Café avec Toriumi Motoki : La mise en culture de l’urbanisme, France-Japon

Devant le chai du Château Margaux de Norman Foster

TORIUMI Motoki 鳥海 基樹 est Professeur à l’Université métropolitaine de Tokyo, ancien élève à l’École d’architecture de Paris-La Villette et l’EHESS, où il a soutenu une thèse sous la direction d’Augustin Berque en 2001.

Entretien réalisé par Y. D’Hulst 

Nous avons eu le plaisir de vous accueillir en 2016-2017 au sein du CRJ en tant que chercheur invité pendant l’année sabbatique que vous avez passée en France. Vos thèmes de recherche durant votre séjour portaient sur l’œnotourisme en France face à la décroissance de la consommation du saké au Japon et également sur le Grand Paris et le projet marseillais « Euroméditerranée », en comparaison avec la non-planification de l’aire métropolitaine de Tokyo. Pouvez-vous nous parler de vos activités depuis votre année sabbatique ? Comment cette année a-t-elle contribué à vos activités de recherche ? 

D’abord j’aimerais bien me présenter. Je suis urbaniste de formation à Tokyo et venu à Paris en 1995, sous la direction d’Augustin Berque. Mon directeur s’orientant vers le Japon, mon travail a porté plutôt sur la France. J’ai fait ma thèse intitulée Les Promenades de Paris de la Renaissance à l’Epoque Haussmannienne – Esthétique de la Nature dans l’Urbanisme Parisien. Il était plus facile pour moi de comparer les deux pays à travers la nature plutôt qu’à travers l’architecture. Pensée des jardins est pensée des jardins sur la planète !

Ce qui m’intéresse est donc la manière d’aménager. La pensée des jardins français n’est pas différente que celle du Japon mais la promenade française, une expression de la pensée urbanistique et paysagère, est une autre chose. Je garde ce point de vue même après le retour au Japon et devenu enseignant à l’Université métropolitaine de Tôkyô.

Durant mon séjour sabbatique en 2016-2017 au CRJ, je me suis focalisé sur la viticulture en France. Depuis des années au Japon, un projet de promotion touristique des chais de saké (酒蔵ツーリズム) est mis en place. Le saké est à base de riz qui peut être amené d’autres régions. Le Yamada-nishiki (山田錦) est l’espèce la plus appréciée au Japon. Il est cultivé pour la plupart dans le département de Hyôgo. La maison de saké de Nîgata, un des départements les plus connus pour la qualité, peut ainsi utiliser cette espèce importée avec l’eau locale.

Tourisme du saké à Kyôto (avec Monsieur Jean-Robert Pitte)

Il en va ainsi que les chais sont mis en valeur pour le tourisme mais il n’en va pas de même pour les rizières. Certains chais sont classés ou inscrits comme monuments historiques mais aucune rizière n’est conservée comme site ou paysage.

Par contre, le ministère de la culture français protège certains climats de la Côte de Beaune en Bourgogne ou la vigne du Château d’Yquem à Bordeaux. Vous avez aussi beaucoup d’architectures classées comme la maison Pommery et même la Cité-jardin du Chemin Vert est un monument historique en Champagne. Il y a également de grandes architectures contemporaines en France : chai du Château Cheval Blanc de Christian de Portzamparc et celui du Château Margaux de Norman Foster sont de bons exemples.

Au moment de la fin du séjour en France, j’avais ainsi, avec un très bon souvenir du CRJ, cent livres, milles photos et maintes photocopies sur l’œnotourisme en France. Le travail était donc désormais de faire une thèse sur ce sujet.

Les travaux que vous avez menés pendant cette période ont-ils fait l’objet d’une publication ?

En juin 2018, presqu’un an après le retour au Japon, j’ai publié un livre intitulé Winescape – Valorisation au-delà du goût, chez Suïyô-sha, (『ワインスケープ−味覚を超える価値の創造』、水曜社、2018年). 

Heureusement cet ouvrage a obtenu le grand prix de la publication en 2020 (un des cinq) à l’Institut d’Architecture au Japon.1

 

 

 

 

Après cette publication, je me suis orienté plus au Nord : l’Écosse ! (Toujours l’autre bout du monde qu’Augustin Berque…)

Les Japonais aiment l’alcool de tous les coins du monde et il en est ainsi pour le whisky. Au début du XXe siècle, Shinjirô TORII (鳥井信治郞), fondateur de la société de boissons alcoolisés Suntory (サントリー) a envoyé Masataka TAKETSURU (竹鶴政孝) à l’Université de Glasgow pour étudier la fabrication du whisky. Après son retour Takétsuru a créé la distillerie de Yamazaki (Osaka) en 1923 et celle de Yoichi (Hokkaïdô) en 1934. Il s’est beaucoup référé à l’architecture des distilleries écossaises. 

Inspiré par cette histoire, je suis allé à l’île d’Islay pour étudier l’édifice des huit distilleries historiques (étude présentée en 2019 à l’IAJ) et ai fait aussi une recherche sur l’architecte écossais Charles Chree Doig, dit père de l’architecture du whisky, pour présenter à la rencontre du même institut en 2020 (malheureusement annulée).

Certain(e)s étudiant(e)s, sous ma direction, ont aussi commencé à travailler sur la mise en valeur des chais du miso (味噌蔵) ou du shôyu (醤油蔵). Tous les deux sont à base de soja, dont la plupart est importée des Etats-Unis, du Brésil ou du Canada. Il est donc difficile de conserver tant les chais que les champs mais, au moins, je voudrais bien conserver les premiers comme empreinte de notre médiance.

Par contre, un de mes collègues a un projet d’inscrire la plantation de thé d’Uji (宇治) à Kyôto sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco. Dans ce cas-là, il s’agit plutôt du paysage culturel que du lieu de fabrication. On va voir !

Plantation de thé à Waduka (près d’Uji)
En même temps, j’ai avancé une recherche comparative sur l’atlas des villes.

Parmi les modes pour mettre la ville en atlas, l’ézou (絵図) était le plus préféré au Japon jusqu’à l’introduction de la technique cartographique occidentale vers les années 1870. Il est une juxtaposition d’é (絵 : peinture) et de zou (図 : figure), normalement peinte sur le byôbou (屏風 : paravent). Cela signifie que les villes étaient regardées comme œuvre d’art et que la représentation même très déformée était admise par rapport à l’exactitude scientifique.

Le plus connu serait le Rakouchû rakougaï byôbou (洛中洛外屏風 : paravent de la vue sur le dedans et les dehors de Kyôto) dont la première édition remonte au début du XVIe siècle. Après sa réussite, la représentation de villes en ézou est à la mode.

洛中洛外図屏風 (Public Domain)

Il est sûr que la technique artistique de vue à vol d’oiseau avait été importé de la Chine, en biais de la peinture de zen, mais, sur sa vogue, Kazuhiko YAMORI avance l’hypothèse suivante : c’était sous l’influence de l’atlas occidental que les Japonais ont commencé à aimer regarder les villes artistiquement représentées.2

Effectivement on sait qu’une mission japonaise des jeunes chrétiens envoyée à Rome vers 1590 a ramené Theatrum Orbis Terraum d’Ortelius et Civitates Orbis Terrarum de Braun et Hogenberg qui seraient collés sur le byôbou et regardés comme l’ézou. Un siècle après la première édition du Rakouchû rakougaï byôbou, les Japonais ont appris comment regarder les villes comme œuvre d’art par les Occidentaux.

  France Japon
Vue à vol d’oiseau pourtraict
(XVIe siècle)
ézou (絵図: vue peinte ou collée sur le paravant)
Plan en morceau (néant) kiri-ézou (切り絵図: plan bi-dimentionnel en estamps, quartier par quartier))
Plan d’ensemble plan (XVIIIe siècle) (néant)
  ex Plan de Turgot
(toujours panoramique)
chizou (地図: plan géométral fabriqué à l’échelle du pays dès le XVIIe siècle, dont le plus connu est la carte de Tadataka INÔ vers le début du XIXe siècle.
Mais il n’y aura acun plan d’ensemble  géométral  pour les villes)
  ex Plan de Verniquet
( géométral  pour la confiscation révoluttionnaire)

Ainsi ma problématique était la suivante : Comment les grandes villes étaient mises en atlas en Europe dans ces siècles (pour même influencer les Japonais presque contemporains) ? Ma recherche se focalise sur une des plus grandes capitales européennes à l’époque, Paris, et ce en particulier du point de vue terminologique et de son rapport avec la technique pour cartographier. Elle a été présentée à Bordeaux en janvier 2020.3 C’était tout juste avant la propagation de la COVID-19 ; j’ai eu de la chance !

Quels sont vos plans, thèmes de recherche post-COVID ? Aurons-nous le plaisir de vous voir à Paris prochainement ? 

Je voudrais bien aller en France dès maintenant ! Mais j’irai plutôt à Marseille qu’à Paris…

Une exposition universelle est prévue à Osaka en 2025. Le gouvernement, le conseil général et le conseil municipal, tous, ont l’intention de reconvertir le site, après l’Expo Osaka 2025, en casino, non un supermarché mais une île des jeux d’argent ! Mais pourquoi un casino à Osaka ou dans quel contexte ? 

Le commerce d’Osaka étant en déclin depuis des décennies, les politiciens insistent sur une hypothèse : le casino est le moyen le meilleur pour redynamiser l’économie locale. Mais peut-on gagner devant Singapour ou Macao ?

Je voudrais bien proposer d’autres pistes et dans ce contexte je suis très touché par le projet « Euroméditerranée » à Marseille ; ce d’autant plus que les deux villes sont des villes-port en déclin, bien que chacune soit la deuxième grande ville du pays. Marseille a complètement changé son image par la culture, et non par le jeu d’argent. Avec l’ouverture du MUCEM (Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée) pour l’année de la capitale européenne de la culture en 2013, la ville a redécouvert son histoire ; il s’agit d’une cité phocéenne traditionnelle.

Mais cette mise en culture de l’urbanisme a commencé, selon mon hypothèse, dans les années 1970, avec l’installation de l’EHESS à Marseille de la Vieille Charité à la colline du Panier, sous la direction de Jacques Le Goff et à l’instigation d’Edmonde Charles-Roux, épouse du maire de l’époque Gaston Defferre. Il faudrait nous souvenir que Fernand Braudel est un des fondateurs de l’EHESS.

Marseille n’est donc plus une simple ville noire. Au-delà de la ville de TAXI de Luc Besson ou la ville du foot de Zinédine Zidane, elle est une cité des deux cultures euro-africaine au centre de la Méditerranée. L’avenir de la France et de l’Europe viendra de l’Afrique via Marseille méditerranéen. Par ailleurs, Marseille est un incubateur de la culture underground ; Massillia Sound System ou IAM sont nés dans cette cité, tout comme Osaka a une autre culture que le Kyôto aristocratique ou le Tôkyô bureaucratique.

En fait, écoutons Jean Viard, sociologue spécialiste de Marseille4 : « Ma conviction, dans l’analyse des transformations urbaines contemporaines, est que toutes les villes se réorganisent autour de l’eau. La ville moderne, pour le dire de manière un peu brutale, c’est « Haussmann + le Club Med », dans une société où le travail ne représente plus que 10% d’une existence (il en représentait 40% en 1914), c’est le non travail qui organise les territoires et les espaces ; et, lorsqu’il est bien organisé, l’économie de production se développe ».

Selon mon hypothèse, cette tendance sera accélérée par la COIVD-19, qui a fait savoir aux Japonais ce qui est important et ce qui n’est pas tellement important dans la vie. Aujourd’hui, on peut voir le Mont Fuji même du centre de Tôkyô car l’air est purifié en raison de la baisse de trafic. Et même ce phénomène incite les gens à s’enfuir. Dès 2020, le dépeuplement de Tôkyô a commencé, à la différence de la tendance centralisatrice des années 2010. Tout comme le slogan de Joe Biden, nous les Japonais sommes entrés dans l’époque du Build back better.

Tôyoko Inn à Marseille

Pour Marseille, « Haussmann + le Club Med » est « Euroméditerranée + MUCEM culturel », tandis que pour Osaka « Gratte-ciels et casino » (quel projet trop simpliste !) Dans la cité phocéenne en déclin durant des décennies, il y a aujourd’hui non seulement un hôtel cinq étoile, Hôtel Intercontinental installé dans l’ancien Hôtel-Dieu au Vieux-Port, mais aussi un Toyoko Inn (東横イン), une des chaînes japonaises d’hôtels économiques au quartier populaire de Saint-Charles.

Alors, pour Tôkyô et Paris, quel avenir ?

Redémarrons notre échange dans ces domaines. J’irai en France mais vous attends aussi avec impatience à Tôkyô !

 

  1. AIJ Book Award 2020 https://www.aij.or.jp/eng/prizes/prize/prize20.html []
  2. YAMORI Kazuhiko, Toshi zou no rékishi – Sékaï hén (Histoire de l’atlas urbain dans le monde), Tôkyô, Kôdansha, 1974, p.33. 矢守一彦:『都市図の歴史−世界編』、東京:講談社、1974年 []
  3. TORIUMI Motoki, ««Pourtraict» ou/et «Plan» – Représentation de Paris du XVIe au XVIIIe siècles», dans le Congrès de la Société Française d’Histoire Urbaine : Mettre la ville en atlas – Ambitions, productions et pratiques de l’Antiquité à nos jours, 16-17 janvier 2020, Bordeaux, 30 diapositives de PowerPoint []
  4. VIARD Jean, Marseille, le réveil violent d’une ville impossible, Paris, l’Aube, 2014, p.60. []

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique

More Posts - Website


Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search