En route vers le redressement de la pêche côtière de Fukushima : le cas de Namie

Akane NISHII (doctorante EHESS-CCJ) avec le concours de Atsushi SAGA (Marino-Forum 21) et la mairie de la ville de Namie

6) Aperçu général de la mise en oeuvre du projet

En 2013, au cours de la première phase du projet, nous avons mené des entretiens auprès de 38 ménages, soit 47 personnes du secteur de la pêche de la ville de Namie (en comptant les épouses des membres de la coopérative de pêche ainsi que les métayers / détaillants / entrepreneurs de la transformation qui appartenaient à la coopérative du commerce des fruits de mer) qui résidaient dans la préfecture de Fukushima. Finalement, 60% d’entre eux ont désiré la reprise de la pêche. Pour eux, la reconstruction du port de pêche d’Ukedo était la priorité et elle demeure le symbole du redressement de leur activité. Ceux qui avaient un successeur désigné avaient une conviction de s’engager dans une forme d’innovation nécessaire pour revitaliser la pêche de l’avenir.

La mise en œuvre de notre projet était basée tout d’abord sur la coordination du comité du secteur de la pêche de la ville de Namie et de plusieurs groupes de travail, qui ont été formés pour faciliter la création d’un consensus au sein des parties prenantes et refléter leurs opinions dans la mise en place du projet. Sur la base du consensus obtenu, nous avons proposé le concept de base des travaux de reconstruction des infrastructures du port de pêche détruits par la catastrophe au cours de la deuxième phase du projet, en 2014.

Ce projet de reconstruction a alors pu être subdivisé en plusieurs sous-projets :

  1. L’étude de marché
  2. La reconstitution des marchés perdus
  3. L’application de nouvelles méthodes de pêche
  4. Le développement de nouveaux produits
  5. La surveillance des substances radioactives et la gestion de l’hygiène
  6. Les mesures contre les rumeurs négatives liées à la crise nucléaire

Ces sous-projets ont été menés avec les personnes concernées.

Nous avons activement communiqué l’état d’avancement du projet et des travaux du port de pêche d’Ukedo, en espérant que cela favorise l’obtention d’un consensus et d’une plus grande motivation pour relancer l’industrie de la pêche (par exemple par la publication de notre newsletter ainsi qu’au moyen du communiqué de presse de la ville de Namie et du Club des presses de l’Agence des pêches). À l’époque, de nombreux pêcheurs vivaient en tant que réfugiés dans des endroits éloignés de leur ville. Pour les gens qui résidaient dans une ville lointaine, ils manquaient d’informations sur la reconstruction du port de pêche, ce qui les empêchait de savoir que le moment du retour était peut-être arrivé. Nous avons essayé de partager avec ces personnes les informations détaillées et concrètes sur la reconstruction par le biais de notre newsletter.

Ci-dessous, nous présentons une partie de nos activités.

7) Interviewer les consommateurs dans des villes sur les poissons provenant de la préfecture de Fukushima

En juin 2014, nous avons interviewé des consommateurs dans les rues pour prendre connaissance de leur opinions sur les fruits de mer qui provenaient de la préfecture de Fukushima. Nous avons obtenu un résultat étonnamment positif. Plus de 70% ont répondu qu’ils « achèteraient ». De plus, si un test vient confirmer la sécurité du produit, ce chiffre monte à 80% des personnes interrogées. La question a montré à quel point la perception selon laquelle « ce qui est vendu en magasin est quelques choses de sûr » est forte au Japon. Cependant, les personnes ayant des enfants sont bien évidemment plus réticentes à acheter des « produits maritimes en provenance de la préfecture de Fukushima”. En particulier, les femmes au foyer résidant à Fukushima montraient plus de prudence. Les habitants de la zone sinistrée (préfecture de Fukushima et de Miyagi) étaient plus sensibles à la sûreté prouvée par les tests. Tout de même, les résultats des enquêtes menées trois ans après l’accident ont montré le potentiel de vente des poissons de Fukushima. Le souvenir de l’accident commençait à s’effacer plus ou moins chez les consommateurs de la région de Kantô.

Lieux et dates du sondage consommateur

8) Interviewer les mareyeurs, grossistes et détaillants

Le rôle des mareyeurs, grossistes, et détaillants est extrêmement important pour surmonter la crise morale et dissiper toutes les rumeurs qui concernent les poissons, surtout après la crise nucléaire, afin de les distribuer à nouveau sur le marché. En 2014 et 2015, nous avons interviewé ces professionnels. Ayant un sentiment de responsabilité envers les clients, leur évaluation de la qualité des fruits de mer de Fukushima était plus prudente que celle des consommateurs.

Selon les mareyeurs qui ont vendu du poisson frais provenant du port d’Ukedo sur le marché de Tsukiji avant le séisme, le prix des poissons de Fukushima atteint seulement 60 à 70% de celui affiché avant l’accident nucléaire. La quantité fournie est inférieure au centième de celle reçue par le passé. Les mareyeurs n’ont pas caché leurs difficultés à traiter les poissons provenant de Fukushima en raison de prises irrégulières et de toutes les rumeurs négatives liées au risque de radioactivité.

D’un autre côté, nous avons constaté une grande disparité dans les opinions des grossistes. Ainsi un grossiste disait alors « Si le produit est bon, je l’achèterai à un prix du marché raisonnable », mais d’autres disaient « Si les traces des substances radioactives sont négligeables, je l’achèterai. Mais ça ne va pas s’il n’y a pas de certificat justifiant d’un test fiable délivré par une institution nationale ou publique ». « À l’heure actuelle, certains pays ont des restrictions sur les importations simplement parce qu’elles sont en provenance du Japon. Cette situation se poursuivra à moins que le gouvernement ne prenne l’initiative d’assurer pleinement la sûreté de la centrale nucléaire à l’intérieur et à l’extérieur du pays. Il est difficile de prédire ce qui se passera dans cinq ans, mais si la situation reste inchangée, le risque économique est trop important, alors il me sera difficile d’acheter du poisson de Fukushima. » Il est plus important que jamais de fournir des poissons de qualité et de créer un système pour informer les partenaires commerciaux sur la sécurité, même si cela prend du temps.

Les grandes chaînes de magasins de vente au détail ne veulent pas prendre le moindre risque car elles ont peu de communication directe avec les consommateurs. Pour cette raison, il est difficile de fournir des fruits de mer de Fukushima aux tels magasins.

En revanche, le sentiment des consommateurs locaux s’améliore nettement et s’éloigne des craintes qui ont suivi la catastrophe. De nombreux détaillants de la ville de Namie exprimaient clairement que le marché local cherche des poissons locaux. Avant le sinistre, la plupart des poissons débarqués au port d’Ukedo, réputés et chers, étaient envoyés au marché de Tsukiji. Il était difficile d’y accéder pour les détaillants locaux. Nous avons entendu le souhait d’un système de pêche qui favorise une consommation locale en établissant un contact étroit avec les grossistes et les détaillants locaux lors de la reprise des activités du port de pêche d’Ukedo.

9) Pêche d’essai

Depuis l’accident nucléaire, la préfecture de Fukushima effectue le monitoring de la radioactivité des produits de la pêche. Aucun poisson et crustacé ne peut dépasser la valeur standard de la teneur en césium radioactif (100 Bq / kg) dans les résultats des tests de surveillance fixes après 2016. Les succursales de la Coopérative de pêche mènent également leurs propres inspections pour assurer la sécurité des consommateurs. À chaque jour de débarquement, toutes les espèces de poissons débarquées sont soumises à une inspection des échantillons conformément à la « méthode nationale de dépistage du césium radioactif dans les aliments ». Les résultats de l’inspection radiologique et des informations sur la sécurité des aliments produits dans la préfecture sont publiés sur le site internet de celle-ci, dans 10 langues différentes. Afin de réduire l’anxiété des consommateurs, la Coopérative mène ses inspections dans des conditions plus strictes que celles imposées par la norme nationale (la norme volontaire est de 50 Bq / kg ou moins).

Actuellement, la pêche côtière de la préfecture de Fukushima est en arrêt volontaire à cause de l’accident nucléaire. Mais la pêche d’essai est réalisée juste pour les espèces de poissons dont l’innocuité est confirmée par la préfecture après environ 53 000 cas de monitoring (72 espèces en janvier 2016 ; 231 espèces en avril 2020). Les poissons capturés par les pêcheurs de Namie dans le cadre de la pêche d’essai ont été débarqués ou transportés par camion au marché de Soma Haragama qui est situé à 50 km de distance d’Ukedo.

La pêche d’essai © Ville de Namie

Ils sont ensuite expédiés par les mareyeurs de la succursale de Soma Hagagama de la Coopérative de pêche. Dans le cadre de la pêche d’essai, la quantité de poisson capturée par bateau et le nombre de jours de pêche est réglementé. C’est la raison pour laquelle l’offre de poissons est instable comme l’expliquent les mareyeurs et grossistes. Les mareyeurs, grossistes, détaillants et entrepreneurs de transformation n’ont pas eu d’autre choix que d’hésiter à redémarrer leurs activités. Ces restrictions ont découragé les pêcheurs de Namie de reprendre la pêche. Ils étaient au moins garantis de vivre grâce au dédommagement payé par TEPCO. Certains d’entre eux avaient abandonné la pêche. Qui peut critiquer leur choix…

La pêche d’essai © Ville de Namie

10) Application de nouvelles méthodes de pêche

Avant le tremblement de terre, les femmes des pêcheurs aidaient leur maris. Le nettoyage des filets était par exemple leur tâche. Même si les autorités annoncent aux habitants la possibilité du retour à la ville, le cadre de vie n’est peut-être pas

L’apprentissage de la structure du filet calé au fond 底建網漁sokodate-ami © Marino Forum 21
© Ville de Namie

suffisamment rétabli, et il est possible que les membres d’une même famille doivent vivre séparément. La main-d’œuvre de pêche ne sera pas assurée comme avant. Pour cette raison, il était nécessaire de trouver de nouvelles méthodes de pêche efficaces et économes en main-d’œuvre. La découverte de la pêche au filet calé au fond 底建網漁 sokodate-ami-ryō était opportune. Avec les filets maillants, il faut au moins deux personnes pour travailler pendant trois heures, et le poisson est pris au piège dans les mailles des filets, causant la mort d’une part non négligeable des prises. En revanche, le filet calé au fond peut être relevé par une personne. Comme ce n’est pas une méthode de pêche dans laquelle les poissons sont capturés dans le filet, ils ne sont pas blessés. Il est facile à trier et à emporter dans l’aquarium. Il est également facile d’enlever les déchet du filet et de le réparer. Le port d’Ukedo était réputé pour ses poissons vivants, frais et de grande qualité, et le système de pêche au filet calé au fond peut rendre justice à cette caractéristique. Les pêcheurs en sont convaincus. Dans le cadre du projet de reconstruction, des pêcheurs de Namie, essentiellement de la jeune génération, ont visité les préfectures d’Aomori et de Hokkaido en juin 2015 où cette méthode est traditionnellement pratiquée.

L’apprentissage de la structure du filet calé au fond 底建網漁sokodate-ami © Marino Forum 21 © Ville de Namie

Ils y ont appris la structure, les caractéristiques et le mécanisme. Ils achètent les matériaux d’occasion auprès de la coopérative de pêche d’Aomori Ohata. Le premier exercice de pose du filet en mer près du port d’Ukedo a eu lieu en décembre 2015. Le président de la coopérative de pêche d’Aomori s’est rendu à Fukushima pour monter à bord du navire avec nous et pour donner des détails techniques.

Après deux ans d’essais et d’erreurs, on a enfin réussi à capturer des poissons avec cette nouvelle méthode. Les leaders du redressement de la pêche de Namie pensent que la nouvelle méthode peut réduire le travail de la pêche, et est donc facile à appréhender par la jeunesse. Elle permettrait aux pêcheurs plus âgés de continuer le métier de pêche plus longtemps. Dans la pêche au filet calé au fond, tous les poissons sont vivants sans être blessés. On peut faire le tri des poissons consommables à bord et relâcher le reste dans la mer.

Une pêche durable qui peut être exercée tout en protégeant les ressources halieutiques est la clé du redressement de la pêche de Namie.

11) Reconstruction des infrastructures

La construction de l’infrastructure du port de pêche d’Ukedo est préparée en concertation avec la succursale d’Ukedo de la Coopérative de pêche, le bureau du port de Soma, et les groupes de travail, à la suite d’une enquête auprès des pêcheurs en 2016. Tous travaillent à la levée de l’ordre d’évacuation

La nouvelle infrastructure a été planifiée et conçue pour 50 navires de pêche et un volume de débarquement de 2 000 tonnes par an, ce qui correspond à environ 80% du volume de débarquement en 2010, qui était de 2 357 tonnes. À l’époque, il restait 26 navires en fonction. Les 20 pêcheurs qui ont exprimé le désir d’une reprise de la pêche dans l’enquête en première phase du projet étaient ceux qui représentaient en effet de 70 à 80% du volume de débarquement avant le séisme. Nous avons conçu un bâtiment du marché couvert favorable à la gestion de l’hygiène qui assure la sécurité aux consommateurs. En 2017, à la suite de la restauration du quai du port de pêche, 26 bateaux de pêche sont revenus au port de Ukedo pour la première fois après 6 ans d’absence. En 2018, la reprise de la cérémonie traditionnelle出初式 dezome-shiki qui célèbre la première pêche de l’année et en rupture pendant 7 ans après le séisme.

La cérémonie qui célèbre la première pêche de l’année 出初式dezome-shiki, 2.1.2020
© Ville de Namie

Le 8 avril 2020, la vente à la criée des poissons a repris après 9 ans d’interruption dans le halle de manutention achevé en octobre 2019. La vente aura lieu désormais trois fois par semaine pour coïncider avec les jours de la pêche d’essai.

Conclusion : De la crise nucléaire jusqu’à la pandémie, le nouveau départ du port de pêche d’Ukedo

A la réouverture de la vente à la criée, le 8 avril 2020, au beau milieu de la pandémie, les poissons débarqués à Ukédo sont vendus à moitié prix par rapport à avant le sinistre. Les prix bas ont surpris un mareyeur important qui a longtemps travaillé au port d’Ukedo. Quand on compare le prix des turbots débarqués sur les autres ports de Fukushima en avril de l’année dernière, celui de cette année est 30% moins cher. La déflation des prix du poisson est due à la crise du Coronavirus et a de graves répercussions sur la pêche du Japon tout entier. La situation a dévoilé combien la consommation japonaise de produits de la mer dépend de l’industrie de la restauration.

Le secteur de pêche de Namie vient de se redresser. Avant le cataclysme de 2011, la succursale d’Ukedo de la Coopérative de pêche comptait 216 membres. Aujourd’hui elle n’en compte plus que 119, soit seulement la moitié de celle de l’époque. Le nombre de personnes qui exercent la pêche est encore moins important. Des 42 mareyeurs il n’en reste plus que deux aujourd’hui. « Qu’il s’agisse d’un essai ou d’autre chose, il me suffit d’être en mer tout simplement. Alors je ne me soucie pas de l’avenir. Si tu continues à faire ce que tu fais maintenant, tu avanceras non ? Je n’ai qu’à continuer en pensant comme ça. » raconte M. Murasawa. Il gardait la conviction de monter à nouveau sur son bateau après avoir été sinistré. Pendant la réparation de son navire brisé par le tsunami, il montait sur celui d’un ami et il s’engageait dans l’enlèvement des débris de la mer. Depuis qu’il a récupéré son bateau, il participe aux pêches d’essai deux fois par semaine. Avant la réouverture de la vente à la criée d’Ukedo, il apportait les poissons capturés jusqu’au marché de Soma, la ville voisine.1

Le poisson débarqué sera désormais mis aux enchères sur place. Les supermarchés locaux seront approvisionnés en poisson frais arrivant directement du port, et le poisson local atteindra la table des habitants de la ville de Namie. Les mareyeurs ont commencé à expédier les poissons du port d’Ukedo pour la première fois depuis presque 10 ans. Ils ne peuvent plus vraiment compter sur l’appellation  « Jōban mono » comme avant, mais ils essaient de récupérer le marché perdu avec la valeur de leurs propres noms et de la réputation qu’ils se sont faite autrefois sur l’ancien marché de Tsukiji. Ils tentent de regagner la confiance de la clientèle avec une qualité assurée de produits.

En effet l’arrêt de la pêche pendant 9 ans a permis de rétablir les ressources de la mer de Namie. D’un autre côté, la pandémie pousse le Japon à repenser une pêche qui ne dépend pas de l’industrie de la restauration. En utilisant efficacement et durablement cette ressource rétablie, les acteurs du secteur de la pêche chercheront une nouvelle voie dans leur métier sur le chemin de la reconstruction.

Pour le moment, la ville de Namie n’a pas encore publié « la déclaration de retour à la ville», car l’ordre d’évacuation pour les zones montagneuses reste toujours d’actualité, la localité étant connue sous l’appellation de « la zone au retour difficile 帰還困難区域 kikan konnan kuiki ». Or les gens commencent à revenir sur les zones côtières à la suite de la levée de l’ordre d’évacuation du 31 mars 2017. Le redressement de la pêche, la principale industrie des zones côtières est le symbole de la reconstruction de la ville elle-même. A l’avenir, on souhaite que les jeunes soient formés aux métiers de la pêche, nous gardons un œil sur la pêcherie de Namie, qui a fait un pas vers un nouveau départ au plein milieu de la pandémie. Mais nous n’oublions pas les efforts faits dans d’autres pêcheries de Fukushima.

Enfin, en présentant le site Web de la Coopérative de pêche Soma Futaba, à laquelle appartient la succursale d’Ukédo, nous terminons cette série : https://soso-gyokyo.jp/landnews

Les cris de la renaissance au beau milieu de la pandémie

Le 8 avril 2020 a vu redémarrer les affaires du marché de gros du port de pêche d’Ukedo 請戸漁港, fermé depuis le 11 mars 2011, c’est-à-dire le jour du séisme de la côte Pacifique du Tōhoku. L’unique port associé à la ville de Namie, dans le département de Fukushima, a été dévasté par le raz-de-marée ce jour-là. Cette ville de pêcheurs fut également particulièrement affectée par l’accident de la centrale nucléaire, à moins de 10km de là. Au bout de 9 ans, la ville a fait un grand pas vers le rétablissement de son activité traditionnelle de pêche, marquée par le retour des cris des marchands sur les enchères aux poissons. C’était le lendemain de l’annonce par le Premier ministre japonais Shinzo Abe d’un « état d’urgence national » face à la pandémie du coronavirus…

Le secteur de la pêche est en déclin général au Japon depuis la fin du siècle dernier. Toutefois celui de Namie jouissait de la prospérité avec les prix élevés de leurs poissons, bien avant la catastrophe. La notoriété des produits du terroir jōban-mono常磐物 « produit de la région de Jōban »2 avait une forte valeur ajoutée et influait sur les prix des poissons du marché en général. Avec la grande accessibilité par l’autoroute du marché de Tsukiji à Tokyo, le principal marché alimentaire du pays, la valeur de ces produits fraichement débarqués et surtout compétitifs soutenait l’économie de la ville. Les poissons arrivant encore en vie du port d’Ukedo avaient bonne réputation sur le marché aux poissons. Les jeunes pêcheurs étaient relativement nombreux dans la ville de Namié grâce à la rentabilité du secteur, jusqu’au moment où le cataclysme arracha les habitants de leur ville natale. La pêche de Fukushima a été intégralement anéantie, physiquement comme moralement. Face à la perte de confiance des consommateurs, cette situation semblait plus irréversible que jamais. La peur de la radioactivité s’est propagée rapidement et le secteur a longtemps été victime d’une forme de médisance sur la sécurité de la consommation des poissons capturés dans le secteur de Fukushima.

Aujourd’hui la pandémie du coronavirus a fait violemment chuter le prix du poisson au Japon. Les restaurateurs, principaux acheteurs de poissons, surtout de luxe, freinent leurs achats dans le contexte d’un confinement « recommandé » par le gouvernement de M. Abe. Les espèces chères en temps normal ne peuvent se vendre qu’à des prix cassés sur le marché de gros. Au mois de mars, un acteur majeur de la grande distribution Aeon Retail Co.,Ltd a fait des promotions sur des poissons haut de gamme, des oursins et des crevettes impériales, etc., avec une baisse de prix de l’ordre de 30 à 50 % au profit du consommateur moyen mais aussi pour soutenir le secteur de la pêche japonaise en difficulté. En plein avril, pendant une crise sanitaire inédite, les poissons débarqués au port d’Ukedo n’ont pas pu se vendre avec une marge spécialement offerte pour fêter la réouverture d’une transaction longuement souhaitée.

Le 8 avril, la réouverture du marché de gros à Namie

Or, il est incontestable que ce printemps marque véritablement un nouveau départ pour la pêche de Namie. Un évènement émeut les habitants après une longue période d’isolement dans des logements préfabriqués de fortune. « Le projet de la réalisation d’un nouveau concept des pêches de Namie » fut réalisé entre 2013 et 2016 sur la base de subventions accordées en conséquence du désastre par l’Agence de reconstruction 復興庁, et il a porté ses fruits3. Cette série d’articles vise à présenter à travers ce projet l’avancée du rétablissement de la pêche dans le secteur de Fukushima, sans rapport direct avec l’actuelle situation du Covid-19. Mais nous espérons que le souvenir de ce projet donne une occasion de se pencher davantage sur la pêche au Japon et surtout de bien pouvoir sonder l’esprit indomptable des pêcheurs dans cet enchaînement de difficultés qui se succèdent et qu’ils doivent affronter encore et encore. C’est peut-être également une occasion de revaloriser la pêche côtière comme un atout d’avenir pour les habitants de l’archipel qui devront s’assurer de leur autonomie alimentaire dans un monde post-mondialiste après la fin de la crise sanitaire.

1) L’aperçu général du secteur de la pêche au Japon

Pour commencer, parcourons brièvement la situation et les défis actuels du secteur de la pêche au Japon.

La production de la pêche japonaise a atteint son point culminant en 1984 (avec 12,82 millions de tonnes). Elle entre en phase de diminution vers 1995, laquelle continue progressivement jusqu’à aujourd’hui. Ce déclin est tout d’abord dû à la diminution des captures de sardines issues de la pêche à la senne coulissante en pêche hauturière (au sein de la Zone Economique Exclusive japonaise)4, conséquence de la diminution de leur ressource du fait des changements du milieu marin. On observe également la diminution des captures par la pêche en haute mer et au sein des ZEE d’autres pays. Les navires japonais ont largement perdu l’accès aux ZEE d’autres pays en vertu de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (le Japon la ratifie en 1996) tandis qu’ils doivent faire face à la concurrence de nouveaux arrivants, comme la Chine qui développe de plus en plus la pêche hauturière.


Source : MAFF, Livre blanc des pêches, Année H30

Le taux d’autosuffisance en matière de produits de la mer destinés à la consommation au Japon est de 55% (2017). Leur consommation par personne diminue (atteignant un sommet à 40,2 kg en 2001, elle baisse jusqu’à 24,4 kg en 2017), contrairement à la consommation de la viande qui augmente de manière constante. Cette dernière dépasse celle du poisson en 2010. Les jeunes générations en dessous de la quarantaine mangent de moins en moins de poisson. Par conséquent, la quantité d’achats et les dépenses annuelles en produits de la mer par ménage sont en constante diminution.

 

Source : MAFF, Livre blanc des pêches, Année H30

Toutefois, le Japon a importé 2,38 millions de tonnes de produits de la mer en 2018, soit 1 791,0 milliards de yens. Les espèces les plus importées sont le saumon et la truite (du Chili, de Norvège,), le thon et l’espadon (de Taïwan, de Chine, de Corée du Sud) et les crevettes (du Vietnam, d’Inde, d’Indonésie).

Source : MAFF, Livre blanc des pêches, Année H30

Si les Japonais consomment moins de poisson que par le passé, c’est parce qu’ils le cuisinent moins à la maison. On ne trouve pas le temps pour cuisiner. Les viscères et les arêtes compliquent la préparation. On n’aime pas que la maison se remplisse de fumée et d’une odeur de poisson grillé. Aujourd’hui la plupart des consommateurs achètent du poisson au supermarché. Leurs achats favoris sont les sashimis, les sushis, et d’autres plats préparés à base de poisson prêts à manger. Le poisson cru à cuisiner, si en plus il n’est pas vendu en filets, attire difficilement l’intérêt du consommateur. Autrefois, de nombreuses boutiques de détaillants étaient présentes en ville. Des poissonniers du quartier étaient parfois de bons professeurs quant à la cuisine de leurs produits. Ce paysage disparaît aujourd’hui. Les Japonais manquent d’une forme de communication chaleureuse dans les supermarchés.

La distribution de produits marins s’effectue soit directement du port de débarquement aux grossistes et détaillants, soit par le biais des marchés de gros où les produits rassemblés sur place sont redistribués. Parmi les plus importants on trouvait le marché de Tsukiji. Il a ouvert ses portes en 1935. Il assumait le rôle de plus grand marché central où on

L’ancien marché de Tsukiji

rassemblait non seulement des produits marins mais aussi des fruits et des légumes venant de tout le Japon ainsi que du monde entier, expédiés ensuite vers les marchés de gros régionaux, grossistes ou encore détaillants partout sur l’archipel. En octobre 2018, ses activités ont été entièrement déménagées à Toyosu en raison de la détérioration des installations et de la nécessité d’améliorer l’environnement sanitaire, des questions déjà évoquées à la fin des années 90.5.

 

À environ 5 km à l’est de Tsukiji, le nouveau marché de Toyosu a une superficie plus grande (40.7 ha). Il est doté d’un meilleur système de contrôle de température et de la qualité des produits avec sa structure faite de halles compartimentées. L’efficacité de la logistique est renforcée. Il n’empêche que le déménagement a été long et a posé de nombreux problèmes : le sol était pollué à cause de son utilisation d’origine, un site d’enfouissement des déchets. Aboutir à un consensus des intéressés s’est révélé extrêmement complexe. Le coût de gestion du nouveau site est également plus élevé…

Le nouveau marché de Toyosu

Mais surtout la familiarisation à ce nouveau site prendra du temps. En 2019, deux accidents mortels se sont produits, causés par des véhicules coincés dans un ascenseur. Les travailleurs habitués aux coutumes de Tsukiji où ils se déplaçaient en toute liberté dans un monde digne de « Fast & Furious » avec leurs camions à tourelle caractéristiques, ont du mal à s’habituer à la structure verticale du nouveau site.

Mais nous ne finissons pas cette première édition avec une morose histoire. Le secteur de la pêche japonaise se bat avec la crise sanitaire. Transmettons l’enthousiasme du marché de Toyosu qui n’en tarit jamais. Même si le site est momentanément fermé au public, le travail se maintient. Le marché communique très activement sur ses produits aux consommateurs. La visite virtuelle du marché est un véritable délice où on découvre les spécialités du pays. Les produits sont à la disposition de tous les consommateurs. On peut bien sûr faire livrer des saveurs de la saison, achetés sur leur site web actualisé chaque jour.

D’après les médias japonais, on constate l’augmentation de la commande des poissons plus chers chez les particuliers partout au Japon. La vente des poissons en retrait Drive est également en mise en place au profit des particuliers pendant la période de l’état d’urgence sanitaire.  

La prochaine fois, nous parlerons de la grande époque de la pêche de Namie et des dommages subis au moment du tremblement de terre.

                                                                                                        

2) La pêche de Namie avant 2011

La mer de Fukushima, c’est le lieu de rencontre de deux grands courants marins, le Kuroshio et l’Oyashio. Le premier arrive du sud en apportant l’eau des tropiques. Le second vient du nord et concentre une eau froide très riche en nutriments. La ligne de jonction entre deux courants marins forme une zone de pêche particulièrement fertile où les poissions prolifèrent et sont d’une qualité exceptionnelle. C’est pourquoi on étiquetait traditionnellement les poissons capturés dans cette mer sous l’appellation « Jōban-mono : produit de la région de Jōban ». On les distingue des poissons en provenance d’autres régions en leur donnant une meilleure estimation sur le marché. Grâce à la nature bienveillante, ce sont près de 200 espèces de produits de la mer que les bateaux acheminent au port d’Ukedo, un des plus gros ports de pêche de la région de Fukushima et le seul de la ville de Namie.

Avant le cataclysme, une centaine de bateaux de pêche étaient immatriculés au sein de la succursale d’Ukedo de la division de Sōma Futaba de la Coopérative de pêche du Japon (JF)6. Tous ces bateaux pesaient moins de 7 tonnes et étaient de petite taille. La moitié d’entre eux exerçait la pêche au chalut pélagique 船曳網 qui produisait 60 % des quantités débarquées au port d’Ukédo. Les principales espèces capturées par cette technique sont le kōnago [Ammodytes personatus] et le shirasu [Whitebait] (alevins immatures de poisson), quotidiennement consommés dans la vie de tous les jours des Japonais. Les pêcheurs de Namie ne pratiquaient pas la pêche au chalut du fond 底曳網, contrairement à leurs confrères de la ville de Sōma 相馬. C’est avec la pêche au filet maillant 刺網 qu’ils capturaient les poissons de fond tels que le hirame (cardeau hirame) et le karei (plie, limande) qui représentaient environ 20% de la valeur des prises.

La pêche de shirasu

D’autres techniques sont également pratiquées à Namie. La pêche au casier cible principalement le poulpe et le congre et représentait 10% de la valeur. Pour les 10% du reste, on trouve la drague 貝桁網 pour les coquillages hokkigai [Pseudocardium sachalinense], la pêche à la palangre 延縄 ainsi qu’à la canne 竿釣 qui ciblent l’ainamé [Hexagrammos otakii], le mebaru [Sebaste], la dorade et le bar. La pêche aux filets dérivants 流網 était également pratiquée pour pêcher le hirame, le karei et le bar. Cette diversité technique est une particularité de Namie par rapport aux autres pêcheries de Fukushima. Elle permet d’alterner les espèces-cibles selon les saisons et de maintenir une continuité de l’activité de pêche sur l’année.

Nous n’avons pas déterminé la raison pour laquelle les pêcheurs de Namie ne choisissaient pas le chalut de fond. C’est peut-être lié à la condition topographique du fond de la mer de leur zone de pêche ou alors pour des raisons financières7. Mais il est clair qu’à Namie la question de l’état et de la conservation des poissons pêchés constitue une préoccupation importante, difficile à concilier avec l’emploi d’un chalut de fond. Ces poissons vivants peuvent se vendre 3 à 5 fois plus cher que les poissons frais. Le hirame, le karei, l’ainame, le mebaru et le poulpe venant du port d’Ukedo avaient une haute valeur ajoutée sur le marché en raison de l’état de conservation optimal des poissons soigneusement traités. Les pêcheurs s’assuraient que les poissons étaient encore en vie en s’équipant de bouteilles d’oxygène sur leur bateau et en apportant des glaçons pour la pêche pendant l’été.

La coopérative de pêche de Namie comptait de jeunes membres actifs. La démonstration de la découpe du poisson dans les écoles primaires était une de leurs activités de vulgarisation. Quant aux femmes du métier, elles développaient un commerce de vente directe de repas à emporter dans les cafétérias, préparés avec des poissons capturés par leur maris. Ces activités des femmes jouaient un rôle important dans la stabilisation des revenus face à la fluctuation des prix des poissons. Les membres de la coopérative effectuaient des visites d’étude des autres régions pour apprendre les nouvelles méthodes de pêche, en profitant du programme de l’Agence des pêches du ministère. Ils ont également réalisé chaque année la dissémination des alevins de hirame et d’ormeaux pour enrichir leur mer.

La richesse de la ville est produite à partir de la zone de pêche autorisée aux membres de la succursale d’Ukedo de la coopérative de la pêche (JF). Elle est délimitée sur la ligne côtière de la frontière de la préfecture de Miyagi au nord jusqu’à la ville d’Hirono au sud8. Elle se superpose partiellement mais largement au rayon de 20 km autour de la centrale nucléaire. Nous avons compris plus tard qu’environ 60% des prises déclarées par les membres étaient en provenance de ce périmètre.

Le débat sur la légitimité de l’implantation de centrales nucléaires à Fukushima dépasse le cadre de notre sujet. Nous nous permettons cependant de rappeler brièvement son histoire. L’exploitation de l’énergie nucléaire au Japon prend forme lors de la promulgation de la Loi fondamentale de l’énergie atomique en 1955. Fondée sur l’idéal de « l’utilisation pacifique » de l’énergie nucléaire, l’avantage de cette énergie très productrice fascina certains politiciens dont le leader du PLD Yasuhiro Nakasone, futur premier ministre, face à la nécessité de soutenir la haute croissance économique d’après-guerre9. En juillet 1966, la première centrale nucléaire démarre ses activités au village de Tokai de la préfecture d’Ibaraki, ouvrant le rideau sur la production d’énergie nucléaire du Japon. Elle est suivie par la centrale de la ville de Mihama dans la préfecture de Fukui mise en service en novembre 1970. Celle de Fukushima-Daiichi est inaugurée en mars 1971 en tant que troisième centrale nucléaire au Japon. Les sociétés fournisseuses d’électricité projettent alors une plus grande exploitation des réacteurs nucléaires pour la production d’électricité. Les collectivités locales devenues candidates pour l’installation de la centrale souffraient souvent d’un retard de développement par rapport aux grandes villes dont le développement avait entraîné un exode rural. Elles voyaient ici une solution pour vitaliser l’économie locale dans le projet nucléaire.

Parmi les nombreux ouvrages qui traitent le problème nucléaire de Fukushima, surtout après l’accident de 2011, on trouve Fukushima-ron d’Hiroshi Kainuma, devenu un des best-sellers du genre. L’ouvrage, adapté d’un mémoire de master de l’Université de Tokyo déposé le 14 janvier 2011 fut publié à un moment étonnamment opportun10. Le jeune sociologue originaire de Fukushima démontre comment la communauté locale acceptant l’installation de la centrale nucléaire « se soumet volontairement » et non pas passivement à la directive du gouvernement central par l’intermédiaire de l’autorité préfectorale. Les habitants du village nucléaire trouvaient une sorte de bonheur apporté par l’industrie nucléaire qui les sauve de leur vie austère de jadis… Mais il faut noter un certain nombre de critiques de la part d’autres chercheurs sur les lacunes des études de cas traitées par Fukushima-ron11. Le cas de la ville de Namie constitue l’une de ces contradictions aux thèses de Fukushima-ron.

Il existait en effet à Namie une forte opposition des habitants au projet nucléaire. Au nom des « habitants des communes de Tanashio et d’Urashiri exprimant une opposition absolue à la construction de la centrale nucléaire à Namie » à partir de 1968, le mouvement des habitants résistants a bloqué des projets de TEPCO12 validés par le conseil municipal de Namie pendant des décennies. L’histoire est méticuleusement documentée dans l’ouvrage de Katsunobu Onda « Genpatsu ni shison no inochi wa urenai – Genpatsu ga dekinakatta Fukushima Namie machi- (On ne peut pas vendre la vie des générations futures à la centrale nucléaire : La ville de Namie (Fukushima) où la centrale nucléaire n’a pas été construite »13.

Toujours est-il qu’à la suite de la construction du premier réacteur de Fukushima Daiichi en 1971, l’expansion de la centrale a continué jusqu’à atteindre en 1987 un total de dix réacteurs dans les municipalités voisines de Namie. Le site nucléaire et la vie des riverains furent étroitement liés pendant près de 40 ans, ce qui devait créer une psychologie complexe au sein des habitants de Namie. D’ailleurs être employé de TEPCO était considéré comme un métier d’élite le plus respecté pour la plupart des riverains. De plus les pêcheurs de Namie n’avaient pas à subir des remarques provocatrices à l’égard de leur poissons malgré la présence de la centrale nucléaire à proximité des zones de pêche. Ils jouissaient toujours de la réputation de leur poisson pour leur grande qualité et gagnaient la confiance de la clientèle.

Tout a changé le 11 mars 2011. Un fort tremblement d’une intensité magnitude 9 suivi par un tsunami atteignant 15,5 mètres de haut frappa la ville de Namie. Plus d’une centaine de maisons furent emportées par le raz-de-marée, 183 personnes sont mortes, 33 furent portées disparues et une surface d’environ 600 hectares complètement inondée. Ensuite, l’accident de la centrale nucléaire donna le coup de grâce. On ordonna alors l’évacuation totale de la ville le 12 mars. Plus de 21 000 habitants ont laissé leurs maisons sans avoir le temps de bien se préparer pour une vie provisoire de réfugiés.

3) La mémoire des dégâts

Avant le séisme, 145 membres s’inscrivaient à la succursale de la coopérative de la pêche d’Ukédo (JF). 18 personnes ont été tuées ou portées disparues au cours du sinistre, 4 autres personnes sont décédées de maladie durant leur séjour dans un refuge.

Le bateau est l’outil essentiel de la vie des pêcheurs. Sans bateau, pas de vie. Lorsqu’un raz-de-marée se produit, les pêcheurs remontent la vague en bateau afin de les mener au large, au-delà des tumultes du courant, plus en sécurité. Un des pêcheurs qui conduisait son bateau loin des côtes au péril de sa vie, M. Ishikawa nous a raconté son périple. Il a affronté une énorme vague qui se dressait comme un mur devant lui et il l’a traversée. Il a vu le bateau de son collègue qui essayait également de rejoindre le large. Mais ce dernier n’a pas réussi sa traversée. M. Ishikawa n’a eu d’autre choix que de regarder son collègue qui s’enfonçait dans les fonds marins. Quant à lui, il a passé trois jours en mer juste avec quelques canettes de café. Sur l’océan, il a trouvé un navire de la garde côtière du Japon 海上保安庁qui a été emporté par le tsunami. Sa tentative de contacter ce navire par radio fut sans succès. Lors de la vérification ultérieure des enregistrements des routes maritimes, on a compris que son bateau est passé au-dessus de la digue du port, ce qui signifiait clairement que la hauteur de la vague a largement dépassé celle de la barrière. Sur 92 navires touchés par le raz-de-marée 84 furent endommagés. Seuls 8 d’entre eux étaient encore intacts et 3 ont été réparés. La plupart des engins de pêche ont été également emportés par la grande vague.

Le bâtiment ruiné du bureau de la coopérative de la pêche à Ukédo

4) La réponse au questionnaire

C’est deux ans plus tard, en 2013, que « le projet de la réalisation d’un nouveau concept des pêches de Namie » a commencé. L’année précédente, le 10 février 2012, le gouvernement a créé un nouvel organe ministériel appelé l’Agence de reconstruction (復興庁). C’est le début de la mise en place du système de subventions destinées à la reconstruction des municipalités sinistrées (復興交付金制度) conformément à la loi spécifique aux zones à rebâtir après le grand désastre sismique de l’Est du Japon (東日本大震災復興特別区域法). Plusieurs projets de redressement de la ville de Namie sont portés par cette même subvention de l’État. Pour celui de la pêche, Marino Forum 21 a répondu à l’appel d’offre et soumis ce projet14.

La première année de projet avait pour objectif d’obtenir un consensus sur le contenu du projet entre les parties concernées. Un questionnaire et une suite d’enquêtes par entretiens ont été menés pour mieux comprendre les attentes des personnes impliquées, ce qui allait révéler la situation trois ans après le tremblement de terre.

À la fin de novembre 2013, on a envoyé le questionnaire par la poste à 122 pêcheurs membres de la succursale d’Ukedo de la coopérative de la pêche (JF), 64 personnes membres des familles de pêcheurs, principalement les conjoints, et 23 mareyeurs appartenant à la coopérative de commerce des fruits de mer. Après un délai de réponse d’environ deux semaines, 124 personnes ont renvoyé leur réponse soit 59% des personnes ayant reçu le questionnaire. Dans le détail, on trouve 66 pêcheurs (taux de réponse de 54%), 42 membres des familles (idem 66%) et 16 distributeurs (idem 70%). Parmi les 66 pêcheurs ayant répondu, 17 personnes vivaient en dehors de Fukushima. 28 habitaient dans des maisons louées auprès de l’aide public et 21 personnes habitaient dans des logements temporaires. Trois ans après la catastrophe, leur vie de réfugié était loin d’être terminée.

Nous les avons interrogés au travers du questionnaire sur leur intention de redémarrer la pêche dans l’avenir : 38 ont répondu « oui », 4 ont répondu « non ». 24 personnes ont répondu qu’ils ne pouvaient pas décider à présent. Autrement dit, 60% des personnes ont l’intention de reprendre la pêche et 40 % des personnes étaient indécises.

Quand on regarde le résultat de l’enquête par groupes d’âge, les trentenaires ont montré l’intention la plus élevée de revenir au métier de la pêche soit 80%. Ensuite, 70% des soixantenaires, 60% des cinquantenaires, 50% des quarantenaires et 20% des plus de 70 ans souhaitaient reprendre leur activité. Les quarantenaires s’inquiétaient de devoir encore investir d’un point de vue financier et de la succession. Les personnes plus de 70 ans redoutaient la reprise du travail en raison de problèmes de santé.

Pour ceux qui envisagent la reprise de la pêche, les conditions requises étaient les suivantes : la plus importante est la restauration du port de la pêche (26%), ensuite la prise de mesures drastiques contre les fuites d’eau contaminées de la centrale nucléaire (19%), le redémarrage de l’activité des mareyeurs (19%), les actions nécessaires pour lutter contre toutes les rumeurs négatives liées à la crise nucléaire (16%). En revanche, pour les personnes qui ont décidé de ne pas revenir au métier de la pêche, le plus important était la mise en chantier de mesures drastiques contre les fuites d’eau contaminées de la centrale nucléaire (24%), ensuite la lutte contre les rumeurs non-fondées liées à la centrale nucléaire (21%) et le redémarrage de l’activité des mareyeurs (18%). La restauration du port de pêche était inversement la moins importante (16%). Pour eux, les problèmes liés à l’accident de la centrale nucléaire étaient définitifs. Pour eux, il est devenu inimaginable de pouvoir pêcher les poissons vendables même si le port est rétabli.

Pour ceux qui étaient hésitants quant à la reprise de leur activité également, leur préoccupation principale était l’impact des dégâts dus à la centrale nucléaire ainsi que le problème de la radioactivité(27%)et l’ensemble des rumeurs négatives liées aux fuites radioactives de la centrale (20%, ce qui représente 47% des réponses au total. En outre, ils ont exprimé comme difficulté, l’absence de successeurs (18%), l’incertitude sur la collecte de fonds(9%, la mauvaise gestion économique comme la flambée des prix du carburant et la baisse des prix du poisson (7%). Ils se sont sentis dépassés par la trop grande quantité de facteurs à prendre en compte pour pouvoir repartir.

Nous avons posé une question aux personnes qui ont perdu leur bateau, sur leur intention d’en acheter un nouveau dans l’avenir. Sur 39 personnes ayant donné leur réponse, 12 personnes ont certifié que « oui », 6 personnes ont dit le contraire. Plus de la moitié des personnes n’ont pas pu prendre de décision. En effet, la plupart des personnes enthousiastes à la reprise de pêche pratiquaient la pêche au chalut pélagique (船曳網) et dépendaient relativement moins de la pêche localisée dans un rayon de 20 km autour de la centrale nucléaire. En revanche, ceux qui ont répondu non ou qui étaient indécis, leur pêcherie se trouvaient bien évidemment au cœur de ce périmètre.

En dépit d’une forte intention pour les hommes de reprendre la pêche et le désir de construire un bateau, les conjointes ont donné des réponses plus réticentes que celles du mari. Environ 30% des femmes prévoyaient de vivre séparée de leur mari pêcheurs même après la reprise de la pêche. Les principales raisons sont bien sûr le souci causé par la présence de particules radioactives et la lenteur du redressement du système éducatif par la restauration des écoles pour les enfants. Elles se préoccupaient de l’impact de la radioactivité sur leurs familles et pensaient que la reconstruction de la ville passait avant l’avenir de la pêche.

5) Opinions diverses

Nous avons entendu des opinions diverses et franches à travers les entretiens. « Il est nécessaire de mettre en place un système capable de fournir du poisson sûr et sécurisé », « Il faut résoudre le problème de la baisse des prix du poisson due à la mauvaise image liée à la crise nucléaire », « Est-ce que les poissons capturés près de la centrale nucléaire seront vendus sous la marque précédente « Jōban-mono » ? », « À notre âge, il ne sera pas facile de résoudre le problème jusqu’à ce que les rumeurs disparaissent. Je ne sais pas combien d’années seront nécessaires pour le rétablissement. », « C’est impossible à mon âge de me faire construire encore un bateau et d’acheter des engins de pêche. », « Un village de pêcheurs est un endroit où l’on peut vivre, travailler et entretenir des relations communautaires. Tout d’abord, on doit reconstruire la ville et les gens doivent y revenir. »15

De nombreuses personnes vivaient avec des dédommagements souvent payés directement par la compagnie TEPCO. Les bénéficiaires étaient sous un stress moral et complexe, ils étaient souvent victime de la jalousie de la part des personnes non sujettes à de tels dédommagements, mais ils étaient aussi en proie au doute d’une coupure subite du paiement s’ils reprenaient leurs activités de pêche…. Cependant, le plus dur était de vivre sans objectif clair en l’absence de travail, source de leur satisfaction personnelle. Ils souffraient d’une situation où l’ennui semble long dans des logements de fortune sur des terres inconnues. Tous ces gens ont exprimé le souhait de revenir à une vie de pêcheur comme avant.

L’enquête sous forme d’interviews a révélé des remarques concrètes. Nous avons noté que certaines sont suggérées par une population importante de pêcheurs à partir de laquelle nous pouvons d’ores et déjà cerner les nouveaux objectifs : le développement de la transformation des poissons, l’introduction de nouvelles méthodes de pêche, les actions nécessaires pour lutter contre tous les doutes causés par cette crise nucléaire sans précèdent, et la construction d’un nouveau débarcadère. Des groupes de travail ont été constitués selon les différents types d’activité afin de faire le meilleur usage des avis des pêcheurs et aussi des femmes du métier, dans l’idée de proposer une méthode de mise en œuvre et d’obtenir un soutien en vue de la réalisation du projet.


 

Sources :

  • 『平成30年度 水産白書』(Livre blanc des pêches, Année H30) publiée par l’Agence des pêches (JFA) / Ministère de l’agriculture, des forêts et des pêches (MAFF) 
  • 一般社団法人マリノフォーラム21,『浪江町の新しい水産業デザイン実現化事業 第一工期報告書 』 平成25年3月(Marion Forum 21, Le rapport du projet de la réalisation d’un nouveau concept des pêches de Namié, phase I, mars 2013 )
  • 福島県双葉郡浪江町役場総務課『浪江町震災記録誌 平成23年3月11日~平成28年3月31日』平成29年3月(Division des affaires générales du mairie de Namié de Futaba-gun de la préfecture de Fukushima, Mémoire sur le tremblement de terre de la ville de Namié 11 mars 2011-31 mars 2016)
  1. Le témoignage complet de M. Murasawa : https://futabafuture.com/2019/09/09/voice083/ (en japonais) []
  2. L’appellation de l’ancienne région qui couvre les actuels départements d’Ibaraki et de Fukushima []
  3. Le projet a été soumis à un appel d’offre. Le commanditaire qui est la ville de Namie. Mario Forum 21 était son adjudicataire et chargé de la mise en œuvre du projet avec d’autres partenaires. []
  4. ZEE : elle s’étend à partir du trait de côte de l’État jusqu’à 200 milles marins (370,42 km) de ses côtes au maximum. []
  5. La démolition du site de Tsukiji est maintenant presque terminée. []
  6. L’autorisation de pêche professionnelle est accessible uniquement aux membres de la Coopération de pêches du Japon (JF : Japan Fisheries cooperative) qui englobe les succursales régionales de tout le Japon. []
  7. Le prix d’un bateau au chalut de fond avoisine les 200 millions de yens (1 million 652 mille euros), alors que les bateaux de 7 tonnes utilisés à Namie étaient beaucoup plus économiques (environ 70 millions de yens, soit 577 000 euros). []
  8. Hirono se situe environ à 30 kilomètres de distance de Namié. []
  9. 加藤哲郎/井川充雄編『原子力と冷戦 日本とアジアの原発導入』,花伝社, 2013 []
  10. 開沼博, 『「フクシマ」論 原子力ムラはなぜ生まれたのか』, 青土社, 2011, https://onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1111/j.1475-6781.2012.01162.x []
  11. 清原悠, 「ムラの欲望」とは何か 開沼博 『「フクシマ」論』 における「ムラ」と戦後日本の位置, 書評ソシオロゴス, No.8, 2012, pp.1-38, 金菱清, 開沼博著 『「フクシマ」論  原子力ムラはなぜ生まれたのか』, 社会学評論, 63巻4号, 2013, pp.631-633 []
  12. TEPCO: Tokyo Electric Power Company Holdings, Incorporated []
  13. 恩田勝亘, 『原発に子孫の命は売れない 原発ができなかったフクシマ浪江町』, 七つ森書, 1991 []
  14. Marino Forum 21 est une personne juridique ayant un statut de d’association à titre légal一般社団法人 []
  15. L’ordre de l’évacuation de la ville de Namié est levé à 0h00 le 31 mars 2017 []