Être journaliste dans un quotidien au Japon : article de César Castellvi dans la revue Sociologie du travail

César Castellvi, jeune chercheur associé (CRJ-CCJ), a publié un article intitulé « Être journaliste dans un quotidien au Japon. Entre logique organisationnelle et logique de métier », dans la revue Sociologie du travail, Vol. 63, n° 1, 2021.

Cette article présente les principaux résultats de son enquête de terrain de trois ans dans la rédaction de l’Asahi Shimbun.

Cet article est en accès libre sur OpenEdition à l’adresse suivante : https://journals.openedition.org/sdt/37886

Dans cet article, nous étudions les relations entre le rattachement salarial à une entreprise et l’appartenance à un groupe professionnel à partir du cas des journalistes de la presse quotidienne japonaise. S’appuyant sur une observation ethnographique longue de la rédaction de l’un des principaux quotidiens du pays et sur une série de 72 entretiens, ce travail montre d’abord comment les normes en vigueur dans les grandes firmes japonaises donnent aux entreprises de presse une place centrale dans l’organisation de l’activité journalistique : ces entreprises sélectionnent les futurs reporters, les forment, gèrent les carrières qui se déroulent sur leur marché interne et fournissent à leurs salariés un monopole d’accès aux sources institutionnelles. Mais l’enquête révèle aussi qu’une logique de métier coexiste avec cette logique organisationnelle, à travers la socialisation professionnelle extérieure à l’entreprise et l’évaluation du travail par les pairs. Enfin, l’analyse se focalise sur des solutions apportées par les directions éditoriales à un contexte de crise de la presse traditionnelle, et montre qu’elles bouleversent l’équilibre entre logique organisationnelle et logique de métier en faveur de la seconde. La presse quotidienne japonaise fournit ainsi un exemple, très atypique par rapport à d’autres objets de recherche en sociologie du travail et des professions, de renforcement, à l’initiative du management, d’une logique de métier initialement faible.

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique

More Posts - Website


Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search