Café avec Cyrian Pitteloud : L’affaire d’Ashio au prisme de l’action de l’Etat

Cyrian Pitteloud est postdoctorant associé au CRJ, co-animant avec Guillaume Carré et Grégoire Sastre le séminaire « Histoire du Japon moderne et contemporain: dynamiques et trajectoires d’une modernité ». A l’occasion de son arrivée au Centre et de la reprise du séminaire, nous lui avons posé quelques questions pour mieux connaître ses travaux, ainsi que ses nouvelles perspectives de recherche dans le cadre de son postdoctorat à l’EHESS.

Entretien réalisé par Valentin Dubanet via visioconférence le 3 novembre 2020

 

Votre travail porte sur l’affaire de la mine d’Ashio (足尾銅山鉱毒事件), un épisode déjà bien traité par l’historiographie, mais se distingue de la littérature scientifique existante en se concentrant sur l’implication de l’État et son rôle dans un conflit qui oppose les intérêts des habitants et ceux de l’activité minière. Pourquoi cette question a-t-elle été jugée secondaire jusqu’à aujourd’hui, et en quoi permet-elle de renouveler notre regard sur l’affaire ?

Les déchets miniers accumulés à Ashio, août 2016 (photo de l’auteur)

C’est d’abord en raison du contexte dans lequel l’affaire d’Ashio a été réétudiée. Elle a d’abord été bien documentée au moment des faits, puis réétudiée dès les années 1950, mais c’est surtout avec les années 1960-70 qu’elle fait l’objet d’une attention soutenue, en lien avec les mobilisations sociales contre le nucléaire, la lutte à Sanrizuka 三里塚 contre la création de l’aéroport de Narita 成田空港, ou encore des scandales sanitaires comme Minamata 水俣, la maladie Itai Itai ou l’asthme de Yokkaichi 四日市ぜんそく. Universitaires, militants, voire des personnalités cumulant ces deux statuts, jouent un rôle important dans le traitement de l’affaire d’Ashio, et leur travail est fortement marqué par la recherche de précédents faisant écho aux luttes du moment (expliquant notamment le fort accent porté sur la figure de TANAKA Shōzō 田中 正造). Le traitement de l’affaire est donc fortement teinté d’histoire sociale : des historiens de la Minshūshi 民衆史 (« histoire des masses populaires ») comme KANO Masanao 鹿野 政直 ou HIROKAWA Daikichi 色川大吉 ont fait de l’affaire d’Ashio un cas d’école d’une approche visant à donner une voix à ceux qui n’en avaient pas, ou moins, au moment des faits. Il faut cependant noter que malgré ce traitement majoritairement centré sur le mouvement social, un important travail d’édition des sources a été réalisé à cette période, incluant essentiellement des sources gouvernementales comme les procès-verbaux, les décisions administratives, etc.

L’intérêt de porter son regard sur les décisions du gouvernement tient d’abord en ce qu’elles ont une influence considérable sur les protagonistes, autant sur le groupe Furukawa 古河 qui gère la mine que sur la population locale. L’action de l’État est à la fois un point d’entrée relativement englobant dans le déroulement général de l’affaire, et le moyen d’observer son fonctionnement dans une période de grands changements, de mise en place de nouvelles institutions, de formalisation d’un cadre légal. Carol Gluck parle de l’ère Meiji comme d’une période de « tâtonnements », ce dont l’affaire d’Ashio est un exemple marquant, par exemple vis-à-vis de l’évolution des modes de résolution des conflits par l’État. Il s’agit également d’observer la formation d’un discours officiel sur l’innocuité de la pollution minière sur la santé humaine, et de montrer que ce discours est étayé par des analyses scientifiques (même controversées), les experts allant même jusqu’à réfuter le terme de kōdoku 鉱毒 (pollution minière). On observe ainsi comment ces nuisances de l’activité industrielle sont imposées aux populations de l’époque. Enfin, l’étude d’Ashio appelle une comparaison avec d’autres épisodes de pollution au cours de la période Meiji, ce qui est une démarche encore trop rare dans les travaux portant sur l’histoire de la pollution au Japon. Par exemple, l’examen de l’affaire de la raffinerie de Besshi 別子 montre que l’État ne fait pas preuve d’une stratégie planifiée dans la gestion des affaires de pollution industrielle, et qu’il existe des possibilités de négociation au cas par cas qui ne sont pas aussi lourdes pour les populations locales que ne l’est le dénouement de l’affaire d’Ashio.

L’industrie minière et l’agriculture ont coexisté au Japon bien avant l’ère Meiji et l’affaire d’Ashio. Comment expliquer que dans les rapports des commissions d’enquête que vous avez étudiés, les débats semblent pourtant poser leur quasi-incompatibilité, et la nécessité de choisir de favoriser une activité au détriment de l’autre ?

C’est le reflet d’un basculement qui s’opère dans les priorités des politiques gouvernementales, l’industrialisation du pays devenant un objectif majeur. Cependant, il faut noter que ce basculement ne date pas seulement de Meiji, mais trouve des sources à la période dite prémoderne. De la même manière que l’on parle pour le Japon d’une « Révolution industrieuse » qui prépare le terrain à l’industrialisation à la fin du XIXe siècle, le basculement en faveur de l’industrie ne s’opère pas brutalement avec l’arrivée de l’ère Meiji, mais de manière progressive. Les travaux de Patricia Sippel montrent qu’au cours de l’ère Edo, le secteur minier prend une importance grandissante qui modifie l’équilibre existant lors des arbitrages dans les conflits créés par l’exploitation minière. À partir du XVIIIe siècle, on constate un basculement en faveur des opérateurs miniers : alors que des conflits d’intérêts plus anciens étaient marqués par la consultation des agriculteurs ou des pêcheurs touchés par les nuisances de la pollution minière, aboutissant régulièrement à des refus de délivrance ou des non-renouvellements des permis d’exploitation, on constate une généralisation de l’emploi de la compensation financière des dégâts occasionnés dans le courant du XVIIIe siècle. Les mines de cuivre montrent une véritable évolution du rapport de force entre les exploitants et les populations directement impactées par les conséquences de l’activité minière : l’idée d’une incompatibilité entre les activités agricoles et minières est une construction de long-terme, marqué par sa continuité entre la période dite prémoderne et celle dite contemporaine. Les débats au sein des commissions, entre les tenants d’un industrialisme occidentalisé et ceux, plus minoritaires, considérant que l’agriculture garde une place centrale et fondamentale dans l’économie japonaise, en sont une des manifestations.

Il ne faut cependant pas voir l’État de l’ère Meiji comme négligeant entièrement l’agriculture au profit de son volontarisme industriel : l’agriculture reste un des secteurs clés de l’économie japonaise, à la fois principale source de revenus pour l’État au travers de l’impôt foncier, et source de devises étrangères par le biais des exportations. Ce contexte international est important pour comprendre l’affaire, car c’est lui qui, ouvrant des débouchés à Furukawa, motive de grands investissements, qui en augmentant la production, accélèrent également la pollution.


La terre contaminée retirée dans le village de Ueno (district d’Aso, département de Tochigi), date inconnue. L’image provient de Matsumoto Ryūkai 松本隆海 (éd.), Ashio kōdoku sanjō gahō 足尾鑛毒慘状畫報 (Revue illustrée sur le terrible spectacle de la pollution minière d’Ashio), Tōkyō, Seinen dōshi kōdoku chōsa-kai 青年同志鑛調査會, 1901, 63 p. Propriété du Musée régional de la ville de Sano.

Dans les lectures occidentales de l’histoire du Japon contemporain, l’affaire d’Ashio est souvent mise en relation avec d’autres épisodes de protestations populaires organisées contre les conséquences sanitaires et environnementales d’une activité industrielle (Minamata, Sanrizuka…). Cette perspective de lecture contribuerait ainsi à démontrer une spécificité japonaise, celle d’un pays précurseur à l’échelle globale des questions écologiques et des modes de mobilisation de la société civile à visée environnementale. Est-il juste de parler d’une ancienneté spécifique de ces questions au Japon en comparaison d’autres sociétés industrialisées, ou s’agit-il d’une déformation du regard historiographique occidental ?

Les montagnes autour de la mine et la reforestation à différents stades, août 2016 (photo de l’auteur)

La problématique d’une spécificité japonaise revient inlassablement ; néanmoins, il faut être prudent en la maniant. La spécificité se situe peut-être davantage dans la trajectoire du Japon, dans les modalités des modes de mobilisation ou d’un contexte interne. Cependant il faut souligner les convergences avec les sociétés industrialisées, et prendre en compte les éléments qui composent ce que Carol Gluck a appelé une « grammaire commune de la modernité ». L’histoire de la pollution au Japon est forcément liée à une analyse globale. La spécificité japonaise existe, mais ne doit pas être prise en vase clos. On peut tout à fait insister sur le caractère précoce des critiques de l’industrie et des nuisances, et on peut de même souligner l’existence de nombreux conflits à travers l’histoire du Japon, ce qui est important pour être à rebours des représentations qui continuent de faire des Japonais un peuple soumis (comme cela a pu être écrit récemment), une idée qui doit à mon sens être déconstruite. On présente souvent l’industrialisation du Japon comme un succès, mais il importe de rappeler d’une part ses coûts environnementaux et sociaux, et d’autre part de montrer que cette industrialisation n’a pas été acceptée sans mot dire par la population. C’est précisément en se penchant sur ces rapports de force que l’on peut dépasser un discours essentialiste sur une supposée sensibilité particulière à la nature des Japonais.

Vous êtes arrivé cette année à l’EHESS dans le cadre d’un contrat postdoctoral auprès du CRH, tout en étant co-accueilli par le CRJ, et vous portez un projet de recherche intitulé « Contamination des cours d’eau et conflits environnementaux dans le Japon moderne ». Pourriez-vous nous en dire un peu plus sur cette nouvelle trajectoire de votre travail, et sur ce qui vous a poussé à rejoindre l’EHESS avec ce double ancrage CRH-CRJ ?

Mon postdoc s’inscrit dans la continuité de mon travail de thèse, en ceci que les approches et objets restent sensiblement les mêmes ; je vais continuer de m’intéresser à l’analyse des différents enjeux qui entourent la gestion des ressources naturelles et leurs dégradations, en élargissant mon objet aux cours d’eau de la fin du XIXe-début XXe, pour passer d’un cas particulier à des considérations plus générales. En plus des nuisances provoquées par les mines, j’aimerais également prendre en compte les pollutions urbaines, le tout en restant dans une perspective d’histoire sociale nourrie d’histoire environnementale. Je souhaite notamment développer 3 axes : l’indemnisation (au travers des questions foncières), les conséquences sanitaires de la pollution des eaux, et la gestion fluviale. Il s’agit de s’intéresser aux agronomes, aux médecins, aux ingénieurs, et à la population en général, puisqu’elle aussi s’adresse aux spécialistes et génère parfois sa propre expertise.

Pour ce qui est du double ancrage CRH-CRJ, il me permet de profiter de la synergie entre les centres disciplinaires et les centres d’aires culturelles, ce qui est un cadre aussi rare que stimulant, très spécifique à l’EHESS et que peu de structures offrent. Le projet postdoctoral a été construit dans cette esprit de complémentarité. L’étude des problématiques environnementales et de la pollution au Japon n’intéresse pas seulement les études japonaises ; les spécialistes en histoire environnementale manifestent depuis un certain temps une volonté d’inclure le cas japonais dans leurs perspectives globales. Depuis 2015, j’ai pu assister à plusieurs événements scientifiques nés de collaborations entre le CRJ et le GRHEN (Groupe de Recherche en Histoire ENvironnementale, qui fait lui-même partie du CRH). C’est dans un esprit similaire que s’est constitué mon jury de thèse, et cette perspective se poursuit donc assez naturellement à l’occasion de cette mobilité à l’EHESS.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search