Café avec Fujimoto Masayo : l’artisanat traditionnel en temps de pandémie

FUJIMOTO Masayo 藤本昌代 est professeure de sciences sociales à l’université Doshisha à Kyoto, spécialiste de la sociologie du travail et des professions. Elle est également directrice du Center for Work and Science and Technology of Doshisha University, ainsi que chercheuse associée au Laboratoire d’Economie et de Sociologie du Travail (LEST, UMR 7317).

Entretien réalisé par Aleksandra Kobiljski, traduit par Valentin Dubanet

Aleksandra Kobiljski : Le CRJ a pu faire votre connaissance en 2016 à l’occasion de votre séjour de recherche à l’EHESS. Nous gardons un très bon souvenir de votre intervention dans un de nos séminaires. Nous avons également pu découvrir votre travail à l’occasion de votre participation à une journée d’études intitulée « Industry and the City in Europe and Japan. Tokyo, Paris, London, Kyoto and Osaka, 1770-1930 », organisée le 7 juin 2016 à l’EHESS, où vous vous êtes penchée sur les brasseurs de sake de Fushimi au travers d’une sociologie historique de plusieurs sites de production, qui ont à la fois une longue histoire et continuent d’exercer une activité importante. En ces temps de pandemie, où il semble compliqué de garder des liens et que certains d’entre nous se sentent coupés du Japon, nous venons prendre des nouvelles de vous et de vos travaux. Pouvez-vous nous présenter vos orientations de recherche actuelles (du moins, avant que le Covid ne soit arrivé pour les perturber) ?

Je travaille en ce moment sur un projet d’ampleur plus large portant sur la manière dont les institutions publiques ont élaboré et mis en place des politiques publiques favorisant le développement scientifique et technologique pendant la modernisation du Japon, en particulier au travers des industries manufacturières traditionnelles implantées à Kyoto. J’observe le rôle des institutions publiques dans le développement technologique du secteur privé au travers d’une enquête qualitative. Cela inclut notamment un relevé des évolutions relatives aux techniques utilisées, aux secteurs industriels, ainsi qu’au rôle social des entreprises manufacturières. Certaines de ces entreprises sont relativement jeunes et ont été fondées il y a une centaine d’années, tandis que d’autres remontent à la période prémoderne et ont des racines vieilles de plusieurs siècles. Par cette approche, j’essaie de comprendre comment fonctionne ce que nous appelons aujourd’hui la R&D dans des petites et moyennes entreprises (PME), et de saisir le rôle des organismes publics dans la transition de ces activités artisanales ancrées dans leurs traditions vers un statut d’entreprises de haute-technologie. Je me suis également penchée sur la manière dont les changements dans les goûts des consommateurs et l’évolution générale du mode de vie au Japon a pu influencer ou forcer des évolutions technologiques dans des entreprises ayant construit leur image et leur différenciation autour de la production de biens traditionnels.

A dyeing studio that does its best despite the loss of events and the cessation of orders, with products that match the modern by dyeing leather to use the classic technique of deerstalker tie-dyeing on cloth. Dyeing studio: Kobo Mazakura (founded in 2011)

Parallèlement, je travaille également sur un projet comparatif entre France et Japon. Avec des collègues français, nous observons les professions contemporaines et le lien que des professions nouvelles peuvent avoir avec l’artisanat. Au Japon, de nombreuses entreprises traditionnelles connaissent une forme de crise de succession. La société japonaise met l’accent sur l’apprentissage sur le tas, ce qui signifie que la délocalisation des usines et des ateliers à l’étranger a pour conséquence une disparition des compétences techniques nationales et locales. Dans ce contexte, j’essaie d’observer les effets, les tensions qui naissent de la baisse de la demande dans ces secteurs, et ses lourdes perturbations sur une division du travail et des modes d’organisation de la production qui, malgré des traditions historiques et éprouvées, font aujourd’hui face à une pression conséquente. L’autre aspect de cette recherche est une démarche qualitative portant sur les nouvelles compétences qui émergent de cette profonde reconfiguration du secteur artisanal, génératrice de nouveaux échanges entre activités et de nouvelles professions. En ce moment, je travaille en particulier sur une comparaison franco-japonaise des professionnels de la science et de la technologie, portant sur les modes de travail, la mobilité, les systèmes éducatifs et les jeunes diplômés de ce secteur.

Un des points les plus impressionnants de votre travail est l’équilibre que vous parvenez à trouver entre vos propres recherches et votre manière innovante d’encadrer les travaux d’étudiants. Pourriez-vous nous en dire plus sur la démarche de recherche collaborative que vous avez mise en place avec vos étudiants sur les archives relatives à l’expérimentation scientifique et technologique dans le Kyoto contemporain ? [明治以降の京都の科学技術系公設試験所と中小企業の関係分析] Comment avez-vous eu cette idée, et quelles leçons ou perspectives avez-vous pu en tirer ?

En 2004, il s’est avéré que l’un de mes étudiants dans un séminaire de premier cycle était le petit fils d’un brasseur de sake. Il m’a invité à visiter la brasserie de son grand-père, une visite qui m’a poussée à me pencher sur le rôle et l’impact de la production de sake sur le paysage économique et industriel, à l’échelle de Kyoto mais aussi au-delà. Il me semblait qu’il y avait là une histoire qui méritait d’être étudiée et comprise, à la fois du point de vue de l’histoire du Japon moderne mais aussi de la sociologie. Cette rencontre m’a amenée à porter une grande attention aux acteurs de la science et de la technologie et à leur place dans les structures de production, en me concentrant sur l’industrie de la fermentation. C’est un fait peu connu, mais une part importante des revenus fiscaux provient de ce secteur industriel.

Sake is no longer sold due to the lack of banquets, but rice is still coming in, so the brewery is doing its best despite the hardships(worker of brewery, Head of brewery engineer, Sake ): Kitagawa Honke Co.(Established over 360 years ago) 京都・伏見の清酒「富翁」醸造元(株)北川本家 (tomio-sake.co.jp)

Même si le déclenchement de ces recherches est venu du hasard d’une rencontre alors que j’enseignais, si elle se sont développées aussi naturellement dans les années qui ont suivi, c’est également du fait de la proximité du campus de l’université Dōshisha où je travaille et du cluster brassicole de Fushimi, qui m’a permis de me rendre sur ce terrain avec mes élèves à maintes reprises. C’est au cours de ce travail de recherche que le rôle crucial d’experts technologiques de haut niveau envoyés par le gouvernement nous est apparu. En se penchant sur l’histoire des compagnies passées du statut d’acteurs productifs importants pendant la période Tokugawa à celui de multinationale dans le Japon contemporain, on remarque que les autorités locales investissent de nombreuses ressources dans l’extension de leurs compétences techniques, au travers d’experts détachés dont l’expertise est mise à leur disposition. Il s’agit d’un point rarement développé dans la littérature anglophone portant sur l’innovation dans les entreprises privées au Japon. 

J’ai également eu la chance de pouvoir travailler au-delà du cadre de la sociologie. J’ai par exemple collaboré avec un spécialiste en anthropologie managériale dans le cadre d’un projet visant à montrer que la philosophie du management appliquée par des compagnies bien établies n’était pas uniquement le produit d’un raisonnement de rationalité économique. En étudiant le développement des entreprises privées, nous avons là encore pu voir que les pouvoirs publics jouent un rôle majeur dans ce domaine, et j’ai donc là encore travaillé avec des étudiants pour comprendre le type d’accompagnement offert aux PME par les pouvoirs publics.

En cette année de pandémie, vous vous êtes penchée sur la situation économiques de ces entreprises manufacturières parfois très anciennes dont vous êtes familière, au travers d’une étude portant sur l’impact de la crise sanitaire au printemps et d’entretiens avec des chefs d’entreprise pendant l’été. Vous avez aussi travaillé sur la question des conditions de travail et sur l’impact de la COVID sur celles-ci. Quels résultats semblent émerger de l’analyse préliminaire des données que vous avez récoltées ?

Avant la pandémie, j’avais prévu de continuer à rassembler des données sur le rôle des acteurs publics et de leurs politiques sur le développement des PME, en se penchant sur des entreprises de la région de Kyoto prenant part à des programmes de recherche organisés par des instituts de recherche publics. Etant dans l’incapacité de mener à bien ce travail, j’ai en effet élaboré et mis en place un programme d’étude de l’impact de la crise pandémique sur ces mêmes PME. Un des points marquants des différentes interviews réalisées dans le cadre de ce programme a été la détermination des entrepreneurs quant au redressement et leur confiance dans leur capacité à traverser cette crise. Les premiers résultats montrent également que si la distribution et la vente en gros ont été lourdement touchées, le secteur manufacturier a continué à fonctionner avec des protocoles sanitaires renforcés (distanciation sociale, désinfection, port du masque). Ce constat est dû au fait que ces entreprises honoraient des commandes effectuées avant la pandémie. On a également constaté qu’aucun site manufacturier ne s’est transformé en cluster viral. Parmi les PME, celles de plus de 100 employés ont été les moins touchées, tandis que les entreprises plus petites sont dans une situation plus difficile. En plus de l’impact économique de la crise, on constate également que les flux de circulation de l’information eux-mêmes ont été touchés, ce qui a été une source de stress sur différents points du système économique. Par exemple, les entreprises les plus petites tendent à avoir une plus grande proportion de travailleurs âgés, comme c’est le cas d’entreprises artisanales avec une culture d’atelier, et ont donc eu plus de difficultés à s’adapter aux évolutions rapides de la situation et des règles et mesures sanitaires. A l’inverse, des chefs d’entreprise plus jeunes ont été plus aptes à saisir et à s’adapter aux évolutions de la situation, mais du fait de leur réticence à entrer dans le système hiérarchique des relations professionnelles dans les milieux artisanaux plus traditionnels, se sont également retrouvés plus isolés des aides et des filets de sécurité des réseaux professionnels, ceux-ci étant davantage basés sur des modes de fonctionnement plus anciens. Ces entrepreneurs plus jeunes, qui font souvent cavalier seul, ont connu des situations d’une plus grande précarité que celle de chefs d’entreprise en milieu ou fin de carrière.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Valentin Dubanet (14 décembre 2020). Café avec Fujimoto Masayo : l’artisanat traditionnel en temps de pandémie. Carnets du Centre Japon. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ma4z


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search