Café avec Victoria Lee : Et si on changeait notre manière d’aborder les microbes ?

En 2020-21, le CRJ s’enrichit d’une nouvelle collaboration avec Victoria Lee, chercheuse résidente à l’Institut d’Etudes Avancées de Paris cette année et amie de longue date du Centre. A l’occasion de son arrivée à Paris, nous lui avons posé trois questions pour mieux connaître ses travaux de recherche et ses projets pour son année parisienne.

Photo : Institut d’Etudes Avancées de Paris

Entretien réalisé par Valentin Dubanet à l’IEA le 25 septembre 2020

D’où vient votre intérêt pour le lien entre l’homme et son environnement microbien au Japon ?

J’ai commencé mes études dans le domaine scientifique, plus précisément par un diplôme de physique. Quand j’ai commencé à m’intéresser à l’histoire des sciences, l’étude des disciplines scientifiques dans le Japon moderne m’a paru intéressante du fait de toutes les différences que cachaient les similarités apparentes avec le monde scientifique occidental. Malgré des institutions (universités, instituts de recherche…) ou des domaines de spécialisation (biologie, chimie, physique…) qui semblent être les mêmes, leur fonctionnement est assez différent, et l’origine de ces différences est souvent en lien avec la période prémoderne. A titre d’exemple, le concept de microbe, correspondant en japonais au mot kin 菌, n’évoque pas uniquement l’idée d’un vecteur de maladies potentiellement mortelles, mais s’approche également de l’idée de germe ou de champignon, ouvrant ainsi sur les différentes applications productives du microbe, comme dans le cas de la production de sauce soja ou de sake. Sur le plan institutionnel, la microbiologie japonaise s’est dans un premier temps développée au sein d’institutions agricoles, au travers d’une discipline nommée nōgei kagaku 農芸化学 (littéralement « chimie des arts agricoles »), qui existe en Occident sans faire partie de la microbiologie. Les délimitations des notions scientifiques, les liens qui les unissent ou leur genèse sont différentes de leur compréhension occidentale, ce qui incite à penser que le contexte prémoderne garde une influence déterminante sur les différentes modernités des sociétés contemporaines, loin de l’idée d’une modernité univoque, à l’image de la modernité scientifique souvent traitée comme un élément universel. Ces questions continuent de représenter des problématiques importantes dans mes travaux de recherche.

Votre séjour à l’Institut d’Etudes Avancées de Paris a lieu dans le cadre du programme Dark Clouds (ou « Programme Noir »), visant à soutenir des travaux de recherches interdisciplinaires portant sur des « menaces importantes et urgentes pesant sur l’avenir de nos sociétés ». Quels types de perspectives se dégagent de l’étude du contrôle microbien dans le Japon du XXe siècle ? 

Depuis la découverte scientifique du microbe et sa généralisation en tant que concept, on peut distinguer deux principales manières d’appréhender sa gestion. Le premier cadre de pensée correspond à l’idée du contrôle microbien comme une démarche d’éradication et d’élimination des microbes du fait de leur rôle dans la transmission des maladies. C’est dans ce paradigme qu’intervient le développement de vaccins ou d’antibiotiques. L’autre manière d’aborder le contrôle microbien vise non pas la destruction mais le maniement des micro-organismes à des fins productives, industrielles, comme dans le cas de la production de sauce soja, de sake ou de nattō dans le Japon prémoderne, ou même de manière plus récente et complexe dans la production d’antibiotiques plus élaborés, et plus largement une part importante des biotechnologies à visée médicale. Le cas japonais trouve sa spécificité dans l’importance de l’usage et de la maîtrise des micro-organismes dans la production de nourriture, impliquant un contrôle et un savoir-faire microbiens qui précèdent leur découverte et leur connaissance au sens scientifique. Il s’agit toujours de pouvoir contrôler le microbe, mais dans une perspective plus large que celle de sa seule éradication ; il s’agit plutôt de permettre une maîtrise du comportement et des effets naturels des micro-organismes, de sorte qu’ils en deviennent des acteurs industriels à part entière. On s’approche ainsi davantage d’une conception plus écologique du rapport des sociétés à leur environnement microbien. La question du rapport que nos sociétés doivent entretenir avec l’épidémie de COVID-19, oscillant entre des démarches d’éradication du virus et la recherche d’une manière de s’adapter à sa présence, s’ancre dans cette réflexion. Mon projet de recherche à l’IEA a été rédigé avant la crise sanitaire, mais celle-ci est devenue un autre exemple révélateur du fait que malgré toutes nos connaissances, nous sommes loin d’avoir vaincu les microbes.

Le phénomène de la résistance aux antibiotiques (ou antibiorésistance) est un autre aspect important de la nécessité d’aborder l’environnement microbien à travers d’autres paradigmes que celui de leur éradication ; les micro-organismes réagissent aux technologies que nous élaborons pour les contrôler. L’OMS considère que l’antibiorésistance constitue l’une des menaces sanitaires les plus pressantes de notre temps, non seulement vis-à-vis de la santé humaine, mais également au vu de ses implications concernant la production agricole. Du fait de ce rapport original que le Japon entretient avec le contrôle microbien depuis la période prémoderne, et des conséquences de cette maîtrise artisanale des micro-organismes à des fins productives qui constituent le socle de la microbiologie japonaise au XXe siècle, il constitue un cas extrêmement intéressant à l’échelle globale. Les connaissances microbiologiques y sont déployées pour répondre à des impératifs d’autosuffisance et sont mises au point dans le contexte de la production alimentaire et énergétique, ce qui en fait un précédent instructif dans le basculement conceptuel qu’on constate aujourd’hui (et que le COVID continue d’accentuer).

Autrement dit, l’étude du contrôle microbien qui se développe dans le Japon du XXe siècle démontre qu’en plus de la question de l’éradication du microbe, on peut dégager d’autres types de rapports entre humain et microbe, habituellement négligés ?

Effectivement, il y a une véritable multiplicité des manières de mettre en œuvre le contrôle microbien, de sorte qu’on ne peut pas les réduire à des approches incompatibles. Le point central est de savoir quel principe prime dans notre rapport avec le monde microbien. Certains, au sein de la microbiologie médicale, ont très tôt souligné que ce paradigme de l’éradication ne peut pas perdurer dans le temps ; on peut citer la figure de René Dubos, pionnier de la recherche sur les antibiotiques, qui a sonné l’alerte en ce sens dès les années 1960. Il militait ainsi pour une compréhension plus écologique du monde microbien, sans le considérer comme un élément statique et passif, mais comme un environnement dynamique dont l’évolution peut être rapide. Le phénomène de l’antibiorésistance, avant, pendant et après la crise du COVID fait partie des problèmes qui mettent en évidence la nécessité vitale d’élaborer de nouvelles manières de penser et d’aborder le monde microbien.

Il ne s’agit pas ici de dire que les visions du microbe incluant ses capacités productives n’existaient pas avant. La conception du microbe de Louis Pasteur ne se concentrait pas uniquement sur la transmission de maladies, mais incluait également des applications productives comme dans la production de vin ou de fromage. Le développement de la biologie médicale en Europe, accentué par les innovations de figures comme Robert Koch, a cependant donné à la microbiologie une trajectoire tournée vers le monde médical dans la plupart des sociétés industrialisées. En ce sens, le développement de la microbiologie au Japon se distingue de sa trajectoire dans d’autres pays du fait de cette emphase dans le rôle agricole des microbes. De la même manière, là où au début du XXe siècle la microbiologie était davantage rattachée aux institutions médicales dans les universités européennes et américaines, ne se tournant que plus tardivement vers l’usage du microbe pour des applications dans la génétique ou les biotechnologies, la microbiologie japonaise s’est également développée en dehors des institutions médicales. On en revient ainsi à la discipline du nōgei kagaku, qui se distingue de la chimie agricole occidentale en ce qu’elle n’est pas une discipline microbiologique. C’est cette diversité dans la conceptualisation et le regard porté sur le microbe qui fait du Japon un point focal important de l’histoire de l’étude du microbe.

En dehors de ce Programme Noir, qu’est-ce qui vous a poussée à venir travailler sur l’histoire de la science au Japon à Paris ?

En 2016, alors que j’étais en postdoctorat à l’Institut Max Planck d’histoire des sciences, j’ai été invitée à intervenir dans le cadre du séminaire d’histoire du Japon moderne et contemporain du Centre de Recherches sur le Japon à l’EHESS. L’expérience fut très intéressante, avec de vraies discussions et des questions pertinentes. J’ai pu constater l’existence à Paris d’une communauté très dynamique travaillant sur la science, la technologie et l’alimentation en Asie orientale. Le Programme Dark Clouds de l’IEA était l’occasion d’y revenir et de créer des liens avec cette communauté tout en travaillant sur mon projet de recherches. La possibilité de s’éloigner temporairement du rythme soutenu des activités d’enseignement est une nécessité dans la vie de tout chercheur. L’enseignement fragmente le travail quotidien, ne permettant que d’effectuer des tâches ou de réaliser des objectifs réduits et prédéfinis, sans quoi il est impossible de répondre à ses obligations. L’opportunité de s’en détacher pendant un certain temps permet de réfléchir différemment, en explorant d’autres aspects ou de nouvelles approches, en élaborant de nouvelles idées, et de penser de manière plus profonde et plus synthétique.

L’un des grands atouts de l’IEA est la diversité des sujets de recherche de ses résidents. Pendant les deux ans de mon postdoctorat à l’Institut Max Planck à Berlin, j’ai pu évoluer dans un environnement centré autour de l’histoire de la science, ce qui a été extrêmement productif à l’époque. Mais je pense également que le fait de travailler dans un cadre où les autres chercheurs sont à la pointe de la recherche dans d’autres secteurs des humanités et des sciences sociales est un autre élément utile pour élargir ses modes de réflexion.

Contact : leev@ohio.edu 

Traduit de l’anglais par Valentin Dubanet  (valentin.dubanet@gmail.com)


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search