COVID-19 : Les contours des impacts

Mardi, 27 avril 2020

A Paris, nous en sommes à la septième semaine de confinement. Au Japon, l’état d’urgence entre dans sa deuxième semaine de généralisation, au-delà des préfectures les plus affectées, à l’ensemble du territoire.

Il reste difficile de garder l’œil sur la situation dans son ensemble. Comme le suggère notre collègue Fujihara Tatsushi de l’Université de Kyoto sur un blog Iwanami, l’humain est particulièrement doué pour penser qu’il ne sera pas affecté par le raz-de-marée et pour s’accrocher à un espoir distant plutôt que de se concentrer sur la crise à laquelle il fait face. La recherche historique sur les pandémies nous indique qu’il faut compter une perturbation d’au moins 18 mois avant d’approcher un semblant de fonctionnement normal de nos sociétés. Dans le cas japonais, une pré-publication dans MedRxivsuggère que le nombre de victimes pourrait être divisé par deux avec des mesures adéquates ; mais même avec le confinement strict qu’il préconise, il faut s’attendre à un chiffre approchant les 250 000 morts.  

Pour revenir à la vie de la recherche, alors que le confinement atteint sa septième semaine, les premiers signes des multiples formes d’impact de la crise sur les différentes catégories de chercheurs commencent à se manifester. Les publications des journaux scientifiques montrent que le COVID fait plonger la productivité scientifique des chercheuses, alors que celle des chercheurs s’est trouvée augmentée, parfois jusqu’à +50%.

Le confinement amène une réorganisation à court-terme du temps consacré au travail domestique et à l’activité professionnelle pour touts. A long terme, Nature avertit que ces changements de productivité affecteront les carrières des femmes de manière excédentaire et durable.

Les conséquences de cet impact différentiel de la crise ne s’arrêtent pas au moment du (dé)confinement : les évaluations, les promotions, les arbitrages sur les appels nationaux et internationaux (ANR, ERC, etc.) de l’après Covid-19 se feront sur la base d’une productivité qui pour les uns sera conséquente pendant une période étendue et pour les autres sera marquée par des interruptions de carrière.

Les protocoles d’évaluation sont actuellement inadaptés à une prise en compte des réalités inégalitaires affectant vie professionnelle et vie familiale. Malgré cela, tous participeront sur la base des mêmes évaluations de leur productivité dans les arbitrages relatifs aux évolutions de carrière.
May the best man win!                                       
               
Aleksandra Kobiljski
aleksandra.kobiljski@ehess.fr
Editorial publié dans Du Japon dans votre cocon, finement, Newsletter intern du Centre de recherches sur le Japon de l’EHESS, 27 avril 2020 (no. 5)