confinement forcé ?

POUR COMMENCER

Eh bien, gardant pour moi les résultats d’une introspection morose, je préfère après tout tirer profit de cette période, et mets à disposition de qui voudra bien la lire, la traduction d’un texte peu connu en France, mais que je lis avec plaisir depuis quelque temps déjà. L’auteur, Muro Kyūsō 室鳩巣, était lui aussi plus ou moins contraint au confinement lorsqu’il l’a écrit au début du XVIIIe siècle, confinement moins strict cependant que celui qui nous frappe aujourd’hui, puisque c’était surtout la maladie et la vieillesse qui l’empêchaient de sortir de chez lui. Mais elles lui laissaient toujours le loisir de recevoir ses amis. En tout cas, après Boccace, et avant Sade et tant d’autres, les Propos divers de Surugadai (Sundai zatsuwa 駿台雑話) nous prouvent que ces situations désagréables, voire tragiques (ou fantasmées), ne sont pas nécessairement néfastes pour la littérature. C’est déjà ça.


Ouvrage sans doute écrit par Kyūsō pour se distraire dans ses derniers jours, il m’a à mon tour apporté de la distraction : je compte la prolonger, et peut-être vous la faire partager, en le traduisant. Autant dire que je n’aborde pas ce travail comme une obligation de service, mais comme un passe-temps agréable, et que je continuerai tant que j’y trouverai du plaisir, puisque pour le moment (et c’est assez exceptionnel), ce n’est pas le temps qui me manque. Je compte publier une historiette par semaine, accompagnée de quelques notes et d’explications pour mieux en goûter la lecture. Mais rien d’une édition savante, comme on le verra. Les Propos divers de Surugadai sont réputés au Japon comme l’un des chefs-d’oeuvre de la littérature nationale, mais font partie de ces textes surtout connus pour leur célébrité, et que de nos jours, quasiment personne n’a lu. Les éditions récentes en sont relativement peu nombreuses, et n’ont pas beaucoup attiré l’attention des glossateurs. J’avance donc un peu à tâtons, surtout avec cette claustration qui ne facilite pas la consultation et la vérification des ouvrages de référence (mais elle n’est pas prévue pour durer toujours, non ?) : je réclame donc l’indulgence pour mes traductions sans prétention, que je serai sans doute amené à remanier au fur et à mesure que je progresserai. Je me base sur l’édition de poche publiée en 1936 par Mori Senzō (rééditée en 1996), chez Iwanami shoten.


En France, les images du Japon de l’époque d’Edo sont véhiculées par le cinéma et la bande dessinée, et on s’imagine en général un pays des samouraïs plein de bruit et de fureur, saturé d’héroïsme. Mais la lecture de témoignages des contemporains laisse souvent une toute autre impression. Dans leurs écrits, Muro Kyūsō et beaucoup d’autres nous dépeignent plutôt une société sans idéal, abandonnée aux charlatans, aux marchands de soupe, et aux béni-oui-oui. Cela ne vous rappelle rien ? Certes, les vieillards ont toujours vitupéré le temps présent, mais — peut-être parce que le monde de Kyūsō est à la fois à des années-lumière du nôtre, autant qu’un miroir de la réalité actuelle — persiste le charme que procure la lecture de ce confucéen ronchon et malicieux. Cette oeuvre ne permet pas seulement un accès facile à la pensée de Kyūsō, aux débats entre penseurs de son époque, et aux concepts fondamentaux du néoconfucianisme en général, mais fourmille aussi d’exemples tirés de la littérature chinoise ou japonaise, d’anecdotes de la grande ou de la petite histoire, ou même des souvenirs de l’auteur, datant en particulier de son séjour dans le fief de Kaga. Ce livre est aussi une fenêtre ouverte sur la société des Tokugawa, par laquelle nous parviennent les rumeurs de la cité d’Edo, et qui nous dévoile ce monde avec le regard de ses habitants. On comprendra en le lisant, je l’espère, que les confucéens valent mieux que leur réputation de vieilles barbes.

L’AUTEUR

Muro Kyūsō 室鳩巣est né en 1658, à Yanaka 谷中村 (actuellement quartier de Yanaka, à Tōkyō dans l’arrondissement de Daitō), un village de la province de Musashi dans le Kantō, tout proche d’Edo, la capitale shogounale. Son père, Muro Genboku (室玄樸1616-1684), était médecin. Kyūsō est un de ses noms de lettré ; son nom personnel était Naokiyo (直清), et son nom courant Shinsuke (新助ou信助).
En 1672, il est remarqué pour ses talents dans les lettres chinoises par le cinquième seigneur du fief de Kaga, Maeda Tsunanori, qui l’envoie à Kyōto se former auprès du confucéen Kinoshita Jun.an (1621-1699). Il passe ensuite plusieurs années au service du fief de Kaga, avant qu’un autre disciple de Kinoshita Jun.an, Arai Hakuseki (1657-1725), entré entre temps au service du shogounat, ne l’invite en 1711 à le rejoindre à Edo. Il sert dès lors, en tant que confucéen, trois shogouns successifs, Tokugawa Ienobu, Tokugawa Ietsugu et Tokugawa Yoshimune, et conseille à ce titre les réformes de l’ère Kyōhō à partir de 1716. En 1713, il reçut du shogounat une résidence à Surugadai 駿河台 (actuellement à Tōkyō dans le quartier de Kanda, arrondissement de Chiyoda, à proximité de l’université Meiji et de la station ferroviaire d’Ochanomizu). C’est là qu’il rédigea dans ses derniers mois d’existence les Propos divers de Surugadai (Sundai zatsuwa, « Sundai » étant une abréviation de « Surugadai »). Il s’éteint en 1734.

Retrouvez le feuilleton



Citer ce billet
Valentin Dubanet (2020, 6 avril). Lancement du feuilleton Propos divers de Surugadai. Carnets du Centre Japon. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ma2i

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search