Carnets Covid-19 : Entretien avec Ilaria Salomone, étudiante à l’EHESS

Les Carnets Covid-19 continuent de vous apporter des nouvelles des membres et amis du CRJ, cette semaine avec Ilaria Salomone, étudiante en Master en semestre Erasmus à l’EHESS, dirigée par Sébastian Lechelvalier.

Présentez-nous votre parcours ; qu’est-ce qui vous a amenée aux études japonaises ? Comment êtes-vous arrivée à l’EHESS ?

Mon parcours universitaire a commencé de façon un peu particulière. Pendant ma dernière année de lycée je ne savais vraiment pas quelle faculté choisir, parce que j’aimais plus ou moins tous les domaines de connaissance. Je venais d’un lycée à spécialité linguistique, mais je ne voulais pas d’un parcours “Langues et littératures”, parce que je ne voulais pas devenir professeur de lycée. C’est comme ça que je me suis inscrite en “Langues, marchés et cultures de l’Asie” à l’Université de Bologne. J’étais attirée par l’offre de formation multidisciplinaire, qui m’a permis d’étudier un peu d’économie, d’histoire de l’Asie, de relations internationales, ainsi que de maîtriser une langue asiatique et une langue européenne. Parmi les langues asiatiques, j’ai choisi le japonais parce que c’était une langue que j’avais rêvé d’étudier étant plus jeune. En ce qui concerne la langue européenne, j’ai choisi le français, que j’avais déjà étudié pendant huit ans et que j’aimais beaucoup. Ensuite, à la fin de ma licence, j’ai décidé de poursuivre en master, et j’ai pensé à Sciences Politiques, mais je ne voulais pas perdre mes connaissances en langue japonaise. Comme il n’y avait pas de master de japonais à Bologne, je me suis inscrite en “Langue, économie et institutions du Japon” à Ca’ Foscari, l’Université de Venise. J’y ai reçu une formation avancée en langue japonaise, surtout dans les domaines économique et politique, mais j’ai étudié moins de sciences sociales par rapport à ma licence, c’est pour cette raison que j’ai choisi de me rendre à l’EHESS grâce au programme Erasmus +. En outre, je voulais aussi connaître le milieu académique français, comme j’ai étudié la langue française pendant 12 ans.

Sur quel sujet porte votre travail ? Est-ce que la crise actuelle en modifie les enjeux ou en souligne certaines caractéristiques ?

Mon travail porte sur les possibles conséquences du vieillissement au Japon sur la dette publique japonaise, du point de vue du changement de la base d’investisseurs. En effet, même si la dette publique japonaise a augmenté, les taux de rendement sur les titres de la dette sont restés à un niveau très bas, alors qu’ils sont censés croître dans une situation pareille. Plusieurs théories affirment que la base d’investisseurs à majorité domestique est la cause de ce phénomène. Cependant, des études sur le mouvement du taux d’épargne au Japon ont constaté que les familles âgées consomment une partie de leur épargne pour répondre au coût de la vie pendant leur retraite. Il faut donc comprendre l’effet de cette réduction du taux d’épargne des ménages sur la base d’investisseurs de la dette, parce que ce phénomène pourrait avoir des conséquences sur les rendements des titres souverains. Pour le moment, il ne me semble pas que la crise actuelle puisse avoir des conséquences sur le phénomène.

Les difficultés rencontrées par l’enseignement supérieur et la recherche en Italie pendant cette crise sont-elles du même ordre que celles de l’ESR en France ? Vous semble-t-il qu’une continuité pédagogique parvienne à se mettre en place ?

Généralement, en Italie les cours sont beaucoup plus centrés sur l’exposé du/de la professeur(e), même si bien sûr on pose des questions aux étudiants. Je pense que cette façon d’organiser les cours est plus facile à transposer en ligne, parce que le/la professeur parle et les étudiants écoutent, alors que si tous doivent intervenir cela me semble plus difficile de le faire. Bien entendu, cela n’est pas un jugement sur la manière d’enseigner. En ce qui concerne le contexte français, j’arrive à suivre un séminaire en ligne, et pour les autres séminaires je reste en contact avec les professeurs, qui me donnent des articles et des livres à lire. Par conséquent, même si les modalités sont différentes par rapport à l’Italie, il me semble qu’une continuité pédagogique parvienne à se mettre en place en France aussi.

Quelles sont les conséquences concrètes du confinement sur votre travail de recherche ?

Personnellement, je travaille surtout à l’ordinateur, parce que les sources que je consulte sont difficiles à trouver en bibliothèque. Pour cette raison, il n’y a pas beaucoup de conséquences. Mon seul problème est que je n’ai pas de wifi, et je dois utiliser mon portable comme hotspot. Mais, heureusement, j’ai reçu beaucoup de gigas par mon opérateur téléphonique.

Le confinement affecte les étudiants d’une manière particulière (perturbation des enseignements, incertitude sur les validations, logement, isolement…). En tant qu’étudiante étrangère, ces difficultés vous paraissent-elles exacerbées ?

En ce qui concerne les enseignements, je trouve que nous sommes tous plus ou moins dans la même situation, mais l’incertitude sur les validations cause peut-être plus de problèmes pour les étudiants étrangers, parce que si je ne valide pas les cours je vais être en retard pour terminer mon master (dans ce cas, les frais universitaires deviennent un peu plus chers) et je vais perdre les points bonus sur la note finale qu’on donne pour les mobilités à l’étranger. Pour ce qui est du logement, heureusement, je n’ai pas de problèmes et je continue à recevoir ma bourse. J’ai aussi une colocataire, donc je ne me sens pas seule. Cependant, beaucoup d’étudiants étrangers ont des difficultés à trouver un bon logement en France, parce que c’est difficile de trouver quelqu’un qui accepte un garant étranger. Je pense que dans leur cas le confinement est bien sûr plus pénible.

 

Entretien réalisé par mail par Valentin Dubanet


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search